les femmes pendant la Grande Guerre (+ accès au sommaire)

Avatar de l’utilisateur
Skellbraz .
Messages : 3055
Inscription : mer. sept. 17, 2014 2:00 am
Localisation : grenoble

Re: les femmes pendant la Grande Guerre (en p 1: accès au sommaire)

Message par Skellbraz . » mar. sept. 19, 2017 10:20 pm

*
Bonjour à toutes et tous,

Florence Nightingale, infirmière et pionnière dans l’utilisation des statistiques.
Episode 2

Image

source photo : http://www.invivomagazine.com/fr/focus/ ... management

Quand Florence Nightingale quitte la Crimée et revient en Angleterre en 1856, elle a rassemblé beaucoup d’informations et écrit de nombreux rapports. Elle met à profit ses compétences dans le tout nouveau domaine des statistiques et démontre que la mort de nombreux soldats hospitalisés est liée à des conditions de vie déplorables. Elle écrit un rapport conséquent qui met en évidence le fait qu’il faut mettre sur pied une Commission Royale afin de réformer le département Santé de l’Armée.
Après la guerre de Crimée, son attention se porte sur la situation de l’armée britannique en Inde, elle surveille les avancées de la Commission sanitaire de l'Armée. Avec ses collaborateurs, elle collecte des données, des faits, des informations afin d’établir un rapport précis sur l'état sanitaire de l'armée britannique en Inde. Elle réalise qu'il est essentiel d'améliorer non seulement la situation sanitaire des soldats mais aussi celle de toute la population locale.

F. Nightingale a contribué à réduire le nombre de morts au sein de l'Armée britannique en temps de guerre, elle projette une application de ses conceptions sanitaires dans les hôpitaux civils britanniques en temps de paix. Les infirmières qu'elle formera auront la responsabilité d’organiser le service infirmier. Florence Nightingale développe une hiérarchie dans les fonctions d'infirmières hospitalières: infirmière, surveillante, infirmière générale. Les nominations au sein de cette hiérarchie sont autonomes par rapport au médecin.

En 1860, grâce au Fonds Nightingale, elle crée la Nightingale Training School, une école d’infirmières non religieuses qui fonctionne à l’hôpital St-Thomas de Londres. La même année, elle publie « Notes on Nursing », cet ouvrage sur les soins infirmiers sert de base au programme de l’école.
En 1869 elle fonde avec Elizabeth Blackwell, le Women’s Medical College.

Les infirmières formées dans ses écoles exercent une influence croissante, elles deviennent infirmières en chef dans de nombreux hôpitaux. Elles essaiment vers l’Australie, le Canada, l’Inde, la Finlande, l’Allemagne, la Suède, les États-Unis créant ainsi tout un réseau qui n’existera en France qu’à une petite échelle (Léonie Chaptal et Anna Hamilton s’inspirent du système Nightingale mais ne bénéficient pas d’un appui suffisant de la part du gouvernement et du service Santé de l’Armée)

lien avec la Grande Guerre:
Il me semble que l’expérience de Florence Nightingale pendant la guerre de Crimée et ses actions ultérieures ont un lien direct avec le fait qu'avant même la déclaration de la guerre, le Royaume Uni dispose d’organisations d’infirmières qui font partie de l’Armée: le QAIMNS (Queen Alexandra’s Imperial Military Nursing Service), le TFNS (Territorial Force Nursing Service) .
Le Royaume Uni dispose aussi d’organisations privées :
- le FANY (First Aid Nursing Yeomanry) une organisation affiliée à l’armée qui se compose de femmes spécialistes dans la cavalerie.
- le SWH ( Scottish Women's Hospitals) est fondé en août 1914, par une femme physicienne, médecin et chirurgien qualifié, le Dr Elsie Maud Inglis. Alors que l’autorité militaire britannique lui donne cet ordre: “Go home and sit still”, l’unité de soins qu’elle a constituée à Edimbourg se dirige vers la Serbie en janvier 1915. En 1917 elle est en Russie mais elle est évacuée à cause de son état de santé. Elle meurt en novembre 1917 à Newcastle. Jusqu’en 1918, d’autres unités organisées par ses soins, travailleront avec les armées Alliées (à l’exception de l’armée britannique).
- le Women's Emergency Corps (fondé en 1914 par Eveline Haverfield) est une organisation qui aide les femmes à devenir médecins, infirmières ou encore messagères circulant en moto.
- le Women's Hospital Corps se forme en septembre 1914, à l’initiative des Dr Flora Murray et Louisa Garrett Anderson. L’organisation apporte son aide aux hôpitaux militaires français jusqu’en janvier 1915. Le nombre de blessés anglais est de plus en plus important, le WHC établit à Londres le « Endell Street Military Hospital ». Cet hôpital pour hommes est entièrement géré par des femmes: depuis le chirurgien chef jusqu’à l’aide soignante. Il fonctionne de mai 1915 à décembre 1919.

