Les différents boucliers du canon de 75 modèle 1897

ALVF
Messages : 6224
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am

Les différents boucliers du canon de 75 modèle 1897

Message par ALVF » jeu. sept. 12, 2019 6:56 pm

Bonsoir,

Avec la création du "75", la France a bouleversé la conception de l'artillerie de campagne, dont les canons seront désormais à Tir Rapide (T.R) et à bouclier.
L'idée de protéger les servants d'un canon par un bouclier est ancienne, l'artillerie de Marine et l'artillerie de côte protègent leurs servants des éclats par des masques ou des boucliers. En France, l'emploi des boucliers sur des pièces d'artillerie de campagne (appelés d'abord "masque pare-éclats") est essayé à titre expérimental sur quelques exemplaires du canon de 155 C modèle 1890 Baquet mais la formule n'est pas retenue.
Les artilleurs craignent surtout à la fin du 19e siècle le tir des obus à balles susceptible de mettre hors de combat les servants des pièces et aussi le tir de l'infanterie à grande distance.
Dans ces conditions, le canon de 75 modèle 1897 inaugure la formule du "canon à T.R et à bouclier". Cette formule est ensuite adoptée dans le monde entier avec souvent des années de retard sur la création du lieutenant-colonel Deport et des capitaines Sainte-Claire-Deville et Rimailho qui sont les principaux artisans de cette révolution dans l'artillerie de campagne.
Le bouclier du canon de 75 modèle 1897 a toutefois évolué car le type initial n'assurait qu'une protection insuffisante des servants.
On distingue quatre grands types de boucliers du canon de campagne de 75 modèle 1897, sans compter les variantes souvent improvisées au cours de la Grande Guerre. J'exclus de cette étude les boucliers des variantes du 75 (pièces de D.C.A, auto-canon, etc...) en étudiant successivement:

-le bouclier modèle 1897.

-le bouclier type d'Afrique 1897-1907.

-le bouclier 1909.

-le bouclier simplifié de la Grande Guerre.

-quelques variante de la Grande Guerre.

-1: le bouclier modèle 1897:

Sur le modèle initial du canon de 75, le bouclier est de dimensions restreintes et organisé en deux parties gauche et droite, séparées par le tube du canon. Les plaques en tôle d'acier spécial ont une épaisseur de 5 mm et permettent de protéger essentiellement le tireur et le pointeur des balles de Shrapnel à toutes les distances et des balles d'infanterie de tous les calibres tirées au-delà de 150 mètres (les autres servants sont protégés par le blindage de l'arrière-train de caisson).
Aspect du bouclier modèle 1897 dont les deux parties sont bien visibles:
-affût, bouclier d'affût, tube en position de recul, roue gauche démontée:
1-Bouclier 1897.jpg
1-Bouclier 1897.jpg (230.3 Kio) Consulté 1423 fois
-vue arrière gauche du canon en batterie montrant bien les deux parties du bouclier modèle 1897:
2-Bouclier 1897.jpg
2-Bouclier 1897.jpg (232.38 Kio) Consulté 1423 fois
(à suivre)

ALVF
Messages : 6224
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am

Re: Les différents boucliers du canon de 75 modèle 1897

Message par ALVF » ven. sept. 13, 2019 5:53 pm

Bonsoir,

-2: Bouclier type d'Afrique modèle 1897-1907:

