Re: Danse

Arts graphiques - cinéma - musique & chansons - poésie - danse -
Avatar de l’utilisateur
Inouk44
Messages : 393
Inscription : jeu. nov. 20, 2014 1:00 am

Re: Danse

Message par Inouk44 » lun. juin 13, 2016 10:18 pm

Où sont les femmes? (II)


  • Partie II - Les femmes
Au fur et à mesure que le conflit s’étend, les femmes intègrent progressivement le front. On pense notamment aux infirmières, aux conductrices de convois, à la logistique, aux communications et aux renseignements. Cependant, la présence féminine reste rare. Pouvoir danser avec une « vraie » femme relève de la chance !


  • Les femmes intégrées à l’armée
Au début du conflit, le monde militaire est essentiellement masculin. Il n’existe pas encore de bataillons français féminins. Ici et là, existent certaines anecdotes concernant des femmes engagées subrepticement dans les rangs de l’armée, à l’instar de Marie Marvingt

Parmi nos alliés, citons la Russie pour laquelle, lors de la Première Guerre mondiale, près de 6 000 femmes ont combattu dans l’armée russe. En 1917, Maria Botchkareva forme le premier Bataillon féminin de la mort (en) constitué de femmes volontaires.

En Grande-Bretagne, la Queen Mary's Army Auxiliary Corps (en) (57 000 femmes) et la Women's Royal Naval Service, la branche féminine de la Royal Navy ( 5 500 membres et 500 officiers), sont créées en 1917.

Image
Album intitulé :"Sling Sports, Bulford, Wiltshire, England 1918"
Source: Lawrence Dudley Chambers Collection. Nouvelle Zélande
Hommes et femmes du contingent dansant ensemble. Etaples-sur- mer (62) (?)





  • Personnels infirmiers et hospitaliers
En revanche, dès le début de la guerre, nombre de femmes s’engagent dans les œuvres hospitalières pour porter secours aux blessés. On les trouve dans les ambulances, les centres hospitaliers, les navires-hôpitaux et les centres de convalescence.

- Soldats écossais dans un hôpital en Grande-Bretagne.
Image
Source : Europeana.eu


- Les troupes australiennes et néo-zélandaises dansent au YMCA à Weymouth (GB).
Image
Source : Autralian War Memorial


- Carte postale américaine?
Image
Légende trad. "A ma fiancée - Si tu voulais être mon (ma) partenaire, je te serai toujours fidèle et je garderai les meilleures danses pour personne d'autre que toi."
Quelle est la signification du blason?
Source : Pinterest.com

Dans les hôpitaux et maisons de convalescence, les représentations de danses trouvées dans les documents, font apparaître quelques femmes dansant avec les malades ou les blessés ( dans la mesure de leurs possibilité). Il s'agit de danses récréatives ou de fêtes organisées pour différentes circonstances.

- Ici la danse des aveugles.
Image
Copyright: Cinéma Pathé British Source http://www.britishpathe.com/workspaces/ ... collection puis effectuer une recherche avec "dance" et réduire les curseurs sur la période 1914-1918.
Le film se nomme "A Day With Blinded Soldiers At St. Dunstan's (1914-1918)" (une journée avec les soldats aveugles à St Dunstan)

- Une séquence intitulée "Le violoniste aveugle" montre une scène similaire dans ce film 35 mm en anglais intitulé: "TOPICAL BUDGET 248-2 [Main Title]" produit le 27 mai 1916.
http://www.iwm.org.uk/collections/item/ ... ropeanaapi
© IWM (NTB 248-2)


