ASTURIENNE (2e du nom) Cie Royale Asturienne des Mines

olivier 12
Messages : 4143
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: ASTURIENNE (2e du nom) Cie Royale Asturienne des Mines

Message par olivier 12 »

Bonjour à tous,

ASTURIENNE

Vapeur construit en 1905 au chantier Hamilton de Glen Yard pour un armement mexicain.
1862 t Longueur 84 m Largeur 12 m 1 hélice

Racheté en 1917 par l’armateur F. LECOEUVRE Compagnie Royale Asturienne des Mines, de Tonnay-Charente.
Navire armé à Rochefort.

Capitaine Victor DURET
2e capitaine Georges HARIN
Chef de section Sd maître Alexis FASSE
Canonnier Charles DESCHAMPS

Rencontre avec un sous-marin. Rapport du capitaine

Quitté Brest le 2 Juin 1918 avec un plein chargement de minerai de fer pour Middlesbrough.
Le 8 Juin à 05h40 position 54°40 N 00°45 W (nota : environ 25 milles dans l’Est de Hartlepool), temps brumeux, mer clapoteuse, navigation en convoi. Sommes le dernier de la ligne.

Le canonnier Charles Deschamps aperçoit nettement le périscope d’un sous-marin à 60° sur bâbord, faisant route parallèle à nous.

Donné l’alerte et mis aux postes de combat. Fait route à toute vitesse pour présenter l’arrière au sous-marin. Ouvert le feu en bonne direction à 1400 m. Les 2e et 3e coups, tirés à 12OO m semblent atteindre leur but et éclatent en touchant l’eau comme si le kiosque du sous-marin avait été touché. Le périscope disparaît. Tiré un 4e coup, puis cessé le feu.
La brume s’épaissit et nous fait perdre le convoi, mais nous favorise vis-à-vis du sous-marin. Il s’est écoulé deux minutes entre l’alerte et le dernier coup de canon. Des torpilleurs qui avaient entendu nos coups de canon sont accourus au point de l’attaque. Ils auraient coulé le pirate.

Bonne direction du tir de la part du second maître canonnier Alexis Fasse et de tous les canonniers de la pièce arrière. L’équipage est allé à son poste dans un calme parfait.

Mouillé sur rade de Middlesbrough à 07h40. Appareillé à 13h00 et amarré dans le port à 15h00.
Le Lundi 10 Juin, avons été entendus par l’officier de l’Intelligence Service qui a interrogé Monsieur Georges Harin, qui était de quart, le Sd maître Fasse et l’armement de la pièce qui a tiré.

Quitté Middlesbrough avec un plein chargement de fonte pour Rouen le 19 Juin à 13h00. Arrivé à Rouen le 27 Juin à 19h45.

Le sous-marin aperçu

N’est pas identifié.
Toutefois, on peut penser à l’UB 107 du KL Eberhard von PRITTWITZ und GAFRON, qui coulera ce jour-là le vapeur anglais HOGARTH (1231 t) par 54°51 N et 01°03 W.

On notera d’ailleurs que l’UB 107 disparaîtra avec tout son équipage de 38 hommes entre le 28 Juillet et le 3 Août 1918, par 54°08 N et 00°00 W, c'est-à-dire pratiquement à la position d’ASTURIENNE lors de la canonnade du 8 Juin.
C’était peut-être sa position d’attente pour guetter les convois se dirigeant sur Middlesbrough.

Cdlt
olivier
Rutilius
Messages : 16906
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: ASTURIENNE (2e du nom) Cie Royale Asturienne des Mines

Message par Rutilius »


Bonsoir à tous,


● Notice publiée dans l’Annuaire Desfossés – Valeurs cotées en banque à la Bourse de Paris –, Édition 1910, p. 477 et 478.


« Compagnie Royale Asturienne des Mines

Société belge constituée le 30 mai 1853, modifiée par arrêtés royaux des 11 juillet 1854, 11 août 1856, 10 juillet 1859 ; transformée en société anonyme le 1er juillet 1868.

