Frontenay sur Dive 14-18

Évocation de parcours individuels
regis 79
Messages : 657
Inscription : lun. juil. 29, 2013 2:00 am

Re: Frontenay sur Dive 14-18

Message par regis 79 » dim. juin 24, 2018 6:26 pm

Il y a cent ans et 3 jours, le 21 juin 1918……
Ce 21 juin 1918, Victor Prinet, né à Frontenay en 1874, change de régiment, passant du 69ème RIT au 5ème RI.
Après avoir passé l'hiver 1917/1918 au Chemin des Dames, à entretenir les boyaux de communication ou à travailler à la tête de pont de Pargnan (Aisne), le 69ème RIT est dirigé dans l'Oise, à Maignelay-Montigny, au sud de Montdidier (Somme).
Selon l'historique du régiment, les 2 bataillons du 69ème RIT préparent le terrain en vue d'une offensive alliée. Mais l'ennemi la devance et attaque en force du 9 au 15 juin 1918.
C'est donc juste après ces combats que Victor Prinet rejoint le 5ème RI cantonné depuis peu au sud d'Amiens, à Rumigny et alentours, où il reste durant un mois, car Victor Prinet et son régiment sont subitement embarqués pour la région de Villers-Cotterêts où ils reçoivent l'ordre, d'après l'historique de cette unité, de "suivre le 167ème RI, de nettoyer les objectifs atteints et de le relever aussitôt après en le dépassant". C'est la bataille de l'Aisne et d'Oulchy-le-Château.
On retrouve ensuite Victor Prinet et son régiment du côté de Soissons en août 1918, puis en Belgique en octobre suivant, chargés avec une armée anglo-franco-belge de rompre le front ennemi et de se diriger sur Gand (Bataille de la Lys entre autres).
Durant la période du 14 au 23 octobre 1918, le régiment de Victor Prinet, pour avoir libéré une ville et 5 villages, progressé de 30 km, capturé 600 prisonniers, enlevé canons et matériels de guerre, est cité à l'ordre de l'Armée.
Voilà la fin de parcours en 14/18 de Victor Prinet qui restera mobilisé jusqu'au 26 janvier 1919 et mourra le 22 septembre 1952 à Poitiers (Vienne).

regis 79
Messages : 657
Inscription : lun. juil. 29, 2013 2:00 am

Re: Frontenay sur Dive 14-18

Message par regis 79 » lun. juin 25, 2018 7:32 pm

Il y a cent ans et 2 jours, le 23 juin 1918……
Ce 23 juin 1918, Abel Depoys, né à Frontenay en 1895, reçoit une nouvelle citation après celle novembre 1916 et après sa blessure du 15 juin 1918: Ordre 9482 du GQG (Grand Quartier Général) en date du 23 janvier 1918: "gradé dévoué et courageux, a vaillamment conduit ses hommes au combat et a été grièvement blessé au cours de l'action (du 15 juin 1918 à Bussiares (02))"
Croix de Guerre et Médaille Militaire
Rappelons qu'Abel Depoys va être amputé de l'avant-bras gauche entre le 15 et le 25 juin 1918.

Ce même 23 juin 1918, son cousin issu-de-germain Joseph Depoys, mon grand-père, n'en finit pas d'envoyer des cartes postales à sa fiancée et on peut le comprendre. Il écrit:
"St Léonard, le 23 juin 1918
Ma chère Marie,
Aujourd'hui dimanche, je ne peut* laisser passer la journée sans t'envoyer
de mes nouvelles, nous avons la journée libre ce qui nous fait du temps devant
nous, ce matin on a été faire un tour au marché et on a vite fait le tour de la
ville car elle n'est pas bien grande.
Dans l'après-midi on va aller faire un tour à la campagne, peut-être
une promenade au bord de la Vienne cela me plairait bien si tu étais auprès
de moi les heures sembleraient bien plus brèves et enfin dans la soirée la seule distraction
pour tous est d'aller entendre jouer la musique américaine et je te prie de
croire que les filles ne s'en font pas avec les Américains quoique ils ne se comprennent
pas en paroles leurs* idées* est la même.
Donc te voilà le récit de ma journée je ne peux t'en dire plus aujourd'hui
j'attends toujours pour partir aux eaux.
En attendant d'être plus près de toi je t'embrasse tendrement
Celui qui t'aime Joseph
"

