Saint-Cyr — 69e Promotion, dite « de Fou-Tchéou » (1884~1886).

Évocation de parcours individuels
Rutilius
Messages : 12517
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Saint-Cyr — 69e Promotion, dite « de Fou-Tchéou » (1884~1886).

Message par Rutilius » mer. nov. 09, 2016 6:16 pm

Bonjour à tous,

Saint-Cyr — 69e Promotion, dite « de Fou-Tchéou » (1884~1886)

400 élèves


■ Classement d’entrée

Journal officiel du 18 octobre 1884, p. 5.498.

—> http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6 ... on%22.zoom


■ Classement de sortie

Journal officiel du 3 septembre 1886, p. 4.086.

—> http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6 ... .item.zoom


■ Nominations au grade de sous-lieutenant et affectations

• Décret du 14 septembre 1886 – Infanterie : Journal officiel du 17 septembre 1886, p. 4.306.

—> http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6 ... essel.zoom

• Décret du 14 septembre 1886 – Cavalerie : Journal officiel du 17 septembre 1886, p. 4.307.

—> http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6 ... essel.zoom


■ Nomination au grade de lieutenant

• Décret du Président de la République du 24 mars 1890 – Infanterie : Journal officiel du 25 mars 1890, p. 1.595.

—> http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6 ... on%22.zoom
Dernière modification par Rutilius le ven. oct. 12, 2018 5:13 pm, modifié 1 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Rutilius
Messages : 12517
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Saint-Cyr — 69e Promotion, dite « de Fou-Tchéou » (1884~1886).

Message par Rutilius » mer. nov. 09, 2016 6:22 pm

Bonsoir à tous,

Georges Benoist MÉZIÈRE


Né le 24 avril 1865 à Meslay-du-Maine (Mayenne) et décédé le 22 avril 1917, tué à l’ennemi au Mont-Haut, secteur de Moronvilliers (Marne). Alors domicilié à Antony (Seine – aujourd’hui Hauts-de-Seine –), au 2, rue du Moulin.

• Fils de Joseph Auguste MÉZIÈRE, né le 16 octobre 1831 à Grazay (Mayenne), brigadier de gendarmerie [sabotier en 1853], et d’Adélaïde Désirée GUILMEAU, née le 24 novembre 1833 à Grazay ; époux ayant contracté mariage à Grazay, le 26 octobre 1853 (Registre des actes d’état civil de la commune de Meslay-du-Maine, Année 1853, f° 31, acte n° 71. — Registre des actes d’état civil de la commune de Meslay-du-Maine, Année 1865, f° 18, acte n° 13).

• Époux de Laure Adrienne GRECH, née le 11 janvier 1882 à Constantine (Algérie), au 7, rue des Cigognes, avec laquelle il avait contracté mariage à Alger (Algérie), le 13 juillet 1912 (Ibid.).

Fille de Charles GRECH, né en février 1840 à Bône (Algérie), commerçant, et de Marie Anne Julie ONION, née le 23 août 1869 à Philippeville (Algérie), sans profession. Époux ayant contracté mariage à Constantine, le 1er février 1872 (Registre des actes de naissance de la ville de Constantine, Année 1882, f° 4, acte n° 24. — Registre des actes de mariage de la ville de Constantine, Année 1872, f° 10, acte n° 23).

Carrière militaire

Admis le 29 octobre 1884 à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr à la suite du concours organisé la même année – 69e promotion, dite « de Fou-Tchéou » (1884~1886) – ayant été classé 161e sur 400 élèves à l’issue des épreuves (J.O. 18 oct. 1884, p. 5.498). Boursier avec trousseau (J.O. 23 oct. 1884, p. 5.580 et 5.581). Classé 75e sur 397 élèves après les examens de sortie de l’école (J.O. 3 sept. 1886, p. 4.086).

Par décret du 14 septembre 1886 (J.O. 17 sept. 1886, p. 4.306), nommé au grade de sous-lieutenant dans l’arme de l’infanterie à compter du 1er octobre 1886. Affecté au 132e Régiment d’infanterie.

