Re: Danse

Arts graphiques - cinéma - musique & chansons - poésie - danse -
marpie
Messages : 1972
Inscription : lun. mars 22, 2010 1:00 am

Re: Danse

Message par marpie » sam. août 15, 2015 8:12 pm

Bonjour Daniel , Bonjour à tous ,

Extraites des Albums Valois , ces photographies .
Celle concernant le 44e BTS (et les suivantes que je n'ai reproduites ici) ont déjà été évoquées mais sont datées plus précisément .

ImageImageImage

http://argonnaute.u-paris10.fr/search?q ... subquery=1

Bien amicalement
Marpie

Avatar de l’utilisateur
IM Louis Jean
Messages : 2801
Inscription : dim. mars 22, 2009 1:00 am

Re: Danse

Message par IM Louis Jean » dim. août 16, 2015 4:49 pm

Bonjour à toutes et à tous,
Bonjour Daniel,

Il me semble avoir déjà vu cette danse du ventre mais ne la retrouvant pas je la (re)mets :

Image
source La Presse du 23 janvier 1917 Gallica

Une danse de joie humoristique, mélange de danse indienne et de Craquette :

Image
source Camouflet. Organe officieux des Sapeurs du 7e génie. Compagnie 15/7

Cordialement
Étienne

<< On peut critiquer les parlements comme les rois, parce que tout ce qui est humain est plein de fautes.
Nous épuiserions notre vie à faire le procès des choses. >> Clemenceau

marpie
Messages : 1972
Inscription : lun. mars 22, 2010 1:00 am

Re: Danse

Message par marpie » dim. août 16, 2015 8:14 pm

Bonjour à tous , Bonjour Daniel,

La Gavotte versus le Pas de l'Oie :
Image
(revue "J'ai vu" n°75 du 22 avril 1916)
Bien amicalement
Marpie

Avatar de l’utilisateur
Inouk44
Messages : 393
Inscription : jeu. nov. 20, 2014 1:00 am

Re: Danse

Message par Inouk44 » jeu. août 20, 2015 1:11 am

Danses modernes

La Kraquette

  • Il s'agit d'une danse créée sur l'air de la chanson portant le même nom.
Image
Pour écouter cette chanson => https://www.youtube.com/watch?v=TpgamaMtJgk
ou bien encore sur www.phonobase.org


Image
Image

Image
En février 1906, Gaby Deslys joue à l’Olympia dans "Paris fêtard", où elle chante la chanson "La Kraquette".

Pour tout savoir sur Gaby Deslys => https://fr.wikipedia.org/wiki/Gaby_Deslys#cite_note-5



  • Cette danse est citée dans une chanson parodique, "Le Zipholo" créée en 1907. Paroles d'Eugène Christien - Musique de Henri Christiné
Elle est interprétée ici par Victor Lejal http://www.deezer.com/track/232861
Comme le son n'est pas fameux, je vous retranscris ici les paroles:
Le zipholo - 1907

On peut dire aujourd'hui qu'l'instruction
Est très répandue dans la nation
Car des moutards qui n'ont pas dix ans
Vous renversent à présent par leurs boniments
Hier j'voulais faire une observation
A mon p'tit n'veu qui sort de pension
Il m'a dit, en s'fourrant l'doigt dans l'nez :
T'es trop jeune pour me faire marcher.

Refrain
T'aurais beau connaître la craquette et la liquette
La croupionnette et la danse du bide à roulettes
Et le radada de Miss Ruth
La mouillette et la kuskute,
Mais si tu n'as pas le zipholo du ziboular
Le rondibé de la bistoque du placard
Faut boucler ton bazar
Si tu n'as pas le zipholo du ziboular !


  • Lors de l'entrée en guerre de la Roumanie, un article du 15 octobre 1916 publié dans " Camouflet. Organe officieux des Sapeurs du 7e génie. Compagnie 15/7" fait allusion à cette danse.
Image


Cliquez ici pour revenir au sommaire.
Dernière modification par Inouk44 le dim. févr. 25, 2018 2:08 pm, modifié 1 fois.
C'est agréable d'être important. C'est important d'être agréable.

Avatar de l’utilisateur
Inouk44
Messages : 393
Inscription : jeu. nov. 20, 2014 1:00 am

Re: Danse

Message par Inouk44 » dim. août 23, 2015 3:05 am

Les supports de représentations dansées durant la guerre.

