1ère classe puis caporal honoraire du 15e Bataillon de Chasseurs

ALVF
Messages : 5800
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am

Re: 1ère classe puis caporal honoraire du 15e Bataillon de Chasseurs

Message par ALVF » lun. mai 23, 2016 12:41 am

Bonsoir,

La nomination à titre honoraire de soldat de 1ère classe et de caporal est ancienne et tend à se développer de nos jours, notamment dans la Légion Étrangère.
Le site du Ministère de la Défense "Portail Internet de la Légion Étrangère" fait remonter cette tradition à la nomination de caporal honoraire de Bonaparte en 1796 et affirme que "l'honorariat au titre d'une arme apparaît plus d'un siècle plus tard, après la 1ère guerre mondiale, sans aucune règle fixe". Dans la Légion, c'est le célèbre général Rollet qui a introduit cette marque d'honneur bien après la guerre.

En classant les archives d'un officier d'artillerie, le général Verguin, j'ai trouvé deux nominations honorifiques le concernant (Chasseur de 1ère classe et caporal de Chasseur), nominations prononcées au titre du 15e Bataillon de Chasseurs. Ces deux nominations datent de 1917 et 1918 alors que cet officier était lieutenant-colonel d'artillerie.
Le capitaine puis chef d'escadron et ensuite lieutenant-colonel Verguin a été successivement commandant de groupe d'artillerie du 37e R.A.C de la 66e Division puis adjoint au colonel commandant l'Artillerie Divisionnaire de la 66e Division avant d'être nommé commandant de l'Artillerie Divisionnaire de la 46e Division. En résumé, une carrière d'artilleur presque entièrement effectuée au sein de grandes unités "bleues" où il a appuyé les attaques de nombreux Bataillons Alpins de Chasseurs à Pied, notamment dans les Vosges (Metzeral, Hilsenfirst, Hartmannswillerkopf, etc...).
Je publie ces deux documents peu communs:

-d'abord, la nomination de Chasseur de 1ère classe figurant à l'ordre n° 22 bis du 4 février 1917 du 15e Bataillon de Chasseurs, commandé alors par le chef de bataillon Dussauge, le lieutenant-colonel Verguin commandant à cette date l'A.D de la 46e Division. L'allusion à l'attaque du 16 octobre 1915 du 15e Bataillon de Chasseurs concerne une action sur l'Hartmannswillerkopf:

Image

-ensuite, la nomination au grade de caporal, figurant à l'ordre n° 12 bis du 24 janvier 1918 du 15e Bataillon de Chasseurs, prononcée en Italie alors que le Bataillon est commandé par le chef de bataillon Schweisguth. L'ordre de nomination est établi sur un parchemin de très grande taille et je n'en publie qu'un petit fragment où figure un superbe dessin de Chasseur Alpin:

Image

Au delà de l'aspect anecdotique de ces deux nominations, qui témoignent toutefois des talents d'artilleur du lieutenant-colonel Verguin, il serait intéressant de savoir si cette pratique a été courante pendant la Grande Guerre. Je n'en avais pour ma part jamais vu avant 1919 mais peut-être ces nominations existaient-elles au sein d'autres unités, notamment de Chasseurs?
Je serais pour ma part très intéressé par toute information sur cette pratique au cours de la Grande Guerre.
Cordialement,
Guy François.

Avatar de l’utilisateur
IM Louis Jean
Messages : 2791
Inscription : dim. mars 22, 2009 1:00 am

Re: 1ère classe puis caporal honoraire du 15e Bataillon de Chasseurs

Message par IM Louis Jean » mer. déc. 07, 2016 1:06 pm

Bonjour à toutes et à tous,
Florilège :

C'est après la Grande Guerre mais cela vaut le clin d'oeil!

Image

Image
source le Rappel du 25 avril 1919 sur Gallica

Peut-être le lieutenant-colonel Verguin ?

Image
Légendée << Un colonel d'artillerie — promu caporal honoraire dans un bataillon de chasseurs, en raison du précieux concours prêté au bataillon par cet officier supérieur, qui appuie ses attaques depuis 1914, — visite le secteur et, au passage, distribue des cigarettes à son escouade. >>
source Pages de Gloire du 26 mai 1918 sur Gallica

En 1915 :

<< A la suite de cette offensive le commandant Genêt fit paraître un ordre de bataillon daté du Ier juin 1915, dans lequel le général Fayolle, commandant la 70e D. I., fut nommé caporal honoraire au 42e B. C. P., et le colonel Grange, commandant la 139e brigade, clairon honoraire de Ire classe. >>
Historique du 2e bataillon de chasseurs à pied sur Gallica

En 1916

<< M. NARP, missionnaire de la Cochinchine occidentale, avait été, le 5 avril 1915, mis à l'ordre du jour de l'armée 3, et peu après décoré de la croix de guerre des mains mêmes du général commandant l'armée.