[ éléments de lecture concernant Florence Nightingale :
https://cna-aiic.ca/~/media/cna/page-co ... book_f.pdf
https://www.cairn.info/revue-recherche- ... age-75.htm
http://www.ibe.unesco.org/sites/default ... ghtinf.PDF
http://medarus.org/Medecins/MedecinsTex ... e_flo.html
https://www.infirmiers.com/profession-i ... rimee.html
http://www.saloninfirmier.fr/img/suppor ... -Nadot.pdf
http://www.1914-1918.be/soigner_florenc ... ingale.php
merci Alain :
http://www.europe1.fr/mediacenter/ [...] es-1515017 ( extrait de l’émission « l’ombre d’un doute »)
http://bdzoom.com/82587/patrimoine [...] me-partie/ BD : " la Dame à la lampe"]

[ Deux sites qui remettent en question ce qui est traditionnellement raconté au sujet des analyses statistiques de Florence Nightingale) :
https://www.gresham.ac.uk/lectures-and- ... al-safety-
https://www.york.ac.uk/depts/maths/histstat/small.htm ]

[ Pour approfondir le rôle des organisations féminines pendant la Grande Guerre, le site incontournable de Chris Baker : « women and the british army ») : http://www.longlongtrail.co.uk/army/reg ... -war/#tfns ]

Cordialement
Brigitte
Dernière modification par Skellbraz . le ven. mars 09, 2018 11:12 am, modifié 1 fois.
Pour accéder directement au sommaire "les femmes pendant la GG", cliquer sur : accès direct

Avatar de l’utilisateur
Skellbraz .
Messages : 3055
Inscription : mer. sept. 17, 2014 2:00 am
Localisation : grenoble

Re: les femmes pendant la Grande Guerre (en p 1: accès au sommaire)

Message par Skellbraz . » mar. sept. 19, 2017 10:35 pm

un ptit cadeau pour étoffer ton beau post

https://forum.pages14-18.com/mesimages/ ... ure074.jpg
tenue d’infirmière
https://forum.pages14-18.com/mesimages/ ... ure075.jpg
sur celle ci ,Lulu la petite fille de l,infirmière ayant portée cette tenue,donnée au musée ( une rencontre inespérée ,mais pourtant,c'est bien ce qui c'est produit)

https://forum.pages14-18.com/mesimages/ ... ure051.jpg
https://forum.pages14-18.com/mesimages/ ... ure053.jpg
une autre infirmière,et son blessé.
Merci Marc pour les précisions en MP. Il s'agit de tes photos, prises au "Musée Lucien Roy" (situé dans le village de Beurre, département du Doubs). Créé par Mr Cretin, le musée est actuellement tenu par sa veuve.
:hello:
Brigitte
Pour accéder directement au sommaire "les femmes pendant la GG", cliquer sur : accès direct

Avatar de l’utilisateur
krzymen
Messages : 559
Inscription : mer. sept. 19, 2012 2:00 am
Localisation : Warszawa/Varsovie

Re: les femmes pendant la Grande Guerre (en p 1: accès au sommaire)

Message par krzymen » mar. sept. 19, 2017 11:38 pm

Bonsoir à toutes et à tous,

Grades dans la K. u. K. Armee
https://fr.wikipedia.org/wiki/Armée_de_ ... -hongroise
Korporal → Zugsführer → Feldfebel
Caporal → à mon avis pas d’équivalent → Sergent
J'imagine que c'est écrit en russe? mais je n'en suis même pas certaine, peut-être est-ce de l'ukrainien?
C’est un site ukrainien et ces dames n’aimaient pas les Russes :D … et les Polonais non plus! :lol:

Le texte est très simple: prénom et nom, grade militaire.
Un petit vocabulaire:
Хорунжа (khorounzha) – la Fähnrich
Стрілець (striletz)– fusilier ou chasseur
Санітарка (sanitarka) – infirmière
старший десятник (starchiy desyatnik) - Zugsführer
Page 15 album524827_14
La rangée en bas. Les quatre dernières photos: trois de Sofia Haletchko (Софія Галечко). Sur une photo elle a le grade de Feldfebel ou Kadett, le sabre et la médaille. La dernière photo c’est Olena Stepaniv/Stepanivna (Олена Степанів/Степанівна)
Page 16 (pas des hommes sur cette page :D ) album524827_15
La rangée à haut – photos de Stepanivna

Beaucoup de ces photos ce sont des cartes postales.