Par décret du Président de la République en date du 24 mars 1890 (J.O. 25 mars 1890, p. 1.595), promu au grade de lieutenant (2e tour ; au choix). Affecté au 156e Régiment d’infanterie.

Le 24 mars 1892, déclaré reçu aux examens d’entrée à l’École supérieure de guerre (J.O. 16 avr. 1892, p. 1.982). Alors lieutenant au 132e Régiment d’infanterie. Admis dans cette école le 1er novembre 1892.

Officier breveté d’état-major (J.O. 7 nov. 1894, p. 5.357).

Stagiaire à l’État-major du 19e Corps d’armée.

Par décret du Président de la République en date du 30 décembre 1895 (J.O. 31 déc. 1895, p. 7.405), promu au grade de capitaine d’infanterie breveté (2e tour ; au choix). Demeure néanmoins affecté au 132e Régiment d’infanterie, étant néanmoins maintenu stagiaire d’état-major.

Par décision ministérielle du 6 avril 1896 (J.O. 6 avr. 1896, p. 1.952), affecté au 138e Régiment d’infanterie ; demeure détaché comme stagiaire à l’État-major du 19e Corps d’armée.

Par décision ministérielle du 3 février 1897 (J.O. 5 févr. 1897, p. 787), mis en situation d’activité hors cadres ; demeure détaché comme stagiaire à l’État-major du 19e Corps d’armée.

Par décision ministérielle du 3 décembre 1900 (J.O. 4 déc. 1900, p. 8.022), alors capitaine d’infanterie breveté hors cadres, employé à l’État-major du 19e Corps d’armée, désigné pour servir en qualité d’ordonnance auprès du général commandant ledit corps.

Par décision ministérielle du 30 mars 1904 (J.O. 4 avr. 1904, p. 2.090 et 2.091), réintégré au 1er Régiment de marche de zouaves.

Par décision ministérielle du 10 janvier 1907 (J.O. 12 janv. 1907, p. 250), placé en situation hors cadres (Service d’état-major) et nommé à l’État-major du commandement supérieur de la défense d’Alger.

Par décret du 25 décembre 1908 (J.O. 28 déc. 1908, p. 9.064), promu au grade de chef de bataillon (au choix) et par décision ministérielle de même date (Ibid.), affecté au 6e Bataillon du 3e Régiment de tirailleurs algériens.

Par décision ministérielle du 9 janvier 1911 (J.O. 11 janv. 1911, p. 272), nommé à l’État-major du 19e Corps d’armée.

Par décision ministérielle du 9 octobre 1912 (J.O. 10 oct. 1912, p. 8.695), affecté au Service d’état-major du commandement des troupes d’occupation du Maroc oriental à compter du 13 novembre 1912 (service).

Par décret du 23 juin 1913 (J.O. 24 juin 1913, p. 5.389), promu au grade de lieutenant-colonel (au choix). Par décision ministérielle de même date (Ibid.), affecté au 2e Régiment de marche de zouaves, à Oran ; toutefois, par décision ministérielle de même date (J.O. 24 juin 1913, p. 5.404), maintenu provisoirement dans le Service d’état-major du commandement des troupes d’occupation du Maroc oriental.

Par décision ministérielle du 15 mai 1916 (J.O. 26 mai 1916, p. 4.679), réintégré au 41e Régiment d’infanterie.

Distinctions honorifiques

□ Par décret du Président de la République en date du 30 juillet 1902 (J.O. 29 juill. 1902, p. 5.271), nommé chevalier dans l’Ordre de la Légion d’honneur dans les termes suivants :

« INFANTERIE. — Service d’état-major. M. Mézière (Georges-Benoist), capitaine breveté, hors cadres, officier d’ordonnance du général commandant le 11e corps d’armée ; 18 ans de services, 7 campagnes. »

□ Par décision ministérielle du 22 août 1913 (J.O. 23 août 1913, p. 7.676), inscrit d’office au tableau de concours pour le grade d’officier de la Légion d’honneur « au titre des faits de guerre au Maroc (colonne du Tadla, des Zaers et des Béni M’Tir ». Alors sous-chef d’état-major des Troupes d’occupation du Maroc oriental.