Les récits


  • Il s'agit là du plus sensible, du plus fragile et du plus éphémère des supports: la parole. Les poilus qui ont bien voulu livrer leurs souvenirs n'ont pas toujours trouvé une oreille attentive à leurs récits.
Durant la période du conflit, les consignes de silence et de discrétion sont strictes pour que les soldats ne divulguent pas de renseignements sur l'état des armées. Sitôt la guerre terminée et la paix revenue, le monde entier n'a qu'un seul désir : oublier cette guerre atroce et enterrer le passé. 1920, la période des années folles va commencer. Peu à peu, les soldats de la Grande Guerre s'enferment dans le mutisme, conscients d'appartenir à un monde qui est révolu.
Par ailleurs, certains souvenirs sont si douloureux à exprimer qu'il est totalement impossible à nombre d'entre eux de raconter ce qu'ils ont vécu. La plaie est trop profonde pour pouvoir cicatriser. J'ai croisé de nombreuses personnes de différentes nationalités qui avaient eu un père ou un grand-père ayant participé à la guerre de 14-18 et qui faisaient ce constat: "Il n'a jamais dit un mot à ce sujet." ou "Il n'a jamais voulu en parler."
Impossibilité de décrire l'horreur? Sentiment d'incompréhension de leurs interlocuteurs? Volonté d'oublier ce passé? Conscience de ne pas plomber l'avenir avec leurs souvenirs? On ne le saura jamais. Aujourd'hui le dernier combattant de la grande guerre a disparu. Tout ce qui n'a pas été fixé sur un support, quel qu'il soit, est perdu pour toujours.

En ce qui concerne les récit, nous avons plusieurs supports:
  • - L'auditeur
Celui qui a recueilli le témoignage d'un combattant au cours d'un récit, d'une discussion peut à son tour transmettre le récit. Mais ce récit peut être déformé (omissions, incompréhensions, interprétations, exagérations, mélange chronologique,...). La liste est longue des déformations que peuvent exercer les passages de témoignages oraux. C'est ainsi que sont nés nos mythes et nos légendes, comme l'histoire de Roland de Roncevaux écrite deux cents ans après sa mort... Aussi sincères que puissent en être les auteurs, quid de la réalité historique lorsque le témoin a disparu?

  • - L'enregistrement sonore
Dès les années 1950-1960 on utilise des bandes magnétiques sur des magnétophones pour enregistrer la parole. Ce type d'appareils se popularisera dans les années 1970 avec le magnétophone à cassettes. La parole du poilu (souvent le grand-père ou l'arrière grand-père) est enregistrée et le témoignage existe en tant que tel. Il ne peut être soumis à interprétation.
Seul le narrateur peut opérer un filtre sur son discours; ce qu'il s'autorise ou non à raconter, ce que sa mémoire a retenu et sa version des faits. La remise en mémoire des faits, peut lui faire ressurgir des images qu'il avait oubliées. L'émotion vient alors souvent interrompre le récit...

  • - Le film cinématographique
A l'époque de la guerre, le cinéma est muet. Les films tournés à cette époque, passent aux actualités cinématographiques lors de la projection d'un film en salle de cinéma. Propagande et Censure sont les déesses de l'information de cette époque. Ce qui laisse peu de place aux souvenirs des soldats. A partir des années 30, le cinéma devient parlant. En 1950 la télévision apparaît, dans les années 1970 les caméras sonores ses sont popularisées. Tous ces supports permettent l'enregistrement des témoignages de nos poilus (image + parole). Pour autant une autre guerre est passée par là, ce qui les relègue en second plan dans les souvenirs historiques.

  • - Les récits
Certains de ces soldats ont mis par écrits leurs souvenirs, conscients qu'ils devaient laisser un témoignage même s'ils n'étaient pas des écrivains. Ces récits, écrits au jour le jour durant les combats, seule preuve tangible que ces hommes aient réellement existé - ces carnets étaient destinés à être envoyés aux êtres chers, en cas de malheur - ou à postériori une fois démobilisés. Ces récits sont parfois publiés tels quels, "brut de carnet" ou remaniés pour leur permettre d'être plus lisibles.

