Artillerie Spéciale - La porte latérale du Schneider Ca1 M2 de Saumur

Avatar de l’utilisateur
Tanker
Messages : 2787
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am
Localisation : Oise

Re: Artillerie Spéciale - La porte latérale du Schneider Ca1 M2 de Saumur

Message par Tanker » mer. août 31, 2011 8:29 pm

Bonjour,

Après les premiers engagements de chars Schneider Ca M1 d'Avril et de Mai 1917, plusieurs modifications des chars Schneider ont été engagées.
Il s'agissait principalement du déplacement du carburant à l'extérieur et à l'arrière du char et de l'ouverture d'une porte sur le côté du char.
Les combats de Juvincourt et de Laffaux avaient montré que l'évacuation de l'équipage d'un char touché était plus difficile avec un unique accès arrière
des premiers modèles de Schneider.

Ce sont, comme à l'accoutumé dans l'Artillerie Spéciale, les équipages qui ont proposé ces modifications.
La Section de Parc de Champlieu (la SP 54) a eu un rôle majeur dans l'étude, la réalisation ainsi que dans la mise en oeuvre de ces modifications,
dès que ces choix furent avalisés par le Service Automobile et l'industriel.
Dans cette affaire, la liberté donnée, au Général Estienne de travailler en prise direct avec l'industriel, dans la mise en oeuvre des programmes chars, a été un éléments
déterminant dans la rapidité d'exécution.

Les Schneider des Groupes AS 8, 11 et 12, engagés le 23 Octobre 1917 sur le Chemin des Dames, étaient déjà modifiés à ce nouveau standard.

Après finalisation du projet à Champlieu, le Lt Orthlieb, commandant de la SP 54, s'est rendu à l'usine Somua de St Ouen pour y rencontrer Mr Heumez, l'ingénieur
responsable de cette affaire. Cette réunion a permis de rendre réalisable le projet de l'AS.
Si l'industriel avait à sa charge la modification des chars en cours de montage à l'usine, il était convenu que les chars livrés seraient modifiés par l'AS à Champlieu.
La Société Somua se devant de fournir, à la SP 54, les pièces usinées telles que les charnières de portes.

A partir du 15 Juillet 1917, à raison d'un minimum de 4 chars par jour (6 au maximum), les chars des 4 Groupements seront modifiés par les mécaniciens de la SP 54.
La durée d'immobilisation d'un char ne devait pas excéder les 24 heures (du départ au retour du char dans son unité).

Le mécanicien du char accompagnait son char pendant tout le processus, et certaines différences que l'on peut observer sur les chars
(dont des photographies ont été conservées) s'expliquent peut-être par la présence de ces mécaniciens de chars, bien placés
durant ces travaux pour appuyer les préférences du chef de char et de l'équipage sur certains détails.
Le positionnement du verrou de porte, en position haute ou en basse sur la porte, s'explique sans doute de cette manière . . .

Le passage des Groupements Schneider à la SP 54 s'est fait dans l'ordre Grpt n° II, Grpt n° IV, Grpt n° I et Grpt n° III.
Cet ordre de passage est en soit très logique, et on retrouve dans l'ordre :
- les unités du Groupement n° II, que le Général Estienne avait déjà décidé d'engager en Octobre 17 (AS 8, AS 11 et AS 12).
- le Groupement n° IV (venu "tout neuf" de Cercottes entre Avril et Mai 17) et qui étaient logiquement l'unité susceptible d'être engagée après de Groupement n° II
- les Groupements I et III qui devaient être reconstitués en personnels et matériels après leurs engagement du printemps 1917.

Les mouvements de char entre Groupes, que l'on constate à l'été 1917 sont beaucoup liés à ce processus de modification des Schneider.
Les Groupes en cours de reconstitution après leurs engagement ont finalement souvent été re-équipés des chars les plus récemment livrés

Les ordres de commandements envisageaient que seuls les chars mobilisables seraient équipés de ces modifications.

A cette date, un certain nombre de Schneider M1 avait déjà été mis hors de combat et ou déclassés comme char d'instruction.
De suite après les premiers engagements d'Avril et de Mai 1917, des chars endommagés ont aussi été placés dans la position "réservoir de pièces de rechanges".

Au départ les 400 Schneider devaient armer 20 Groupes à 20 Chars.
Se sont finalement 16 Groupes à maximum 15 chars qui ont été organisés. Soit 240 chars en ligne.
Il y avait donc de la réserve . . . . et il est difficile de dire, sans preuve photographique bien vérifiée, quels sont les chars qui n'ont finalement jamais été modifiés.

