Midnight Oil / Forgotten years

Arts graphiques - cinéma - musique & chansons - poésie - danse -
Avatar de l’utilisateur
KiGanshu
Messages : 258
Inscription : dim. nov. 23, 2008 1:00 am

Re: Midnight Oil / Forgotten years

Message par KiGanshu » mer. juin 17, 2009 10:26 pm

Bonjour,

En surfant sur Vidzone sur ma PS3 (oui, je suis un peu geek des fois), je suis tombé sur le clip de Midnight Oil illustrant leur chanson "Forgotten Years" et qui a pour fond la guerre de 14-18. Entre des images d'archives, on voit le groupe jouer dans un cimetière militaire (je suppose australien) et Peter GARRETT bouger sa grande carcasse au milieu des croix. Je me demandais de quel cimetière pouvait-il s'agir (on n'en voit pas bien large, peut-être un peu plus à la fin du clip...)?

Le clip --> http://www.chartsinfrance.net/Oil-10/Mi ... 229c6.html

Dominique

Avatar de l’utilisateur
Arnaud Carobbi
Messages : 6306
Inscription : mer. avr. 19, 2006 2:00 am
Localisation : Maine-et-Loire
Contact :

Re: Midnight Oil / Forgotten years

Message par Arnaud Carobbi » mer. juin 17, 2009 11:07 pm

Bonsoir Dominique,

Que je l'ai écoutée cette chanson... il y a plus de 16 ans déjà !!!
Trouvé sur le net :
Made in: 1991
Directed by: Claudia Castle/Midnight Oil
Location: Verdun, France.

Pas d'autres éléments. cependant, vu la taille de la nécropole, il doit s'agir de Douaumont, non ? Ces extraits permettront eut-être d'en dire plus.

Amitiés,
Arnaud

Image
Image
Le site du Parcours du combattant de 14-18 : nouvelle adresse.

Avatar de l’utilisateur
KiGanshu
Messages : 258
Inscription : dim. nov. 23, 2008 1:00 am

Re: Midnight Oil / Forgotten years

Message par KiGanshu » mer. juin 17, 2009 11:41 pm

Bonsoir Arnaud,

C'est amusant, la statue ressemble un peu à Peter GARRETT ;)

Dominique

Avatar de l’utilisateur
Charraud Jerome
Messages : 8364
Inscription : dim. oct. 17, 2004 2:00 am
Localisation : Entre Berry et Sologne
Contact :

Re: Midnight Oil / Forgotten years

Message par Charraud Jerome » mer. juin 17, 2009 11:48 pm

Bonsoir
Je dois reconnaitre que je ne la connaissais pas, celle-là.

Pour les paroles, je vous laisse ressortir vos Harraps, à moins que vous ne souhaitiez tenter votre chance avec les versions aléatoires des traducteurs du net.

Few of the sins of the father, are visited upon the son
Hearts have been hard, our hands have been clenched in a fist too long
Our sons will never be soldiers, our daughters will never need guns
These are the yrs between
These are the yrs that were hard fought and won
Contracts torn at the edges, old signatures stained with tears
Seasons of war and peace, these should not be forgotten yaers
Still it aches like tetanus, it reeks of politics
How many dreams remain? this is a feeling too strong to contain

The hardest years, the darkest yrs, the roarin yrs, the fallen yrs
These should not be forgotten yrs
The hardest yrs, the wildest yrs, the desperate and divided yrs
We will remember, these should not be forgotten yrs

Our shoreline was never invaded, our country was never in flames
This is the calm we breathe, this is a feeling too strong to contain
Still it aches like tetanus, it reeks of politics
Signatures stained with tears, who can remember
Weve got to remember

The hardest...
Forsaking aching breaking yrs, the time and tested heartbreak yrs
These should not be forgotten yrs
The blinded yrs, the binded yrs, the desperate and divided yrs
These should not be forgotten yrs, remember

Cordialement
Jérôme Charraud
Les 68, 90, 268 et 290e RI dans la GG
Les soldats de l'Indre tombés pendant la GG
"" Avançons, gais lurons, garnements, de notre vieux régiment."
Image

Avatar de l’utilisateur
Laurent59
Messages : 4119
Inscription : dim. oct. 17, 2004 2:00 am

Re: Midnight Oil / Forgotten years

Message par Laurent59 » jeu. juin 18, 2009 9:51 am

Bonjour à tous, le clip

[flash=420,315]

Laurent :hello:
Histoire du soldat François Louchart 72ème RI .
Site du 72e et 272e RI Régiments Picards dans la grande guerre.
------------------------------------

Avatar de l’utilisateur
Eric Mansuy
Messages : 4740
Inscription : mer. oct. 27, 2004 2:00 am

Re: Midnight Oil / Forgotten years

Message par Eric Mansuy » jeu. juin 18, 2009 3:09 pm

Bonjour à tous,
Une partie des paroles d'origine est déjà assez "aléatoire" (j'entends par là que ce n'est pas du Roger Waters dans Amused to Death... c'est un autre débat...).