Lors des engagements de l'artillerie au Maroc, nos artilleurs sont souvent confrontés à l'action de guerriers bons tireurs, particulièrement aptes à se dissimuler, à approcher sans bruit de nos positions et à prendre sous leur feu précis, exécuté à moyenne distance, les pièces d'artillerie en action.
Dans ces conditions, le bouclier du canon de 75 offre une protection insuffisante à ses servants notamment à la base du matériel et au niveau de l'emplacement de la bouche à feu. Un type nouveau de bouclier est donc étudié et mis en service sur les matériels des unités servant en Afrique du Nord. Ce bouclier "du type d'Afrique" est constitué de panneaux plus longs reliés entre eux au-dessus du tube et de deux petits boucliers articulés couvrant la base des grandes plaques latérales du bouclier.
Ce type de bouclier n'a été officialisé dans les tables de construction qu'en 1921 mais il a été mis en service bien avant la Grande Guerre au Maroc, en Algérie et en Tunisie. Ce modèle a d'ailleurs beaucoup de points communs avec le bouclier modèle 1909 étudié dans le prochain paragraphe.
Je n'ai pas trouvé de bonnes photographies de ce type de bouclier, mes photographies du Maroc d'avant 1914 étant toutes prises de trois quart arrière ne permettent pas de distinguer le "type d'Afrique" du "modèle 1909". En effet, plusieurs unités d'artillerie envoyées en renfort au Maroc avant 1914 sont déjà équipées du bouclier modèle 1909 et il est difficile de discerner les deux types sur les photographies.
A défaut de photographies, voici le schéma de la face avant du bouclier "type d'Afrique" tel qu'il figure dans les tables de construction:
3-Bouclier type d'Afrique 1897-1907 .jpg
3-Bouclier type d'Afrique 1897-1907 .jpg (235.48 Kio) Consulté 1349 fois
4-Bouclier type d'Afrique 1897-1907 .jpg
4-Bouclier type d'Afrique 1897-1907 .jpg (170.27 Kio) Consulté 1349 fois
(à suivre)

ALVF
Messages : 6224
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am

Re: Les différents boucliers du canon de 75 modèle 1897

Message par ALVF » dim. sept. 15, 2019 5:42 pm

Bonsoir,

En 1904, après sept années de domination absolue dans le domaine du canon de campagne, l'artillerie française est obligée de compter avec les matériels des puissances étrangères.
Ainsi, l'artillerie allemande met enfin en service en 1904 un matériel à TR et à bouclier performant après avoir adopté prématurément en 1896 son canon de 7,7 cm FK 96 a/A. Ce premier modèle, s'il comprend un bonne bouche à feu, est doté d'un affût à tir accéléré qui fait médiocre figure par comparaison au 75 français. En effet, le 7,7 cm FK 96 a/A (altes Art) a une cadence de tir insuffisante car il doit être repointé après chaque coup compte-tenu des réactions violentes du matériel au tir et de surcroît, ce canon est dépourvu de bouclier. Les artilleurs allemands ont été stupéfaits par la tenue du 75 au tir lors de la campagne de Chine qui a vu le premier emploi de guerre du 75 français aux vues de tous les artilleurs des grandes puissances engagées dans cette expédition.
Les artilleurs allemands se sont remis au travail et sont en mesure de présenter leur premier matériel de campagne à TR et à bouclier en 1904. Ce nouveau 7,7 cm FK 96 n/A (neues Art) n'a guère conservé que le tube de son prédécesseur et il a reçu un excellent nouveau frein et un bouclier de grande dimension. Désormais, les artilleries de campagne française et allemande sont à peu près au même niveau, si le 75 est plus puissant, le matériel allemand est plus léger et dispose d'un bouclier mieux conçu.
Dans ces conditions, les artilleurs français décident d'améliorer le bouclier du 75 modèle 1897 sans trop augmenter le poids total du matériel. Après différents essais, le bouclier modèle 1909 est adopté et les matériels en service reçoivent ce nouveau bouclier lors des révisions générales. En 1914, l'immense majorité des canons de 75 en service (4712 pièces complètes!) dispose du bouclier modèle 1909 mais certains boucliers modèle 1897 se rencontrent encore dans les Parcs et dans les matériels d'instruction des unités (ils apparaîtront néanmoins en première ligne au cours des mois suivants en fonction des pertes).

Le bouclier modèle 1909 comprend sept pièces principales dont quatre (dont deux articulées) sont fixées en bas de la face avant des deux plaques principales du bouclier qui sont désormais reliées au-dessus du tube sans solution de continuité. On note aussi un petit bouclier rectangulaire protégeant la base du précieux appareil de pointage du canon dont seul le collimateur est apparent. L'embrasure de la bouche à feu conserve une grande dimension et constitue un point de faiblesse du nouveau bouclier qui assure certes à ses servants une meilleure protection que le modèle primitif mais, tel quel, il faut admettre que le bouclier du canon allemand est meilleur que le bouclier français modèle 1909.

