POMONE [I] ― Cargo ― Compagnie des vapeurs français (Jean Stern).

Rutilius
Messages : 16822
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

POMONE [I] ― Cargo ― Compagnie des vapeurs français (Jean Stern).

Message par Rutilius »

Bonsoir à tous,

Pomone (I), ex-Gorbea-Mendi (I) ― Cargo ― Compagnie des vapeurs français (Jean Stern)(1915-1917).

Marins de l’État disparus le 24 novembre 1917 avec le cargo Pomone

[Jug. Trib. civ. Montpellier, 10 sept. 1918, transcrit à Sète, le 16 sept. 1918]

― LE VERN Pierre Marie, né le 15 septembre 1884 à Saint-Servais (Côtes-du-Nord ― aujourd’hui Côtes-d’Armor) et domicilié à Saint-Ideuc en Paramé (Ille-et-Vilaine). Quartier-maître canonnier, A.M.B.C. du Havre (« Vapeur Pomone »), inscrit au quartier de Cancale, n° 1.936.

― PELLETANT Jean Eugène, né le 14 juillet 1893 à Listrac-Médoc (Gironde) et y domicilié. Apprenti marin sans spécialité, matricule n° 67.106 – 5. (Jugement transcrit à Listrac-Médoc le 10 nov. 1918).
.
Dernière modification par Rutilius le jeu. mai 13, 2021 3:08 pm, modifié 3 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.
Joe R
Messages : 47
Inscription : mer. août 20, 2008 2:00 am

Re: POMONE [I] ― Cargo ― Compagnie des vapeurs français (Jean Stern).

Message par Joe R »

Hi Daniel,
Answer is at this link
http://www.uboat.net/wwi/ships_hit/4859.html
Very best regards,
Joe R
Avatar de l’utilisateur
Yves D
Messages : 2048
Inscription : ven. mai 18, 2007 2:00 am
Localisation : Toulon
Contact :

Re: POMONE [I] ― Cargo ― Compagnie des vapeurs français (Jean Stern).

Message par Yves D »

BALDERTON BR 1T
2,620 Darleydale SS. Co., Ltd. (Lucas & Co.), West Hartlepool 314.0 x 44.1
C W. Gray & Co., Ltd., West Hartlepool (9) #522 106952
99 - GORBEA-MENDI Ramon de la Sota, Bilbao SP
00 - Sota y Aznar, Bilbao
04 - Cia. Anon. del Vapor Gorbea-Mendi (Sota y Aznar, mgrs.)
06 - Cia. Naviera Sota y Aznar (s/m)
Wrecked 13 Oct 1911 on Le Plateau Cromic, near Brest, voy. Sagunto - Rotterdam, iron ore, later refloated, repaired and returned to service as
15 - POMONE Cie. des Vapeurs Français (J. Stern), Rouen FR
Torp. and sunk by UC 79, 24 Nov 1917, 7 miles from Tazones, near Santander, voy. Lisbon - Brest, phosphates & wine
Source Starke register 1896
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
et autres thèmes d'histoire maritime.
Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6398
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: POMONE [I] ― Cargo ― Compagnie des vapeurs français (Jean Stern).

Message par Ar Brav »

Bonjour à tous,

Je suis moins riche qu'Yves :

POMONE

Compagnie des Vapeurs Français ; 1896 ; W. Gray & Co. ;
2,594 tons
314 x 44,1 x 20,7 pieds
244 n.h.p. ; triple-expansion engines.
The French steamship Pomone was torpedoed and sunk by a German submarine off the north coast of Spain on November 24th, 1917.

Dictionnaire de Charles Hocking, Disasters at sea

Cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6398
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: POMONE [I] ― Cargo ― Compagnie des vapeurs français (Jean Stern).

Message par Ar Brav »

Bonjour à tous,

La petite fiche qui va bien :

POMONE Cargo (1915-1917)

Chantier :

C W. Gray & C°, Ltd, West Hartlepool, Grande-Bretagne.
Commencé : 1896
Mis à flot : 11.08.1896
Terminé : 09.1896
En service : 1915 (MM)
Retiré : 24.11.1917 (MM)
Caractéristiques : 2 620 tjb ; 95,7 x 13,4 m (314 x 44,1 x 20,7 pieds) ; 1 machine alternative à triple expansion ; chaudières ; 244 nhp.
Armement : I ou II de 75 mm ou de 90 mm, à confirmer.