Ce projet de porte est l'oeuvre du Lt Orthlieb et le premier Schneider M1 a être expérimentalement modifié et le char 61015.
Ce premier char modifié a été présenté le 25 Mai 1917 au Général Mourret (chef du Service Automobile de l'Armée) en visite à Champlieu.

Le premier char directement modifié en usine et livré au standard M2 est le n° 61343.
Ce ne sont donc que les 57 derniers char construits à Saint Ouen par la Somua, qui ont été directement fait au standard M2 en usine.
Le Schneider de Saumur fait donc partie des chars qui ont été modifiés par la SP 54 (Section de Parc n° 54) de Champlieu.
(voir à ce propos le sujet de cette rubrique sur le numéro du Schneider M2 de Saumur)

- http://pages14-18.mesdiscussions.net/pa ... 1185_1.htm

Quatre soudeurs civils, fournis par la société Somua sont arrivés à Champlieu le 9 Juillet 1917.
Il n'est pas certain qu'ils soient finalement restés pour faire ce travail de découpe. En effet des mécanos de la SP 54 possédaient cette compétence.

Les quelques notes du SHD abordant la mise en place des portes et réservoirs sur les chars Schneider fournissent une information intéressante sur les opérations d'entretien du char.
Le démontage complet du blindage d'un Schneider se faisait en 5 heures. Le nombre de mécaniciens et les moyens nécessaires de manutention ne sont pas précisés.
Si le chassis du char était monté avec des rivets, toute la partie supérieure du char (le blockhaus) était monté par boulonnage.
Cette technique permettait un échange des éléments de blindage endommagés au combat.
Les éléments de blindage se devaient donc d'être parfaitement standardisés pour ne pas avoir à rectifier ou re-percer les trous d'assemblage.

Concernant la porte latérale du Schneider, une première photo prise aux Etats-Unis sur le site d'Aberdeen (probablement dans les années 40 ou 50)
est tout particulièrement intéressante. Elle montre très bien la porte latérale du futur char du musée de Saumur.

Image

Deux points intéressants sur cette photo :
- La porte ne possède qu'une fente horizontale d'observation,
- L'ombre portée, au bas de la porte montre bien que cette porte possédait alors son surblindage

La photo qui suit, prise au musée de Saumur, montre que le char :
- n'a plus sa double cloison de porte,
- est équipé d'un volet d'observation.

Image

Pourquoi la porte latérale du char maintenant à Saumur est-il dans cette configuration, alors qu'elle a visiblement été un jour dans une autre configuration ?

Avec des photos de détails du char à son arrivée en France en 1985 et un contact avec l'ETBS de Bourges qui fut en charge de sa remise en état, il sera sans doute possible
d'éclaircir un jour ce point.

A Aberdeen, le char n'était pas dans un musée, mais stocké à l'air libre (comme la majeur partie des matériels acquis pas ce centre d'expérimentation de l'Armée Américaine).
Ce long séjour aux intempéries n'a probablement pas été bénéfique par notre Schneider et les personnels de la DGA ont probablement eu des choix de restauration à faire.
Il est bon de rappeler que sa restauration initiale avait eu pour objet de le faire défiler sur les Champs Elysés le 11 Novembre 1987 pour le 70° anniversaire de l'Armistice.

Un retour sur les premiers modèles de Schneider Ca1 permet de mieux suivre la logique de modification du char entre 1916 et 1918.
Le volet d'observation, tel qu'il se présente actuellement à Saumur sur le char, est visible dès le premier modèle de Schneider mis en service.

Image

Sur les premiers exemplaires, et ceux du début de production de série, les fentes d'observations étaient T inversé.
La branche verticale sera bouché mais des chars encore équipés de ce type de fente seront encore observés en Avril 1917 à Juvincourt.

Image

Avec la mise en place du surblindage, deux solutions ont été adoptés
- La découpe de la plaque de surblindage pour permettre l'ouverture normale du volet d'observation.
- Le percement d'un trou de dimension variable pour permettre l'observation.