Voici la face avant du bouclier modèle 1909:
5-Bouclier 1909.jpg
5-Bouclier 1909.jpg (225.59 Kio) Consulté 1252 fois
Cette photographie permet de bien distinguer les éléments principaux du bouclier modèle 1909 y compris le petit bouclier protégeant l'appareil de pointage:
6-Bouclier 1909.jpg
6-Bouclier 1909.jpg (239.86 Kio) Consulté 1252 fois
La comparaison du 75 et du 7,7 cm FK 96 n/A allemand met en évidence la meilleure protection apportée par le bouclier allemand. Le matériel allemand semble plus massif mais il est en fait plus léger que le 75 car notre canon de campagne a une bouche à feu plus lourde et de plus grande puissance que son homologue allemand:
7-Bouclier 1909.jpg
7-Bouclier 1909.jpg (230.19 Kio) Consulté 1252 fois
Une vue arrière du bouclier modèle 1909 d'un canon de 75 sous casemate en batterie sur le front le 29 juillet 1915:
8-Bouclier 1909 29-7-1915 .jpg
8-Bouclier 1909 29-7-1915 .jpg (228.88 Kio) Consulté 1252 fois
L'industrialisation et la multiplication de la production des canons de tous calibres et de nouveaux matériels, comme les chars, obligent au cours de la guerre à restreindre au maximum l'utilisation de l'acier pour les accessoires non indispensables des pièces d'artillerie. Dans ces conditions, un bouclier simplifié va apparaître au cours du conflit et sera conservé dans les années d'après-guerre.

(à suivre)

ALVF
Messages : 6224
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am

Re: Les différents boucliers du canon de 75 modèle 1897

Message par ALVF » mar. sept. 17, 2019 6:05 pm

Bonsoir,

En 1916, sur le front, il apparaît que le bouclier n'est plus qu'un accessoire, certes indispensable, mais qu'il ne joue plus qu'un rôle mineur par rapport aux prévisions du temps de paix.
En effet, l'utilisation des obus à balles est devenue rare et limitée à des situations particulières et c'est l'obus explosif qui est désormais le plus employé par tous les belligérants. Face à cet adversaire, le bouclier ne résiste pas aux coups directs mais il continue de protéger des éclats provenant tant de la détonation de l'obus explosif que des pierres et débris du champ de bataille.
Les canons sont de plus en plus semi-enterrés dans des excavations et des alvéoles ou protégés par des casemates parfois très résistantes. Les boucliers bas sur le sol sont générateurs de difficultés lors des déplacements sur les terrains très difficiles du front.
Dans ces conditions, les boucliers articulés du 75 n'ont plus la même utilité que lors de la lutte en terrain libre, ils sont souvent même démontés pour faciliter la progression.
A la fin de 1916, apparaît un bouclier simplifié, généralement usiné à partir de plaques d'acier d'importation et si l'attache des petits boucliers articulés reste possible sur la plupart des modèles fabriqués, ceux-ci sont de fait peu montés sur les pièces du front. Il faut noter aussi que l'arc-boutant principal du bouclier est désormais placé à droite de la bouche à feu. Dans les années d'après-guerre, le bouclier des canons de 75 utilisés en métropole est pratiquement toujours privé des boucliers articulés.

-9: le canon de 75 présenté avant-guerre au Musée de l'Ecole de Fontainebleau était équipé d'un bouclier simplifié. Le mode de fixation supérieur des deux plaques de blindage principales est ici apparent et sur ce matériel les deux petits boucliers articulés ont été conservés:
9-Bouclier simplifié.jpg
9-Bouclier simplifié.jpg (234.13 Kio) Consulté 1146 fois
-10: ce 75 prototype de l'A.B.S, équipé d'un dispositif de suspension élastique est lui-aussi équipé du bouclier simplifié sans boucliers articulés:
10-Bouclier simplifié.JPG
10-Bouclier simplifié.JPG (227.12 Kio) Consulté 1146 fois
-11: peu avant la guerre,à peu près tous les 75 de métropole sont équipés du bouclier simplifié, on voit ici un 75 sur plateforme légère Arbel permettant le tir dans tous les azimuts:
11-Bouclier simplifié.JPG
11-Bouclier simplifié.JPG (240.37 Kio) Consulté 1146 fois
Je reviendrai prochainement sur les boucliers "améliorés" réalisés pendant la Grande Guerre et une dernière partie décrira ensuite les réalisations, fruit de la dure expérience de la guerre et qui permettront de décrire des créations très originales.