Observations :

Cargo anglais Balderton lancé en 1896 à Hartlepool pour le compte de Darleydale S.S. Co Ltd (Lucas & C°), de West Hartlepool. Numéro de chantier 522.
1899 : il est rebaptisé Gorbea-Mendi et acheté par Ramon de la Sota, de Bilbao, Espagne
1900 : il conserve son nom pour le compte de Sota y Aznar, de Bilbao
1904 : toujours sous le même nom pour la Cia. Anon. del Vapor Gorbea-Mendi (Sota y Aznar, mgrs.)
1906 : pour le compte de la Cia. Naviera Sota y Aznar
13.10.1911 : il s’échoue sur le Plateau Cromic, près de Brest lors d’un voyage Sagunto - Rotterdam, chargé de minerai de fer. Il est plus tard remis à flot, réparé, et remis en service, apparemment sous le nom de Pomone
1915 : il devient le Pomone pour le compte de la Compagnie des Vapeurs Français (J. Stern), de Rouen et passe alors sous pavillon national
24.11.1917 : au cours d’un voyage Lisbonne-Brest, chargé de phosphates et de vin, il est torpillé et coulé par le sous-marin UC-79 (OL Werner Löwe), à 7 milles de Tazones, au large de Villaviciosa, près de Santander.
Il ne semble pas avoir été réquisitionné, en tous cas, je ne le trouve pas dans les listes. Il est pourtant signalé dans le Répertoire de J. Vichot et la seule victime identifiée pour l'instant est un canonnier de l'équipe AMBC.

Cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
Avatar de l’utilisateur
Terraillon Marc
Messages : 3983
Inscription : mer. oct. 20, 2004 2:00 am

Re: POMONE [I] ― Cargo ― Compagnie des vapeurs français (Jean Stern).

Message par Terraillon Marc »

Bonsoir

La fiche du navire est en ligne

http://www.navires-14-18.com/fichiers/P ... C79_V3.pdf

A bientot
Cordialement
Marc TERRAILLON

A la recherche du 17e RIT, des 166/366e RI et du 12e Hussards.
Memgam
Messages : 3682
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: POMONE [I] ― Cargo ― Compagnie des vapeurs français (Jean Stern).

Message par Memgam »

Un complément sur l'épisode de l'échouement du Gorbéa Mendi dans l'archipel de Molène près de Brest. C'est au cours d'un voyage de Sagunto à Rotterdam, chargé de 3800 t de minerai que le navire (capitaine Nardiz) s'est échoué. Une tentative de renflouement avec des remorqueurs n'a pas réussi. L'équipage de 54 hommes est évacué au cours d'un coup de vent par le canot Amiral Roussin, patron Aimable Delarue. En novembre 1911, l'épave est vendue aux Ateliers et Chantiers de La Pallice qui déséchouent le navire en octobre 1912 soit un an après, ce qui est une survie exceptionnelle dans ce lieu. Reéchoué provisoirement au Conquet, il est remis à flot en février 1913 et remorqué à Brest pour entrer le 22 dans la forme de radoub (225 x 25 m) du port de commerce de Brest qu'il inaugure. Des CP le montrent à flot ou à sec (p 116, Annie Henwood, René Le Bihan, Brest, "Souvenirs...Souvenirs ...', Editions Palantines, 1996). Un second Gorbea Mendi, acheté en 1913, a été torpillé le 28 septembre 1940 au large de la Sardaigne.
Memgam
olivier 12
Messages : 4143
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: POMONE [I] ― Cargo ― Compagnie des vapeurs français (Jean Stern).

Message par olivier 12 »

Bonjour à tous,

POMONE

Effectuait une traversée Lisbonne-Brest avec un chargement de 1000 tonnes de phosphates et 200 futs de vin.
Le 24 Novembre 1917 à 22h30, route au nord à 6 nœuds
Beau temps, mer calme, petite brise de NE, bonne visiblité.
Venait de passer le feu de Penas.

Quatre hommes de veille avec l’officier de quart. 1 à la pièce avant, 1 à la pièce arrière, 1 sur l’aileron passerelle tribord et 1 sur bâbord.