Objet : l'extraction de la houille, des minerais de plomb argentifère, zinc et autres, dans les limites de ses concessions ; la recherche de la houille et de ces divers minerais ; l'obtention, l'acquisition ou le bail des concessions nécessaires pour les exploiter, le traitement de tous les minerais qui seront exploités ou acquis, ainsi que toute opération nécessaire pour donner aux métaux qui en proviendront, les formes requises pour leur réalisation ; le commerce des divers produits qu'elle peut exploiter ou fabriquer.

Siège social : 152, rue Royale, à Bruxelles ; direction générale à Liège, 27, boulevard d'Avroy.

Durée : 90 ans du 9 juin 1853.

Capital social : 6.000.000 de francs, divisé en 20.000 actions sans désignation de valeur.

Conseil d'administration : 5 membres au moins et 7 au plus, propriétaires de 100 actions.

Année sociale : close le 31 décembre.

Assemblée générale : le deuxième lundi de mai ; une voix par 20 actions, maximum 5 voix ; dépôt des titres 15 jours avant la réunion.
Répartition des bénéfices : premier dividende de 12 fr. 50 par action ; sur l'excédent : 1° – 20 % à la réserve, 2° – au Conseil d'Administration : 2 % par administrateur sur les premiers 400.000 francs d'excédent ; 1 % par administrateur sur les 400.000 francs suivants ; ½ % par administrateur sur le reste ; 3° – aux commissaires : 2 ½ %. sur les premiers 400.000 francs d'excédent ; 1 % sur les 400.000 francs suivants, ½ % sur le reste ; 4° – au Directeur général : 2 %. Le surplus aux actionnaires.

Service financier : à Bruxelles, à la succursale de la Banque de Paris et des Pays-Bas ; à Liège, chez MM. de Mélotte de Noidans et Cie, Banque Dubois ; à Paris, Crédit Industriel et Commercial. Les titres doivent se livrer timbrés.

ADMINISTRATEURS

MM. Jules Hauzeur, Adolphe Hauzeur, Félix Boisot, Ferdinand Bischoffsheim, de Pidal, P. Schmidt, Guillaume Beer.

Les actions de cette Société sont inscrites à la Cote Desfossés au comptant, depuis le 14 janvier 1899.
»

________________________

Bien amicalement à vous,
Daniel.
Avatar de l’utilisateur
markab
Messages : 4567
Inscription : dim. déc. 19, 2010 1:00 am

Re: ASTURIENNE (2e du nom) Cie Royale Asturienne des Mines

Message par markab »

Bonjour

C'est l'ex SONORA sauf erreur de ma part

pages1418/Forum-Pages-d-Histoire-aviati ... 1926_1.htm

A bientot
Cordialement / Best regards
Marc.

A la recherche des navires et des marins disparus durant la Grande Guerre.
Rutilius
Messages : 16906
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: ASTURIENNE (2e du nom) Cie Royale Asturienne des Mines

Message par Rutilius »


Bonsoir à tous,

« L’armateur » du cargo minéralier et charbonnier Asturienne n’était autre que Francis Lecœuvre, ingénieur de nationalité française qui, en 1910, assurait la direction de l’usine d’Auby (Nord) de la Compagnie royale asturienne des mines. Cette société de droit belge élisait en effet domicile auprès de lui pour l’accomplissement de formalités légales en France, ainsi qu’il appert de l’avis de demande de renonciation à concession de mines suivant :

L’Écho des mines et de la métallurgie, n° 2.173, Jeudi 15 et Lundi 19 décembre 1910, p. 1.301.