□ Par décret du Président de la République en date du 30 septembre 1913 (J.O. 2 oct. 1913, p. 8.729), promu officier dans l’Ordre de la Légion d’honneur dans les termes suivants :

« Troupes métropolitaines. — Infanterie. — État-major des T.M.O. — Mézière, lieutenant-colonel ; 29 ans de service, 17 campagnes. Chevalier du 26 juillet 1902. »

□ Cité à l’ordre de l’armée dans les termes suivants (J.O. 15 sept. 1917, p. 7.286 – Erratum J.O 23 sept. 1917, p. 7.536) :

« MÉZIÈRE (Georges), lieutenant-colonel, commandant le 41e rég. d’infanterie : très brillant chef de corps, d’une haute valeur morale, a, le 22 avril 1917, fait preuve du plus beau courage et donné le plus bel exemple en lançant lui-même à la contre-attaque une de ses compagnies. A été tué face à l’ennemi, en criant : "En avant". ».
Dernière modification par Rutilius le ven. oct. 12, 2018 5:30 pm, modifié 2 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Rutilius
Messages : 12517
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Saint-Cyr — 69e Promotion, dite « de Fou-Tchéou » (1884~1886).

Message par Rutilius » mer. nov. 09, 2016 6:29 pm

Bonsoir à tous,

Jean Charles Joseph de LA ROCHEFOUCAULD-ESTISSAC


Né le 3 février 1865 à Paris (VIIe Arr.).

Fils d'Arthur François Ernest de LA ROCHEFOUCAULD-ESTISSAC, né le 1er mai 1831 à Paris (... Arr.) et décédé le 22 juin 1888 à Paris (... Arr.), et de Marie Luce de MONTBEL, née le 10 juin 1835 à ... (...) et décédée le 14 juin 1920 à Pellevoisin (Indre).

Carrière militaire

Admis le 28 octobre 1884 à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr à la suite du concours organisé la même année, étant classé 300e sur 400 élèves (J.O. 18 oct. 1884, p. 5.498). 69e promotion, dite « de Fou-Tchéou » (1884~1886). Classé 96e sur 350 élèves à la sortie de l’école ; désigné pour la cavalerie (J.O. 3 sept. 1886, p. 4.086).

Par décret du Président de la République en date du 14 septembre 1886 (J.O. 17 sept. 1886, p. 4.307), promu au grade de sous-lieutenant de cavalerie à compter du 1er octobre 1886.

En 1887, et jusqu’au 31 août de la même année, élève officier à l’École d’application de cavalerie.

Par décision ministérielle du 7 septembre 1887 (J.O. 15 sept. 1887, p. 4.176), affecté au 2e Régiment de chasseurs.

Par décret du Président de la République en date du 29 décembre 1890 (J.O. 31 déc. 1890, p. 6.425), promu au grade de lieutenant de cavalerie et, par décision ministérielle de même date, affecté au 2e Régiment de hussards.

Par décret du 3 juillet 1893 (J.O. 31 déc. 1890, p. 6.425), étant démissionnaire, nommé lieutenant de réserve de cavalerie, demeurant affecté au 2e Régiment de hussards.

Par décret du Président de la République en date du 16 août 1914 (J.O. 18 août 1914, p. 7.486), réintégré au grade de lieutenant de réserve de cavalerie et, par décision ministérielle de même date, affecté au 11e Régiment de chasseurs.

Par décret du 20 mars 1915 (J.O. 26 mars 1915, p. 1.638), promu au grade de capitaine de réserve de cavalerie à compter du 7 mars 1915. Maintenu au 1e Régiment de chasseurs où il se trouvait alors affecté.

... / ...

