LA SAVOIE - Compagnie Générale Transatlantique

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
capu rossu
Messages : 67
Inscription : mer. juil. 19, 2017 2:00 am

Re: LA SAVOIE - Compagnie Générale Transatlantique

Message par capu rossu » lun. août 06, 2018 8:43 pm

Bonsoir Memgam,

Merci pour les deux noms manquants.

@+
Alain

Rutilius
Messages : 12190
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

LA SAVOIE ― Paquebot poste ― Compagnie générale transatlantique.

Message par Rutilius » lun. août 06, 2018 10:40 pm

Bonsoir Alain,
capu rossu a écrit :
dim. août 05, 2018 8:23 pm

« Il ne s'agit pas du paquebot La Savoie qui se trouve au Havre où il est requis le 07/08/1914 pour être armé en croiseur auxiliaire et versé à la 2e Escadre Légère pour le blocus à l'entrée de la Manche
[...]. Le paquebot évoqué ici est la Savoie (nom de la province sans l'article) appartenant à la Société Générale des Transports Maritimes à Vapeur et employé en temps de paix sur la ligne Marseille - Alger qu'il continuera à assurer jusqu'à sa réquisition sous le nom de Savoie II en 1915.
Pour le Tafna, l’article ne fait pas partie du nom et aurait dû être en minuscule. »
Pour ce qui est du Tafna, j'ai fidèlement retranscrit le Journal des marches et opérations du 3e Régiment de chasseurs d’Afrique, le passage en question étant, au reste, compris entre les guillemets de début et de fin :

archives_SHDGR__GR_26_N_899__015__0006__T.JPG
archives_SHDGR__GR_26_N_899__015__0006__T.JPG (103.1 Kio) Consulté 95 fois

Mais, effectivement, erreur d'imputation de ma part quant au cargo mixte Savoie, de la Société générale des transports maritimes à vapeur (S.G.T.M.). J'aurais dû être plus attentif, ayant antérieurement relaté la prise, au début des hostilités, du paquebot Nieuw-Amsterdam par La Savoie, bâtiment alors reconverti en croiseur auxiliaire.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Rutilius
Messages : 12190
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

LA SAVOIE ― Paquebot poste ― Compagnie générale transatlantique.

Message par Rutilius » mar. août 07, 2018 10:57 am

Bonjour à tous,


■ Traversées. (*)


— 14 ~ 19 mai 1915 : Transporte de Marseille à Seddul-Bahr l’État-major du 176e Régiment d’infanterie (Lieutenant-colonel Marie Augustin Paul de LAVENNE de CHOULOT), rattaché à la 156e division d’infanterie, et le 3e Bataillon dudit régiment (Chef de bataillon André Émile CARLIER). Soit 23 officiers, 1.223 hommes, 103 chevaux et 34 voitures.

Les autres éléments du régiment embarquèrent respectivement :

― le 8 mai 1915, sur la France III (premier échelon du 1er Bataillon) ;

― le 9, sur le Lotus (deuxième échelon – état-major, 1re et 3e compagnies – du 1er Bataillon) ;

― le 11, sur le Polynésien (premier échelon du 2e Bataillon) ;

― le 12, sur la Havraise (troisième échelon du 1er Bataillon) ;

― le 14, sur le Djemnah (deuxième échelon du 2e Bataillon).

(Journal des marches et opérations du 176e Régiment d’infanterie – 17 mars 1915 ~ 11 septembre 1916 – : Service historique de la Défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote 26 N 710/8, p. num. 7.)


==================================================================================


— 10 ~ 15 octobre 1915 : Transporte de Bizerte à Salonique la moitié de la 12e Compagnie « Bis » du 5e Escadron du train des équipages militaires, soit :

― un capitaine commandant, un vétérinaire aide-major de 1re classe et un sous-lieutenant ;
― deux adjudants-chefs, un maréchal des logis chef, 6 maréchaux des logis, un brigadier fourrier et 15 brigadiers ;
― 165 conducteurs ;
― 21 chevaux de selle et 240 mulets.

L’autre moitié de la 12e Compagnie « Bis » — placée sous le commandement du lieutenant Lespès — arriva à Salonique le 20 octobre 1915, à bord du paquebot postal Djemnah, de la Compagnie des Messageries maritimes.

