HÉLÈNE ― Quatre-mâts barque ― Armement A. D. Bordes & Fils.

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
Avatar de l’utilisateur
plougous
Messages : 50
Inscription : sam. mai 01, 2010 2:00 am

Re: HÉLÈNE ― Quatre-mâts barque ― Armement A. D. Bordes & Fils.

Message par plougous » jeu. févr. 10, 2011 7:30 pm

Bonjour,

Le Tribunal civil de La Rochelle a déclaré constant en date du 22 février 1919 le décès survenu en mer de Urbain MILON mécanicien à bord du 4-mâts HELENE.

qu'est-il advenu du 4-mâts HELENE?

il est mentionné dans le récit du voyage vers l'Australie du 4-mâts barque BLANCHE le 12 septembre 1917:
http://pages14-18.mesdiscussions.net/pa ... _969_1.htm

Merci à celui qui pourra me renseigner, cordialement,

Alain
Image

Rutilius
Messages : 12190
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

HÉLÈNE ― Quatre-mâts barque ― Armement A. D. Bordes & Fils.

Message par Rutilius » jeu. févr. 10, 2011 8:34 pm

Bonsoir Alain,
Bonsoir à tous,

HÉLÈNE Quatre-mâts barque ― Armement A. D. Bordes & Fils.

Louis LACROIX : « Les derniers cap-horniers français aux voyages de nickel, de salpêtre et du Pacifique. Les premiers pétroliers à voile », Lettre-préface de M. Antonin Bordes, Imprimerie S. Pacteau, Luçon, 1940, p. 151 et 152 :

« HÉLÈNE

A la dernière décade du XIXe siècle, les armateurs britanniques tentèrent un suprême effort pour conserver leur marine à voile qui avait fait leur puissance et assuré leur suprématie sur les sept océans. Ils construisirent des navires de gros tonnage susceptibles de concurrencer les vapeurs d’une exploitation couteuse. Parmi ceux-ci figurait Andorinha lancé en 1892 à Sunderland par les chantiers Pickersgill pour l’armement Robert frères, mâté en quatre-mâts barque et portant en lourd 5.150 tonnes. Avec ses trois vergues de contre-cacatois croisées à 50 mètres de hauteur, ses 105 mètre de longueur pour près de 14 mètres de largeur, c’était un bâtiment de grande allure et de marche remarquable ; mais comme tous les grands voiliers, il donnait ses plus grandes vitesses dans les gros temps. Bien souqué en toile, s’enlevant difficilement à la lame en raison de sa masse, il était balayé par la mer, perdait du monde à chaque voyage et les équipages anglais le rangeaient parmi les voiliers mangeurs d’hommes. Sa traversée la plus rapide fut celle de Newcastle, d’Australie, à Capetown. Acheté en 1909 par MM. Bordes et pourvu d’un armement défensif pendant la guerre, il put, sous le commandement de J. Layec, échapper à un sous-marin sans avoir à combattre et resta dans la flotte de MM. Bordes qui l’avaient nommé Hélène. C’était le prénom de la fille cadette de M. et Mme Alexandre Bordes.
Le 22 février 1919, partant de Baltimore (Etats-Unis), il fut abordé en pleine nuit par le vapeur Gransfjord et coulé en quelques instants. Dix-sept personnes périrent. Maisonneuve son capitaine était alors dans sa cabine et fut sauvé par un hasard providentiel.
»

_______________________

Bien amicalement à vous,
Daniel.
Dernière modification par Rutilius le ven. juin 08, 2018 9:30 pm, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
plougous
Messages : 50
Inscription : sam. mai 01, 2010 2:00 am

Re: HÉLÈNE ― Quatre-mâts barque ― Armement A. D. Bordes & Fils.

Message par plougous » jeu. févr. 10, 2011 9:05 pm

Bonsoir Daniel,

merci pour ces précisions,


Cordialement,

Alain

olivier 12
Messages : 3246
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: HÉLÈNE ― Quatre-mâts barque ― Armement A. D. Bordes & Fils.