- Un article paru dans "La revue de Paris" bi-hebdomadaire du 15 novembre 1918, évoque le passage de Jim, un soldat australien blessé aux yeux, à l’hôpital de Saint-Dustan. Il précise l'adresse: "Horseferry Road, London (Westminster)". Dans cet article où il est accompagné de Joan, une nurse qu'il nomme "Matron", il précise notamment, les danses qui sont pratiquées lors de ces bals:
"Deux choses frappèrent Joan dès qu'elle entra dans la salle: l'éclairage sombre de cette salle de bal, et la gaîté des danseurs. Ceux qui ne dansaient pas causaient avec les jeunes femmes venues pour les distraire. (...) Les couples tourbillonnaient sans se bousculer plus que dans une salle de bal ordinaire; les danseurs accompagnaient l'orchestre en sifflant ou en chantant lorsque la valse était une de celles qu'ils préféraient. Des cris de joie et des "encore" saluaient les dernières mesures de chaque danse , et la "scottish" se terminait toujours au milieu de cris sauvages que poussaient les Écossais présents.(...) Ils traversèrent la salle dès que les danseurs eurent applaudi le "Fox-trot" qui avait toujours le plus grand succès. "
Source Bnf/ Gallica


- Danses hongroises dans la cour des baraquements militaires de l'hôpital "Zita", rue Gyáli à Budapest. L'hôpital porte le nom de Zita en hommage à la femme de l'empereur Charles 1er d'Autriche.
Film hongrois intitulé "ÉLET AZ EGYKORI ZITA TELEPEN" (la vie sur le site de l'hôpital militaire "Zita") de 1915, N&B, muet de 4'34", produit par "Manda".
Le film montre les distractions organisées pour les soldats et la vie du centre. A 1mn du début, des danseurs dansent en couple, avec le personnel féminin de l'hôpital.

Le film est à voir ici => http://www.europeana1914-1918.eu/fr/eur ... tyPhoto/0/
Source : MaNDA - Hungarian National Digital Archive and Film Institute sur la ressource Europeana 1914-1918.




- Un Kolo lors d'une "Slava" à Salonique - 1916
Image
Légende : An officer of the 8th Royal Scots Fusiliers with Serbian Officers and Dr Catherine Mac Phail of Scottish Womens Hospital dancing the Kolo at a Slava Salonika 1916.
trad.: Un officier du 8ème régiment Royal de Fusiliers écossais accompagné d'officiers serbes et du Dr Catherine Mac Phail de l'Hopital féminin d'Ecosse, danse un Kolo lors d'une "Slava" à Salonique - 1916
Source : Europeana.eu



  • Les femmes du front
A partir de 1915, le front se fixe. Certains décident, malgré les risques, de rester à proximité de cette ligne de front et refusent de quitter leur habitation ou leur commerce. Les soldats qui viendront prendre un peu de repos en seconde ligne, trouveront parfois ces femmes comme partenaires de danse.

-Un dessin humoristique de Pavis paru dans le journal "La baïonnette" n°132 du 10janvier 1918 et intitulé "Un bal au cantonnement".
Image



  • Les femmes à l’arrière
Même s’il existe une convenance de restriction des festivités à l’arrière ( voir le post « Interdit de danser ? ») pour autant, un certain nombre de femmes bravent ces interdits pour prendre un peu de plaisir dans la danse tandis que leur mari est au front.
Image
Carte postale dessinée: danseurs de Tango (Xavier Sager - 1915).



  • Les travesties
La chose n’est pas inhérente au conflit. Depuis déjà longtemps, certaines femmes aiment à arborer des costumes masculins, à l’instar de George Sand.
Concernant la période qui nous intéresse, je n’ai pas trouvé à ce jour de documents rapportant cette pratique.


  • Danses entre femmes
Enfin on trouve quelques femmes dansant entre-elles. Durant cette étude j’ai été surpris de voir que le nombre de clichés ou témoignages est très en deçà du nombre auquel je m’attendais.
ImageImage
Femmes dansant entre elles pour célébrer le retour des soldats.
Auckland - 25 juin 1919

Cliquez ici pour revenir au sommaire.
Dernière modification par Inouk44 le mer. févr. 28, 2018 9:57 pm, modifié 4 fois.
C'est agréable d'être important. C'est important d'être agréable.