Distinction honorifique

□ Par arrêté du Ministre de la Guerre en date du 25 octobre 1916 (J.O. 27 oct. 1916, p. 9.373), inscrit au tableau spécial de la Légion d’honneur dans les termes suivants :

« DE LA ROCHEFOUCAULD (Jean-Charles-Joseph), capitaine de réserve au 3e rég. de chasseurs, libéré de toute obligation militaire, a demandé, dès le 2 août 1914, a reprendre du service pour la durée de la guerre. Au front, depuis le 25 octobre 1914, a fait preuve, en toutes circonstances, de remarquables qualités militaires. » (p. 9.378).
Dernière modification par Rutilius le ven. oct. 12, 2018 5:39 pm, modifié 1 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Avatar de l’utilisateur
Francine Laude
Messages : 1634
Inscription : sam. nov. 17, 2007 1:00 am
Localisation : Colomars (06)

Re: Saint-Cyr — 69e Promotion, dite « de Fou-Tchéou » (1884~1886).

Message par Francine Laude » mer. nov. 09, 2016 11:34 pm

Bonsoir

LAMBERT Jules René Edmond né le 20/11/1866 rue du Parc Quimper (Finistère)
Cheveux et sourcils noirs, yeux bruns, front, nez, bouche moyenne,
menton rond, visage ovale taille 1m 65
,

Engagé pour 5 ans le 20 nov 1884 à la mairie de Versailles
Admis 44ème à l’ ESM arrivée au corps le 31 octobre 1884
Sorti 325ème - Nommé sous-lieutenant au 47ème de ligne le 1er octobre 1886
Lieutenant au 102ème régiment d’infanterie le 23 février 1891,
( 1896) 146ème régiment d’infanterie (fiche matricule) 148ème (fiche des ES base Léonore)
capitaine (avril 1896) capitaine adjudant major (1906)

Cours de l’école régionale de tirs du camp Ruchard 1888 obtenant le n° 19 sur 60 élèves classés
Détaché comme substitut au conseil de guerre du Mans sept 1891-nov 1892
Cours de l’école normale de tir au Camp de Châlons février– juin 1903
Stages à l’école des travaux de campagne (1903) au 14ème régiment de dragons (1908) au 46ème régiment d’artillerie (1910)

124ème RI Commandant major / Chef de bataillon
+ 04/11/1914 Andechy (Somme)
tué à l’ennemi
Jugement 27/06/1918 transcrit 27/06/1918 Saint-Brieuc (Côtes du Nord)

* Chevalier de la légion d’honneur
« A été blessé le 22 août 1914 à Virton (Belgique). Revenu sur le front a brillamment commandé son bataillon
au combat du 4 novembre 1914 sous Andrechy l’a entrainé à l’assaut jusqu’aux défenses accessoires ennemies.
A été tué en reconnaissant les abords du village pour tenter d’y pénétrer . »


Famille
x 24/07/1900 CAMILLE Marie Louise Marguerite domiciliée à Givet (Ardennes)
Autorisation du général commandant le 6ème corps d’armée (03/07/1900)
3 filles

Parents
LAMBERT Louis Jules lieutenant-colonel commandant
Infanterie, voltigeurs, trésorerie, régiment de Paris, territoriale
Campagnes Crimée Italie (1859) Siège de Paris (1870-1871) Blessure coup de feu à l’œil droit (1855,1856)
Chevalier de la Légion d’honneur - Médailles de la valeur militaire, commémoratives de Crimée, d’Italie - Citations
+ 13/01/1915 rue des Forges 10, Saint-Brieuc (Côtes du Nord)
Marié le 16/08/1862 à Saint Brieuc avec BOURCIERE Marie Adélaide

Image

(Mémorial Saint-Cyr / Base Léonore / AD29, AD22, AM29 / JO / SGA-MdH fiches, JMO / Gallica)

Amicalement
Francine

Avatar de l’utilisateur
michelstl
Messages : 2205
Inscription : dim. juil. 24, 2011 2:00 am
Localisation : Montréal, Québec

Re: Saint-Cyr — 69e Promotion, dite « de Fou-Tchéou » (1884~1886).