Il vient d'être nommé caporal honoraire le 30 mars 1916, dans les termes suivants :

Le capitaine, commandant par intérim le ...e bataillon de chasseurs à pied, nomme CAPORAL HONORAIRE à la 1ère escouade de la 1ère compagnie de son bataillon, M. le Père Narp, aumônier militaire principal de la ...e armée. Sur le front depuis le début de la campagne, a pris part à de nombreuses affaires, soit avec les armées opérant dans le Nord, soit avec l'armée des Vosges. Sans cesse en première ligne dans les postes les plus dangereux, où il accomplit les devoirs de son ministère avec le plus absolu mépris de la mort, portant aux blessés et
aux mourants les paroles de consolation et d'espoir. >>
source Annales des Missions étrangères de Paris de mai 1916 sur Gallica


Une nomination qui en dit long sur la fréquence du "coup de l'invité" : << Le colonel Messimy, commandant une brigade de chasseurs, ayant cité à l'ordre un régiment d'infanterie qui l'avait aidé à prendre Bouchavesnes, a été promu caporal honoraire par le lieutenant-colonel commandant ce régiment. M. Messimy, ancien ministre de la guerre, est très fier de son grade de caporal. >>
source Journal des débats politiques et littéraires du 18 octobre 1916 sur Gallica

Des américains nommés par le 12e Bataillon de Chasseurs en 1917 :

<< Mais là ne se bornent pas nos relations; les officiers américains sont fréquemment nos hôtes et nous-mêmes, à plusieurs reprises, chasseurs ou officiers, avons l'occasion d'assister à de nombreuses fêtes données en notre honneur. Des concours de base-ball, le jeu national aux Etats-Unis, nous montrent un peuple adonné au sport; nos cours de grenadiers sont un jeu pour eux et, rapidement, ils sont les égaux de leurs maîtres. Au cours d'un de ces banquets, le commandant Nabias prononçait la nomination au grade de caporal honoraire au 12e bataillon du colonel Mac Alexander et faisait chasseur de 1e classe les majors Robertson et Bessell. >>
source Historique du 12e bataillon de chasseurs alpins sur Gallica.

En 1918 :

<< L'histoire parlera longtemps du Piémont et du Plessier-de-Roye où s'illustrèrent le 159e le 97e et le R. I. C. M. Le 41e doit être fier d'avoir eu à soutenir de tels héros et peut s'enorgueillir d'avoir provoqué leur admiration (le capitaine Maréchal est nommé caporal honoraire au 159e R. I.) >>
source Historique du 41e régiment d'artillerie sur Gallica

<< Son Altesse Royale DUC DE BERGAME, PRINCE ADALBERT de SAVOIE est nommé Caporal honoraire à la Compagnie de Mitrailleuses, et le 8 avril, lorsque le Bataillon, quittant
l'ITALIE s'embarque à VERONE, il tient à l'accompagner en chemin de fer, jusqu'à TREVIGLIO. >>
source Historique du 53e bataillon de chasseurs alpins sur Gallica

Cordialement
Étienne
<< On peut critiquer les parlements comme les rois, parce que tout ce qui est humain est plein de fautes.
Nous épuiserions notre vie à faire le procès des choses. >> Clemenceau

ALVF
Messages : 5800
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am

Re: 1ère classe puis caporal honoraire du 15e Bataillon de Chasseurs

Message par ALVF » mer. déc. 07, 2016 6:52 pm

Bonsoir,

Merci, Étienne, pour ces recherches et ces faits qui confirment la pratique répandue des nominations honorifiques pendant la Grande Guerre, notamment dans les Bataillons de Chasseurs.
Cordialement,
Guy François.