regis 79
Messages : 657
Inscription : lun. juil. 29, 2013 2:00 am

Re: Frontenay sur Dive 14-18

Message par regis 79 » mer. juin 27, 2018 11:23 pm

Ce 27 juin 1918, Joseph Depoys, mon grand-père, envoie une énième carte postale à sa fiancée. Il écrit:

"St Léonard 27 juin 1918
Ma chère Marie,
J'ai donc reçu ta lettre du 23 avant-hier et de mon côté je viens
te donner quelques nouvelles qui jusqu'ici sont toujours pareilles je ne partirai
pas avant la semaine prochaine lundi ou mardi et peut-être plus tard.
Enfin ici on peut tenir avec tout ça c'est ma permission qui retarde
toujours mais tant pis on ne les trouvera que meilleur* lorsque nous
aurons le plaisir de nous embrasser car depuis le temps en effet je serais
heureux de passer quelques instants avec toi le bonheur me semblerait
bien doux et je pense que de ton côté il en serait ainsi mais comme dit le
proverbe tout va bien a* qui sait attendre
Je vais terminer faute de place je vois que les nouvelles du pays ne sont pas
toujours bonnes mais on (n')y* peut rien
Reçois les plus doux baisers de celui qui ne t'oublie pas Joseph
"

regis 79
Messages : 657
Inscription : lun. juil. 29, 2013 2:00 am

Re: Frontenay sur Dive 14-18

Message par regis 79 » mar. juil. 03, 2018 5:43 pm

Il y a cent ans, jour pour jour, le 03 juillet 1918……

Ce 03 juillet 1918, Joseph Depoys, mon grand-père, écrit de nouveau à Marie Panier:

"Sens le 3 juillet 1918
Ma chère Marie
En étant de passage ici
et comme j'ai bien le temps je
t'adresse en souvenir cette petite carte
Je viens d'arriver il est 10h1/2 du soir
on vient de se restaurer comme il faut a* la
cantine militaire je suis avec un copain que j'ai
fait a* St Léonard, qui vient dans la même circonstance
que moi lui pour une jambe.
Maintenant nous allons passer la nuit ici et nous
partirons demain matin a* cinq heures et a* 2h1/2
dans la soirée nous seront* a* destination ce qui fera
un voyage encore assez long car nous sommes
partis depuis hier au soir a* 6h1/2
à noter que nous avons passé la matinée
a* nous promener dans Orléans.
Bien à toi Joseph"


Depuis le temps que le grand-père Joseph attend des soins, le voilà donc sur le chemin de Bourbonne-les-Bains en Haute-Marne.

Retenons aussi un trajet en train de Limoges à Sens: 300km à vol d'oiseau en 26h00 et de Sens à Bourbonne-les-Bains: 190 km à vol d'oiseau en 9h30.
Les correspondances devaient être plutôt rares à ce moment-à, on peut aisément le comprendre....

regis 79
Messages : 657
Inscription : lun. juil. 29, 2013 2:00 am

Re: Frontenay sur Dive 14-18

Message par regis 79 » jeu. juil. 05, 2018 2:41 pm

Il y a cent ans, jour pour jour, le 05 juillet 1918..........

