L'usure des effectifs français en octobre-novembre 1918

ALVF
Messages : 5897
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am

Re: L'usure des effectifs français en octobre-novembre 1918

Message par ALVF » sam. juil. 16, 2016 6:53 pm

Bonsoir,

Lorsqu'on examine les "historiques" divers des combats de l'automne 1918, on y lit souvent que les compagnies d'infanterie allemandes étaient souvent réduites à 50 ou 80 hommes du fait de l'usure des effectifs et de l'importance des pertes subies depuis le printemps 1918.
Mais il est tout aussi intéressant d'examiner ce qu'il en est dans les Armées alliées à cette période de la guerre.

-l'Armée américaine est à gros effectifs avec des Divisions comptant plus du double d'hommes que les nôtres, de surcroît, des centaines de milliers d'hommes et de divisions entières ne verront jamais le front et rentreront aux U.S.A sans avoir été engagées.

-l'Armée anglaise souffre de l'usure des effectifs, surtout à partir de la fin de l'été 1918.

-l'Armée française, pour sa part, a les plus grandes difficultés à maintenir ses effectifs à la dotation théorique et les Divisions "d'attaque" ont particulièrement souffert depuis mai 1918. En effet, il y a bien, n'en déplaise aux partisans des thèses du parfait "égalitarisme" des unités de l'Armée françaises, des Divisions d'attaque et...les autres.
Il suffit d'étudier la situation des effectifs de quelques Divisions de ce type pour se faire une idée de l'extraordinaire usure de ces belles divisions, surtout lorsqu'elles ont été employées par des chefs "offensifs", symbolisés par le général Mangin et quelques autres: voir à ce sujet les pertes et l'état des effectifs des 1ère et 2ème Divisions Marocaines, des 37e et 38e Divisions ou des Divisions"bleues", 46e et 47e Divisions, dont l'infanterie est composée de Bataillons de Chasseurs.

Ces difficultés de maintien des effectifs, associées à l'extraordinaire usure du matériel d'artillerie, expliquent mieux la relative lenteur de l'avance des Armées alliées malgré des succès offensifs importants.
Ainsi, au sein de la 46e Division d'Infanterie, les pertes ont atteint plus de 7000 hommes pour la seule période de mai à octobre 1918. Cette grande unité, ayant relativement peu souffert en 1917, notamment du fait d'avoir été maintenue en réserve en avril dans le but d'exploiter un éventuel succès, a par contre été employée dans de nombreuses offensives à partir de mai 1918 en Belgique, en Champagne, à l'offensive du 8 août en Picardie, dans la bataille de Saint-Quentin puis de l'avance en direction de la Belgique.
Dans ces conditions, les Bataillons de Chasseurs ont beaucoup souffert. Les pertes de l'artillerie sont beaucoup plus rarement évoquées.
Pour illustrer la rapidité de l'usure des unités d'artillerie de campagne, je joins un extrait du rapport établi le 20 novembre 1918 par le colonel Verguin, commandant de l'A.D 46. En deux pages, s'appuyant sur les rapports des commandants de batterie, cet officier dresse un tableau impressionnant de l'état de l'artillerie de campagne de la 46e Division dans les tous derniers jours de la campagne. Un chapitre de ce rapport, intitulé "Usure des effectifs par l'ypérite", illustre la situation des batteries du 227e R.A.C chargées d'appuyer l'infanterie dans la phase de poursuite de l'ennemi en cours de repli vers la Meuse belge.
Ce cours chapitre résume bien l'état réel des troupes françaises en fin de guerre:
Image
Image
Image
Image

Cordialement,
Guy François.

Putine
Messages : 785
Inscription : sam. sept. 27, 2008 2:00 am

Re: L'usure des effectifs français en octobre-novembre 1918

Message par Putine » lun. juil. 18, 2016 8:48 am


Merci bien ! :jap: C' est interessant ! :jap:


garance.
Messages : 821
Inscription : jeu. sept. 21, 2006 2:00 am

Re: L'usure des effectifs français en octobre-novembre 1918

Message par garance. » lun. juil. 18, 2016 12:41 pm

Bonjour
sujet passionnant
une armée qui attaque a-t-elle plus de pertes que celle qui se défend ?
Vaste question
Et en filigrane "pour ou contre" l'offensive Castelnau qui devait démarrer le 15 novembre 1918 !