  • - Internet (?)
Des sites comme celui-ci, qui héberge cette étude, où des passionnés de cette époque croisent leurs connaissances, leurs souvenirs, partagent leurs documents, leurs expériences et permettent ainsi de redonner vie à tous ces martyrs anonymes tombés dans l'oubli. Ils nous donnent la possibilité de retrouver les traces de leurs existences. Un nom, un lieu, un mot parfois suffit a retrouver ce qui nous semblait à jamais disparu, comprendre le contexte de l'action. La parole qui s'était envolée, qui avait disparu, que l'on croyait perdue à jamais revient planer, fière comme un aigle, sur nos consciences.


  • Au cours de cette étude, pour l'instant, seuls les récits écrits ont livré quelques souvenirs joyeux de danses. Je vous livre celui-ci que j'affectionne personnellement pour sa simplicité et sa spontanéité:
Dans ses "Souvenirs de guerre 1914-1918" d'Edouard Legros recueillis par Gaston de Zélicourt, voici les faits qu'il nous conte dans un chapitre intitulé "la bourrée":
Au poste d'écoute, à 20 mètres des Allemands.
Un jour, on avait eu du vin remboursable.
Parmi nous, il y avait un morvandiau. Le plus curieux c'est que ses parents avaient une ferme qui s'appelait la ferme des Allemands. Ce morvandiau avait un harmonica. Il a dit : "Legros, je vais te faire danser la bourrée".
Et on s'est pris à danser la bourrée ; ça faisait un foin ; je chantais à tue-tête ; on ne songeait même pas qu'on était en danger.
L'adjudant qui arriva sur ces entre-faits fut stupéfait de nous voir dans cet état, à quelques pas des Allemands. Il nous cria : "Vous êtes fous, vous allez vous faire zigouiller!".
Je lui ai dit : "Mon adjudant, vous n'avez qu'à danser avec nous".
Il a répondu : "C'est pas le moment ; vous n'avez qu'à vous tenir tranquilles". Mais non, il n'y a rien eu à faire.
Et les Allemands ne nous ont pas tiré dessus, parce que, quand eux faisaient la bringue, on les laissait tranquilles aussi.
N'empêche qu'après coup, l'adjudant nous a passé un savon.
Sources: Archives départementales du Cher
Texte intégral à lire sur http://www.archives18.fr/arkotheque/cli ... os_doc.pdf



:hello: Si vous avez des documents concernant la danse, des récits que vous affectionnez, n'hésitez pas à m'en faire part!


Cliquez ici pour revenir au sommaire.
Dernière modification par Inouk44 le ven. mars 02, 2018 2:25 pm, modifié 2 fois.
C'est agréable d'être important. C'est important d'être agréable.

Avatar de l’utilisateur
Inouk44
Messages : 393
Inscription : jeu. nov. 20, 2014 1:00 am

Re: Danse

Message par Inouk44 » lun. sept. 07, 2015 11:51 pm

  • La danse à travers les arts (Période 14-18)
Le vitrail

-Voici un support inattendu pour les représentations de danses sur la période 14-18. Le principal représentant de cet art est Theo van Doesburg ( 1883 - 1931 ).
Theo van Doesburg, pseudonyme de Christian Emile Marie Küpper, est un peintre, architecte et théoricien de l'art néerlandais, né à Utrecht en 1883, décédé à Davos en 1931. Il est connu pour être le fondateur et principal animateur du mouvement De Stijl. Il résida principalement à Utrecht, Weimar, Paris et Meudon.

-Ci-dessous une composition intitulée "Anagoria" (1916) Kröller-Müller Museum, Otterlo
Image


- l'artiste réalisera une maquette (à gauche ci-dessous) qu'il concrétisera par des réalisations en vitrail nommées Dans I et Dans II (fin 1916- début 1917)
ImageImage




- Une seconde composition, de l'étude du sujet jusqu'à sa réalisation est nommée "Rythme d'une danse russe" (1917-1918)
Il s'agit de sept études, des dessins dont seulement trois ici sont représentés (8 x 6.4 cm) à l'encre et plume sur papier , pour la réalisation du tableau final. Ils sont conservées au Musée d'Art Moderne de New-York et aident à comprendre le cheminement intellectuel de l'artiste dans la réalisation de ses œuvres.
ImageImage


ImageImage
jusqu'à la réalisation du tableau final, huile sur toile de 135.9 x 61.6 cm - Musée d'Art Moderne de New-York.