Message par michelstl » jeu. nov. 10, 2016 1:32 am

Bonjour

Je travaille sur le 95e R.I. / je repère deux hommes
http://www.michelsl.com/95eRI_14-18/St-Cyr.html

MOILARD Jean - 1886, S-Lt au 50e R.I.
Colonel au Ct du 95e le 08-03-1919
Entre 1914 et 1919, sera passé par les 50, 300, 269, 226, 266 et 95e R.I.
Pour le parcours, voir http://www.michelsl.com/95eRI_14-18-Hom ... -Mond.html

SEUPEL Émile Lucien - 1886, S-Lt au 136e R.I.
Lt-Colonel au Ct du 95e R.I. 02-09-1916
Entre 1914 et 1919, sera passé par les 127, 102, 95, 146, et 123e R.I.
Pour le parcours, voir http://www.michelsl.com/95eRI_14-18-Hom ... Soula.html

Salutations
Michel

Rutilius
Messages : 12517
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Saint-Cyr — 69e Promotion, dite « de Fou-Tchéou » (1884~1886).

Message par Rutilius » ven. oct. 12, 2018 4:03 pm

Bonjour à tous,

Simon Joseph Charles SARTON du JONCHAY


Né le 14 octobre 1863 au château de Torcy, sis à Garnat-sur-Engièvre (Allier), et y décédé, le 14 juillet 1940.

• Fils de Jean François Jules SARTON du JONCHAY, né le 27 mars 1833 à Chassigny-sous-Dun (Saône-et-Loire) et décédé 13 août 1876 à Garnat-sur-Engièvre, et d’Amélie Louise Jeanne THIOLIÈRE, née le 26 juin 1838 à Saint-Chamond (Loire) et décédée le 6 juillet 1919 à Garnat-sur-Engièvre ; époux ayant con-tracté mariage à Saint-Chamond, le 14 octobre 1861 (Registre des actes de mariage de la commune de Saint-Chamond, Année 1861, f° 39, acte n° 75).

• Époux de Paule Marie Philomène de SONIS, née le 16 février 1869 à Laghouat (Algérie) et décédée le 7 août 1945 à Constantine (– d° –) (Registre des actes de naissance de la commune de Laghouat, Année 1869, f° 4, acte n° 9), avec laquelle il avait contracté mariage à Paris (XVIe Arr.), le 24 juin 1889 (Registre des actes de mariage du XVIe arrondissement de Paris, Année 1889, f° 76, acte n° 425).

• Père de Jacques Marie Gaston SARTON du JONCHAY, né le 10 mai 1890 à Tébessa, (Algérie) (Registre des actes de naissance de la commune de Tébessa, Année 1890, acte n° 12), décédé le 23 octobre 1918 à l’Ambulance 15/16 , alors établie à Cugny (Aisne), des suites de blessures reçues le 17 octobre 1918 à Mont-d’Origny (Aisne) [Acte de décès transcrit à Oued-Thémia (Département de Constantine, Algérie)]. Capitaine de réserve (15 sept. 1918), 8e Régiment de marche de tirailleurs, classe 1908, n° L.M. 111, puis n° 1.116 au recrutement de Constantine.

Carrière militaire

Admis le 28 octobre 1884 à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr à la suite du concours ouvert la même année, étant classé 21e sur 400 élèves (J.O. 18 oct. 1884, p. 5.498). 69e promotion, dite « de Fou-Tchéou » (1884~1886). Classé 84e sur 397 élèves à la sortie de l’école ; désigné pour la cavalerie (J.O. 3 sept. 1886, p. 4.086).

Par décret du Président de la République en date du 14 septembre 1886 (J.O. 17 sept. 1886, p. 4.307), promu au grade de sous-lieutenant de cavalerie à compter du 1er octobre 1886.

Du 1er octobre 1886 au 31 août 1887, élève officier à l’École d’application de cavalerie. Classé 40e sur 76 élèves à l’issue des examens de sortie.

Par décision ministérielle du 7 septembre 1887 (J.O. 15 sept. 1887, p. 4.176), affecté au 20e Régiment de dragons.