Avatar de l’utilisateur
Skellbraz .
Messages : 3055
Inscription : mer. sept. 17, 2014 2:00 am
Localisation : grenoble

Re: Danse

Message par Skellbraz . » mar. juin 14, 2016 2:00 am

bonsoir à toutes et tous
Merci Inouk pour ces photos et les explications qui les accompagnent, merci aussi d'avoir donné le lien dans les sujet "les femmes pendant la guerre", rubrique histoire
cordialement
Brigitte
Pour accéder directement au sommaire "les femmes pendant la GG", cliquer sur : accès direct

Avatar de l’utilisateur
Inouk44
Messages : 393
Inscription : jeu. nov. 20, 2014 1:00 am

Re: Danse

Message par Inouk44 » mer. juin 15, 2016 11:21 am

La danse à travers les arts
  • La céramique.
La céramique est l'art qui a pour objet la fabrication de la faïence, de la porcelaine1 et dans un sens plus actualisé les céramiques techniques. Le matériau d'abord visé par la céramique est l'argile (d'où elle tient sa racine grecque ancienne κέραμος, kéramos, qui signifie « terre à potier », « argile ».) cuite au four. La céramique a pu aussi plus généralement désigner la poterie voire l'art du verrier. Le terme est relativement récent puisqu'il n'apparaît dans son sens moderne qu'à la moitié du XIXe siècle.
Source : Wikipédia

Cette technique est connue depuis des siècles et sur tous les continents.
Certaines écoles sont très célèbres.
Pour l'Europe, citons parmi les plus connues d'entre elles:

o En France
- Sèvres
- Limoges
- Vallauris
- Sainte-Uze

o En Allemagne
- Meissen

o En Italie
- Florence
- Faenza

o Pays-Bas
- Delft


Voici quelques représentations de la danse, datant du début du XXème siècle, pour la période qui nous concerne.



ImageImageImage
Source : Pinterest




ImageImage
Photo 1 : 1911- Réalisée par Karl Theodor Eichlerborn - 1868 - H26,8cm Inventaire No4175 Meissen Staatliche Porzellanmanufaktur (Manufacture d'Etat de Porcelaine de Meissen)
Photo 2 : Sans références

Source : Pinterest



  • Je n'ai pas encore trouvé de représentation de soldats pour cette époque, mais je garde encore espoir.
Cliquez ici pour revenir au sommaire.
Dernière modification par Inouk44 le dim. févr. 25, 2018 4:17 pm, modifié 1 fois.
C'est agréable d'être important. C'est important d'être agréable.

Avatar de l’utilisateur
Inouk44
Messages : 393
Inscription : jeu. nov. 20, 2014 1:00 am

Re: Danse

Message par Inouk44 » jeu. juin 16, 2016 2:11 am

Les danses modernes

  • Le Two-Step - 1905
Image


  • Théorie du Two-Step
Image
Source : Manuel "La danse apprise chez soi" par le Professeur A. Lacasse - Canada - 1918


  • Le couple Vernon et Irène Castle dans une figure de Two-Step.
Image
Légende trad." Le Two-Step arrière : A partir d'un pas de patineur, l'homme replie ses bras sur ceux de la femme pour la conduire dans un pas de Two-Step."



  • Un carnet de bal du Smith College le 16 mai 1906 (Northampton, Machassusetts - USA)
Image
Source : Smith College Archives
Comme on peut le constater, le Two-Step représente la moitié du répertoire de ce bal.



  • Un carnet de bal d'un Hôpital américain stationné en France (1918)
Image
Image
Image
Image
Carnet de bal de Miss Helen - Credit photo : Michael J.Tuttle
Le Two-Step a complètement disparu.
On voit, en revanche, que le Fox-Trot et le One-Step y sont particulièrement bien représentés.
Ceci n'est guère surprenant, car toujours selon le Pr. Lacasse, dans son traité de 1918, le Fox-Trot est issu du Two-Step:
Image

Autre remarque : Dans les deux carnets, seule la Valse a su tirer son épingle du jeu, car elle est toujours bien présente.







Cliquez ici pour revenir au sommaire.
Dernière modification par Inouk44 le dim. févr. 25, 2018 2:04 pm, modifié 1 fois.
C'est agréable d'être important. C'est important d'être agréable.