Tableau qui aurait pu donner lieu à une réalisation en vitrail comme celui-ci de 1917 intitulé "Glas-in-loodcompositie III" mais dont, hélas, je n'ai pas trouvé trace.
Image



Enfin en 1918, cet artiste, selon le même principe réalise une œuvre intitulée "Tarantella" que voici:
Image
Vous pouvez suivre la genèse de cette œuvre qui depuis a disparu, sur https://nl.wikipedia.org/wiki/Tarantell ... oesburg%29



Enfin, je vous recommande la page qui répertorie ses œuvres sur Wikipédia (en néerlandais) =>https://nl.wikipedia.org/wiki/Lijst_van ... n_Doesburg



Cliquez ici pour revenir au sommaire.
Dernière modification par Inouk44 le dim. févr. 25, 2018 4:16 pm, modifié 1 fois.
C'est agréable d'être important. C'est important d'être agréable.

Avatar de l’utilisateur
Inouk44
Messages : 393
Inscription : jeu. nov. 20, 2014 1:00 am

Re: Danse

Message par Inouk44 » ven. sept. 11, 2015 2:01 am

Contexte de la guerre

- Ballets diplomatiques
  • La période qui a précédée la guerre a vu se dérouler de nombreux "ballets diplomatiques".
- Création de la "triple alliance" (Allemagne, Autriche-Hongrie et Italie).
- Création de la "triple entente" (France, Royaume-Unis et Russie).

De même, pendant la guerre, se sont engagés de nombreux pourparlers:
- Période de la Déclaration de la guerre (été 1914).
- Tractation entre pays durant la guerre pour qu'ils s'engagent dans le conflit (Italie 1914 , Portugal 1916, USA 1917, Grèce, Roumanie 1916 et 1918, ... et j'en oublie!)
- Traité de paix séparée Allemagne- Russie (Brest-Litovsk 1918)

Tous ces "ballets diplomatiques" ont souvent donnés lieu à des articles de presses ou à l'édition de cartes postales humoristiques.

A propos d'Emile Loubet - Président de la République Française de 1899 à 1906 on peut lire ceci:
C'est dans le cadre de la politique étrangère que le président Loubet fut le plus impliqué. Il conseillait le gouvernement et orientait, dans ses grandes lignes, cette politique.
Le septennat est aussi marqué par une intense activité diplomatique avec d'une part l'alliance franco-russe – il reçoit Nicolas II en septembre 1901, avec les fameuses manœuvres de Bétheny, et se rend en visite officielle en Russie en 1902 - et d'autre part le Royaume-Uni.
Loubet améliora aussi les rapports tendus avec l'Italie, avec laquelle il signa en 1900 un accord qui reconnut les intérêts italiens en Libye en échange de la reconnaissance du protectorat français sur le Maroc. En 1901 il reçut la plus haute décoration italienne, l'Ordre de l'Annonciade et en 1904 , suite à la visite du roi Victor-Emmanuel III à Paris, Loubet se rendit à Rome en visite d’État. C'était la première visite officielle après la prise de Rome d'un chef d’État catholique, et le pape Pie X protesta officiellement. Mais dès son retour à Paris Loubet entreprit, avec l'appui des partis de gauche, une politique anticléricale qui culmina le 9 décembre 1905 avec la Loi de séparation des Églises et de l’État.
À la fin de son mandat présidentiel, il est le premier président de la IIIe République à quitter l'Élysée après avoir accompli un mandat complet (avant lui, Jules Grévy a déjà terminé un premier septennat mais, réélu, il n'a pas été au bout du deuxième, devant démissionner suite au scandale des décorations).
Émile Loubet se retire ensuite de la vie politique et décède le 20 décembre 1929, âgé de 90 ans et 11 mois (il est, encore aujourd'hui, le président de la République française ayant vécu le plus longtemps). Il est enterré au cimetière Saint-Lazare à Montélimar.
On le voit à travers ces cartes postales où figurent déjà les principaux belligérants. En voici quelques unes:
  • Sur le thème des tractations concernant le ralliement de l'Italie à la Triple Entente
  • Carte postale française intitulée: Le Grand Bal des Nations - "L'invitation à la valse" environ 1903.
Image
Les personnages sont représentés comme des enfants (costumes, jouets).
- De gauche à droite se tiennent:
o Caché derrière l'Orphéon, le Kaiser Guillaume II (Allemagne)
o Devant lui se tient le Tsar Nicolas II tirant le transibérien. (Russie).
o Au centre, le roi italien Victor-Emmanuel III (Italie) danse avec le président français Emile Loubet (France)
o Le roi d'Angleterre Edouard VII (Royaume-Unis) se tient debout sur la droite. A ses pieds une statue d'Egypte.