Image


La commune d’Auby étant tombée aux mains des allemands en Août 1914, la Compagnie royale asturienne des mines — dont le conseil d’administration était alors présidé par Louis Van der Heyden à Hauzeur — opéra, en 1915, le transfert de ses activités à Tonnay-Charente (Charente), où, de toutes pièces, furent créés des ateliers de grillage de la blende, de raffinage du zinc, de purification et de tréfilage du plomb, ainsi que de fabrication d’acide sulfurique. Le grand artisan de ce transfert industriel fut Francis Lecœuvre, comme le laissent entendre les termes de la proposition au grade de chevalier de la Légion d’honneur dont il fit l’objet, en 1932, de la part du Ministre du Commerce et de l’Industrie, Louis Rollin :

« Services militaires : Mobilisé de 1914 à 1919 au service des fabrications de guerre, créa de toutes pièces une usine pour le raffinage du zinc destiné à la fabrication des laitons à cartouches, une fonderie de zinc brut et une usine pour la fabrication de l’oléum, tous produits de première nécessité pour l’armement. [...]

Services rendus à l’expansion commerciale française en France et à l’étranger : M. Lecœuvre a consacré tous ses efforts au développement en France de l’industrie de la galvanisation ; il est aujourd’hui à la tête d’un groupe d’usines dont la production, sans cesse croissante, atteint le chiffre de 60.000 tonnes de produit dans les années 1928, 1929 et 1930. »

Francis Arthur Auguste Joseph LECŒUVRE, né le 28 janvier 1872 à Orchies (Nord) et décédé dans les années 1940, était le fils de Pierre François Joseph LECŒUVRE, brasseur, et d’Élisa Adèle Rosalie Olympe REGNARD, sans profession. Il épousa à Bordeaux, le 7 octobre 1922, Jeanne BONIFAS (Base Léonore : Dossier 19800035/0023/2932).

________________________

Bien amicalement à vous,
Daniel.
Rutilius
Messages : 16906
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: ASTURIENNE (2e du nom) Cie Royale Asturienne des Mines

Message par Rutilius »


Re,

Par la personne interposée de Francis Lecœuvre, la Compagnie royale asturienne des mines exploitait un autre cargo, le Jules-Hauzeur, du nom de son président fondateur.

V. ici —> pages1418/Forum-Pages-d-Histoire-aviati ... 1391_1.htm
________________________

Bien amicalement à vous,
Daniel.
Rutilius
Messages : 16906
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: ASTURIENNE (2e du nom) Cie Royale Asturienne des Mines

Message par Rutilius »


Bonjour à tous,


■ Un marin du cargo Asturienne.

— RÉMOND Joseph, né le 28 août 1862 à Coatascorn (Côtes-du-Nord – aujourd’hui Côtes-d’Armor –) et domicilié au Havre (Seine-Inférieure – aujourd’hui Seine-Maritime–), au 18, rue des Etoupières, décédé à bord le 17 novembre 1917, à 5 h. 45, dans le port d’Avilés (Asturies, Espagne). Matelot chauffeur, inscrit à Paimpol, n° 7.998.

Fils de Jean Marie RÉMOND et de Jeanne LEROUX. Veuf de Marie Louise TUAL.

(Acte de décès établi à bord le 17 nov. 1918, transcrit le 30 mai 1918 sur le Registre des actes de décès de la ville du Havre, Année 1918, f° 25, acte n° 1.789).

Acte établi par « Victor Louis DURET, matelot de troisième classe, élève de la Marine marchande, capitaine du vapeur l’Asturienne, armé au Havre, numéro deux cent quatre-vingt, remplissant à bord les fonctions d’officier de l’état civil, en vertu de l’article quatre-vingt six du Code civil, en présence de Monsieur Joseph Antoine COUDROYER, deuxième capitaine, âgé de trente-sept ans, domicilié, avant son embarquement, à Saint-Tropez, département du Var, et de Monsieur Georges HARIN, lieutenant, âgé de trente-huit ans, domicilié, avant son embarquement, à Lannion, arrondissement de Lannion, département des Côtes-du-Nord, appelés comme témoins. »

— DURET Victor Louis, inscrit à Marseille, n° 738.
Bien amicalement à vous,
Daniel.
Répondre

Revenir à « Navires et équipages »