Inventaire des chansons françaises sur la Première Guerre mondiale

Alain ORRIERE
Messages : 231
Inscription : mar. oct. 18, 2005 2:00 am

Re: Inventaire des chansons françaises sur la Première Guerre mondiale

Message par Alain ORRIERE » mar. déc. 02, 2014 8:03 am

Bonjour a tous

Sur le site LA BOITE A CHANSONS

paroles et musique de MUTINS DE 17

de jacques DEBRONCKARD

bonne journée ORRIERE Alain

Avatar de l’utilisateur
Daneck
Messages : 1769
Inscription : jeu. avr. 12, 2007 2:00 am

Re: Inventaire des chansons françaises sur la Première Guerre mondiale

Message par Daneck » dim. nov. 29, 2015 11:02 pm

Bonsoir,

il faut ajouter le titre "Le vieux chêne" par le groupe breton Sonerien Du.
Il figure sur leur dernier album, Frankiz (Liberté) sorti en 2015.

Image

On retrouve au long de la chanson le refrain "Je n'aurais jamais dû m'éloigner de mon village, je n'aurais jamais dû m'éloigner de ma maison".
Le groupe m'a répondu que le titre était une chanson sur "les Bretons, chair à canon".

Daneck

suzon31
Messages : 1
Inscription : sam. févr. 27, 2016 1:00 am

Re: Inventaire des chansons françaises sur la Première Guerre mondiale

Message par suzon31 » sam. mars 05, 2016 11:01 am

Bonjour Zoé,
Voilà l'intégralité de la chanson qui vous intéresse.

Chanson Française Première Guerre Mondiale 14_18
Souvenir de Gabriel Cuisance, mon grand-Père maternel

En arrivant au régiment, avec Mistigri dernièrement
A tous les deux l’idée nous vint d’aller voir un téath forain
Parait qu’pour 15 ou 20 centimes on peut y voir des pièces sublimes
Comme c’était la foire à Neuilly, moi j’y dit allons-y

Nous v’la partis bradessus- bradessous, tout d’un coup on voit devant nous
Une baraque ous-qu’y avait marqué Chatelet de nécessité
C’est l’ téath du Chatelet sans doute m’dit Mistrigri vois s-que ça coute
La dessus je demande le prix fixé pour être bien placé

La buraliste d’un air doux, nous répond Messieurs c’est trois sous
Nous sortons six sous d’nos goussets et nous lui demandons deux billets
Elle nous dit dans une petite boite vous trouvrez l’papier à vo’te droite
Car des billets jusqu’aujourd’hui y en a pas eu z’ici

Alors voilà qu’elle nous mets, chacun dans un p’tit cabinet
Ou s’qu’yavait un trou pour s’asseoir, je m’dis chr’é très bien là pour voir
Je m’assoie dans la petite lunette en pensant sarperlipopette
Pour trois sous c’est pas cher ma foi d’avoir une loge à soi.

J’attendis une demi-heure là et voyant qu’sa n’commençais pas
J’crie qu’est ce que vous attendez donc, quand vlà qu’à travers la cloison
J’entends trois ptis bruits qui s’échappent, je m’dis c’est les trois coups qu’on frappe
Mais n’voyant pas l’rideau s’levé ch’finis par m’en aller

En sortant j’dis à Mistigri c’est drôle les téats de Paris
Toi qu’eque t’avu ? moi j’ai rien vu, oh moi qui m’dis j’ai zentendu
Je suppose même la chose est claire c’a d’vait ête une pièce militaire
Car prés de moi crénon de non on à tiré l’canon.


Souvenir couché sur le papier le 22/02/2016 !!!!
Petite enfance 1932_1933

Bonne réception. Cordialement Suzon31.