Par décision ministérielle du 24 novembre 1889 (J.O. 26 nov. 1889, p. 5.880), affecté au 3e Régiment de chasseurs d’Afrique.

Par décret du Président de la République en date du 27 octobre 1890 (J.O. 28 oct. 1890, p. 5.256), promu au grade de lieutenant (3e tour ; ancienneté) ; par décision ministérielle de même date, affecté au 1er Régiment de dragons (Ibid.). Détaché au Service des affaires indigènes en Algérie.

Successivement adjoint stagiaire au Bureau arabe de Biskra (5 nov. 1890), adjoint de 2e classe au Bureau arabe de Djelfa (16 juill. 1892) et adjoint de 1re classe au Bureau arabe de Geryville (1er oct. 1893).

Par décret du Président de la République en date du 30 décembre 1896 (J.O. 31 déc. 1896, p. 7.303), promu au grade de lieutenant et placé en position hors cadres, demeurant affecté au Service des affaires indigènes en Algérie. Bureau arabe de Geryville (30 déc. 1896), Bureau arabe de Batna (5 févr. 1897).

Par décision ministérielle du 10 mars 1897 (J.O. 11 mars 1897, p. 1.480), affecté en qualité de capitaine en second au 3e Régiment de spahis. Par décision ministérielle du 24 mars 1897 (J.O. 25 mars 1897, p. 1.759), nommé capitaine commandant audit régiment.

Par décision ministérielle du 19 juin 1900, placé en position hors cadres pour être affecté au Service des affaires indigènes en Algérie. Rayé des contrôles le 10 juillet 1900. Par lettre du Gouverneur général de l’Algérie en date du 16 juillet 1900, mis à la disposition du général commandant la Division d’Oran pour être affecté au Bureau arabe en qualité d’adjoint stagiaire.

Par décision du Gouverneur général de l’Algérie en date du 1er septembre 1900, nommé chef du Bureau arabe de Méchéria, puis par décision du Gouverneur général de l’Algérie en date du 11 août 1903, nommé commandant supérieur à Méchéria.

Par décision ministérielle du 15 avril 1904 (J.O. 19 avr. 1904, p. 2.418), remis à la disposition de son arme. Rayé des contrôles du Service des affaires indigènes en Algérie le 7 juillet 1904.

Par décision ministérielle du 9 juillet 1904 (J.O. 10 juill. 1904, p. 4.216 et 4.217), affecté au 9e Régiment de chasseurs en qualité de capitaine commandant.

Par décision ministérielle du 9 février 1906 (J.O. 10 févr. 1906, p. 897), affecté au 4e Régiment de chasseurs d’Afrique en qualité de capitaine en second et nommé officier acheteur au Dépôt de remonte de Constantine à compter du 22 février 1906. Rayé des contrôles du 9e Régiment de chasseurs le 10 mars 1906.

Par décret du Président de la République en date du 27 septembre 1906 (J.O. 27 sept. 1906, p. 6.564), promu au grade de chef d’escadron (au choix) et placé en position hors cadres (Service des remontes). Alors commandant du Dépôt de remonte de Constantine. Maintenu.

Par décision ministérielle du 25 décembre 1908 (J.O. 28 déc. 1908, p. 9.084 et 9.085), affecté au 3e Régiment de chasseurs (Service).

En Avril 1909, désigné pour suivre, à Saumur, le cours pratique des officiers supérieurs de l’École d’application de cavalerie (J.O. 15 avr. 1919, p. 3.941). Admis le 3 mai 1909.

Par décret du Président de la République en date du 24 septembre 1912 (J.O. 25 sept. 1912, p. 8.338), promu au grade de chef d’escadron et placé en position hors cadres (État-major). Alors commandant des Établissements hippiques de l’Algérie et de la Tunisie, à Alger, étant rattaché à la 6e Compagnie de remonte. Maintenu.

