SAINT PIERRE Goélette (2)

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
olivier 12
Messages : 4144
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: SAINT PIERRE Goélette (2)

Message par olivier 12 »

Bonsoir à tous,

Un extrait des AD44 (entre les grands voiliers...)

Goélette SAINT PIERRE
Immatriculée à Nantes n° 640
Construite en 1903 à Nantes 151 tx JB 137 tx JN
Armée au cabotage international pour 1 an, le 16 Mars 1916 à Nantes par l'armateur GRENET de Nantes

Capitaine Victor ALLEMAND CLC né le 26 Avril 1882 Inscrit à Rochefort n° 241

"La goélette SAINT PIERRE a été canonnée et coulée par un sous-marin allemand le 23 Octobre 1916 à 18h00 à 6 milles dans le sud de Guilvinec (Finistère). Tout l'équipage a été sauvé."

Le sous-marin était l'UB 23 du commandant Ernst VOIGT

Cdlt

Olivier
olivier
Memgam
Messages : 3682
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: SAINT PIERRE Goélette (2)

Message par Memgam »

Bonjour,

"Je soussigné Allemand, capitaine de la goélette Saint-Pierre de Nantes, jaugeant cent dix tonnes 13/100 net, armé de cinq hommes d'équipage tous compris, déclare :
Je suis parti de Cardiff le vingt octobre à midi, avec un complet chargement de houille et de fils d'acier à destination de la Rochelle. Descendu le canal de Bristol et atteint Longships avec forte brise de S.E. ; donné en Manche le lendemain vingt-un à une heure du soir. Le vent fraîchit alors assez rapidement de cette même direction et nous force à prendre la cape courante ; laissé courir au S.E. jusqu'à six heures du matin le vingt-deux ; à ce moment, le vent saute brusquement à l'O. et tombe complètement ; pris tribord amures. Le vent fraîchit à nouveau à partir de onze heures, durant tout l'après-midi et la nuit suivante très forte brise. Passé le travers d'Ouessant à onze heures du soir, d'Armen à cinq heures du matin. La brise mollit rapidement en halant le S.O. et à quatre heures du soir, il fait presque calme. Passé au sud de Penmarc'h à quatre heures du soir ; à cinq heures un quart du soir, entendu le sifflement d'un projectile et sa chute près du bord ; ne voyant rien, continué ma route, cinq minutes seconde détonation et sifflement de projectile ; je n'aperçois encore rien et continue ma route, troisième détonation et chute de projectile près de l'arrière du navire. J'aperçois alors le kiosque d'un sous-marin, qui, venant de la direction de Penmarc'h, se dirigeait sur nous. Je ne pouvais plus douter de ma situation, j'étais poursuivi. Comme il faisait presque calme et que toute fuite sur la terre était impossible, il ne me restait plus qu'à me mettre en travers et à attendre les événements, ce que je fis de suite. En attendant que le sous-marin nous eût rattrapés, ce qui a demandé cinq minutes seulement, nous avons préparé l'embarcation et embarqué tout ce qui nous était nécessaire. J'avais mis dans une serviette tous mes papiers de bord, y compris mes comptes et les papiers concernant la cargaison. Cette serviette m'a été prise plus tard par un officier du sous-marin, sur les ordres du commandant. Aussitôt que le sous-marin fut par le travers à cinquante mètres environ, le commandant m'ordonna de mettre mon canot à la mer et d'aller à son bord ; nous le fîmes immédiatement et deux hommes du sous-marin, un officier et un matelot, y prirent place pour revenir à bord du Saint-Pierre.
Pendant que l'officier allait dans la chambre prendre les vivres, toile à voile, montre, baromètre, etc…le matelot prépara la bombe qui devait détruire mon propre bateau. Ces préparatifs demandèrent environ un quart d'heure. Ils réembarquèrent ensuite dans mon embarcation et nous les mîmes à leur bord. Le commandant nous dit alors en très bon français : "Vous êtes libres, regagnez la terre, vous en êtes à cinq milles environ". Moi, je m'estimais à six ou sept. Après nous être écartés un peu du sous-marin nous entendîmes une légère détonation ; c'était la bombe qui venait d'exploser ; dix minutes après nous vîmes le malheureux Saint-Pierre disparaître dans les flots. Nous fîmes alors route vers la terre et, à neuf heures et demie, nous débarquions au Guilvinec, où le syndic des gens de mer nous procura un gîte pour la nuit. Pris à huit heures le lendemain matin le train pour Quimper où nous fûmes interrogés par l'administration de la Marine.

Fait à Quimper, le vingt-quatre octobre mil neuf cent seize, le capitaine du Saint-Pierre, Allemand.
contre-signé par Divanac'h Pierre-Jean et Le Goulven Noël.

Source : René Richard et Jacques Roignant, Les navires des ports de la Bretagne occidentale coulés par faits de guerre 1914-1918, association Bretagne 14-18, 2010.

"UB23, enseigne de vaisseau Voigt, du 18 au 31 octobre, croisière dans la Manche occidentale.
...Le 23, furent coulés le vapeur norvégien Vénus II, 785 tx, qui transportait du charbon et de l'acier en France, et le voilier français Saint-Pierre, 138 tx…"

Source : Arno Spindler, La guerre sous-marine, III, d'octobre 1915 à janvier 1917, Payot, 1935, page 382.

Cordialement.
Memgam
Avatar de l’utilisateur
markab
Messages : 1977
Inscription : dim. déc. 19, 2010 1:00 am

Re: SAINT PIERRE Goélette (2)

Message par markab »

Bonjour,

Le navire a l'indice (7) dans la base de données.

