Un soldat de la ww1 retrouvé par hasard au cimetière de Moulins-la-Marche (61)

Avatar de l’utilisateur
gizmo02
Messages : 1241
Inscription : mer. janv. 04, 2012 1:00 am
Localisation : Laon

Un soldat de la ww1 retrouvé par hasard au cimetière de Moulins-la-Marche (61)

Message par gizmo02 » sam. mai 26, 2018 1:42 pm

Un soldat de la Première Guerre mondiale retrouvé par hasard au cimetière de Moulins-la-Marche
Alors que la procédure de relevage des tombes suivait son cours à Moulins-la-Marche (Orne), une découverte inédite a été effectuée dans un caveau familial. Explications.

Image

Le lieutenant Gaston Henri Sagot a bien failli tomber dans l’oubli. Il reposait paisiblement dans le caveau familial à Moulins-la-Marche (Orne) depuis son décès en 1918, et discrètement car rien n’indiquait qu’il était mort pour la France. Heureusement que l’entreprise Mousset, basée à Saint-Germain-de-Martigny, qui a procédé au relevage de la tombe, a remarqué un modèle de cercueil zingué utilisé pendant la Première Guerre mondiale.

Ni une ni deux, le Souvenir français est prévenu. Cette association œuvre pour la « conservation de la mémoire des soldats notamment via l’entretien des sépultures », comme l’explique le lieutenant-colonel Yves Duprez, délégué départemental du Souvenir français.

Une autre partie de leur mission est de « prospecter les cimetières » à la recherche de tombes d’anciens soldats en déshérence. Une tâche colossale qui, cette fois-ci, a bénéficié d’un petit coup de pouce in extremis.

L’association a donc contacté la Mairie de Moulins-la-Marche pour procéder à la conservation des restes de Gaston Henri Sagot, et lui offrir une sépulture individuelle. Ce que la municipalité a accepté sans hésitation.

« Le souvenir de nos soldats morts pour la France, c’est important, surtout en ce centenaire de Première Guerre mondiale. Merci pour ce que vous avez fait », a ainsi salué Fabrice Gloria, le maire, lors de la cérémonie de réinhumation qui avait lieu jeudi 3 mai 2018 au cimetière de Moulins-la-Marche.

Porte-drapeaux et anciens combattants étaient donc réunis pour rendre un dernier hommage au lieutenant Sagot. « C’est exceptionnel car rien n’était indiqué sur la tombe », a souligné Yves Duprez, qui estime à une centaine le nombre d’anciens soldats qui reposent discrètement dans l’Orne.

« Les tombes identifiées, nous les connaissons, le problème ce sont les caveaux familiaux, par exemple ».

Il lance alors un appel aux particuliers et aux communes qui auraient connaissance de l’existence d’un soldat dans une concession, à contacter le Souvenir français.

Comme pour le cas du lieutenant de Moulins-la-Marche, l’association prendrait tout en charge. « Les travaux sont financés par la générosité du public, les dons, etc., poursuit Yves Duprez. Nous nous occupons d’une trentaine de tombes par an dans l’Orne ». Les mairies accordent d’ailleurs souvent des concessions à perpétuité.

Qui était-il ?

Né le 5 octobre 1888 à Moulins-la-Marche, Gaston Henri Sagot est le fils de marchands de tissus. Après avoir été scolarisé à l’école communale, il fait ses études à Paris.
Apprenant la déclaration de guerre et la mobilisation, Gaston Henri Sagot s’engage au Mans le 22 octobre 1914. Il est affecté au 44e régiment d’artillerie de campagne, et combat ainsi en Champagne en 1915 et à Verdun en 1916. Il passe brigadier puis maréchal des logis avant d’être nommé sous-lieutenant le 15 août 1916.
Le 8 janvier 1917 il est muté au 62e régiment d’artillerie en Alsace. Un mois plus tard, suite à une attaque par les gaz de combat, il est atteint aux poumons et souffre d’une bronchite qui nécessite une hospitalisation. Un mois de convalescence plus tard, il rejoint son régiment dans l’Aisne et participe à la désastreuse offensive du Chemin des dames.
Affecté au 63e régiment d’artillerie en octobre de la même année, l’état de santé du Moulinois s’aggrave. Il est hospitalisé à Châlons-sur-Marne en décembre 1917 pour une bronchite aiguë qui devient une bronchite capillaire grippale.
Admis à l’hôpital de Brienne dans l’Aube, il décède de maladie pulmonaire le 24 octobre 1918. Il avait obtenu le grade de lieutenant.