Image

Rapport du TSF Charles Dauriac

Nous sommes partis d’Alger le 6 Novembre. Nous avons fait escale du 7 au 9 à Oran, le 11 à Gibraltar et le 14 à Lisbonne. Nous avons appareillé de Lisbonne pour Brest le 21 à 17h00 et avons fait une belle traversée jusqu’au 24.
Le 24, ayant terminé ma veille à 22h00, je suis allé me coucher. Un quart d’heure plus tard, j’ai entendu le cri : "Une torpille par bâbord !". Aussitôt, une forte explosion a retenti. J’ai sauté de ma couchette et voulu faire mettre la dynamo en marche. Mais elle se trouvait à la machine et, le compartiment ayant été frappé par la torpille, je n’ai naturellement pas eu de réponse. J’ai averti le commandant de l’impossibilité d’envoyer un signal de détresse. Je suis allé mettre des vêtements pour quitter le navire. Alors que je mettais des chaussures, le navire s’est incliné sur l’arrière. J’ai quitté ma cabine et suis allé à la passerelle.
A ce moment, le navire a coulé d’un seul coup et je me suis retrouvé à l’eau, au milieu de toutes sortes d’épaves. Le remous m’a aspiré, mais j’ai pu faire une provision d’air suffisante pour demeurer sous l’eau. J’ai vu le capitaine disparaître avec moi, et le second capitaine sauter à la mer.

Le sous-marin a fait surface et j’ai essayé de nager vers lui. Mais les épaves faisaient un barrage que je n’ai pu franchir. J’entendais mes camarades autour de moi, mais ne pouvais les rejoindre. Ne voyant pas d’embarcations, j’ai essayé de nager vers la côte où j’apercevais un feu. Mais le froid a ankylosé mes jambes et je ne pouvais plus nager. J’ai continué à appeler, mais mes forces faiblissaient. Ensuite, je ne me souviens plus de rien.

Je suis revenu à moi le matin vers 04h00, tout étonné de me retrouver dans une chaufferie, enveloppé dans une bonne couverture de laine. J’ai appris que j’étais sur le vapeur PACIFICO, de Bilbao, allant de Gijon à San Sebastian, qui m’avait recueilli vers 02h00 du matin. Nos sauveteurs nous avaient vus être torpillés à 4 ou 5 milles du cap Penas, sur la côte des Asturies.
Voyant que j’étais revenu à moi, les mécaniciens m’ont donné du café chaud et m’ont entouré de soins jusqu’à ce que je reprenne tous mes sens. Vers 07h00, j’ai pu me lever et marcher, avec un peu de difficultés. On avait fait sécher les vêtements que j’avais sur moi. Tout le monde à bord fut très gentil pour nous. On ne pouvait faire mieux que ce qui a été fait.

J’ai retrouvé trois camarades du bord et j’ai appris qu’on était malheureusement sans nouvelles du reste de l’équipage. Pourtant, selon mes camarades, une embarcation s’était dirigée vers le sous-marin et l’avait accosté pendant une trentaine de minutes. Ils auraient vu une quinzaine d’hommes dans ce canot, sans pouvoir en identifier aucun. Peut-être s’est il sauvé. Le sous-marin a repêché une barrique de vin qui flottait avant de s’éloigner vers l’ouest en surface. Ni le sous-marin, ni la baleinière n’ont répondu à nos appels. Peu à peu, les hommes qui surnageaient ont disparu, épuisés. Mes camarades ont vu le commandant du POMONE et le novice, accrochés à des madriers, qui ont été entraînés vers le nord par le courant.

Le PACIFICO a fait route sur Santander où nous avons été débarqués et interrogés par le commandant de la Marine et par les journalistes. Naturellement, je ne leur ai rien dit de confidentiel. Le consul nous a très bien reçus. Nous sommes allés à Bilbao où nous avons pris le train pour la France.

Note de l’officier enquêteur

« De la baleinière et de ses occupants on n’a eu jusqu’à maintenant absolument aucune nouvelle. Au moment du torpillage, le temps était beau et la nuit claire. La côte se distinguait parfaitement au sud et l’on distinguait même vers l’ESE une petite lumière basse qui, je suppose, devait être celle du phare de Santa Catalina, à l’entrée de Gijon. L’embarcation a-t-elle été recueillie ou, ne connaissant pas la côte qui est très mauvaise aux environs du cap Penas s’est elle perdue en cherchant à aborder, nous ne le savons. »

En fait, cette baleinière qui portait 16 hommes est arrivée, probablement le lendemain, dans le secteur de Gijon où deux hommes, blessés ou malades ont été laissés.