Avatar de l’utilisateur
Elise49
Messages : 545
Inscription : mer. mai 20, 2015 2:00 am

Re: Inventaire des chansons françaises sur la Première Guerre mondiale

Message par Elise49 » lun. mars 07, 2016 10:05 am

Bonjour à toutes et à tous
Merci Zoé et Suzon , j'ignore si ma grand mère Elise (1893-1975) connaissait mais elle aurait adoré...
J' ai son carnet de chansons ,et en voici une écrite de la main d'une de ses amies qui est top ! ;)
Elle doit être d'avant la guerre 14, mais c'était une chanson que connaissaient sans doute nos poilus puisque ma grand mère a eu ses cinq frères à la guerre... CordialementImage
Elisabeth
"Ne meurent et ne vont en enfer que ceux dont on ne se souvient plus. L'oubli est la ruse du diable." Rigord -historien -moine de l' abbaye de St Denis.XIIs


Avatar de l’utilisateur
Yv'
Messages : 4604
Inscription : ven. oct. 31, 2008 1:00 am

Re: Inventaire des chansons françaises sur la Première Guerre mondiale

Message par Yv' » lun. mars 07, 2016 10:46 am

Bonjour Elisabeth,

On retrouve cette chanson sur Gallica, chantée par Urban, sous le titre L'anatomie du conscrit. On peut en écouter un extrait, pour le morceau complet, je vous laisse explorer...
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k88165094

Cet enregistrement daterait de 1930 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7 ... it%22.zoom

Elle a été chantée par exemple par Fresnais, en 1933 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54163145/f13.item
Elle apparaît aussi au programme d'un concert à Béziers, en 1911 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6 ... it%22.zoom

Cordialement,
Yves

Avatar de l’utilisateur
Elise49
Messages : 545
Inscription : mer. mai 20, 2015 2:00 am

Re: Inventaire des chansons françaises sur la Première Guerre mondiale

Message par Elise49 » lun. mars 07, 2016 11:03 am

Merci Yves pour les recherches
Grâce au titre exact que vous avez retrouvé on peut la voir ici...
https://www.youtube.com/watch?v=1AVrsM3ASe0

Un vrai succès apparemment puisque cette chanson date de 1905...

Cordialement,

Elisabeth
"Ne meurent et ne vont en enfer que ceux dont on ne se souvient plus. L'oubli est la ruse du diable." Rigord -historien -moine de l' abbaye de St Denis.XIIs


Avatar de l’utilisateur
Skellbraz .
Messages : 3082
Inscription : mer. sept. 17, 2014 2:00 am
Localisation : grenoble

Re: Inventaire des chansons françaises sur la Première Guerre mondiale

Message par Skellbraz . » lun. mars 07, 2016 11:42 pm

Bonsoir à toutes et tous
Merci Elisabeth, pour le lien; cette chanson, on peut la "voir" et surtout ;) "l'entendre" ;)
Bien à vous
Brigitte
Pour accéder directement au sommaire "les femmes pendant la GG", cliquer sur : accès direct

raminagrobis
Messages : 1
Inscription : ven. mai 06, 2016 2:00 am

Re: Inventaire des chansons françaises sur la Première Guerre mondiale

Message par raminagrobis » ven. mai 06, 2016 8:39 pm

Bonjour à tous !
Pour les amateurs de gros son !

Irminsul, « Aux Soldats Inconnus », Ainsi Soit-Il, Brennus Music, 2010.

Toi, héros de la guerre
Toi qui vécut en enfer
Toi qui n'a jamais eu vingt ans
Qui vit souffrir tous ces pauvres gens

On t'as décoré pour avoir su rester en vie
Qu'y a-t-il pour tout ceux morts pour leur patrie ?
Juste des monuments d'hypocrites élevés
Par tous ceux qui les ont sacrifiés

Et chaque nuit, tu es hanté par le souvenir
De tes amis que tu as vu mourir
Tes compagnons d'infortune
N'étaient pas plus vieux que toi
Pourtant, tu te souviens
des derniers mots, derniers sanglots
Qu'ils laissèrent dans tes bras
Jeunesse volée
Jeunesse sacrifiée

Avec un clip bien sympa : https://www.youtube.com/watch?v=p2I7d-vy7Fw

Il y a aussi deux autres chansons de ADX, en plus de "Livide" :

ADX, « Lost Generation », Weird Visions, Noise International, 1990.
https://www.youtube.com/watch?v=CK5UhxAnvzc