Avatar de l’utilisateur
Inouk44
Messages : 393
Inscription : jeu. nov. 20, 2014 1:00 am

Re: Danse

Message par Inouk44 » ven. juin 17, 2016 4:08 pm

Les danses modernes
  • Le Jazz (En construction)
Le Jazz n'est pas en soit une danse, mais un style musical qui a servi de support à de nombreuses danses.
Le terme jazz apparaît en 1917 pour désigner une musique syncopée, dérivée de la culture noire américaine, puis est librement employé pour qualifier les danses issues de cette rythmique. De là, le vocable évolue vers le divertissement et désigne des formes de danses propres aux cabarets, aux théâtres, au cinéma, à la télévision, aux clips vidéo.

La danse jazz tire cependant son origine des danses afro américaines vernaculaires de la fin des années 1800.

Apparentée aux claquettes des années 1920 de Broadway, la danse jazz atteint le monde entier et décline le cake-walk le shimmy, le charleston, le black bottom et toutes les formes issues des revues noires de Harlem. On appelle aujourd'hui jazz roots cette forme de danse solo des années 1920 à 1940 par distinction avec la forme de danse jazz développée après 1940.
Source : Wikipédia



  • Photographie représentant le 369ème régiment d'infanterie américain, nommé "Harlem Hell Fighters" et uniquement composé de soldats noirs américains.
Image
Légende: Le "Band" qui introduisit le ragtime et le jazz en France.
Plus d'informations sur cette formation.

:hello: Merci Jean Pierre pour les précisions concernant cette photo!

  • Nantes a commémoré lundi 12 janvier 2018, l'arrivée du jazz en Europe, 100 ans jour pour jour après le premier concert de jazz qui avait été donné en 1918 par un orchestre militaire américain, dirigé par James Reese Europe, au Théâtre Graslin.
    Pour la petite histoire:
    [*]Pourquoi le premier concert de jazz a-t-il été joué à Nantes ?
    C’est une succession de hasards. En 1918, le lieutenant James Reese Europe et son régiment ont débarqué à Brest et ont rejoint Saint-Nazaire. Ces soldats, des musiciens très connus aux Etats-Unis, étaient voués à attendre puisque l’armée américaine ne mettait pas d’hommes noirs au combat, considérés comme incapables de se battre. L’orchestre a été appelé pour jouer à Aix les Bains dans une base américaine le 15 février mais s’est arrêté sur le chemin. Paul Bellamy, le maire de Nantes de l’époque, avait invité le groupe à se produire à une soirée de charité avec d’autres orchestres, des numéros de jonglage…

    [*]Que s’est-il passé ce soir-là ?
    On pense qu’ils sont remontés à pied depuis la gare jusqu’à la place pleine de monde, tout en jouant. Ensuite, au théâtre Graslin, l’accueil a été très bon, immédiatement. Le public était par terre, c’était la folie. A tel point qu’on a dû expliquer aux musiciens que si les Français sifflaient c’était parce qu’ils étaient contents ! Il y a des écrits qui racontent qu’il y a eu un petit moment de flottement car se faire siffler, aux Etats-Unis, c’est plutôt mauvais signe… On a plein de témoignages de ces soldats ravis de l’engouement pour la musique mais aussi du fait qu’il n’y avait pas de ségrégation en France. Ils étaient considérés ici comme des hommes et non comme des sous citoyens.
    Extrait d'un article paru dans le journal "20minutes" du 12 janvier 2018.
    Plus d'informations sur cette commémoration.

Il est rare que je cite un article de Wikipédia dans son entier, mais celui-ci le mérite :
Le 369e régiment d'infanterie, auparavant appelé 15e régiment de la Garde nationale de New York, est une unité militaire américaine. C'est le régiment le plus connus de Noirs pendant la Première Guerre mondiale. Ses soldats sont surnommés les Harlem Hellfighters. Ils sont aussi parfois surnommés The Black Rattlers (les « Serpents à sonnette noirs ») en référence à leur insigne, ou Men of Bronze.