Conclusions de la commission d’enquête

Après avoir entendu d’abord 4 rescapés, puis 14 hommes de la baleinière tribord (2 autres étant restés en Espagne) la Commission ne saurait établir un rapport précis du drame qui s’est déroulé dans la soirée du 24 Novembre 1917. Il n’y avait malheureusement rien à faire pour sauver le navire.

Toutefois, les hommes réfugiés dans la baleinière n’auraient du quitter les lieux du sinistre qu’après s’être assurés qu’il ne restait personne à sauver, ce qu’ils n’ont pas fait.
La Commission les en a blâmés.

Elle croit devoir proposer pour la Croix de Guerre les 4 hommes restés dans l’eau pendant quatre heures (DAURIAC, PLEUDANIEL, AUDIE et BOYER) au motif « Pour l’énergie et la résistance dont ils ont fait preuve en se maintenant pendant quatre heures dans l’eau glacée après le torpillage de leur navire englouti en moins de deux minutes ».

Elle propose aussi la Croix de Guerre pour les braves gens qui ont disparu (17) sur le compte desquels on ne saurait se faire aucune illusion. Le sous-marin n’a pas conservé de prisonniers. Il n’y avait qu’une seule embarcation utilisable et le PACIFICO n’a repêché que quatre hommes quand il est arrivé au milieu des épaves qu’il a exploré consciencieusement.

Lettre de 1918 concernant le capitaine Maurice EUGENE (prénommé Paul dans la lettre ?)

« Amiral

J’ai l’honneur de vous transmettre une lettre de Monsieur EUGENE, chef de gare aux chemins de fer de l’Etat à Rouen. Il sollicite une décoration posthume pour son fils, le Lieutenant de Vaisseau auxiliaire Paul EUGENE, commandant la POMONE de la Société des Affréteurs Réunis, tué dans le torpillage du dit vapeur le 24 Novembre 1917.
Je ne puis qu’appuyer très favorablement, en tant que chef du quartier de Rouen, cette demande d’un père malheureux pour son fils qui, quoique tombé au champ d’honneur, n’a été l’objet d’aucune citation et d’aucun témoignage de reconnaissance.

Dans sa vie d’officier de la Marine Marchande, le Capitaine au Long Cours EUGENE jouissait d’une excellente réputation. Il naviguait depuis dix ans pour la Société des Affréteurs Réunis.
Dans sa vie privée, la notoriété publique le cite comme un père de famille qui n’a donné que de bons exemples à tous.
Son père, chef de gare à Rouen, n’avait que ce fils et jouit de la plus haute considération publique en raison de la dignité avec laquelle il supporte son malheur.

Je joins au dossier une copie du rapport de mer fait par un survivant de la POMONE, son acte de décès et un état des services au commerce de Monsieur EUGENE. Ses services à l’Etat n’y figurent pas, mais ce Lieutenant de Vaisseau devait être attaché au port de Cherbourg. »

Cdlt
olivier
Memgam
Messages : 3682
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: POMONE [I] ― Cargo ― Compagnie des vapeurs français (Jean Stern).

Message par Memgam »

Image
Memgam
Rutilius
Messages : 16822
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

POMONE [I] ― Cargo ― Compagnie des vapeurs français (Jean Stern).

Message par Rutilius »

Bonjour à tous,

Le double renflouement du cargo Gorbea-Mendi


La Dépêche de Brest, n° 9.540, Mardi 17 octobre 1911, p. 2.

L.D.B. 17-X-1911 - .JPG
L.D.B. 17-X-1911 - .JPG (86.3 Kio) Consulté 1380 fois

La Dépêche de Brest, n° 9.898, Dimanche 29 septembre 1912, p. 2.

L.D.B. 29-IX-1912 - .JPG
L.D.B. 29-IX-1912 - .JPG (85.73 Kio) Consulté 1380 fois

La Dépêche de Brest, n° 10.063, Vendredi 21 février 1913, p. 2.

L.D.B. 21-II-1913 - .JPG
L.D.B. 21-II-1913 - .JPG (124.36 Kio) Consulté 1380 fois
Dernière modification par Rutilius le mer. mai 12, 2021 6:22 pm, modifié 3 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.
Répondre

Revenir à « Navires et équipages »