Informations de la presse allemande sur les femmes-héroines:
Frauen als Soldaten im Weltkrieg
http://www.archiviolgbtq.it/fileadmin/d ... 20-134.pdf
Parmi les autres – Eine Heldin der ukrainischen Legion - Fräulein Jarema Kuz und Fräulein Wachmeister Sophie Haletschko.

Bien cordialement
Krzysztof
Lance do boju ! Szable w dłoń !
Lance-main ! En bataille ! Sabre à la main !
site: http://www.1914.pl

Avatar de l’utilisateur
Skellbraz .
Messages : 3055
Inscription : mer. sept. 17, 2014 2:00 am
Localisation : grenoble

Re: les femmes pendant la Grande Guerre (en p 1: accès au sommaire)

Message par Skellbraz . » mar. sept. 19, 2017 11:45 pm

bonsoir à toutes et tous,

Merci Krzysztof pour toutes ces précisions et nouveaux apports.
( :D après consultation chez Dr Google, j'avais corrigé ma traduction aléatoire de Zugsführer dans un post précédent, j'y retourne avec les données de votre post)
cordialement
Brigitte
PS : j'ai corrigé mes précédents posts
Pour accéder directement au sommaire "les femmes pendant la GG", cliquer sur : accès direct

Avatar de l’utilisateur
zabmarcus
Messages : 1250
Inscription : dim. janv. 25, 2015 1:00 am

Re: les femmes pendant la Grande Guerre (en p 1: accès au sommaire)

Message par zabmarcus » mer. sept. 20, 2017 6:38 am

Merci Marc pour les précisions en MP. Il s'agit de tes photos, prises au "Musée Lucien Roy" (situé dans le Doubs). Créé par Mr Cretin dans le village de beure, il est actuellement tenu par sa veuve.
:hello:
Brigitte
Sois le changement que tu veux voir dans le monde (ghandi)

Avatar de l’utilisateur
krzymen
Messages : 559
Inscription : mer. sept. 19, 2012 2:00 am
Localisation : Warszawa/Varsovie

Re: les femmes pendant la Grande Guerre (en p 1: accès au sommaire)

Message par krzymen » mer. sept. 20, 2017 10:55 pm

Bonsoir à toutes et à tous, bonsoir Brigitte

Une carte postale – Fähnrich Olena Stepaniv avec son frère, seulement un Zugsführer. C’est elle qui pouvait lui ordonner de se mettre au "garde-à-vous" :lol:
Image
Dans la première moitié de 1918, le "lobby anti-féministe" :D à la Légion Ukrainienne a gagné et les femmes ont été libérées du service ... La majorité l'a accepté calmement, mais certains ont été brisés, par ex. – selon une des versions la Fähnrich Haletchko s'est suicidée :(

Un article intéressant sur les Ukrainiennes (en anglais) – source: The Ukrainian Museum and Library of Stamford.
The role of dedicated ukrainian women in World War I
http://www.ukrainianmuseumlibrary.org/p ... en-WWI.pdf

Cordialement
Krzysztof
Lance do boju ! Szable w dłoń !
Lance-main ! En bataille ! Sabre à la main !
site: http://www.1914.pl

Avatar de l’utilisateur
Skellbraz .
Messages : 3055
Inscription : mer. sept. 17, 2014 2:00 am
Localisation : grenoble

Re: les femmes pendant la Grande Guerre (en p 1: accès au sommaire)

Message par Skellbraz . » jeu. sept. 21, 2017 4:18 pm

*
bonjour à toutes et tous,

Krzysztof et Marc, merci pour vos interventions.


les interventions ont été indexées dans le sommaire.

Si vous repérez des oublis, erreurs de classement, titres inadéquats, liens qui ne fonctionnent pas ou autres anomalies, je serais bien contente que vous m'en avertissiez.  
 