Ces soldats noirs étaient moins bien entraînés, habillés et nourris que leurs homologues blancs. L'administration du Président Woodrow Wilson était réticente à les enrôler dans l'armée et ne leur montrait aucune estime. Ainsi, à leur arrivée en janvier 1918, ils étaient relégués à des travaux de manutention ou de ravitaillement. Le Général John Pershing, commandant en chef des forces américaines, envoya une note secrète aux militaires français, intitulée Secret Information Concerning Black American Troops, dans laquelle il évoquait le "manque de conscience civique et professionnelle" des soldats noirs, qui constitueraient une "menace constante pour les Américains".

Mais les militaires français ne prirent pas en compte cet avertissement, et le Maréchal Foch, commandant-en-chef des forces alliées, exigea que le régiment soit incorporé aux troupes françaises. Les Français avaient en effet connus beaucoup de succès avec les Africains de leurs colonies, et manquaient de troupes.

Coiffés du casque Adrian, les Harlem Hellfighters furent incorporés à la 161e division d'infanterie française, sous le commandement direct des Français. Ils opérèrent notamment en Champagne et en Alsace, se battant sur le front pendant 191 jours, plus que tout autre soldat américain. C'est aussi la première unité alliée à avoir franchi le Rhin. Leur surnom leur fut donné par les Allemands, surpris par leur courage. Environ 1500 d'entre eux périrent au combat.

Après la guerre, le gouvernement français décerna au régiment la Croix de guerre décorée d'une étoile d'argent pour la prise de Séchault. Ce sont les premiers Américains à avoir été décorés de la Croix de guerre . Cent soixante et onze d'entre eux ont également reçu des distinctions à titre individuel. Pourtant, sous la pression des autorités américaines, le régiment n'a pas été autorisé à parader dans les rues de Paris. Une stèle le rend hommage à Séchault. Grâce au Colonel Hayward, et malgré les réticences du commandement américain, les Harlem Hellfighters purent tout de même défiler sur la Cinquième Avenue de New York à leur retour en février 1919. Ils marchèrent devant une foule immense, au son de leur orchestre de jazz, dirigé par James Reese Europe.
Le 369e régiment d'infanterie défilant à New York en 1919

James Reese Europe et son orchestre sont aujourd'hui célèbres pour avoir introduit le jazz en Europe.

La vision d'une Europe sans ségrégation joua un rôle sur la volonté d'engager une réflexion sur les droits civiques des Afro-Américains.

Il faut aussi noter que le régiment comportait des Portoricains.
Source : Wikipédia à lire ici en entier avec les notes.

le Lieutenant James Reese Europe.
Image


  • L'arrivée du jazz en France marque un tournant décisif dans l'histoire de la musique et de la danse dans notre pays. Ce nouveau style musical, libre, syncopé, laissant une grande part à l'improvisation, va enthousiasmer la jeunesse qui peu à peu va se détourner des formes classiques ou traditionnelles de danse pour se tourner vers ce nouveau genre musical. L'influence de la culture afro-américaine, où, dans la danse, tout le corps est en mouvement, marque une rupture définitive avec les danses d'avant guerre, où la tenue du corps devait être droite. On verra apparaître des danses où l'on se déhanche, se baisse, tord le corps dans tous les sens, où l'on fait la roue et toutes autres figures.

Cliquez ici pour revenir au sommaire.
Dernière modification par Inouk44 le dim. févr. 25, 2018 2:27 pm, modifié 4 fois.
C'est agréable d'être important. C'est important d'être agréable.

Avatar de l’utilisateur
Skellbraz .
Messages : 3055
Inscription : mer. sept. 17, 2014 2:00 am
Localisation : grenoble

Re: Danse

Message par Skellbraz . » ven. juin 17, 2016 11:46 pm

Merci Inouk pour toutes ces informations
Si je puis me permettre de rajouter une (toute petite)touche. Jouer du jazz n'est pas envisageable sans le balancement corporel qui constitue son âme, balancement appelé "swing". En quelque sorte, pas de jazz sans mouvement du corps. Autrement dit, pas de jazz sans "danse".
Bien à vous, encore une fois, merci pour tout ce que vous communiquez et partagez ....-mine de rien- tout en modestie. C'est un réel plaisir d'apprendre en vous lisant
Cordialement
Brigitte
Pour accéder directement au sommaire "les femmes pendant la GG", cliquer sur : accès direct

Avatar de l’utilisateur
Inouk44
Messages : 393
Inscription : jeu. nov. 20, 2014 1:00 am

Re: Danse

Message par Inouk44 » ven. juin 24, 2016 8:51 pm

Autres représentations de la danse.