• Journal des marches et opérations de la 12e Compagnie « Bis » du 5e Escadron du train des équipages militaires – 21 août 1915 ~ 8 sept. 1919 – : Service historique de la Défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote 26 N 1331/6, p. num. 6 et 7.


==================================================================================


— 15 octobre ~ 6 novembre 1915 : Transporte de Toulon à Salonique (Grèce) l’État-major du 148e Régiment d’infanterie (Lieutenant-colonel Paul Henri Joseph VIGNIER), la Compagnie hors rang de ce régiment (Capitaine adjoint Roger Marie Jean de MASCUREAU), son 1er Bataillon (Chef de bataillon Paulin Alphonse BERTRAND), la 9e (Capitaine Louis COUTAZ-REPLAUD) et la 10e Compagnie (Capitaine Auguste Marie HUGUES) de son 3e Bataillon, et l’État-major dudit 3e Bataillon (Chef de bataillon Antoine Marie MAQUIS).

Prirent passage à destination de Salonique le même jour sur le bâtiment italien Ville-d’Aoste le 2e Bataillon du même régiment (Chef de bataillon Richard Édouard Léon BÉRECKI), la 11e (Capitaine Louis Adolphe Jean-Baptiste DUBOIS) et la 12e Compagnie (Capitaine François Charles BOITEL) de son 3e Bataillon, ainsi que la Compagnie de mitrailleuses régimentaire (Capitaine Marie Joseph Georges THANNEUR).


Journal des marches et opérations du 148e Régiment d’infanterie — 15 octobre 1915 ~ 2 juin 1916 — : Service historique de la Défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote 26 N 696/4, p. num. 5 à 13.

« Journée du 15 octobre 1915.

Le régiment, retiré du front et transporté par chemin de fer à Toulouse où il est arrivé le 14, est stationné à Colomiers.
Son effectif est de 61 officiers et 2.875 sous-officiers, caporaux et soldats.
Il continue à faire partie de la 8e Brigade, 122e Division d’infanterie.

Journée du 16 octobre 1915.

Le Ministre ayant prescrit qu’en vue de permettre à la 122e Division d’opérer en Orient dans uns région ne comportant en principe que l’emploi de voitures à deux roues, les voitures à quatre roues sont remplacées par des voitures à deux roues du type "arabas".

Journée du 17 octobre 1915.

Par modification aux prescriptions ministérielles et sur la demande du Général commandant l’Armée d’Orient, les équipages des unités d’infanterie de la 122e Division devront être constitués sur un type mixte alpin, comportant des mulets de bât et un certain nombre de voitures à deux roues.

Journée du 18 octobre 1915.

Les modifications aux équipages sont commencées. Le matériel et les effets d’habillement et d’équipement sont demandés.

Journée du 19 octobre 1915.

Continuation des modifications aux équipages. Échange d’effets et de matériel.


Journée du 20 octobre 1915.

Rien à signaler.

Journée du 21 octobre 1915.

La musique du régiment donne concert au Rond-Point à Toulouse.
Le régiment est vacciné (1re piqûre contre le choléra).


Journée du 22 octobre 1915.

Rien de particulier à signaler.


Journée du 23 octobre 1915.

Le régiment reçoit un capitaine et deux lieutenants du 151e [Régiment] d’infanterie et 187 hommes de troupes des 7e, 9e et 11e Régiments d’infanterie.

Journée du 24 octobre 1915.

Des exercices d’installation de bivouacs sont faits dans les compagnies.


Journée du 25 octobre 1915.

Rien de particulier à signaler.


Journée du 26 octobre 1915.

Le régiment reçoit deux médecins et six hommes du 151e Régiment d’infanterie.
L’effectif du régiment est de :

― 67 officiers ;
― 202 sous-officiers ;
― 2.892 caporaux et soldats ;
― 422 chevaux et mulets.


Journée du 27 octobre 1915.

La transformation du régiment est terminée.
Il est passé en revue par le lieutenant-colonel
[Paul Henri Joseph VIGNIER] sur la route d’Auch à 13 h. 30.

Journée du 28 octobre 1915.

Rien à signaler.


Journée du 29 octobre 1915.

Rien à signaler.


Journée du 30 octobre 1915.

