Le Sokol & le DobroPole

Sur les traces des combats et de combattants
ALVF
Messages : 5803
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am

Re: Le Sokol & le DobroPole

Message par ALVF » sam. sept. 15, 2018 9:32 am

Bonjour,

Sans remettre en cause la percée des Armées française et serbe sur le Front d'Orient et surtout ses résultats éclatants, on ne peut affirmer qu'il s'agisse de la "première" percée du front par les français. Il s'agit certes de la seule percée "exploitée" mais le front a été au moins deux fois percé nettement au cours de la guerre par les français et deux fois par les Britanniques:
-en mai 1915, lorsque la Division Marocaine a percé le front à Vimy, percée étroite "en doigt de gant" et non exploitée, les réserves ayant été dans l'impossibilité d'intervenir du fait de leur éloignement et de la rapidité inattendue de la percée.
-en juillet 1916, lorsque le 1er Corps d'Armée Colonial a percé le front allemand de la Somme sur le plateau de Flaucourt. Il s'agit là d'une percée importante réalisée au niveau d'un Corps d'Armée. Les "Marsouins" se sont retrouvés pendant plus d'un jour en terrain libre sans opposition sérieuse mais Foch a hésité à continuer l'avance du fait de l'échec sanglant des britanniques à sa gauche et de la crainte de subir des contre-attaques latérales. Fidèles à leurs habitudes, les allemands ont rapidement mis en place un dispositif constitué de troupes disponibles récupérées un peu partout et ont verrouillé leur front.
-de même, les Britanniques ont percé le front en novembre 1917 lors de la Bataille de Cambrai mais n'avaient prévu aucune exploitation sérieuse du succès du "Tank Corps". Ils ont récidivé le 8 août 1918 en Picardie (avec la participation d'une Armée française) mais là encore les allemands se sont rétablis sur la Ligne Hindenburg.
Il n'en reste pas moins vrai que la Bataille du Sokol et du Dobropolje est la seule percée suivie d'une vaste exploitation au cours de la Grande Guerre du côté allié ayant contraint l'ennemi à négocier face à un désastre militaire consommé.
Cordialement,
Guy François.

Répondre

Revenir à « SITES ET VESTIGES DE LA GRANDE GUERRE »