Poésies et poètes de la Grande Guerre

Avatar de l’utilisateur
Arnaud Carobbi
Messages : 6366
Inscription : mer. avr. 19, 2006 2:00 am
Localisation : Maine-et-Loire
Contact :

Re: Poésies et poètes de la Grande Guerre

Message par Arnaud Carobbi » mer. nov. 05, 2014 5:26 pm

Le titre de ce sujet a été édité par Arnaud Carobbi
Le site du Parcours du combattant de 14-18 : Deux mises à jour par semaine.

Avatar de l’utilisateur
docteurno
Messages : 224
Inscription : sam. avr. 26, 2014 2:00 am
Localisation : Saint Priest 69800

Re: Poésies et poètes de la Grande Guerre

Message par docteurno » ven. mai 01, 2015 11:50 am

Bonjour à tous

Tiré du Journal l'Ouvrier N° 18 du 02/09/1916 : une poésie de Charles GRANDMOUGIN (1850-1930)
Au Café

Combien de gens obscurs , parfois même notoires ,
Prodiguent des conseils de loin aux généraux ,
Et sans avoir rien fait ont des airs de héros ,
En lisant un journal annonçant des victoires !

Combien , hier encor , Français indifférents ,
Ignorant l'Allemagne et la terrible année ,
Plastronnent en tous lieux avec l'âme indignée ,
Et parce qu'ils sont très fâchés et croient très grands !

Leurs temps , loin du péril , se dépense en paroles ,
Ils récitent un peu partout ce qu'ils ont lu ,
Distribuant le blâme ou bien les auréoles ,
Avec l'air compétant autant que résolu !

Naguère ces gens-là , n'ayant aucune haine ,
Traitaient les Allemands en gaillards fraternels ,
Et , pour avoir la paix bêtement criminels ,
Auraient sacrifié l'Alsace et la Lorraine !

Guillaume leur semblait un fantoche irréel ,
Un paladin doublé d'un vain Croquemitaine ,
Ils riaient follement de sa façon hautaine ,
Et disaient les Teutons bonasses et sans fiel !

Ils nous traitaient de fous quand nous parlions de guerres ,
Et des voracités que cache l'Allemand ,
Ils pensaient , aimant mieux rêver aux peuples frères ,
Qu'un pays comme nous grandit en s'endormant !

Et maintenant , ils sont bavards et patriotes ,
Invoquent les grands jours d'Arcole et de Valmy ,
Et l'on croirait alors qu'il vont graisser leurs bottes ,
Pour aller d'un seul bond terrasser l'ennemi !

Pour détester bien plus encor ces inutiles ,
Ils nous suffit de voir quelque soldat blessé ,
Qui , bien souvent muet sur ce qui s'est passé ,
Va repartir au front avec des airs tranquilles !

Chez tous ceux que j'ai vus , pas d'orgueil apparent ,
Une simplicité grave et sans phrase aucune ,
Ne maudissant jamais la mauvaise fortune ,
Et fort de son devoir , chacun demeure grand !

Cordialement
Jean-Pierre

Répondre

Revenir à « Poésie »