Classé dans l’État-major particulier de l’arme de la cavalerie à compter du 1er juillet 1913 (J.O. 24 juin 1913, p. 5.408). Maintenu au commandement des Établissements hippiques de l’Algérie et de la Tunisie.

Par décision ministérielle du 12 août 1914 (J.O. 14 août 1914, p. 7.424), nommé au commandement du Corps de spahis auxiliaires indigènes algériens, créé par l’instruction du Ministre de la Guerre n° 3.496 – 9/11 du 6 août 1914.

Par décret du Président de la République en date du 22 février 1915 (J.O. 23 févr. 1915, p. 939), promu au grade de colonel, étant placé en situation hors cadres (État-major).

Par décision ministérielle du 22 janvier 1916 (J.O. 24 janv. 1916, p. 646), affecté au 4e Régiment de spahis.

Par décision ministérielle du 9 mars 1918 (J.O. 11 mars 1918, p. 2.258), affecté au 16e Régiment de chasseurs.

Par décret du ... 1919 (...), nommé au grade de général de brigade dans la 1re section de l’État-major général de l’armée.

En Décembre 1919, nommé à l’emploi d’adjoint au vice-amiral, préfet maritime de l’Arrondissement algéro-tunisien, gouverneur de Bizerte, commandant la Subdivision de Bizerte (J.O. 27 déc. 1919, p. 15.194). [Vice-amiral Georges François Camille VARNEY. Nommé à cet emploi par un décret du 8 février 1921 (J.O. 9 févr. 1921, p. 1.800)].

Par décision ministérielle du 11 octobre 1921 (J.O. 12 oct. 1921, p. 11.710), nommé au commandement par intérim de la Cavalerie en Algérie.

Par décret du 19 septembre 1922 (J.O. 20 sept. 1922, p. 9.539), promu au grade de général de division dans la 1re section de l’État-major général de l’armée.

Par décision ministérielle du 20 septembre 1922 (J.O. 25 sept. 1922, p. 9.683), maintenu au comman-dement de la Cavalerie en Algérie.

A compter du 14 octobre 1925, placé dans la 2e section (Réserve) du cadre de l’État-major général de l’armée (J.O. 15 oct. 1925, p. 9.903).

Distinctions honorifiques

□ Médaille d’honneur de 2e classe — Actes de courage et de dévouement accomplis en Algérie — pour « [avoir] dirigé avec un zèle digne d’éloges les chantiers de destruction des sauterelles dans tout le caïdat des Zibans, Sidi-Okba, Saâda et les Ouled-Zekri. » (J.O. 31 oct. 1891, p. 5.246).

□ Par décret du Président de la République en date du 10 juillet 1899 (J.O. 11 juill. 1899, p. 4.622 et 4.625), nommé au grade de chevalier dans l’Ordre de la Légion d’honneur. Comptait alors 15 ans de service et 11 campagnes.

□ Par arrêté du Ministre de la Guerre en date du 6 décembre 1914 (J.O. 7 déc. 1914, p. 9.024), inscrit au tableau spécial de la Légion d’honneur pour le grade d’officier dans les termes suivants :

« M. Sarton du Jonchay, lieutenant-colonel, commandant les spahis auxiliaires algériens : a fait preuve des plus belles qualités d’énergie et de bravoure dans son commandement. A, soit par ses reconnais-sances, soit au combat, infligé de fortes pertes à l’ennemi. »

□ Par arrêté du Ministre de la Guerre en date du 6 juillet 1919 (J.O. 8 juill. 1919, p. 7.010), inscrit au tableau spécial de la Légion d’honneur pour le grade de commandeur.

□ Par décret du Président de la République en date du 28 décembre 1924 (J.O. 29 déc. 1924, p. 11.453), élevé à la dignité de grand officier dans l’Ordre de la Légion d’honneur dans les termes suivants :

« SARTON DU JONCHAY (Charles-Simon-Joseph), général de division commandant la cavalerie d’Algérie. Commandeur du 6 juillet 1919 ; 39 ans de services, 33 campagnes. »
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Répondre

Revenir à « Parcours »