Comme le montre cette photo, le blindage principal a ici aussi été équipé d'un simple oeilleton.
Dans la configuration de la photo, il parait difficile de dire :
- si le volet d'observation a été conservé,
- s'il s'agit d'une modification totale du blindage interne du char.
Une chose est certaine, l'oeilleton d'observation a totalement remplacé la fente d'observation de la version sans surblindage.
Ce sujet blindage des Schneider a déjà été évoqué dans le sujet qui suit :

- http://pages14-18.mesdiscussions.net/pa ... _395_1.htm

Les photos qui suivent montre l'organisation initiale du blindage à l'emplacement de la porte et le principe de montage de cette porte en réutilisant les deux plaques de blindage.
Il s'agit du plan initial de la SP 54, et les photos conservées montrent que tout n'a pas toujours été fait comme sur ces plans.

Image

Image

Image

Les photos qui suivent montrent des configurations différentes de cette porte

Image

Image

Image
Email - [email protected]

Liens sur les sujets Artillerie Spéciale de "Pages 14-18" :
viewtopic.php?f=34&t=52768

Avatar de l’utilisateur
Tanker
Messages : 2787
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am
Localisation : Oise

Re: Artillerie Spéciale - La porte latérale du Schneider Ca1 M2 de Saumur

Message par Tanker » mer. août 31, 2011 8:30 pm

Image

Derrière les fausses fentes et oeilletons d'observation se trouve un réservoir intermédiaire qui n'a jamais bougé. Impossible donc d'y " glisser un oeil".

Image

Image

Image

Image

Cette photo de Belzébuth, détruit dans le parc de Grivesnes, montre bien l'agencement intérieur de la porte.

Image

La découpe du volet d'observation montre bien que le panneau intérieur est celui initialement monté en usine sur le char.
Ce char est encore un bon exemple de variante car le volet d'observation a bien ici été monté à l'extérieur sur le surblindage.
(voir sur la photo suivante le côté extérieur de la même porte)
A l'intérieur du char, les caissons d'obus ont été placés entre la paroie de blindage et le moteur.
Sur un des plans SHD du char, le compartiment supérieur aurait été le compartiment à vivres et biscuits. Si c'est le cas, seuls 12 obus pouvaient alors prendre place.
Ces plans du chars ont déjà été présentés dans un autre sujet.

- http://pages14-18.mesdiscussions.net/pa ... _238_1.htm

Image

Image

Image

Image
Email - [email protected]

Liens sur les sujets Artillerie Spéciale de "Pages 14-18" :
viewtopic.php?f=34&t=52768

Avatar de l’utilisateur
Tanker
Messages : 2787
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am
Localisation : Oise

Re: Artillerie Spéciale - La porte latérale du Schneider Ca1 M2 de Saumur

Message par Tanker » mer. août 31, 2011 8:40 pm


Image

La photo qui suit, de l'intérieur d'une version M1 sans porte latérale, permet de voir que :
- Les têtes de boulons de fixation du blindage sur la cornière supérieure.
(Avec l'ouverture de la porte, ces trous de boulons ont été bouchés à la soudure).
- La place des caissons d'obus (avec obus stockés verticalement) et la cornière de blocage de ces caissons.
- L'agencement du volet et de l'oeilleton d'observation qui est différent de celui de Belzébuth (le char de Grivesnes), et assez semblable
à celui du char de Saumur.

Image

Image
La porte du Schneider de Saumur vue de l'intérieur

Sur l'intérieur de la porte du char, une plaque souvenir a été posée par l'équipe de la DGA qui a restauré le char.
Les deux photos qui suivent montre bien que cette restauration a du nécessité un gros travail de démontage.

Image

Image

S'agit-il de la restauration faite à Bourges, ou les Américains ont-ils aussi fait un premier travail de sauvetage du char quelques années avant ?

A suivre donc le "feuilleton de la porte", s'il est un jour possible de remonter sur :
- d'autres photos du char aux Etats-Unis,
- des photos du char à son arrivée en France en 1985,
- des photos de sa restauration à Bourges,
- des documents ou témoignages des acteurs de cette restauration.

Michel

Email - [email protected]

Liens sur les sujets Artillerie Spéciale de "Pages 14-18" :
viewtopic.php?f=34&t=52768

Avatar de l’utilisateur
Tanker
Messages : 2787
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am
Localisation : Oise

Re: Artillerie Spéciale - La porte latérale du Schneider Ca1 M2 de Saumur

Message par Tanker » mar. oct. 25, 2011 7:16 pm

Bonsoir,

Une belle photo de la collection du Musée des blindés de Saumur, prise en 1985, à l'arrivée en France du Schneider et du St Chamond d'Aberdeen,
apporte quelques réponses sur la restauration du char effectuée par l'Etbs de Bourges.

