JEANNE BLANCHE - Patrouilleur

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
Rutilius
Messages : 13053
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

JEANNE-BLANCHE — Yacht — État français.

Message par Rutilius » sam. avr. 27, 2019 3:13 pm

Bonjour à tous,

Saint-Hélier, ex-Drief — Navire à passager — Compagnie transinsulaire de navigation (1922~1923).

En 1922, le yacht Drief, ex-Jeanne-Blanche fut cédé par la Compagnie Express Algéro-Marocaine (Amarantini Frères) [Spyros et Constantin Amarantini], d’Alger, à la société anonyme dite « Compagnie transinsulaire de navigation », dont le siège social était établi à Paris, au 129, boulevard Hausmann (VIIIe Arr.). Cette compagnie était déjà propriétaire de l’Attala et du Celuta, ex-patrouilleur de l’État Coccinelle-I. Renommé Saint-Hélier, il arriva à Granville le 23 mars 1922 (L’Ouest-Éclair — éd. de Caen —, n° 7.510, Samedi 27 mars 1922, p. 5, en rubrique « Avranches ~ Granville ») et fut affecté au transport des passagers et des bagages sur la ligne Granville~Saint-Malo~Jersey (Saint-Hélier).

A la suite de la liquidation judiciaire de la Compagnie transinsulaire de navigation, intervenue le 5 janvier 1923, le Saint-Hélier et le Celuta furent mis en vente le 23 juin 1923, par adjudication aux enchères publiques, par maîtres Maillard et Guillebot, courtiers maritimes à Granville (L’Ouest-Éclair — éd. de Caen —, n° 7.913, Jeudi 14 juin 1923, p. 10). Initialement mis à prix 50.000 fr., le bâtiment fut acquis à une date indéterminée par l’armateur portugais Carlos Fernandez Guerra Gomes, qui l’immatricula à Porto et le renomma alors Roberto-Ivens.

Le 7 avril 1923, selon la même procédure, avait déjà été mise en vente par le ministère de maître Renon, notaire à la résidence de Granville, la ligne exploitée par de la compagnie sur la liaison Granville~Saint-Malo~Jersey (L’Ouest-Éclair — éd. de Caen —, n° 7.846, Jeudi 29 mars 1923, p. 9).

Le Celuta fut acquis à la fin du printemps 1924 par le département du Finistère, afin de remplacer au plus vite l’Île-d’Ouessant (Capitaine Jean-François Nizou, capitaine au cabotage, inscrit au Conquet, n° 7.548), qui assurait le transport des passagers et des marchandises, voire des animaux, entre le continent et les îles de Molène et d’Ouessant. Ce bâtiment avait, en effet, sombré le 8 juin 1924 à environ 500 m « dans le Sud-Ouest du Corce », après avoir talonné la roche de Poullou-doun, au Sud du phare de la Jument, alors qu’il allait de Brest à Ouessant, ayant à bord une quarantaine de passagers, du bétail et 11 tonnes de marchandises diverses (Le Petit Parisien, n° 17.287, Dimanche 8 juin 1924, p. 3).

____________________________________________________________________________________________


L’Ouest-Éclair — éd. de Caen —, n° 7.846, Jeudi 29 mars 1923, p. 9.

L.O.E. 29-III-1923 - 9 - .jpeg
L.O.E. 29-III-1923 - 9 - .jpeg (48.54 Kio) Consulté 40 fois

L’Ouest-Éclair — éd. de Caen —, n° 7.913, Jeudi 14 juin 1923, p. 10.

L.O.E. 14-VI-1923 - 10 - .jpeg
L.O.E. 14-VI-1923 - 10 - .jpeg (105.04 Kio) Consulté 40 fois
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Répondre

Revenir à « MARINE »