Fright is familiar and death too common 
Bullets are shot through drunken bodies 
The war has awakened the good old demon 
The short-timers became creepy-crawlies 

The great war has proved thirsty and hungry 
The profiteers were after their money 
The backliners wouldn't stop the production 
Of the weapons of the lost generation 

Though they went on the path to glory 
The short-timers ended up in the trenches 
And there sure was no room for mercy 
So many corpses but so few inches 

The great war has proved thirsty and hungry 
The profiteers were after their money 
The backliners wouldn't stop the production 
Of the weapons of the lost generation 

Nothing new on the Western front 
They swore it should be the last blow 
Suddenly the earth stopped to grunt 
There sure will be no jam tomorrow 

The backliners wouldn't stop the production 
Of the weapons of the last generation 

ADX, « Division Blindée », Division Blindée, Bernett Records, 2008. https://www.youtube.com/watch?v=sShVL2Uyj2g

La terre saigne, la terre se déchire 
Verdun n'est plus qu'un immense cimetière 
Les pertes journalières font réfléchir 
Aucun refuge dans cet enfer 

A croire que la mort n'a plus de frontière 
Une médaille aux funérailles 

Désillusion aux yeux des chefs 
L'idée de cuirasser les premières lignes 
Dotés d'un lourd gilet d'acier 
Face à l'ennemi comment rester digne 

A croire que la mort n'a plus de frontière 
Une médaille aux funérailles 

Division, division blindée 
Division, division blindée 

Poussée d'orgueil hors des tranchées 
Tels des robots sous le déluge 
Piégés dans la boue comme des cibles 
Une poitrine de métal étant leurs juges 

A croire que la mort n'a plus de frontière 
Une médaille aux funérailles 

Division, division blindée 
Division, division blindée 

Il y a également Gang, un groupe champenois (Fismes) qui a réalisé un album-concept sur la Grande Guerre en s'inspirant d'archives familiales. Par contre le son n'est vraiment pas de bonne qualité, (auto-produit)
http://www.deezer.com/album/259656

Gang, « Dans les terres boursouflées de guerre... », Piece of War, Auto-production, 2001.

Et je vais par les bois endormis par l'hiver
Je vois de vieilles cicatrices de terres
Escarres géantes creusées par des œufs d'acier
Là pourrissent de rouilles d'étranges ronciers
Leurs griffes rongées attendent pour le soldat
Bleu ou vert, dans l'étau mortel s'empêterera
Au temps où les arbres n'avaient pas de tête
Quand les hommes étaient terrés comme des bêtes
Dans les boyaux sombres des carrières de craie
Dont les murs portent les marques des jours barrés
Des champs de morts résonnant de terreur pure
Des champs de morts résonnant de terreur pure


Gang, « Nach Paris », Piece of War, Auto-production, 2001.

N'entends-tu pas la voix de ta nation ? … Nach Paris !
Elle vient te sortir de ta condition … Nach Paris !
Unis pour imposer nos convictions … Nach Paris !
Fleurs aux fusils, et dans tous les wagons, … Nach Paris !
… Nach Paris !

Tous de retour pour la chute des feuilles … Nach Paris !
De son pays l'ennemi portera le deuil … Nach Paris !
Trente neuf jours pour rayer la capitale … Nach Paris !
Et savourer notre victoire totale … Nach Paris !
… Nach Paris !

Soldat en route pour Berlin et Paris
Combattant pour la grandeur d'un pays
Abandonnant leur femme, leur campagne
Laissant là leur ferme et leur compagne
Une moisson à la rigueur de l'hiver
Une vie d'homme dont ils peuvent être fiers

Sur les quais la foule nous rend honneur … Nach Paris !
De notre peuple nous sommes les défenseurs … Nach Paris !
Guerriers qui ne connaissent pas la peur … Nach Paris !
Vers notre destination à toute vapeur … Nach Paris !
… Nach Paris !

Bientôt nous reviendrons couverts de gloire … Nach Paris !
Héros d'une guerre dans toutes les mémoires … Nach Paris !
Dignes représentants d'une patrie … Nach Paris !
Ayant affirmé sa suprématie … Nach Paris !
… Nach Paris !
… Nach Paris !