(à suivre)

Avatar de l’utilisateur
Alain Dubois-Choulik
Messages : 8651
Inscription : lun. oct. 18, 2004 2:00 am
Localisation : Valenciennes

Re: Les différents boucliers du canon de 75 modèle 1897

Message par Alain Dubois-Choulik » mer. sept. 18, 2019 10:36 am

Bonjour,
J'allais dire "encore, encore!" j'attends les créations originales.
Cordialement
Alain
Les civils en zone occupée
Ma famille dans la grande guerre
Les Canadiens à Valenciennes
     "Si on vous demande pourquoi nous sommes morts, répondez : parce que nos pères ont menti." R. Kipling

ALVF
Messages : 6224
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am

Re: Les différents boucliers du canon de 75 modèle 1897

Message par ALVF » mer. sept. 18, 2019 5:11 pm

Bonsoir,

Aujourd'hui, je vous propose quelques variantes de boucliers du temps de paix et du temps de guerre:

-12: la pièce n° 4 de la 1ère batterie du 47e R.A.C est classée première au concours de tir annuel du Régiment en 1913. On remarque que la traverse d'écartement des plaques principales de blindage est différente du type réglementaire de bouclier modèle 1909. Entre 1908 et 1911, des constructions de prototypes et des modifications de bouclier 1897 ont été réalisées mais, à ce jour, je n'ai pas trouvé d'archives concernant ces tâtonnements préalables ou contemporains à l'adoption définitive du bouclier modèle 1909. Il est probable que différents Parcs de Corps d'Armée ont proposé "leurs" modèles réalisés à l'échelon local:
12-Bouclier modifié 47e RAC 1913.jpg
12-Bouclier modifié 47e RAC 1913.jpg (205.11 Kio) Consulté 1064 fois
Avec le déclenchement de la Grande Guerre, les entraves "réglementaires" sont ignorées au profit de l'efficacité. On remarque que des matériels de 75 sont équipés d'une plaque supérieure de rehaussement placée au dessus des plaques de blindage assurant ainsi une meilleurs protection des servants car le bouclier français est assez bas comme le montre la photographie n° 6 plus haut dans le sujet. Ces réalisations sont improvisées dans les Parcs d'Armée et de Corps d'Armée qui bénéficient souvent dans le Nord et l'Est de la France du concours d'usines métallurgiques:

-13: deux pièces au moins d'une batterie non identifiée ont été équipées d'une plaque supérieure de bouclier apportant un surcroît de protection à leurs servants:
13-Bouclier renforcé.jpg
13-Bouclier renforcé.jpg (215.23 Kio) Consulté 1064 fois
-14: une pièce du 6e R.A.C a reçu elle aussi une plaque supérieure de renforcement de conception très semblable à celle de la photographie précédente:
14-Bouclier renforcé 6e RAC.jpg
14-Bouclier renforcé 6e RAC.jpg (225.52 Kio) Consulté 1064 fois
-15: cette pièce photographiée en Champagne appartient à une unité non identifiée. Ici, le renforcement du bouclier est plus important, la plaque ajoutée comporte une face inclinée et est soutenue par trois arcs-boutants. La protection des servants contre les éclats ou balles de Shrapnel arrivant en tir plongeant est ainsi mieux assurée:
15-Bouclier renforcé.jpg
15-Bouclier renforcé.jpg (195.53 Kio) Consulté 1064 fois
Il est probable qu'il existe d'autres variantes de renforcement des boucliers du canon de campagne de 75.
Il nous reste à étudier les boucliers de 75 étudiés à l'issue de la Grande Guerre.