Suite de l'article L'ennemi qui danse.
Les allemands ne sont pas en reste lorsqu'il s'agit de se moquer des danses de leurs ennemis.

  • Carte postale allemande intitulée "Die Grabenkapelle" que l'on pourrait traduire par l'orchestre de tranchée et/ou l'orchestre du cimetière et qui est sans doute un jeu de mot sur "graben" qui est à la fois la tombe et la tranchée.
On y voit quelques musiciens allemands qui jouent de la musique sur divers instruments (dont un arrosoir) dans une atmosphère "bon enfant". Cela fait sortir les écossais de leur tranchée (reconnaissables en silhouette, à leur kilt, au glengarry et à la pipe) qui aussitôt se mettent à danser.
Les tireurs allemands n'ont plus, à leur grande joie, qu'à tirer sans effort sur leurs cibles. Ceci tend à ridiculiser les écossais toujours prompts à danser en toutes occasions, du moins dans l'imagerie populaire allemande.
Image
Source: Site européen de documents sur la 1ère guerre mondiale - www.europeana1914-1918.eu
http://www.google.fr/imgres?imgurl=http ... &itg=1




• Affiche représentant les danses d'un tirailleur sénégalais paru dans le journal allemand "Kladderadatsch" du 23 juillet 1916.
Image
Caricature de A. Jonhson : « die Zivilisierung Europas » (la civilisation européenne)
Source: Staatsbibliothek Berlin - Zeitungsabteilung

Animé de soubresauts comme s’il se livrait à une danse macabre, le soldat, engagé dans les rangs adverses, s’est mû en un être sanguinaire qui, en lieu et place du havresac réglementaire, porte le crâne d’un ennemi. Bouche et mâchoires proéminentes, anneau dans le nez, collier de dents autour du cou : c’est un cannibale. Seuls subsistent de l’uniforme régulier un porte-épée à baïonnette et la culotte garance. Créé en 1857, le corps des tirailleurs recrute dans l’ensemble de l’Afrique-Occidentale française. Le discours républicain les présente comme des modèles de l’assimilation civilisatrice. Ils sont la « force noire » prônée par Mangin et Jaurès. Or l’Allemagne voit dans le recours aux soldats d’Afrique, qu’elle considère comme des sauvages, une preuve de la barbarie française.


À partir de 1909, Gustav Brandt et l’artiste germano-américain Arthur Johnson deviennent les auteurs et dessinateurs leaders du journal allemand Kladderadatsch qui, dès 1914, apporte son soutien à l’effort de guerre. Le 1er juillet 1916 débute l’offensive anglo-française sur la Somme, une des plus sanglantes batailles de la guerre de 1914-1918, qui laissa de nombreux jeunes soldats, engagés volontaires, sur le champ de bataille. Le Kladderadatsch du 23 juillet 1916 évoque cet épisode à travers une de ses cibles privilégiées : le personnage du tirailleur sénégalais.





  • Carte postale intitulée : "Corps de ballet anglais"
Image
La légende dit " Levez vos petites jambes, petits rats d'opéra!" en faisant allusion aux kilts portés par les Scottlands Guards.
Source : Bibliothèque d'Heidelberg

- Le titre de cette carte postale allemande est en anglais "Englisches Corps" agrémenté de français "- de ballet". Bien sûr ceci est ironique et tend à se moquer des britanniques. Quant au français, les termes de danses lui sont souvent empruntés pour définir les figures ou les postures. Tout ceci vise à ridiculiser l'adversaire, l'apparentant à une danseuse.
Le kilt des écossais a souvent suscité la curiosité voire l'amusement durant cette période, et l'on peut trouver un grand nombre de photographies ou de dessins représentant des soldats écossais en kilt.