Que des cartes postales de Joseph Depoys en ce moment! Eh bien oui, car après les attaques de mai 1918, je n'ai pas retrouvé de dates marquantes pour les soldats de Frontenay. Cela ne veut pas dire qu'il ne se passe rien au front pour eux, mais apparemment, soit ils sont moins sollicités, soit ils sont moins exposés à ce moment-là.
Ça ne va pas durer........... et paradoxalement, ce sont les 10 premiers jours de novembre 1918 qui vont être marquants pour deux des enfants de Frontenay-sur-Dive......

Ce 05 juillet 1918, pour en revenir à mon éphéméride du jour, Joseph Depoys arrive enfin à l'hôpital militaire de Bourbonne-les-Bains (Haute-Marne) pour y être soigné. Il écrit à sa fiancée Marie Panier:

"Bourbonne-les-Bains 5 juillet 1918
Ma chère Marie,
Je t'adresse quelques lignes seulement aussitôt mon arrivée.
D'abord j'ai fait un très bon voyage, terminé en bonne* conditions
mais qui fut un peu long car je suis arrivé ici hier au soir
après 2 jours de route exactement
Je viens de passer la visite et je suis admis en traitement
c'est a* peu près tout ce que je peut* te dire pour aujourd'hui
Je crois que je ne serais pas trop mal ici.
Je vais t'ajouter ma nouvelle adresse, afin que tu puisses m'adresser
tes correspondances qui sont toujours pour moi les bienvenues.
Bien le bonjour a* tout le monde chez toi et je te quitte pour aujourd'hui
en t'embrassant de tout cœur
Ton ami tout dévoué Joseph 346 ème d'infanterie
hôpital militaire Bourbonne-les-Bains Haute-Marne
"

Pour Joseph Depoys, la santé d'abord, même si c'est probablement trop tard, la permission attendra ......

regis 79
Messages : 657
Inscription : lun. juil. 29, 2013 2:00 am

Re: Frontenay sur Dive 14-18

Message par regis 79 » mer. juil. 11, 2018 3:22 pm

Il y a cent ans, jour pour jour, le 11 juillet 1918……
Une fois n'est pas coutume, voici aujourd'hui une carte postale envoyée par Julien Meron, appelé Eugène, à son cousin germain Joseph Depoys, mon grand-père, à l'adresse: Hôpital militaire - Bourbonne-les-Bains Haute-Marne. Il écrit:
"Correspondance de guerre
Le 11 juillet 1918,
Cher Cousin,
Je viens de recevoir ta carte qui m'a fait grand plaisir
et moi je t'en envoie une des parages ou* je suis en ce moment
a* deux kilomètres au plus. Je vois que ta contusion est encore assez
grave mais va pendant ce temps la* tu n'es pas sous les obus. Je
te souhaite donc que ça aille pour le mieux mais de plus retourner
dans cette fournaise. Je te serre bien cordialement la main.
Ton cousin intime Meron
"
Ce qui est incroyable, c'est que le grand-père Joseph n'est à Bourbonne-les-Bains que depuis le 5 juillet précédent et que déjà du courrier lui parvient. Pas mal l'organisation du courrier en cette période de guerre!

La photo au recto de la carte, "les parages" dont Eugène Meron parle, c'est le pont de Bouchy à Liry-sur-Ourcq, là où est engagée depuis plusieurs jours la Bataille de l'Ourcq qui fait partie intégrante de la seconde Bataille de la Marne, décisive pour la victoire finale.

Et justement, à cette bataille de l'Ourcq participe avec le 90ème RAL Hubert Métayer, né à Frontenay en 1885. Si son parcours est impossible à suivre du fait de son appartenance à un régiment d'artillerie dont les batteries sont réparties un peu partout au front, sa fiche matricule rapporte qu'il reçoit une citation le 20/03/1919:
"sous off. de haute valeur, a rendu les meilleurs services à Verdun en 1916 comme agent de liaison avec l'Infanterie, s'est dépensé sans compter et a fait preuve du plus grand courage pendant l'offensive de l'Ourcq en juillet 1918, Croix de Guerre.

Répondre

Revenir à « Parcours »