J'ai fait de mon mieux, si cela peut vous éclairer :

Le fils est rarement puni pour les péchés du père
Nos cœurs endurcis, nos poings serrés bien trop longtemps
Nos fils jamais ne seront soldats, nos filles n’auront pas besoin d’armes
Ce sont les années de rudes combats gagnés
Des contrats aux angles déchirés, de vieilles signatures tachées de larmes
Temps de guerre et de paix, ces années ne devraient pas être oubliées
Mais, douloureuses comme le tétanos, elles empestent la politique
Combien de rêves reste-t-il ? Ce sentiment est trop dur à contenir

Les années les plus dures, les plus sombres, les plus folles, les années perdues,
Ne devraient pas être des années oubliées
Les années les plus dures, les plus sauvages, faites de désespoir et de déchirement
Nous en garderons le souvenir, elles ne devraient pas être oubliées

Nos plages n’ont jamais été envahies, notre pays n’a jamais été en flammes,
C’est dans le calme que nous respirons, c’est un sentiment trop dur à contenir
Douloureux comme le tétanos, tout cela empeste la politique
Des signatures tachées de larmes, qui peut se souvenir
Nous devons nous souvenir

Les années les plus dures, les plus sombres, les plus folles, les années perdues,
Ne devraient pas être des années oubliées
Les années d’oubli, de douleur, de peine, au fil du temps,
Ne devraient pas être oubliées
Les années d’aveuglement, les années d’aveuglement, faites de désespoir et de déchirement
Ne devraient pas être des années oubliées, souvenez-vous en

-----

Un sujet a-t-il déjà existé sur ce forum sur les protest songs traitant de la Grande Guerre ?

Bien cordialement,
Eric Mansuy
"Un pauvre diable a toujours eu pitié de son semblable, et rien ne ressemble plus à un soldat allemand dans sa tranchée que le soldat français dans la sienne. Ce sont deux pauvres bougres, voilà tout." Capitaine Paul Rimbault.

Avatar de l’utilisateur
Charraud Jerome
Messages : 8364
Inscription : dim. oct. 17, 2004 2:00 am
Localisation : Entre Berry et Sologne
Contact :

Re: Midnight Oil / Forgotten years

Message par Charraud Jerome » jeu. juin 18, 2009 3:33 pm

Bonjour
Bonjour à tous,
Une partie des paroles d'origine est déjà assez "aléatoire" (j'entends par là que ce n'est pas du Roger Waters dans Amused to Death... c'est un autre débat...).
Tu as eu bien plus de courage que moi.
"Protest songs" ? Pas vu cela sur le forum.

Pour Roger Waters, il s'agit surtout de pacifisme, d'antimalitarisme, .... Seule la première et la dernière chanson concernent dirctement la PGM (témoignage d'un soldat anglais).
Pour la traduction et l'analyse d'Amused to death":
http://pagesperso-orange.fr/eteissier/L ... mused.html

[flash=425,344]

Cordialement
Jérôme Charraud
Les 68, 90, 268 et 290e RI dans la GG
Les soldats de l'Indre tombés pendant la GG
"" Avançons, gais lurons, garnements, de notre vieux régiment."
Image

Avatar de l’utilisateur
Eric Mansuy
Messages : 4740
Inscription : mer. oct. 27, 2004 2:00 am

Re: Midnight Oil / Forgotten years

Message par Eric Mansuy » jeu. juin 18, 2009 5:10 pm

Bonjour Jérôme,

Je n’ai aucun mérite, et cela ne m’a pas pris bien longtemps, puisque je suis censé « enseigner » l’anglais…

Sur cet album (que je n’aime pas tant pour Roger Waters que pour la participation de Jeff Beck, mais là encore, nous sommes hors sujet…), c’est surtout au premier titre que je pensais en faisant référence à 1914-1918, The Ballad of Bill Hubbard. En ce qui concerne ce qu’a voulu exprimer Roger Waters dans cet album, je préfère me passer de la version « Traduit(e) et interprété(e) par Mathieu » (cf. au bas de la page que tu nous donnes en lien) et écouter ce qu’il nous chante, en fait. ;)

Cette page nous en dit plus :
http://www.rogerwaters.org/bh.html
C’est Alf Razzel, des Royal Fusiliers, que l’on entend sur ce titre. Ce passage du site précédemment indiqué nous le remet en contexte :