Le régiment reçoit l’ordre d’embarquer à Toulouse pour être dirigé sur Toulon.
L’itinéraire est le suivant : Toulouse ~ Castelnaudary ~ Carcassonne ~ Narbonne ~ Béziers ~ Cette
[Sète] ~ Nîmes ~ Arles ~ Marseille ~ Toulon.
Le 1er Bataillon quitte Toulouse à 20 h. 03.

Journée du 31 octobre 1915.

Le 2e Bataillon quitte Toulouse à 5 h. 23. L’État-major du régiment, la Compagnie hors rang et la Compagnie de mitrailleuses à 10 h. 03.
Le train régimentaire est réparti entre les bataillons et l’Etat-major.

Journée du 1er novembre 1915.

Les derniers éléments du régiment arrivent à Toulon à 6 h.00.
Le régiment est embarqué :
― État-major du régiment, Compagnie hors rang, 1er Bataillon, 9e et 10e Compagnies et État-major du 3e Bataillon, sur La Savoie ;
― 2e Bataillon, 11e et 12e Compagnies, Compagnie de mitrailleuses, sur le Duc-d’Aoste (bateau italien).
Le départ a lieu à 15 h. 45. Les deux bâtiments se suivent. On longe la côte.

Journée du 2 novembre 1915.

Aujourd’hui, le Duc-d’Aoste n’est plus en vue.
La mer est calme. On passe entre l’île d’Elbe et la Corse, direction au Sud.
Au cours de la journée, le Duc-d’Aoste rejoint.
Le régiment est vacciné contre la variole.

Journée du 3 novembre 1915.

Au jour, on double la Sicile. Vers 14 heures, on passe au large de l’île de Malte.


Journée du 4 novembre 1915.

Les deux transports continuent leur route. Il n’y a rien à signaler.


Journée du 5 novembre 1915.

On double le cap Matapan à 1 h. 45. Dès ce moment, la vitesse est augmentée et les bateaux font de nombreux crochets.
A 4 heures, on passe au Sud de Cérigo, au large de l’île Ovo ; vers 9 h. 00, à l’île Bélo-Polo. Les bateaux sont alors convoyés par un torpilleur anglais. A 14 h. 00, on passe près de l’île Zéa, à 16 h. 00, entre l’île Darbec et Andros.
Le torpilleur anglais nous quitte et est remplacé par un français.
Vers 18 h. 30, on passe au large de l’île Skyros.

Journée du 6 novembre 1915.

On passe près du cap Cassandra vers 2 heures et l’on arrive en rade de Salonique vers 6 h. 00.
Le débarquement commence à 8 h. 00 à l’aide de chalands et petits vapeurs.
Le régiment défile dans Salonique, musique en tête, drapeau déployé. Il se dirige vers le camp de Zeitenlick, où les derniers éléments du régiment (Compagnie de mitrailleuses et train régimentaire) arrivent dans la nuit.
Le camp est installé en ligne de colonnes doubles pour les 2e et 3e Bataillons, face au N.-E., et face au N.-O. pour le 1er Bataillon. Le poste de commandement est installé entre le 1er et le 2e Bataillon. »


==================================================================================


— 20 ~ 24 décembre 1915 : Transporte de Marseille à Salonique la deuxième fraction du 3e Groupe de 105 du 111e Régiment d'artillerie lourde, constituée par les officiers — capitaine Quintin, commandant ; sous-lieutenant Borel de Brétizel ; adjudant Thévenot faisant fonction d’officier —, les hommes et l’ensemble des chevaux et du matériel de la 4e Batterie.

La première fraction, constituée par l’État-major du 3e Groupe de 105, ses 5e et 6e Batteries, ainsi que par leurs chevaux et voitures de service, avait quitté Marseille le 13 décembre 1915 à bord du Sant’Anna et avait débarqué à Salonique le 18.