La carte postale comporte une dédicace:" Bon souvenir les États-Unis d'Europe"

  • Carte postale intitulée:" Penses-tu, penses-tu, penses-tu qu'ça réussisse?"
Image

Théophile Delcassé, Ministre des Affaires étrangères accompagne ces personnages.

-Vous pouvez écouter un enregistrement sur rouleau => ici. Un de ces enregistrements date de 1903, ce qui nous renseigne sur la date de création de cette carte.
Source : www.phonobase.org


  • Carte postale française - Le GRAND BAL DES NATIONS: Le Cake walk national - 1904?
Image
Les personnages sont représentés comme des enfants (costumes, jouets).
o Caché à gauche derrière l'orphéon, on aperçoit le Kaiser Guillaume II (Allemagne).
o De gauche à droite se tiennent le Tsar Nicolas II (Russie).
o Puis le roi italien Victor-Emmanuel III (Italie).
o Au centre, le président français Emile Loubet (France) danse avec "Marianne" (le cake walk)
o Le roi d'Angleterre Edouard VII (Royaume-Unis) se tient sur la droite.

Tous tapent dans leurs mains pour les accompagner.

Dans l'orphéon, on peut reconnaitre quelques Ministres du cabinet Combes qui dirige l'orchestre.
- de gauche à droite :
le Gal André, Ministre de la Guerre.
Emile Combes, Premier Ministre.
Camille Pelletan, Ministre de la Marine.
Théophile Delcassé, Ministre des Affaires étrangères.


Merci à Jean Pierre qui m'a signalé cette carte.





- Une série de trois cartes postales satiriques signées Ph. Norwins.
  • Carte postale intitulée:"La danse du Macaroni"
Image
Allusion faite sur les origines du roi italien Victor-Emmanuel III.


  • Carte postale intitulée:"La danse du Nougat"
Image
Une allusion aux origines d'Emile Loubet qui était natif de la Drôme. Il est enterré à Montelimar, dont la spécialité est le nougat.





  • Carte postale intitulée:"La mattchiche internationale" signée Nemo. - Date ( 1905)
Image
De gauche à droite, on y voit le président du conseil français Maurice Rouvier dansant avec Charles Ier (Portugal), Alphonse XIII (Espagne) dansant avec Émile Loubet (France), le dernier couple est constitué par l'Empereur Guillaume II (Allemagne) dansant avec Théophile Delcassé, Ministre des Affaires étrangères de l'époque.

La présence de Maurice Rouvier , Émile Loubet et Théophile Delcassé laisse à penser que cette carte date de 1905 au moment de la crise de Tanger, où l'Espagne, l'Allemagne et la France se disputent le Maroc.




  • Carte postale intitulée:"Le cake walk tambouriné ...et allez donc! C'est pas mon père" signée Ph. Norwins
Image
Emile Loubet (France) dansant avec Alphonse XIII (Espagne).

Visite du Roi d'Espagne Alphonse XIII du 30 mai au 05 juin 1905.






  • Carte postale française intitulée - "La ronde des enfants bien appriz" - août 1914 signée G.AW.
Image
Dans la ronde, on reconnait à leurs costumes, les pays suivants: Serbie, France, Belgique, Royaume-Unis, Japon, Russie, ?,
L'Italie , bras croisés dans le dos, hésite à rentrer dans la ronde...

:hello: Quel est le pays représenté en fin de chaîne et qui tend la main à l'Italie?





Source de toutes ces cartes: Delcampe.net




:hello: Merci de me signaler les erreurs chronologiques que vous pourriez constater dans ce classement.


Cliquez ici pour revenir au sommaire.
Dernière modification par Inouk44 le dim. févr. 25, 2018 1:14 pm, modifié 1 fois.
C'est agréable d'être important. C'est important d'être agréable.