  • Carte postale dessinée, allemande - 1914 de K.Maier L Hafen (Ludwigshafen?)
Image
On y voit un feldgrau allemand donnant du fouet à un cosaque avec la légende suivante: "Garçon,tu peux bien danser comme ma femme."
Source : Bibliothèque d'Heidelberg
- Remarquez la présence d'une croix gammée en bas à gauche du cadre (??)


  • Carte postale dessinée, allemande. de F.W. Frankel.
Image
La carte représente un russe estropié faisant fonctionner une boite à musique sur laquelle s'agite un pantin qui semble être Pierre Ier de Serbie.
La légende dit : "Wie Väterchen spielt, muss Peterchen tanzen", ce qui peut se traduire par "Comme Petit Père joue, Petit Pierre doit danser."

- Les diminutifs de "Vater" - Väterchen (petit père) et de "Peter" - Peterchen (petit Pierre) sont utilisés pour donner un effet sonore comique car ils sont très proches phonétiquement [fèteurcheun] - [pèteurcheun].
- Notez encore le double sens de "danser" auquel s'ajoute le fait que le musicien mène la danse.
- L'image laisse sous entendre bien sûr, que Pierre Ier de Serbie est manipulé par les Russes.
- Enfin dans l'imagerie populaire de cette époque, le Russe est forcément mal habillé (vêtements reprisés, chaussure trouée,...), hirsute et alcoolique, comme en témoigne la bouteille d'alcool (Wutky) cassée sous son pupitre.
Source : Bibliothèque d'Heidelberg



Cliquez ici pour revenir au sommaire.
Dernière modification par Inouk44 le dim. févr. 25, 2018 4:08 pm, modifié 2 fois.
C'est agréable d'être important. C'est important d'être agréable.

CD9362
Messages : 3428
Inscription : sam. mars 08, 2014 1:00 am

Re: Danse

Message par CD9362 » lun. juin 27, 2016 8:39 pm

Bonjour Inouk
connaissez vous ces photos
"danse écossaise" Hôpital V.G.5 à Paris
http://argonnaute.u-paris10.fr/search/r ... 4fb4f960cd
http://argonnaute.u-paris10.fr/search/r ... 7f53fe02dd
http://argonnaute.u-paris10.fr/search/r ... ca0a15c1e3
http://argonnaute.u-paris10.fr/search/r ... ec234f9c58
http://argonnaute.u-paris10.fr/search/r ... 793ad1468b
http://argonnaute.u-paris10.fr/search/r ... 9ae0cbe805

elles proviennent du Fonds des Albums Valois. Paris (Seine). Hôpitaux. Album 3 (VAL 374) il y en a5 de la 95 à la N° 100
je ne sais pas si je les ai mises dans la bonne discussion . Si vous l'avez déjà dites le moi, j'effacerai le message

Cordialement
AD-line

Avatar de l’utilisateur
Inouk44
Messages : 393
Inscription : jeu. nov. 20, 2014 1:00 am

Re: Danse

Message par Inouk44 » mar. juin 28, 2016 2:14 am

Bonjour AD-line,
Bonjour à toutes et à tous,

Non, j'ignorais l'existence de ces photos.
Les écossais et leurs danses semblaient beaucoup intéresser les média de l'époque. Il faut dire qu'avec leur kilt et leur tartan, ils étaient particulièrement "exotiques" et ne passaient pas inaperçus. Il y a beaucoup de cartes et de photos qui y font référence.
Connaissez-vous la signification de GV5, donné à cet hôpital?

En tous cas, merci pour cette contribution.
Cordialement.
Daniel.
C'est agréable d'être important. C'est important d'être agréable.

CD9362
Messages : 3428
Inscription : sam. mars 08, 2014 1:00 am

Re: Danse

Message par CD9362 » mar. juin 28, 2016 12:27 pm

Bonjour Inouk
concernant "Hôpital V.G. 5 à Paris " aucune idée de la signification de cette abréviation.
Victimes de Guerre peut-être ? Oeuvre de la société de Steaple Chase, Maison des frères Saint jean de Dieu.
Question à poser dans la rubrique santé.

Bonne "danse"

Répondre

Revenir à « LES ARTS & LA GUERRE »