(Journal des marches et opérations du 3e Groupe de 105 du 111e Régiment d'artillerie lourde (qui deviendra, en Mars 1918, le 1er Groupe du 145e Régiment d’artillerie lourde) – 1er mars 1918 ~ 30 juin 1919 – : Service historique de la Défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote 26 N 1152/1, p. num. 5 et 8.)
____________________________________________________________________________________________
(*) Dernière adjonction : 1er ~ 6 novembre 1915. Transport de Toulon à Salonique d'une partie du 148e Régiment d’infanterie.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Avatar de l’utilisateur
lignard2
Messages : 904
Inscription : mer. déc. 07, 2011 1:00 am
Localisation : Entre Sambre-et-Meuse
Contact :

Re: LA SAVOIE - Compagnie Générale Transatlantique

Message par lignard2 » mar. août 07, 2018 2:25 pm

Bonjour Daniel,

— 15 octobre ~ 6 novembre 1915 : Transporte de Toulon à Salonique (Grèce) l’État-major du 148e Régiment d’infanterie (Lieutenant-colonel Paul Henri Joseph VIGNIER), la Compagnie hors rang de ce régiment (Capitaine adjoint Roger Marie Jean de MASCUREAU), son 1er Bataillon (Chef de bataillon Paulin Alphonse BERTRAND), la 9e (Capitaine Louis COUTAZ-REPLAUD) et la 10e Compagnie (Capitaine Auguste Marie HUGUES) de son 3e Bataillon, et l’État-major dudit 3e Bataillon (Chef de bataillon Antoine Marie MAQUIS).

Prirent passage à destination de Salonique le même jour sur le bâtiment italien Ville-d’Aoste le 2e Bataillon du même régiment (Chef de bataillon Richard Édouard Léon BÉRECKI), la 11e (Capitaine Louis Adolphe Jean-Baptiste DUBOIS) et la 12e Compagnie (Capitaine François Charles BOITEL) de son 3e Bataillon, ainsi que la Compagnie de mitrailleuses régimentaire (Capitaine Marie Joseph Georges THANNEUR).


• Journal des marches et opérations du 148e Régiment d’infanterie — 15 octobre 1915 ~ 2 juin 1916 — : Service historique de la Défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote 26 N 696/4, p. num. 5 à 13.

« Journée du 15 octobre 1915.

etc....

Merci pour ce petit clin d’œil au 148ème RI.
Je suis occupé actuellement de reprendre jour après jour les carnets de ce soldat et de faire coller ses journées avec celles du JMO. Un témoin qui donne d'autres faits de guerre que ceux donnés par un JMO. Une vision différente. Surtout lorsqu'on parle de pertes !!!!

exemple de détails
viewtopic.php?f=29&t=43161&start=20#p506293

On relève des noms d'officiers déjà présents au début août 14, alors jeunes sous-lieutenants et que l'on retrouve capitaines ou bien chef de bataillon. Le chef de BN Bertrand, déjà chef de BN en août 14 l'est toujours, autre cas, le capitaine Coutaz Replaud blessé en août 14 à Anseremme (Dinant Belgique) est encore capitaine.
Vu votre perspicacité... ne connaîtriez-vous pas le nom de ce bateau qui escortait les deux navires cités ?

Merci et bonne continuation

Cordialement

Lignard2
Christian

capu rossu
Messages : 67
Inscription : mer. juil. 19, 2017 2:00 am

Re: LA SAVOIE - Compagnie Générale Transatlantique

Message par capu rossu » mar. août 07, 2018 7:15 pm

Bonsoir Daniel,

Je ne te reproche rien. Je voulais simplement rétablir le fait pour nos collègues "non marins".
J'ai déjà eu l'expérience des noms "inexacts" car recopiés par des personnes n'ayant aucun lien avec la marine. Dans le cas présent, il se peut que le rédacteur de ce JMO soit natif ou ai vécu dans la région du Havre et comme les navires de la Transat qu'il aura connu avaient l'article inclus dans le nom, il en aura conclu que tous les navires français étaient dans le même cas.
Mais ce n'est pas pire que les KTB allemands de la WWII dans lesquels les officiers et fourriers chargés de leur tenue écrivaient phonétiquement certains noms de navires saisis ou requis quand ils ne pratiquaient pas correctement la langue de Molière.

@+
Alain

Rutilius
Messages : 12190
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

LA SAVOIE ― Paquebot poste ― Compagnie générale transatlantique.

Message par Rutilius » ven. août 10, 2018 7:29 pm

Bonsoir Alain,

Aucune acrimonie de ma part à votre égard : j’ai simplement voulu exposer les règles que j’observe lorsque je procède à la transcription d’un document d’archives. Mais, au cas présent, je confesse que j’aurais assurément dû faire suivre les termes « Le Tafna » par la mention : [Lire : Tafna].