Seventy five years later, in the midst of the Gulf War, Roger Waters sat watching TV. A British documentary was on about the effects of war on World War I veterans still causing emotional and psychological problems in many to this day. Roger decided to tape one dialog to be included as part of a new song on his forth coming album Amused To Death. It was a story told by Alf Razzel, about how he was forced to leave his dying comrade Bill Hubbard in No Man's Land during the Battle of the Somme.”
(« 70 ans plus tard, au cours de la Guerre du Golfe, Roger Waters se trouvait devant sa télévision. Un documentaire britannique était diffusé, consacré aux effets de la guerre sur les anciens combattants de la Première Guerre mondiale, causant encore chez beaucoup d’entre eux à ce jour des troubles émotionnels et psychologiques. Roger décida d’enregistrer une conversation en vue de l’inclure dans un titre de son nouvel album, Amused to Death. C’était une histoire dite par Alf Razzel, racontant comment il avait été obligé d’abandonner son camarade mourant, Bill Hubbard, dans le no man’s land durant la bataille de la Somme »).

Voici le texte de ce passage :

“Two things that have haunted me most are the days when I had to collect the paybooks; and when I left Bill Hubbard in no-man's-land. I was picked up and taken into their trench. And I'd no sooner taken two or three steps down the trench when I heard, "Ho Hello Razz, I'm glad to see you! This is my second night here," he said "I'm feeling bad." And it was Bill Hubbard, one of the men we'd trained in England, one of the original battalion. I had a look at his wound; rolled him over and I could see it was probably a fatal wound. You could imagine what pain he was in, he was dripping with sweat; and after I'd gone about three shellholes, traversed that, had it been... had there been a path or a road I could have done better. He pummelled me, 'Put me down, put me down, I'd rather die, I'd rather die, put me down.' I was hoping he would faint. He said 'I can't go any further, let me die.' I said 'If I leave you here Bill you won't be found, let's have another go.' He said 'All right then.' And the same thing happened. He couldn't stand it any more, and I had to leave him there, in no-man's-land.”

Et la « chanson » (si l’on peut dire) :
http://www.youtube.com/watch?v=Dz2FNl_1yAg

Quant aux protest songs (chansons engagées, en français, pas forcément pacifistes, mais souvent, certes), si quelqu’un avait des pistes... En dehors de celle-ci, et du Waltzing Matilda (des Pogues) que mes élèves subissent chaque année, mes autres références musicales de langue anglaise dans ce domaine concernent la guerre du Vietnam. Nous nous éloignons donc bien du sujet.

Bien sincèrement,
Eric Mansuy
"Un pauvre diable a toujours eu pitié de son semblable, et rien ne ressemble plus à un soldat allemand dans sa tranchée que le soldat français dans la sienne. Ce sont deux pauvres bougres, voilà tout." Capitaine Paul Rimbault.

Avatar de l’utilisateur
KiGanshu
Messages : 258
Inscription : dim. nov. 23, 2008 1:00 am

Re: Midnight Oil / Forgotten years

Message par KiGanshu » jeu. juin 18, 2009 11:13 pm

Bonjour à tous,
Une partie des paroles d'origine est déjà assez "aléatoire" (j'entends par là que ce n'est pas du Roger Waters dans Amused to Death... c'est un autre débat...).
Eric devrait être habitué aux paraboles fort absconses des paroliers Anglo-Saxons, mais qui donnent une réelle part à l'imaginaire de l'auditeur, surtout s'il est moyennement anglophone... J'ai fait de la sorte de fameux contre-sens sur nombre de "lyrics" !

Dominique

Avatar de l’utilisateur
Eric Mansuy
Messages : 4740
Inscription : mer. oct. 27, 2004 2:00 am

Re: Midnight Oil / Forgotten years

Message par Eric Mansuy » jeu. juin 18, 2009 11:22 pm

Bonsoir Dominique,

Evidemment, en anglais, ça sonne plus ou moins bien mais... je me souviens avoir eu à traduire, alors que j'étais encore "de l'autre côté du bureau" (parmi les élèves, donc), les paroles de Born in the U.S.A. de Bruce Springsteen. Et bizarrement, "Né aux Etats-Unis", etc., c'était déjà beaucoup moins... rock'n'roll. :lol:

Bien sincèrement,
Eric
"Un pauvre diable a toujours eu pitié de son semblable, et rien ne ressemble plus à un soldat allemand dans sa tranchée que le soldat français dans la sienne. Ce sont deux pauvres bougres, voilà tout." Capitaine Paul Rimbault.

Répondre

Revenir à « LES ARTS & LA GUERRE »