Comme pouvaient le laisser penser les photos du chars prises aux Etats-Unis, la porte latérale du Schneider était en place et complète au sébarquement du char.

Image

Image

Cette photo permet aussi de voir que l'avant du char ne comportait pas poignée à l'emplacement des phares du char.

Image

Image

On peut se demander quelles sont les raisons qui ont pu pousser, en particulier pour la porte, à apporter de telles modifications . . .

La nomenclature américaine "FMCV 217" est parfaitement visible sur cette photo.
Le char Saint Chamond étant marqué avec le même type de nomenclature (FMCV 218) il y a fort à parier que ces numéros était très spécifiques au musée d'Aberdeen,
et donc que le numéro du Schneider de Saumur n'est très probablement pas le char n° 61217 !

A moins de retrouver des photos françaises ou Américaines du char, en camouflage d'origine, il semble bien que le numéro de ce char va rester inconnu . . .

A suivre . . . . Michel
Email - [email protected]

Liens sur les sujets Artillerie Spéciale de "Pages 14-18" :
viewtopic.php?f=34&t=52768

Avatar de l’utilisateur
Tanker
Messages : 2787
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am
Localisation : Oise

Re: Artillerie Spéciale - La porte latérale du Schneider Ca1 M2 de Saumur

Message par Tanker » dim. nov. 29, 2020 11:23 am

Bonjour,

A propos du numéro de char du Schneider CA1 du musée de Saumur, Un détail intéressant, gravé sur l'arrière de ce char, pourrait être la réponse à l'identification de ce dernier Schneider CA1.
Au dessus de l'emplacement de la plaque constructeur de la Société SOMUA, se trouve un numéro 141, numéro gravé à froid.


Schneider de Saumur - Marquage (01a1)-min.jpg
Schneider de Saumur - Marquage (01a1)-min.jpg (247.88 Kio) Consulté 276 fois


Pourrait-il s'agir du numéro du char et, d'autres plaques du blindage de ce char pourraient-elles aussi posséder ce marquage ?
Il n'est pas impossible que, lors de leur fabrication, les lots de plaques d'acier aient été marquées à froid, avant d'être envoyées au constructeur, pour assemblage sur le char.



Schneider de Saumur - Marquage (02a1)-min.jpg
Schneider de Saumur - Marquage (02a1)-min.jpg (246.26 Kio) Consulté 276 fois


Schneider Plaque constructeur (01)-min.jpg
Schneider Plaque constructeur (01)-min.jpg (238.55 Kio) Consulté 276 fois



Si cette hypothèse se révéle exacte, le char Schneider de Saumur serait donc le n° 61141.

Ce char a été affecté, à Cercottes, au Groupe AS 6 à la fin du mois de Janvier 1917. Il est présent au Camp de Champlieu le 2 Février 1917 où il appartient à la seconde Batterie du Groupe AS 6.
C'était le quatrième char de cette Batterie (Schneider CA1 M1 AsCo4 n° 61141)

Son chef de char était l'Adjudant Jean Louis Moncla et le Sous-Chef de char était le Brigadier François Marie Adolphe Lantier.

Le Brigadier Lantier, passé MdL en Mai 1917, puis Aspirant en 1918, restera chef de char, au Groupe AS 6
dans cette même batterie.

Le 61141 est engagé, avec le Groupe AS 6, au sein du Groupement Bossut le 16 Avril 1917, vers Juvincourt.
Il fait partie des chars rentré de ce combat, au cours duquel l'Adjudant Moncla est tué, au Sud-Est de Juvincourt, le long de la Miette, au delà de la seconde ligne allemande de la tranchée du ruisseau.

Passé au standard M2, avant ou à l'été 1917, ce char participera probablement aux nombreux exercices d'instruction, organisés au profit des unités d'infanterie. Ce combat de Juvincourt sera le seul dans quel il sera engagé.

Lors de l'engagement suivant du Groupe AS 6, au sein du Groupement AS n° III, le 11 juin 1918 à Méry, c'est le n° 61116, qui aura pris la place du 61141 avec pour chef de char l'Aspirant Lantier.

Il n'existe, à ce jour, pas de photos identifiées de ce char durant la guerre.

A suivre - Michel
Email - [email protected]

Liens sur les sujets Artillerie Spéciale de "Pages 14-18" :
viewtopic.php?f=34&t=52768

Répondre

Revenir à « Artillerie Spéciale »