Et petit rappel quant aux règles grammaticales s’appliquant à l’accord du nom des bâtiments de mer, ma-nifestement ignorées de nos contemporains...

—> viewtopic.php?f=29&t=46012
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Rutilius
Messages : 12190
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

LA SAVOIE ― Paquebot poste ― Compagnie générale transatlantique.

Message par Rutilius » ven. août 10, 2018 7:54 pm

Bonsoir à tous,

■ Traversées (complément).

— 15 octobre ~ 6 novembre 1915 : Transporte de Toulon à Salonique (Grèce) l’État-major du 148e Régiment d’infanterie, sa Compagnie hors rang, son 1er Bataillon, l’État-major, ainsi que la 9e et la 10e Compagnie de son 3e Bataillon.

Prirent passage à destination de Salonique le même jour sur le bâtiment italien Ville-d’Aoste le 2e Bataillon du même régiment, la 11e et la 12e Compagnie de son 3e Bataillon, ainsi que la Compagnie de mitrailleuses régimentaire.

Du canal de Doro à Salonique, La Savoie et le Duc-d’Aoste furent convoyés par le torpilleur d’escadre Sarbacane, alors commandé par le lieutenant de vaisseau Louis Marie SIBEUD.

• Torpilleur d’escadre Sarbacane, Journal de navigation n° - / 1915 — 5 nov. ~ 11 déc. 1915 — : Service historique de la Défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote SS Y 458, p. num. 791 à 793.

« 5 novembre 1915.

...................................................................................................................................

De 14 heures à 16 heures.

14 h. 00 — Entré dans le canal Doro.

15 h. 25 — Échangé les signaux de reconnaissance avec La Savoie.

15 h. 30 — Se fait reconnaître à La Savoie.

15 h. 35 — Pris poste devant La Savoie.


De 16 heures à 19 heures.

18 h. 25 — Pris poste par le travers du Duc-d’Aoste.

18 h. 35 — Pris poste derrière le Duc-d’Aoste.


De 19 heures à 24 heures.

22 h. 35 — Le feu de Psathoura par le travers.

6 novembre 1915.

De 0 heure à 4 heures.

2 h. 26 — Aperçu le feu de Cassandra
[Kassandra].

3 h. 10 — Le feu de Cassandra par le travers.

De 4 heure à 8 heures.

5 h. 40 — Panomi
[Epanomi] par le travers.

6 h. 46 — Franchi le premier barrage.

6 h. 51 — Franchi le second barrage.

7 h. 25 — Communiqué avec la Patrie.

7 h. 35 — Accosté le Socoa pour charbonner. »



• Torpilleur d’escadre Sarbacane, Registre historique de la correspondance intéressant le personnel et le matériel du bâtiment — 7 juill. 1914 ~ 10 oct. 1917 — : Service historique de la Défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote SS Y 459, p. num. 984.

« Rapport de mer (4, 5, 6 novembre) [1915].

4 novembre. — Appareillé à 14 heures et fait route à 15 heures avec le convoi descendant : Amiral-Olry, Asconia, City of Edimbourg.

5 novembre. — Midi. Laissé le convoi à l’entrée du canal de Mikoni faisant route sur Milo. Le Commandant-Rivière vient l’escorter.
Fait route sur Doro.

16 h. 00 — Rencontré dans le canal Savoie
[Lire : La Savoie] et Duc-d’Aoste, accompagnés d’un scout anglais.

6 novembre. — 7 h. 00. Arrivé à Salonique.

Bord, le 6 novembre 1915,
Le lieutenant de vaisseau, commandant,
Signé : Sibeud. »


• Cuirassé Charlemagne — alors commandé par le capitaine de vaisseau Joseph Auguste Émile ROUSSE —, Journal de bord n° 20 / 1915 — 4 nov. ~ 19 nov. 1915 – : Service historique de la Défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote SS Y 89, p. num. 965.

« 6 novembre 1915.

6 h. 45 — La Savoie, le Duc-d’Aoste et la Sarbacane rentrent au mouillage. »




SARBACANE - Torpilleur d'escadre - .jpg
SARBACANE - Torpilleur d'escadre - .jpg (77.84 Kio) Consulté 7 fois
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Répondre

Revenir à « MARINE »