Avatar de l’utilisateur
IM Louis Jean
Messages : 2801
Inscription : dim. mars 22, 2009 1:00 am

Re: Danse

Message par IM Louis Jean » mer. oct. 07, 2015 10:55 pm

Bonjour à toutes et à tous,
Bonjour Daniel,

La danse du caillebotis :

<< Aussi, il faut apprécier rapidement l'endroit approximatif de sa [torpille de minen] chute, puis s'en écarter, à droite ou à gauche, à toute vitesse, et s’aplatir au fond du boyau. C'est ce qu'on appelait la danse du caillebotis. >>
source "Il revint immortel de la grande bataille" page 28 des éditions italiques

Cordialement
Étienne


<< On peut critiquer les parlements comme les rois, parce que tout ce qui est humain est plein de fautes.
Nous épuiserions notre vie à faire le procès des choses. >> Clemenceau

Avatar de l’utilisateur
Inouk44
Messages : 393
Inscription : jeu. nov. 20, 2014 1:00 am

Re: Danse

Message par Inouk44 » jeu. oct. 08, 2015 2:48 pm

Bonjour à toutes et à tous,
Bonjour Etienne,

merci pour nouvelle contribution et cette citation. Je classerai ce nouveau terme dans les danses parodiques. Ici encore, l'auteur nous rappelle qu'il est des danses que l'on mène et d'autres que l'on subit; danser et faire danser sont deux choses opposées.

Cordialement.
Daniel.
C'est agréable d'être important. C'est important d'être agréable.

Avatar de l’utilisateur
Inouk44
Messages : 393
Inscription : jeu. nov. 20, 2014 1:00 am

Re: Danse

Message par Inouk44 » mar. oct. 20, 2015 12:25 am

Danses modernes


Le rouli-rouli (1914)

Cette danse qui date de 1914 est une création d'un couple de danseurs, Franck Weedy et Miss Deridder, sur une chanson dont les paroles sont de Pierre Chapelle et Frantz André et la musique de Jean Schwartz, comme semble l'attester cette affiche.
Image
Source: Gallica/Bnf

-La musique de Jean Schwartz paraît dans le catalogue "The Edison Phonograph monthly" de février 1914.
Elle est accompagnée en mai 1915 de la description suivante:
Image
Source: www.archives.org
dont voici la traduction:
Les toutes nouvelles danses des disques Edison.
La toute dernière danse est « Le Rouli Rouli. » Ses pas sont intéressants et agréables à regarder. C'est une excellente danse de démonstration et est rapidement entrée en faveur auprès des professionnels. La réalisation de cet enregistrement de danse dans le laboratoire d'enregistrement Edison était super-supervisée par Louis H. Chalif, Directeur de la "Normal School of Dancing Chalif", New York City et une des principales autorités en danse moderne. M. Chalif décrit le "Rouli-Rouli" comme une danse simple, assez semblable à la Lu Lu-Fado.
.... ce qui ne nous renseigne pas d'avantage!




-A Paris, elle a tout d'abord été présentée le 16 avril 1914 au théâtre Fémina lors d'une matinée enfantine.
Théâtre Femina
La matinée enfantine de demain jeudi, au Théâtre Femina promet d'être exceptionnellement brillante. Dès à présent, un grand nombre de places ont été retenues et des demandes affluent a la location. Le programme des mieux composé ne comporte pas moins de dix numéros très amusants parmi lesquels il convient de citer plus spécialement : les Acacias, acrobates comiques de l'Alhambra; les Fremas, jongleurs desFolies-Bergère ; les Stevenard,, clowns musicaux de l'Olympia; Franck Weedy, le roi des claquettes, le plus célèbre danseur américain, les 9 Sherry Girl's, etc., etc. Viendra ensuite un numéro sensationnel : Le Rouli-Rouli, danse nouvelle lancée par M. André de Fouquières, exécutée par Miss Deridder et Franck Weedy.
Source: Journal "Comoedia" du 15 avril 1914 sur Gallica/bnf.



- Puis fin avril 1914 au théâtre Edouard VII à Paris, où la danse semble avoir eu un réel succès.
Image
Image
Source: Quotidien "Le journal" du 29 avril 1914 sur Gallica/bnf
Légende:
"Né sur le même bateau,
il est le digne jumeau
de notre immortel Tango!
Il lui ressemble comme un frère
sauf - différence légère -
que c'est tout le contraire!"

André de Fouquières
... que faut-il comprendre par là? Tangage (tango) et roulis?




- Elle est ensuite présentée au Bal du Moulin Rouge de mai à juin 1914 comme on peut le lire dans cette annonce du journal "La presse" en date du 31 mai 1914.
Au Bal du Moulin-Rouge :
Ce soir, demain et lundi, fête montmartroise, chars, défilé costume, quadrilles, les 9 Little Sherry, les Clodoches, Paguenita et Carloso,- nouveau débuts. A l'apéritif comme en soirée, immense succès du Rouli-Rouli
Détail amusant: sur cette même page spectacle du journal "La presse", on retrouve l'annonce concernant "la trappe" de la revue belge "Viens profiteï avec!".