Le sommaire est directement accessible en cliquant sur le texte bleu dans ma signature, en bas de ce post.
Cordialement
Brigitte
Dernière modification par Skellbraz . le ven. mars 09, 2018 11:04 am, modifié 1 fois.
Pour accéder directement au sommaire "les femmes pendant la GG", cliquer sur : accès direct

Avatar de l’utilisateur
Skellbraz .
Messages : 3055
Inscription : mer. sept. 17, 2014 2:00 am
Localisation : grenoble

Re: les femmes pendant la Grande Guerre (en p 1: accès au sommaire)

Message par Skellbraz . » jeu. sept. 21, 2017 5:11 pm

bonjour à toutes et tous
Merci Krzysztof,
ah! un site en anglais ( il me faut du temps pour traduire mais, j'y arrive)

Ouhla, une famille dans laquelle la soeur peut donner des ordres au frère! :lol: = effet d'émulation, j'imagine?
Cordialement
Brigitte
Pour accéder directement au sommaire "les femmes pendant la GG", cliquer sur : accès direct

Avatar de l’utilisateur
Skellbraz .
Messages : 3055
Inscription : mer. sept. 17, 2014 2:00 am
Localisation : grenoble

Re: les femmes pendant la Grande Guerre (en p 1: accès au sommaire)

Message par Skellbraz . » jeu. sept. 21, 2017 9:26 pm

Bonjour à toutes et tous,
- listes de médaillées de la reconnaissance française ( JO du 2 avril 1919, Ministère des Affaires Étrangères) : accessible ici
- le parcours de Anna Van Schaick Mitchell, pianiste (même lien)
:sol: merci Michel / stl
Cordialement
Brigitte
Pour accéder directement au sommaire "les femmes pendant la GG", cliquer sur : accès direct

Avatar de l’utilisateur
Skellbraz .
Messages : 3055
Inscription : mer. sept. 17, 2014 2:00 am
Localisation : grenoble

Re: les femmes pendant la Grande Guerre (en p 1: accès au sommaire)

Message par Skellbraz . » dim. sept. 24, 2017 11:34 pm

*
Bonsoir à toutes et tous,

ImageROSA Luxembourg
Portrait of Rosa Luxemburg, age 22. Taken in 1893 whilst a student at Zurich University. (Photo Rosa-Luxemburg-Stiftung, Berlin)

Elle est en prison pendant quasiment toute la durée de la Grande Guerre, néanmoins par sa personnalité, par ses écrits diffusés clandestinement, elle reste très active.

Née en 1871 (ou 1870) [ Rosa Luxemburg = Rozalia Luxenburg ou Róża Luksemburg est née le 5 mars 1871 à Zamość?, merci Krzysztof, pour les précisions] dans une Pologne devenue territoire de l’empire russe, Rosa Luxembourg grandit au sein d'une famille aisée de la communauté juive polonaise, pendant son enfance elle a survécu à un pogrom. Elle est très tôt confrontée à ce qu’engendrent les nationalismes exacerbés, nationalismes qui conduiront au déclenchement de la Grande Guerre. De ses 16 ans à ses 47 ans, elle ne cessera jamais d’être une militante internationaliste.

En Pologne, la répression tsariste décime ses camarades militants, à 18 ans Rosa Luxembourg s’exile en Suisse. Elle obtient un doctorat en économie à Zürich et voyage.

Devenue allemande par mariage, elle s'installe en Allemagne en 1898. Elle milite au sein du SPD (parti socialiste allemand) et devient une figure emblématique de l’aile gauche du parti.

Théoricienne, écrivain, journaliste, Rosa Luxembourg est aussi une femme engagée dans la vie politique. Elle se distingue par son irréductible hostilité au nationalisme. Tous les qualificatifs qui lui ont été attribués ont pour origine son engagement pour une révolution prolétarienne internationale.

Le combat de Rosa Luxembourg s'inscrit dans le combat pour les femmes néanmoins, elle ne participe pas à la vie politique en sa seule qualité de femme. Pour être plus explicite, elle refuse d’être affiliée à des fonctions ou à des postes exclusivement féminins, y compris au sein de son parti. Elle entend être traitée comme les hommes dont elle partage le combat au quotidien. C’est en ce sens qu’elle affirme n’avoir « rien à faire avec le mouvement des femmes ». Son idéal et ses objectifs sont avant tout universalistes : « oeuvrer pour l’égalité des femmes ne doit s’entendre que dans le cadre de la remise en question de toute forme de domination ». Cette position heurtera les féministes radicales. C’est donc avec cette conception qu’elle lutte pour le droit de vote des femmes (1912, texte de Rosa Luxembourg pour le vote des femmes).
Cet article de Rosa Luxemburg paraît le 8 mars 1912 dans « Die Gleichheit" (L’Egalité) le journal des femmes sociales-démocrates dirigé par Clara Zetkin. Rosa Luxembourg cite Charles Fourier: « dans chaque société, le degré d’émancipation des femmes est la mesure naturelle de l’émancipation générale ».