https://actu.fr/normandie/moulins-la-ma ... 15468.html

Indiqué inhumé au carré militaire de Brienne-le-Château !!

http://memorialgenweb.org/memorial3/htm ... id=5760801

girodacle
Messages : 1553
Inscription : dim. nov. 18, 2007 1:00 am

Re: Un soldat de la ww1 retrouvé par hasard au cimetière de Moulins-la-Marche (61)

Message par girodacle » sam. mai 26, 2018 10:30 pm

Bonjour,
je prend la balle au bond comme auteur du relevé du carré de Brienne le Château.
Cette "découverte" du corps de cet ancien nous montre combien le travail était "bien fait" à cette époque d'après-guerre.
Restitution d'un corps, du carré de Brienne, sans que cela fasse disparaître le nom sur l'emblème et, au communal de l'intéressé, inhumation d'un corps sans que celui-ci apparaisse sur le registre du cimetière.
Et cet exemple n'est pas rare.
Il est intéressant donc d'alerter le service des sépultures pour faire supprimer le nom sur l'emblème du carré de Brienne.

Cordialement
Alain
Alain

Avatar de l’utilisateur
monte-au-creneau
Messages : 3177
Inscription : dim. nov. 02, 2008 1:00 am

Re: Un soldat de la ww1 retrouvé par hasard au cimetière de Moulins-la-Marche (61)

Message par monte-au-creneau » jeu. juil. 05, 2018 6:13 pm

gizmo02 a écrit :
sam. mai 26, 2018 1:42 pm
Un soldat de la Première Guerre mondiale retrouvé par hasard au cimetière de Moulins-la-Marche
Alors que la procédure de relevage des tombes suivait son cours à Moulins-la-Marche (Orne), une découverte inédite a été effectuée dans un caveau familial. Explications.


Le lieutenant Gaston Henri Sagot a bien failli tomber dans l’oubli. Il reposait paisiblement dans le caveau familial à Moulins-la-Marche (Orne) depuis son décès en 1918, et discrètement car rien n’indiquait qu’il était mort pour la France. Heureusement que l’entreprise Mousset, basée à Saint-Germain-de-Martigny, qui a procédé au relevage de la tombe, a remarqué un modèle de cercueil zingué utilisé pendant la Première Guerre mondiale.

Bonjour,

Ce texte journalistique me laisse perplexe et dubitatif. L'explication est peu claire : On ne sait pas ce qui a concouru à dire que la tombe en question était celle d'un soldat MPF.
- Est-ce du fait de la découverte d'un cercueil zingué.
- Est-ce plus simplement du fait du nom gravé sur la tombe (sans la mention MPF).

Lors des opérations de relevage des tombes, la mairie doit à minima identifier les occupants des tombes à relever et en particulier s'il s'agit de MPF (outre rechercher les familles et afficher -mairie et cimetière- les noms des défunts à exhumer). Et ensuite laisser s'écouler plusieurs années !

Cela n'aurait donc pas été fait par le maire. Difficile donc, de croire qu'ensuite le maire porte un grand intérêt à la ré-inhumation de ce soldat MPF (le maire dit : "Le souvenir de nos soldats morts pour la France, c’est important...").

Journalistes... journalistes ...