(à suivre)

ALVF
Messages : 6224
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am

Re: Les différents boucliers du canon de 75 modèle 1897

Message par ALVF » jeu. sept. 19, 2019 6:15 pm

Bonsoir,

A l'issue de la Grande Guerre, il est hors de doute que le 75 modèle 1897 n'est plus la meilleure pièce de campagne. Depuis 1916, les allemands ont introduit en service un nouveau canon de 7,7 cm FK 16 qui possède des performances supérieures à notre 75, notamment en portée.
En 1919, de nombreux prototypes de canons de 75 réalisés par divers constructeurs sont présentés, employant la même bouche à feu modèle 1897 montée sur différents affûts afin d'augmenter le pointage vertical pour améliorer la portée et aussi d'accroître le champ de tir horizontal pour battre une large zone sans avoir à déplacer le canon. Ces prototypes, dont ceux de Schneider et plusieurs types d'affûts de Saint-Chamond sont remarquables, ont tous adopté un bouclier très semblable à celui en service. Un seul modèle se différencie nettement dans tous les domaines, il s'agit du prototype de 75 établi par le lieutenant-colonel Filloux qui a réalisé pendant la guerre ses deux "chefs d'oeuvre", le mortier de 370 Filloux de 1915 et surtout le formidable canon de 155 GPF à flèches ouvrantes, unanimement apprécié par ses utilisateurs. Nos alliés américains ne voulaient disposer que d'un seul canon long: le 155 Grande Puissance Filloux.
Avant de rejoindre la Société Schneider en 1919 après avoir servi à l'Atelier de Puteaux pendant la guerre, le lieutenant-colonel Filloux a le temps de présenter un canon 75 faisant la synthèse des enseignements de la guerre. Son 75 présente les trois principales améliorations suivantes:
-un affût à flèches ouvrantes, grande invention du lieutenant-colonel Deport avant la guerre, développée par Filloux ensuite: le champ de tir horizontal du 75 est multiplié par 8 passant de 100 millièmes à 800 millièmes!
-la possibilité de pointer verticalement le tube du 75 jusqu'à 40° permettant d'augmenter la portée du 75 de plus de 3.000 m sans préparation du terrain.
-la protection des servants est améliorée en réalisant un bouclier enveloppant formant carapace permettant d'abriter les servants des coups venant de toutes les directions (tir de face, tir sur les côtés et tir plongeant).
Ce 75 Filloux fait donc en 1919 une forte impression mais il présente un défaut jugé rédhibitoire, il augmente le poids total du matériel de 75 en batterie, déjà jugé trop lourd en 1914 (1.250 kg) pour atteindre 1.650 kg.
Le bouclier Filloux n'aura donc pas de suite concrète:

-16: canon de 75 Filloux présenté en 1919 avec bouclier formant carapace:
16-Bouclier Filloux  .JPG
16-Bouclier Filloux .JPG (213.44 Kio) Consulté 954 fois
-17: le canon de 75 Filloux est à flèches ouvrantes et permet de tirer verticalement à 40° avec un champ de tir horizontal porté à 800 millièmes:
17-Bouclier Filloux .JPG
17-Bouclier Filloux .JPG (198.4 Kio) Consulté 954 fois
Les unités d'Afrique, confrontées longtemps aux guerriers marocains puis à la dure campagne du Rif de 1924-1925, demandent une amélioration de la protection des servants des pièces de campagne. Une réponse de circonstance est donnée par l'adoption de la roue métallique DAG, parfois appelée "roue type Maroc". Cette roue métallique est montée sur les canons et les caissons, son blindage protège des tirs d'infanterie à 150 mètres. Malgré son poids et le bruit de ferraille produit au roulement, cette roue est adoptée à une petite échelle et on la trouve en Afrique du Nord et en métropole dans certaines unités d'artillerie de campagne:

-18: Les roues métalliques DAG "type Maroc" sont mises en service sur une petite échelle dans des régiments d'Afrique du Nord mais aussi de métropole:
18-Roues DAG.jpg
18-Roues DAG.jpg (240.05 Kio) Consulté 954 fois
Dans la longue série des tentatives d'amélioration des matériels de l'artillerie provisoire, des matériels nouveaux remarquables sont mis au point dans les années 1920 à 1926. Parmi ceux-ci, les canons présentés par le chef d'escadron Briot puis par Pilleux présentent une nouvelle particularité pour protéger les servants. En effet, ces matériels sont à flèches ouvrantes et disposent de roues boucliers pivotantes présentant ainsi une grande surface de protection. Ces matériels sont prometteurs mais ils ne sont pas adoptés compte-tenu du Parc immense de canons de 75 modèle 1897 immédiatement disponibles (plus de 7.100 pièces!).
Il semble néanmoins impératif de moderniser le 75 pour l'utiliser notamment dans les unités de cavalerie mécanisées qui se multiplient à partir de 1930. Après bien des essais, un nouveau matériel de 75 conservant la bouche à feu modèle 1897 est enfin adopté en 1933.
Ce nouveau matériel de 75 modèle 1897-1933 est à flèches ouvrantes, peut tirer verticalement à 41° et est doté des roues boucliers pivotantes. Il peut tirer un nouvel obus modèle 1929 jusqu'à 12.300 m. Malheureusement, ce nouveau 75, comme le 75 Filloux de 1919, est lourd, son poids étant de 1.550 kg. Sa construction est rapidement arrêtée au bout d'une centaine d'exemplaires au profit de celle de l'obusier de 105 mm modèle 1935 utilisant lui-aussi le principe des roues boucliers pivotantes. Les roues boucliers constituent donc la dernière tentative d'amélioration du bouclier du canon de 75 de campagne:

-19: Roues boucliers pivotantes du canon de 75 modèle 1897-1933 associées à un petit bouclier fixe et à deux petits boucliers articulés pour assurer une protection optimale des servants de ce canon à flèches ouvrantes:
19-75 mle 1897-1933.JPG
19-75 mle 1897-1933.JPG (128.72 Kio) Consulté 954 fois
Cordialement,
Guy François.

Avatar de l’utilisateur
Poterne
Messages : 104
Inscription : mar. déc. 21, 2010 1:00 am

Re: Les différents boucliers du canon de 75 modèle 1897

Message par Poterne » sam. sept. 28, 2019 10:42 am

Bonjour,
Merci pour cette excellente synthèse dont la qualité mérite, à juste titre, quelques modestes compléments…
Bien cordialement,
Balliet JM

Pour illustrer la protection offerte par le bouclier Mle 1897, quelque peu illusoire sinon pour une très courte durée au regard de la position très inconfortable des servants, ces clichés d'arrière et de face pris lors des manœuvres du 22e RAC (régiment stationné à Versailles), en 1901.
Nota : les boucliers articulés n'ont pas été rabattus.

Image

Image

Le bouclier Mle 1909 montre ici la relative fragilité de son assemblage qui conservait la structure de base du bouclier Mle 1897…

Image

Enfin, une autre variante d'un bouclier "rehaussé"… l'appui se fait sur les roues.

Image

ALVF
Messages : 6224
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am

Re: Les différents boucliers du canon de 75 modèle 1897

Message par ALVF » dim. sept. 29, 2019 4:40 pm

Bonsoir,

Merci de votre intérêt et de ces illustrations bienvenues, notamment celles de 1901.
En effet, les bonnes photographies du 75 modèle 1897 à ses débuts sont rares. J'en ai quelques unes de 1899 prises de 3/4 arrière mais aucune de face.
Rappelons que l'adoption officielle du canon de 75 modèle 1897 n'a été prononcée que le 28 mars 1898. Cette année là, 220 matériels complets de 75 ont été mis en service mais ils sont soigneusement dissimulés à "l'ennemi qui nous regarde". La présentation au public de notre merveille nationale n'aura lieu que lors de la revue du 14 juillet 1899 où le canon fait forte impression, notamment par sa livrée "gris artillerie" et son modernisme.
Jusque là, le départ en manœuvres s'exerçait avec un luxe de précautions comme le montre cette photographie de canons de 75 de Vincennes photographiés en déplacement lors des manœuvres d'Argonne en 1898, les matériels sont complétement invisibles aux yeux trop curieux!
75 mle 1897 manoeuvres 1898.jpg
75 mle 1897 manoeuvres 1898.jpg (161.86 Kio) Consulté 619 fois
Cordialement,
Guy François.

Répondre

Revenir à « Artillerie »