La guerre éclate.
Le 4 août 1914, le parti socialiste allemand (SPD) vote les crédits de guerre, soutient l'engagement militaire et la politique d’union sacrée. En décembre 1914, Karl Liebknecht, député SPD au Reichstag, refuse de voter de nouveaux crédits. Il est le premier député du SPD à rompre avec la ligne directrice du parti. Dès janvier 1915, il est exclu du SPD. En 1916, les parlementaires du SPD qui refusent de voter les crédits de guerre sont à leur tour exclus du parti. La purge se poursuit l'année suivante. Les internationalistes se regroupent en dehors du SPD, organisant leur propre ligne d’action contre la guerre, elle donnera naissance à la Ligue des spartakistes.

Pacifiste et internationaliste, Rosa Luxembourg condamne évidemment la guerre, comme Liebknecht elle est opposée aux décisions du SPD.
Condamnée à un an de prison pour « incitation de militaires à l'insubordination », antimilitarisme... elle purge sa peine à partir de février 1915. Libérée, elle reprend ses actions publiques contre la guerre, de juillet 1916 à novembre 1918 elle est à nouveau en prison. Bénéficiant de l’amnistie politique du 6 novembre 1918, elle est définitivement libérée quelques jours plus tard. En Allemagne, la population est divisée, le chaos règne (évènements à Kiel, Hambourg, Brême…). Dans les grandes villes les travailleurs font grève, constituent des Conseils d’ouvriers et de soldats, des émeutes se déclarent un peu partout. Dans le journal de la Ligue des spartakistes, "die Rote Fahne" (le Drapeau rouge) qu’elle a créé avec Liebknecht, Rosa Luxembourg publie des articles favorables aux émeutiers tandis que la presse de droite appelle à son assassinat. L'insurrection se propage, à Berlin, des marins révoltés se rendent maîtres de la Chancellerie.

Janvier 1919
Dans les grandes villes, des grèves continuent à être déclenchées par les travailleurs. Les manifestations tournent aux combats de rue, les dirigeants du mouvement Spartakus soutiennent ces actions.
A Berlin, le soulèvement est écrasé par le chancelier social-démocrate Friedrich Ebert au cours de la « Semaine sanglante ». Le ministre de la guerre, le SPD Gustav Noske, a confié la répression des spartakistes aux Freikorps. Ces groupes paramilitaires monarchistes sont très bien armées, les miliciens massacrent les insurgés spartakistes et leurs dirigeants. Rosa Luxembourg et Liebknecht, entrés dans la clandestinité, sont interpelés et abattus le 15 janvier 1919 par des agents du Freikorps. Le corps de Rosa Luxembourg est jeté dans le canal du Landwehr.
Le 25 janvier se déroulent les obsèques de Rosa Luxembourg, elles sont symboliques, la foule suit un cercueil vide. Un corps, repêché au mois de mai, est identifié comme étant celui de R. Luxembourg et inhumé dans la même tombe que celle de Liebknecht. La légitimité de cette dépouille continue à faire couler de l’encre.

Les paradoxes de Rosa Luxemburg : elle a soutenu les combats révolutionnaires alors qu’elle-même était pacifiste. Le 19 janvier 1919, quelques jours après son assassinat, les femmes allemandes votent pour la 1ère fois.
Image
source photo : https://secoursrouge.org/L-assassinat-de-Rosa-Luxemburg

pistes de lecture :
Claudie Weill : « Rosa Luxemburg, ombre et lumière », Nouvelles Questions Féministes, 2011/1 (Vol. 30), p. 121-125. DOI : 10.3917/nqf.301.0121. URL : http://www.cairn.info/revue-nouvelles-q ... ge-121.htm )
https://www.legrandsoir.info/rosa-luxem ... erale.html
http://www.jutier.net/contenu/rluxbio.htm
http://www.critique-sociale.info/291/ro ... 1871-1919/
https://bataillesocialiste.wordpress.co ... luxemburg/
http://www.larousse.fr/encyclopedie/per ... urg/130747
https://www.herodote.net/almanach-ID-89.php
https://bataillesocialiste.wordpress.co ... luxemburg/
http://npa29.unblog.fr/2014/03/09/rosa- ... e-ragemag/

Concernant l’Allemagne de novembre 1918 au 15 janvier 1919 : http://www.jprissoan-histoirepolitique. ... liebknecht

cordialement
Brigitte
Dernière modification par Skellbraz . le mer. févr. 21, 2018 1:01 pm, modifié 1 fois.
Pour accéder directement au sommaire "les femmes pendant la GG", cliquer sur : accès direct

Répondre

Revenir à « Les femmes dans la guerre »