TORO Vapeur britannique

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
olivier 12
Messages : 3269
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

TORO Vapeur britannique

Message par olivier 12 » jeu. juil. 12, 2018 8:51 am

Bonjour à tous,

TORO

Vapeur britannique de 3066 t lancé le 23.09.1904 au chantier Earle’s SB & Co de Hull
Longueur 100,6 m largeur 14,7 m 1 hélice
Armateur en 1917 Ellerman’s Wilson Line Ltd
Coulé le 12 Avril 1917 lors d’une traversée Alexandrie – Hull avec du divers

Voici un document intéressant, le rapport du capitaine George H. HOPLEY, du vapeur TORO, prisonnier pendant 11 jours à bord du sous-marin U 55 du Kptlt Wilhelm WERNER

Rapport du capitaine HOPLEY

TORO a été coulé le 12 Avril 1917 à 11h15 par un sous-marin par 48°45 N et 10°00 W.

J’avais été toute la matinée à la passerelle avec le 3e officier, veillant aux patrouilleurs que nous espérions rencontrer. Tout à coup, il y a eu une grosse houle sur tribord et nous avons aperçu un périscope. Nous marchions très lentement, à 5,5 nœuds. J’ai essayé d’attirer l’attention du canonnier, mais j’étais trop loin et il n’a rien vu. J’ai donné l’ordre « A gauche toute » et la torpille a été lancée. Elle a frappé à l’avant tribord. Le navire a aussitôt piqué de l’avant et je n’ai vu aucune possibilité d’entreprendre une action quelconque. C’était un navire qui manœuvrait toujours mal et il n’y avait plus aucune possibilité de gouverner. J’ai ordonné de mettre à l’eau les canots et suis allé dans la chambre des cartes. Le canot tribord a été mis à l’eau et je suis allé le prendre en charge. Le 2e lieutenant a terminé son travail avant d’aller dans son canot. Tout l’équipage était sain et sauf dans les canots. Le sous-marin tirait sur le navire et plusieurs obus sont passés au dessus de nous quand les canots étaient mis à l’eau. Les deux canots étaient indemnes. Nous nous sommes écartés du navire. Le sous-marin est venu près de nous et m’a pris à son bord. J’ai supplié qu’on me laisse retourner dans le canot car le 2e lieutenant n’était pas encore descendu dans son canot. Ils m’ont répondu que j’aurai plein de compagnie à bord et qu’il me fallait rester sur le sous-marin. Mais je n’ai pu rester sur le pont. Le lendemain, j’ai vu mon canonnier qui s’appelait Bonnet. Le sous-marin l’avait pris lui aussi. Mais je n’ai pu savoir ce qui était arrivé à mon équipage.

Une demi-heure après mon arrivée à bord, le sous-marin a plongé brutalement. Autant que je sache, il n’y avait aucune raison pour cela.
Le capitaine du TORRINGTON avait été autorisé à rester sur le pont pendant la nuit et a vu couler mon navire. Vers 20h00, il a vu une embarcation toute proche qui avait chaviré dans la houle et n’avait pas idée de ce qu’étaient devenus les occupants. Le canot a été submergé sans raison apparente d’après ce que j’ai compris. Il y avait une forte houle, mais pas de quoi mettre en danger l’embarcation. L’un des hommes du sous-marin lui a confié qu’ils devraient se rencontrer une fois la guerre terminée et qu’il lui donnerait alors quelques informations. Mais ces informations devaient concerner des hommes de son propre équipage (celui du sous-marin) dont j’ai cru comprendre que plusieurs avaient aussi été perdus. Ou bien, il a pris mon équipage sur le pont puis a plongé. Toutefois, sur le moment, rien ne m’a fait soupçonner qu’ils avaient fait monter mon équipage à bord. En Allemagne, j’ai appris qu’il n’y avait aucune nouvelle du canot tribord.
J’ai eu plusieurs conversations avec le 2e officier et l’officier de navigation du sous-marin, leur disant que je n’avais pas été autorisé à rester dans l’embarcation. Tous deux m’ont dit que j’étais beaucoup mieux là où j’étais et que je n’entendrai plus jamais parler de l’équipage de ce canot. Comme la mer a été plus calme pendant la nuit, et belle le 13 Avril avec une petite brise, je n’ai pas compris pourquoi ils étaient aussi affirmatifs.

Le navire a été pillé dans l’après midi et le canon emporté à bord du sous-marin où il a été soigneusement examiné. J’ai été amené à l’arrière et on m’a dit que le canon avait tiré à plusieurs reprises et que je serai inculpé pour avoir combattu un autre sous-marin.