A bientôt.
Cordialement / Best regards
Marc.

A la recherche des navires et des marins disparus durant la Grande Guerre.
Rutilius
Messages : 15552
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

SAINT-PIERRE — Goélette — Armement Alfred Grenet, Nantes (1903~1916).

Message par Rutilius »

Bonjour à tous,

Saint-Pierre — Goélette — Armement Alfred Grenet, Nantes (1903~1916).

Goélette construite en 1903 à Rezé-lès-Nantes (Loire-Inférieure — aujourd’hui Loire-Atlantique). Imma-triculée au quartier de Nantes, f° 215, n° 640. En 1916, propriété de l’armateur Alfred GRENET, domi-cilié à Nantes, au 14, rue Dobré.

En dernier lieu, armée au cabotage international le 16 mars 1916 à La Rochelle, n° 56 ; désarmée le 5 décembre 1916 à Nantes, n° 442. Capitaine Victor Anatole Alfred ALLEMAND, né le 26 avril 1882 à Port-d’Envaux (Charente-Inférieure — aujourd’hui Charente-Maritime), capitaine au long-cours (Brevet ordinaire), inscrit au quartier de Rochefort, f° 3.741, n° 241. (*)

Partie de Cardiff (Pays de Galles, Royaume-Uni) le 20 octobre 1916 avec un complet chargement de charbon et de fils d'acier à destination de la Rochelle, canonnée puis coulée le 23, à 18 h. 00, par le sous-marin allemand UB-23 (Oberleutnant zur See Ernst VOIGT), à environ 6 milles dans le Sud du Guilvinec (Finistère), par 47° 45’ N. et 4° 32’ W. Ayant pris place dans le canot du bord, le capitaine et les quatre hommes d’équipage parviennent à gagner le port du Guilvinec, où ils débarquent le même jour à 21 h. 30.

Caractéristiques générales. — Jauge : 137,95 tx jb et 110,13 tx jn. Dimensions : ... x ... x ... m.

_________________________________________________________________________________________

(*) Inscription maritime — Quartier de Nantes — Désarmement des bâtiments de commerce — 5 dé-cembre 1916, n° 442 : Archives départementales de Loire-Atlantique, Cote 7 R 4 / 796, p. num. 6 à 8.

_________________________________________________________________________________________


vUv - .JPG
vUv - .JPG (30.54 Kio) Consulté 96 fois

uVu - .JPG
uVu - .JPG (25.49 Kio) Consulté 96 fois

iIi.JPG
iIi.JPG (180.62 Kio) Consulté 10 fois
Dernière modification par Rutilius le lun. nov. 28, 2022 9:32 am, modifié 1 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.
Rutilius
Messages : 15552
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

SAINT-PIERRE — Goélette — Armement Alfred Grenet, Nantes (1903~1916).

Message par Rutilius »

Bonsoir à tous,


Composition de l’équipage de la goélette Saint-Pierre
le 23 octobre 1916, jour de sa perte


— ALLEMAND Victor Anatole Alfred, né le 26 avril 1882 à Port-d’Envaux (Charente-Inférieure — au-jourd’hui Charente-Maritime). № 1 sur le rôle de désarmement.

Capitaine. Capitaine au long-cours (Brevet ordinaire), inscrit au quartier de Rochefort, f° 3.741, n° 241 [Passé au quartier de La Rochelle le 1er mai 1930, n° 467, après été recruté en qualité de capitaine de baliseur par l’Administration des Ponts et chaussées] ; classe 1902, n° 1.122 au recrutement de La Ro-chelle.

— DIVANAC’H Pierre Jean Marie, né le 12 août 1887 à Combrit (Finistère) et y décédé, le 18 février 1948. № 2 sur le rôle de désarmement. № 2 sur le rôle de désarmement.

Matelot, inscrit au quartier de Quimper, n° 739 [Initialement, inscrit provisoire audit quartier le 12 août 1905, n° 2.615] ; classe 1907, n° 2.577 au recrutement de Quimper.

— LE GOUYEN Noël Marie, né le 19 janvier 1869 à Combrit (Finistère). № 3 sur le rôle de désarmement.

Matelot, inscrit au quartier de Quimper, f° 2.584, n° 1.179 ; classe 1889, n° 866 au recrutement de Quimper.

— QUÉRÉ Victor Joseph, né le 5 septembre 1897 à Primelin (Finistère), décédé le 16 janvier 1986 à Challans (Vendée). № 4 sur le rôle de désarmement.

Matelot, inscrit provisoire au quartier d’Audierne, n° 6.885 [Inscrit définitif au même quartier le 3 juin 1919, n° 7.590] ; classe 1917, n° 787 au recrutement de Quimper.

— JÉZÉQUEL Yves, né le 4 février 1900 à Lampaul-Plouarzel (Finistère), décédé le 6 août 1953 à Brest (– d° –). № 8 sur le rôle de désarmement.

Novice, inscrit provisoire au quartier du Conquet, n° 1.291 [Inscrit définitif au même quartier le 1er août 1918, n° 1.631 ~ Radié de la matricule le 15 décembre 1935] ; classe 1920, n°619 au recrutement de Brest.

_________________________________________________________________________________________

Inscription maritime — Quartier de Nantes — Désarmement des bâtiments de commerce — 5 décembre 1916, n° 442 : Archives départementales de Loire-Atlantique, Cote 7 R 4 / 796, p. num. 6 à 8.
Bien amicalement à vous,
Daniel.
Répondre

Revenir à « MARINE »