Message par olivier 12 » dim. août 07, 2011 6:03 pm

Bonjour à tous,

Voici deux vues de l' HELENE (source "Cap-Horniers Français" de Brigitte et Yvonnick Le Coat)

Image

Image

Ajoutons au récit du capitaine Lacroix que le quatre-mâts venait de quitter Baltimore (baie de la Chesapeake) avec un chargement d'acier. La collision fut si violente que le navire coula en quelques minutes.

Il y eut en fait seize disparus :

Eugène JULIEN, second capitaine
COADIOU, DESURE, FAUGLAS, GRAVIOU, JOSSE, KERGIL, LEFEBURE, LE GUENNEC, LE QUELLEC, MOUSSET, OLIVAUD, PARENTHOEN, PONEITH, ROUAUD, matelots,
et Urbain MILON, mécanicien.

Fin Mai 1917, le quatre-mâts, sous le commandement du capitaine Joseph LAYEC, né le 07/12/1871 à l'Ile aux Moines et inscrit à Vannes, avait échappé sans combattre à un sous-marin, grâce à un remorquage providentiel.

Cdlt



olivier

Memgam
Messages : 3263
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: HÉLÈNE ― Quatre-mâts barque ― Armement A. D. Bordes & Fils.

Message par Memgam » lun. août 08, 2011 11:13 pm

Un chapitre du livre du capitaine au long cours, cap hornier, Jean Jourdan, "Souvenirs d'un vieux marin", 1976, raconte une campagne à bord d'Hélène en 1910-1911, au cours de laquelle le pilotin, neveu du capitaine Bourgain, tombera à la mer et disparaîtra. La jaquette du livre montre le tableau de Marin-Marie représentant l'Hélène et présenté ci-dessus par Olivier 12.

Image
Memgam

Rutilius
Messages : 12190
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

HÉLÈNE ― Quatre-mâts barque ― Armement A. D. Bordes & Fils.

Message par Rutilius » mer. févr. 11, 2015 11:01 am

Bonjour à tous,


Le capitaine du quatre-mâts Hélène lors de la rencontre de ce bâtiment avec un sous-marin

— LAYEC Joseph Marie, né le 7 décembre 1871 à l’Île-aux-Moines (Morbihan) (Registre des actes de naissance de la commune de l’Île-aux-Moines, Année 1871, f° 7, acte n° 22) et décédé le ... à ... (...).

Capitaine au long-cours, inscrit au quartier maritime de Vannes, n° 558. Brevet conféré par une décision du Ministre de la Marine en date du 19 novembre 1896 (J.O. 22 nov. 1896, p. 6.368) à la suite d’une session d’examens organisée à Paris.

Fils de Vincent Marie Gustave LAYEC, né le 27 septembre 1837 à Arzon (Morbihan) (Registre des actes d’état civil de la commune d’Arzon, Année 1837, f° 30, acte n° 122) et décédé le 19 août 1890 à l’Île-aux-Moines (Registre des actes de décès de la commune de l’Île-aux-Moines, Année 1890, f° 6, acte n° 17), « capitaine marin », et d’Anne LE DIABAT, sans profession, son épouse.

Époux d’Alice Désirée MALLON, née le 14 janvier 1882 au Havre (Seine-Inférieure – aujourd’hui Seine-Maritime –) et y décédée, le 4 janvier 1976, avec laquelle il avait contracté mariage au Havre, le 10 mars 1905 (Registre des actes de mariage de la ville du Havre, Année 1905, Vol. I., f° 22, n° 240).

Fille d’Arsène Jules Alexandre MALLON, employé de commerce, et de Marie Hortense MARETTE, son épouse. Nièce de Gustave MALLON, sous-directeur à la Compagnie havraise péninsulaire de navigation à vapeur (Ibid.).
Dernière modification par Rutilius le ven. juin 08, 2018 9:35 pm, modifié 1 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Memgam
Messages : 3263
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: HÉLÈNE ― Quatre-mâts barque ― Armement A. D. Bordes & Fils.