Pour le reste, c'est encore un exemple de voyage des morts, de cimetière en cimetière, qui, comme des milliers d'autres, n'a pas été bien traçé, comme le fait remarquer Girodacle. Et finalement on ne sait jamais qui est vraiment sous la croix, ni même s'il y a quelqu'un en dessous. Pauvres ères !
- QUESTION 1: La beauté des Uniformes des Militaires sert-elle à camoufler la laideur de la guerre ?
- QUESTION 2: Ceux qui aujourd'hui commémorent les Poilus sont-ils les mêmes que ceux qui, il y a 100 ans, les envoyaient au casse-pipe sans ménagement?

Avatar de l’utilisateur
monte-au-creneau
Messages : 3177
Inscription : dim. nov. 02, 2008 1:00 am

Re: Un soldat de la ww1 retrouvé par hasard au cimetière de Moulins-la-Marche (61)

Message par monte-au-creneau » dim. juil. 08, 2018 10:53 am

Bonjour,

Un autre texte journalistique, un peu plus clair que le précédent :

Les restes du lieutenant Gaston Henri Sagot, mort pour la France le 24 octobre 1918, auraient bien pu disparaître à tout jamais. Mais cela aurait été sans compter sur la vigilance d’employés de pompes funèbres…

En septembre 2017, à Moulins-la-Marche, un village de l’Orne, les pompes funèbres Mousset père et fils procèdent à la relève d’une tombe dans le cimetière communal. C’est un caveau familial, sur lequel les noms gravés dans la pierre disparaissent.

À l’intérieur, les employés trouvent sur un cercueil doublé en bois doublé de zinc, caractéristique des soldats de la Première Guerre mondiale. « Lorsqu’on l’a ouvert, on a vu l’uniforme bleu horizon, avec ses galons et son képi », raconte Romain Mousset, des pompes funèbres. L’entreprise alerte aussitôt le Souvenir français.

« Romain Mousset m’a téléphoné et m’a dit : on est en train de faire une bêtise, on est en train de relever un soldat mort pour la France, raconte le colonel Yves Duprez, délégué général de l’Orne pour le Souvenir français. Je lui ai dit de mettre le maire de la commune au courant, et de conserver les restes. »

Yves Duprez fait des recherches pour identifier le soldat inconnu. Il s’agit du lieutenant Gaston Henri Sagot, originaire de Moulins-la-Marche, et touché aux poumons après une attaque de gaz de combats en février 1917 en Alsace. Finalement rapatrié dans l’Aube, il meurt d’une maladie pulmonaire peu après son trentième anniversaire.

Au lendemain de la guerre 1914-1918, les corps des soldats morts au combat ont eu des destins variés. S’ils n’étaient pas réclamés, ils restaient sous la responsabilité de l’État. Ces tombes sont aujourd’hui protégées et entretenues par le Souvenir français. Mais lorsque le corps était restitué à la famille, à charge à elle de le transporter, de l’inhumer et d’entretenir la sépulture.


Source : https://www.ouest-france.fr/leditiondus ... 927/page/9

Il reste qu'il subsiste des interrogations : A la demande de qui la tombe en déshérence était-elle relevée (et supprimée) ? A la demande de la famille ou de la Mairie ? Ou suppression sauvage ? Quid des archives du cimetière en mairie ?
A noter : Le soldat mort est inscrit sur le monument aux Morts de la Commune !

Photo de la tombe en question :
ImageSur le caveau familial de la famille Sagot, rien n’indiquait la présence des restes du lieutenant mort pour la France. (Photo : Ouest-France)
- QUESTION 1: La beauté des Uniformes des Militaires sert-elle à camoufler la laideur de la guerre ?
- QUESTION 2: Ceux qui aujourd'hui commémorent les Poilus sont-ils les mêmes que ceux qui, il y a 100 ans, les envoyaient au casse-pipe sans ménagement?

Répondre

Revenir à « Sujets généraux et MDH »