Il y avait 3 capitaines et 2 canonniers à bord du sous-marin, tous pris dans l’après midi du 8 ou 9 Avril. J’ai été mis dans la chambre des machines du sous-marin avec le capitaine de l’UMVOTI. (Nota : vapeur anglais de 2616 t qui allait de Table Bay à Londres avec du divers. Coulé le 9 Avril 1917. 4 disparus)
Le sous-marin était U 55. Je l’ai vu sur les moteurs et à l’arrivée à Heligoland j’ai vu U 55 inscrit sur la proue. Je ne connais pas le nom du commandant, ni des officiers ni de membres de l’équipage. En revanche, le capitaine de l’ACHILLES, de Glasgow, connaissait les noms. C’était un Russe et il avait été fait prisonnier une fois son navire coulé. (Nota : vapeur anglais de 641 t qui allait de Cadix à Liverpool, coulé le 9 Juin 1917.) Ce navire a été coulé lors de la croisière suivante du sous-marin, vers Juin, mais le capitaine est venu à Brandenburg. Il parlait très bien anglais, russe, français et allemand et il a beaucoup parlé avec les officiers du sous-marin.
Le sous-marin avait aussi coulé le CAIRNHILL et une goélette danoise chargée de 600 barriques de rhum qui s’appelait ASTRAEA.
Voici une photo d’ASTRAEA (Source uboat.net)

Image

J’ai été autorisé à regarder à travers le périscope et j’ai vu inscrit sur la coque « ASTRAEA DENMARK ». Son équipage a été laissé dans les canots.

Le 13 Avril le sous-marin avait manqué un navire dont le nom semblait être quelque chose comme ZEEMER, mais l’équipage du sous-marin n’était pas certain du nom. C’était un grand navire. Il a manqué un 2e navire, toujours avec torpille, quand j’étais à bord. La torpille l’a manqué car ce navire était trop rapide pour le sous-marin.
(L’officier qui reçoit le rapport écrit : ce navire était probablement le TORRENTIA, mais aucun navire de ce nom ne semble avoir existé)
Le sous-marin possédait la liste du Lloyd et vérifiait dessus les noms des navires.
Il semblait patrouiller sur une route NNW – SSE.
Avant TORO ont été coulés PETRIDGE, UMVOTI et TORRINGTON. Après ce fut CAIRNHILL. Le sous-marin a plongé rapidement après avoir coulé CAIRNHILL car des destroyers approchaient. Il a plongé avec des hommes du CAIRNHILL encore sur le pont, d’après ce que m’a dit le 2e officier du sous-marin, car malheureusement le destroyer était tout proche. Mais j’ai entendu dire qu’ils avaient pu atteindre la terre. En fait, dans un premier temps, c’est le 1er officier du CAIRNHILL qui a été fait prisonnier à bord, par erreur. Ils ont cru que c’était le capitaine. Mais quand ils se sont aperçus que ce n’était pas le capitaine, ils l’ont remis dans un canot. Il n’est resté que 5 minutes à bord, mais j’ai pu savoir qu’il s’appelait Matheson et venait de Falkirk (ville d’Ecosse entre Edimburg et Glasgow).
Ils ont lancé leur dernière torpille sur le CAIRNHILL, mais l’ont manqué et l’ont coulé au canon. Quand ils sont rentrés de patrouille, ils n’avaient plus de torpilles et plus que 5 obus pour le canon.

Le capitaine du TORRINGTON, lui, parlait un peu allemand.

Le sous-marin est passé de jour par le chenal des Fair Isles. Il a plongé pendant la nuit au large de Sule Skerry que j’ai pu voir à travers le périscope. Je ne sais s’il est passé au Nord ou au Sud de Fair Island. Il a plongé en catastrophe après avoir aperçu des destroyers, mais nous n’avons pas été attaqués et n’avons pas reçu de grenades. Nous sommes passés près d’un bateau-feu dont j’ignore le nom avant d’atteindre Heligoland. (Probablement le bateau-feu de Dogger Bank).

Nous sommes arrivé à Heligoland le 23 Avril et j’ai été emmené à terre et envoyé à Wilhelmshaven, puis à Brandenburg.

U 55 et son commandant

On trouve son histoire sur le site uboat.net.
Notons que Wilhelm Werner fut accusé de crime de guerre en 1918 pour avoir coulé sans avertissement, entre autres navires, TORO et TORRINGTON et pour avoir attaqué le navire hôpital GUILFORD CASTLE.
Cette accusation fut ensuite réduite à la seule attaque du TORRINGTON et au meurtre de tout l’équipage, exception faite du commandant retenu prisonnier

Werner ne se présenta jamais devant le tribunal de Leipzig et se réfugia au Brésil où il travailla dans une plantation de café. Il revint plus tard en Allemagne et devint député national-socialiste au Reichtag. Il est décédé à Falkenhau (Saxe) le 14 Mai 1945.

U 55 se rendit aux Japonais et navigua pour eux en 1920-1921. Il a été démoli à Sasebo en 1921.

Voici la silhouette d’U 55 dessinée par le 2e capitaine de TORO

Image

Et la photo d'un U 55 (en espérant qu'il s'agit bien de celui de la 1ère guerre mondiale)

Image

Cdlt
olivier

NIALA
Messages : 997
Inscription : lun. févr. 14, 2011 1:00 am

Re: TORO Vapeur britannique

Message par NIALA » jeu. juil. 12, 2018 2:30 pm

L'U55 est bien celui lancé le 8 juin 1916 chez Germaniawerft à Kiel, il a la particularité d’être l'un des 7 U Boot remis en 1919 au Japon ou il a pris le numéro O3 et a servi avec les 6 autres à déterminer les caractéristiques des sous-marins japonais à partir de 1921.

Cordialement

Alain
Cordialement

Alain

Répondre

Revenir à « MARINE »