-Elle apparaît encore dans la même rubrique du même journal en date du 07 juin 1914.
Image




Je n'ai pas recueillis beaucoup de documents concernant cette danse dont la notoriété fût sans doute relativement éphémère, étant donné la proximité du début du conflit. Elle apparaît cependant au détour des paroles du refrain d'une autre chanson parue peu avant la guerre: " On dansait l'tango".
(...)
Refrain
"On dansait l' tango et le rouli-rouli
Le jour autant que la nuit
On se tortillait des hanches en se lançant
En arrière et en avant
On s' pressait les mains, on s'écrasait les pieds
En sautant comme des toqués
On ne s'occupait pas des affaires du pays
On dansait l' rouli-rouli"
(...)
Source: Wikia.com

Pour écouter cette chanson interprétée par Luc Barney , c'est ici (1mn51)


- Florence_yvonne dans ces pages, y consacre un post à lire ici



- Dans un livre paru en 1915 et intitulé "Pendant qu'ils étaient à Noyon", l'auteur, Maurice Donnay de l'Académie française, décrit cette période qui précède l'entrée en guerre:
Image
Source : Gallica/Bnf






- Durant la guerre , l'expression "faire danser le tango et le rouli-rouli", est utilisée comme de nombreuses expressions relatives à "la danse" - c'est à dire le combat.
Ainsi trouve-t-on dans un article des "Annales politiques et littéraires" en date du 03 janvier 1915, la phrase suivante:
(...) Ma plus longue lettre ne me valait de lui qu'une phrase brève :
« Ça va! — On les cogne ferme! — Je leur fais danser le tango et le rouli-rouli! »
Aucun autre détail. Abdiquant toute, personnalité, D'Hurtelles semblait s'être stoïquement effacé, fondu, dilué dans cette masse active et puissante : l'armée!
Source: "Les Annales politiques et littéraires" : revue populaire paraissant le dimanche / dir. Adolphe Brisson du 03 janvier 1915




- Le 09 mai 1915, paraît dans le journal humoristique de tranchées "Marmita", l'annonce suivante:
Image
Source:Journal de tranchée "Marmita", Revue Hebdomadaire anecdotique, humoristique, fantaisiste du 267e., n°9 du 09 mai 1915.





- Elle apparaît encore une fois en 1921, en référence, dans les colonnes du journal "Le rappel" en date du 31 janvier dans un article consacré à une nouvelle danse à la mode, le "huppa-huppa".
Le huppa-huppa -
C'est la danse nouvelle. Elle fait fureur à Berlin. D'où vient-elle ? De « Faster Island », petite île du Pacifique située à quelques milles du Chili. Les habitants de « Faster Island » se nomment les Kanakas et ils passent des journées entières à danser le « huppa-huppa ».
Le « huppa-huppa » est extrêmement original et dépasse tout ce qu'on a vu jusqu'ici en exotisme.
Nous avons bien eu, n'est-il pas vrai, la danse moutarde et le « rouli-rouli ». Pourquoi Paris n'adopterait-il pas avec faveur le « huppa-huppa »
?

En conclusion: Il n'a pas été possible de retrouver à quoi ressemblait le "Rouli-rouli". Arrivée peu de temps avant la guerre, elle sera supplantée par les nouvelles danses américaines et anglo-saxonnes. Cependant, elle restera associée au Tango à travers une chanson "On dansait l'tango". Le nom de la danse, composé du redoublement du terme "rouli" laisse à penser à une danse légère et frivole, esprit qui caractérise l'insouciance de l'avant-guerre. L'expression, à l'allure plaisante, "danser l'tango et le rouli-rouli" a semble-t-il marqué les esprits de l'époque. Elle apparaît une dernière fois, ironie de l'histoire, dans la chronique d'un journal en 1938! Ensuite elle sombre définitivement dans l'oubli.


Cliquez ici pour revenir au sommaire.
Dernière modification par Inouk44 le mer. févr. 28, 2018 9:18 pm, modifié 2 fois.
C'est agréable d'être important. C'est important d'être agréable.

Répondre

Revenir à « LES ARTS & LA GUERRE »