Avatar de l’utilisateur
Charraud Jerome
Messages : 8274
Inscription : dim. oct. 17, 2004 2:00 am
Localisation : Entre Berry et Sologne
Contact :

Re: 1ère classe puis caporal honoraire du 15e Bataillon de Chasseurs

Message par Charraud Jerome » mer. déc. 07, 2016 7:25 pm

Bonsoir

Un sous-lieutenant sapeur qui fut aussi 2e Classe honoraire d'un RI
Quinze-Grammes.
En faisant l'historique de notre séjour dans la Somme et dans l'Aisne, je dois une mention à un brave petit sapeur qui vivait près de nous et qui avait une affection toute particulière pour le régiment. On l'appelait « Quinze-Grammes » en raison de son petit corps menu et fluet. Quand la guerre éclata, il venait d'être reçu à Normale Supérieure. Il n'hésita pas, et s'engagea dans l'arme du Génie, il avait 19 ans. Quand en 1916, dans la Somme, il fit connaissance avec le 290e, il regretta d'être entré dans la sape. Il demanda à passer au régiment. Il était à ce moment aspirant. Inutile de dire que sa demande fut très mal accueillie par ses supérieurs qui n'avaient jamais vu un sapeur demander à passer dans l'infanterie. « Quinze-Grammes », de son vrai nom, Jean Arbousset, dut donc rester sapeur. Il demanda comme compensation d'être nommé soldat de 2e classe honoraire au 290e. Je lui accordai volontiers ce titre. Tout en trimant avec ses sapeurs au poste de secours du 290e dont il était aussi brancardier honoraire, « Quinze-Grammes » rimait avec ardeur jusque sous les obus. Il a composé d'innombrables poèmes de tous les genres. Il était patronné à l'intérieur par des hommes de lettres de grand renom. Je reproduis ci-après le texte du « Cheval mort » qu'il m'a dédié en reconnaissance de sa nomination à titre honoraire au 290e.
Arbousset était un grand ami du Docteur Dubreuil-Chambardel qui avait des goûts très littéraires. Le Docteur a consacré à son petit ami un article très sympathique dans le numéro du 15 novembre 1919 de la Gazette Médicale du Centre.
Le pauvre Arbousset fut tué le 9 juin 1918 à la tête de sa section à Saint-Maur dans l'Oise. C'était un jeune talent de plus qui disparaissait.


Sources: Colonel Eggenspieler (Un régiment de réserve du Berry)

Sa fiche MDH: http://www.memoiredeshommes.sga.defense ... 2badf39018

Le poème dont il est question dans le texte du colonel EGGENSPIELER:

LE CHEVAL MORT
Au colonel Eggenspieler avec toute la respectueuse sympathie d'un sapeur qui aime le 290e.
ARBOUSSET, Mars 1917.

Dans la boue et dans le sang
sur la terre grise,
un vieux cheval agonise
et lance à chaque passant
l'appel désespéré d'un regard impuissant,
........ dans la boue et dans le sang,
sur la terre grise.

Il se raidit, mais aussi
par instants frissonne.
Comme des feuilles d'automne
au vol triste et imprécis
il pleut des souvenirs sur son cœur endurci.
.........il se raidit, mais aussi
par instants frissonne.

C'est le pays, l'ancien temps
et c'est la lumière,
les rêves sur la litière
chaude, et le hennissement
tout de joie et d'amour, des lointaines juments
..........c'est le pays, l'ancien temps,
et c'est la lumière

Le pauvre cheval est mort
dans sa mare rouge.
Voici. la nuit. Rien ne bouge
ainsi, quand fuit l'astre d'or
plus d'un soldat appelle et puis rêve et s'endort,
………comme le vieux cheval, mort
dans sa mare rouge.

QUINZE-GRAMMES.
Cimetière de Combles, novembre 1916.



Cordialement
Jérôme Charraud
Les 68, 90, 268 et 290e RI dans la GG
Les soldats de l'Indre tombés pendant la GG
"" Avançons, gais lurons, garnements, de notre vieux régiment."
Image

ALVF
Messages : 5800
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am

Re: 1ère classe puis caporal honoraire du 15e Bataillon de Chasseurs

Message par ALVF » jeu. déc. 08, 2016 7:35 pm

Bonsoir,

Merci, Jérôme, pour cette intervention et pour ce beau et émouvant poème.
Je l'illustre par cet attelage allemand fauché par un obus français en 1918 qui nous rappelle que la mort d'un cheval mouille souvent les yeux des plus endurcis.
Image
Le cheval mort.

Cordialement,
Guy François.

Répondre

Revenir à « Chasseurs »