Message par Memgam » sam. févr. 14, 2015 1:35 pm

Bonjour,

Le capitaine Joseph Marie Layec (Vannes n° 558) a commandé plusieurs grands voiliers de l'armement Bordes.

Adolphe, en 1904, 4ème voyage du quatre-mâts barque chez Bordes, qui se soldera par la perte du navire, pendant son remorquage, à l'entrée de Newcastle d'Australie, le 30 septembre 1904.
Voir aussi le sujet Adolphe dans le forum.

Malgré cet événement de mer, le capitaine Layec gardera son commandement chez Bordes.

Almendral, pour ses premier et deuxième voyages du Chili, (Dublin, 19 juin 1905 au 25 juin 1906 à Ostende, puis d'Ostende et retour à Dunkerque le 2 juillet 1907). Voir le sujet Almendral dans le forum.

Madeleine, pour ses 18 et 19 èmes voyages, en 1907-1910, avec un aller rapide en 1907 en 84 jours.

Rhône pour ses 21, 22, 23 et 24 ème voyages de 1910 à 1914. A bord de ce navire, le capitaine Layec fera trois retours rapides du Chil en 85, 86 et 91 jours, et également un aller rapide en 86 jours.

Marthe pour ses 19 ème et 20 ème voyages en 1914-1916.

"Avec un équipage de 32 hommes commandés par le capitaine Joseph Marie Layec inscrit à Vannes, le quatre-mâts repart de Dunkerque le 29 octobre 1914 (il y était revenu le 17 juillet 1914). Il est à Port Talbot le 3 novembre, y reste en attente 124 jours et arrive à Valparaiso le 30 mai 1915 avec 87 jours de mer. Puis il suit pour Mejillones, charge du nitrate de soude et fait voiles pour les Açores à ordres. Le 7 août, à 200 milles dans le sud-sud-ouest du cap Horn, le hunier fixe arrière ayant été déchiré par la tempête, le matelot Jean-marie Mazeas inscrit à Morlaix envergue un nouveau hunier. Un coup de roulis lui fait lâcher prise, il tombe sur la grande vergue et de là, à la mer. L'état du temps ne permet pas de mettre une embarcation à l'eau et Jean-Marie Mazeas ajoute son nom au mémorial des disparus en mer sur l'implacable route du Horn. Aux Açores, Marthe reçoit l'ordre de se rendre à Bordeaux. Il arrive au Verdon le 19 octobre, y débarque trois marins atteints du béribéri : le charpentier Joseph Marie Le Gras, inscrit à Paimpol et les matelots Jean Cam, inscrit à Brest et Edouard Le Pennec inscrit à Saint-Malo. Ces hommes souffraient de fatigue générale et avaient les jambes enflées. Ils ont été soignés à bord et mis au régime alimentaire : oeufs, lait condensé, oseille. Ils sont hospitalisés à Bordeaux. Parmi les 32 hommes du 20 ème voyage, 4 matelots et un lieutenant proviennent du 7 ème régiment colonial, placés en sursis d'appel et détachés chez Bordes. Le quatre-mâts effectue la traversée de Bordeaux à Taltal (Chili), directement en 85 jours. A Mellijones, le 17 mars 1916, le matelot Edgar Etcheverry déserte. Le navire rentre à Bordeaux le 7 juillet 1916" La suite dans le sujet Marthe, du forum, qui traite de sa perte.

Hélène, pour ses 9 et 10 ème voyages en 1916-1918.