cdt garance
"Il pleuvait en cette nuit de Noël 1914, où les Rois Mages portaient des Minenwerfer."

p Lamy
Messages : 964
Inscription : ven. juin 01, 2007 2:00 am

Re: L'usure des effectifs français en octobre-novembre 1918

Message par p Lamy » lun. juil. 18, 2016 3:07 pm

Bonjour à tous,
pour ma part j'avais relevé les pertes de 6.948 hommes pour la 47e DI, pour la période du 1er juin au 31 octobre 1918.
Sur ce total, 1.048 tués, 4.450 blessures de guerre et 1.450 vésiqués et suffoqués.
Pour la seule 3e semaine de juillet 1918 (reprise de l'offensive le 18 juillet), la division perd 1101 blessés, 150 vésiqués et 250 tués.
Durant cette période, 61 % sont blessés par obus, 30 % par balles et aucun blessé...par arme blanche.
Les pertes ont été aussi été très importantes côté allemand dans cette même période de guerre très éloignée des charges d'août 1914 (appui chars et aviation, forts bombardements etc...)

Bien cordialement.
P. Lamy
"C'est le Vin qui a fait gagner la Guerre"
Jean-Louis Billet, agent de liaison au 70e BACP

Denis Rolland
Messages : 250
Inscription : mer. août 10, 2005 2:00 am

Re: L'usure des effectifs français en octobre-novembre 1918

Message par Denis Rolland » jeu. juil. 28, 2016 12:14 am

Bonsoir,
Quelques chiffres sur la 10e armée Mangin après le 18 juillet 1918. Total des pertes, tués, blessés, disparus.
Juillet - août:77617
Septembre:24531
octobre: 39601
Cordialement
Denis Rolland

milou 15
Messages : 24
Inscription : lun. mai 26, 2014 2:00 am

Re: L'usure des effectifs français en octobre-novembre 1918

Message par milou 15 » jeu. juil. 28, 2016 8:37 pm

Bonjour,
Très intéressant.
Après avoir affronté les 5 offensives allemandes très meurtrières du premier semestre 1918, les armées vont subir la grippe espagnole qui fait des ravages à partir de Septembre 1918. Le nombre d'évacués pour "maladie" augmente fortement en Octobre. Curieusement, le mutisme sur ce sujet dans les JMO semble avoir été la règle comme si le mot grippe était tabou. Néanmoins, cette grippe espagnole est une cause importante de la crise des effectifs de fin 1918. Il est difficile de trouver des statistiques qui en caractérisent l'ampleur. Heureusement, elle a affecté aussi l'armée allemande.
Cordialement.
Antoine

Avatar de l’utilisateur
Jean RIOTTE
Messages : 6038
Inscription : sam. nov. 05, 2005 1:00 am

Re: L'usure des effectifs français en octobre-novembre 1918

Message par Jean RIOTTE » jeu. juil. 28, 2016 11:13 pm

Bonsoir Antoine,
Effectivement, la grippe espagnole a été un élément parmi d'autres, comme l'explique ALVF dans son message initial), ayant concouru à l'usure des effectifs français en 1918.
La pandémie de grippe dite espagnole a débuté au printemps 1918 et s'est développée en 2 vagues dans les Armées françaises.
Elle est relativement bénigne pendant la première vague (avril, mai juin) sauf dans le Nord (231 malades graves sur 951 grippés) et dans la 15ème RM/Marseille (221 cas graves sur 950 grippés) mais très handicapante quant aux effectifs touchés. Par exemple à la IIIème Armée: 4500 cas les 10 premiers jours de mai; 14 584 lors de la 2ème décade;puis inversion de la courbe lors de la 3ème décade de mai (5809 cas) et la 1ère décade de juin (3385).
La seconde vague se développe de septembre à novembre 1918: la grippe devient mortelle. Alors que le nombre de cas diminue, le pourcentage de complications pleuro-pulmonaires augmente de façon significative les cas mortels (+30%). Elle toucha 402 000 soldats français avec 30 200 morts. Les victimes civiles quant à elles sont au nombre de 250 000.
Cordialement,
Jean RIOTTE

Répondre

Revenir à « Chasseurs »