"Le commandement du quatre-mâts passe à Joseph Marie Layec du quartier de Vannes. Blessé, le maître Jean Limpaler débarque à Taltal le 8 février 1917. Au retour, le matelot François Le Flem, inscrit à Tréguier, décède le 7 mai. Le novice François Marie Audran inscrit à Vannes, est hospitalisé à Saint Martin de Ré le 1 er juin, ayant eu trois doigts de la main gauche écrasés dans les engrenages du treuil avant. A l'arrivée à La Pallice le 14 juin, 3 matelots sont égalements hospitalisés : François Henry, du quartier de Paimpol, François Maillard et Constant Choucanier, tous deux inscrits à Cancale, ce dernier souffrant d'une pleurésie. Hélène reçoit un armement défensif et un équipage de 36 hommes. Il quitte la rade de La Pallice le 4 septembre 1917 à 1 h 45; en remorque du Toiras qui le largue à 9 h 10, après avoir passé la bouée de Chauveau. Le capitaine fait établir toute la voilure. A 6 h 35 du soir, le patrouilleur Poitou vient, de la part du commandant de la canonnière d'escorte, donner l'ordre de retour alors que le quatre-mâts se trouve à 150 milles au large. Prenant tribord amure, cap au sud-30-est vrai, Hélène fait route vers le perthuis d'Antioche mais la brise mollit de plus en plus jusqu'au calme plat le 5 septembre à 2 h 30 du matin. Il ne gouverne plus et dérive. Le patrouilleur Lavardin consent à le prendre en remorque jusqu'au mouillage. A 4 h 30, contournant le 3 mâts danois Thoralf de Copenhague, le courant drosse Hélène sur ce voilier dont le bout-dehors et le beaupré s'engagent dans le côté tribord arrière et le gui du quatre-mâts qui mouille enfin à 4 h 50. Hélène arrive au Chili en janvier 1918 par la route du Horn. Le capitaine Layec est remplacé par le capitaine Maisonneuve le 26 janvier."

Source : Claude et Jacqueline Briot, Cap-horniers du nitrate, armement français Bordes, BOD, 2012.
Patrick Ahern, Full sail beyond the three capes, the french bounty ships in Australia 1898-1925, Patrick Ahern, 2008.

Cordialement.

Image
Memgam

Memgam
Messages : 3263
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: HÉLÈNE ― Quatre-mâts barque ― Armement A. D. Bordes & Fils.

Message par Memgam » sam. févr. 14, 2015 3:00 pm

Bonjour,

Source : Brigitte et Yvonnick Le Coat, Cap-horniers français, 1, mémoire de marins des voiliers de l'armement Bordes, le chasse-marée, éditions Ouest-France, 2002, page 217.

Cordialement.

Image
Memgam

Soizic R
Messages : 2
Inscription : ven. mai 18, 2018 8:46 am

Re: HÉLÈNE ― Quatre-mâts barque ― Armement A. D. Bordes & Fils.

Message par Soizic R » ven. mai 18, 2018 9:28 am

Bonjour à tous,

Je suis chercheur et généalogiste. J'ai publié un roman en 2012 sur La Mona
Lisa de Léonard de Vinci. (voir mon BLOG en tapant mon nom sur Google) .
J'ai aussi publier en 2017 un mémoire universitaire sur la Joconde. Université : CRBC-Brest

La marine m'intéresse aussi beaucoup.

Je suis la petite fille d'un capitaine Au Long Cours de la marine
marchande qui est décédé. J'aimerai vous donner quelques renseignements sur la vie de mon
grand père François Rolland qui Cap Hornier était sur le voilier Héléne
comme commandant en second ( 1918-19). C'est en faisant des recherches historiques sur lui
justement que j'ai découvert votre passionnant site.

Je viens juste de m'inscrire sur ce forum.Je vais donc vous recontacter prochainement.

Bien sincèrement

Soizic Rolland de Kermorin

Memgam
Messages : 3263
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: HÉLÈNE ― Quatre-mâts barque ― Armement A. D. Bordes & Fils.

Message par Memgam » jeu. mai 31, 2018 11:26 am

Bonjour,

A l'attention de Soizic R,

S'agit-il bien de François Rolland, né le 6 décembre 1865 à Etables (22) et inscrit maritime à Binic, n° 1327 ?

Cordialement.
Memgam

Répondre

Revenir à « MARINE »