Gang, « Face my ennemy », Piece of War, Auto-production, 2001.

First war cry, first fight, first fear … Baptism of Fire !
Born in a time of peace for dying in a time of war … Baptism of Iron !

Now face my ennemy …
Now face my ennemy …

Give me your blood, I'll give you mine, who will die ? … Baptism of Fire !
Shield good yourself against my assault and you'll be brave… Baptism of Iron !

Now face my ennemy …
Now face my ennemy …

Face my ennemy … I will be brave !
Face my ennemy … No fear no hope !
Face my ennemy … Just live for war !

First wound, first pain, falling on the ground … Baptism of Mud !
Lying in my blood, one opposite too, facing each other … Baptism of War !

Now face my ennemy …
Now face my ennemy …

Men are running over me, guns are exploding … Earthquaker !
I'm going deep into the ground silently … As in my grave !

Now face my ennemy …
Now face my ennemy …

Face my ennemy … I've been brave !
Face my ennemy … No fear no hope !
Face my ennemy … Just Dead for war !


Gang, « Boucherie », Piece of War, Auto-production, 2001.

Boucherie !

Envie de tuer.
Envie de crier.
Envie de prier.
Envie d'aimer.
Envie d'détruire.
Envie de fuir.
Envie de foi.
Envie de toi.

Mes illusions s'obscurcissent,
la parade est terminée
Nos espoirs se finissent,
dans les sombres galeries minées
Boucherie
Boucherie

Subit le froid.
Subit la loi.
Subit le sang.
Subit le temps.
Subit la folie.
Subit la patrie.
Subit le sort.
Subit la mort.

Mes illusions s'obscurcissent,
la parade est terminée
Nos espoirs se finissent,
dans les sombres galeries minées
Boucherie
Boucherie

Et le soleil lance ses dernières lueurs,
Les hommes sont repris de leurs antiques peurs
Ils se réfugient dans leurs antres immondes,
Tandis que la terreur s'abat sur le monde

Ils ne savent pas que sous leurs pieds noirs et sales,
Derrières les anciennes pierres des salles
Se livre un combat fantastique et sans but,
Soldat vert ou bleu, paie ton injuste tribut

Les chairs volent et collent aux plafonds cryptique,
Et le sang éclabousse les murs antiques
Rampant sans but dans l'infinie obscurité,
Le tueur sans forme tue sans finalité

Ses membres cauchemardesques broient et détruisent,
Alors qu'à la surface l'aurore grise
Disperse les craintes et les peurs des hommes,
Subsiste une chose que point l'on ne nomme.

Renie ta loi.
Renie ta foi.
Renie ta patrie.
Renie ta fratrie.
Renie ta missions.
Renie ta raison.
Renie, mortel.
Renie le réel.

Mes illusions s'obscurcissent,
la parade est terminée
Nos espoirs se finissent,
dans les sombres galeries minées
Boucherie
Boucherie


Gang, « Hero Can Die », Piece of War, Auto-production, 2001.

« Ma chère Léonie,
Il faut que je te raconte comment j’ai été blessé. C’est le 28 dernier que cela m’est arrivé. Partis dans le bois le 24 au soir, nous allions avoir fini nos quatre jours. Nous avions passé, ma section, la nuit dans une tranchée en plein champ, sans abri et il avait plus une partie de la nuit. Relevés avant le jour, je me promettais de passer la journée à dormir ou tout au moins, à l’abri. Mais voilà qu’à neuf heures et demie, on apporte l’ordre à mon sergent de tenir ses hommes prêts pour dix heures.
Nous nous demandons ce que cela voulait dire, quand l’adjudant nous fait appeler, les chefs d’escouades, et il nous donne des ordres. Il s’agit de reconnaître une tranchée boche et savoir si elle est occupée…
(…) Ça y est, je suis touché, aussitôt je crache une gorgée de sang. Je crie à mes voisins, je suis touché dans le dos, ah les canailles. Je ne perds pas de temps, je retire mon sac, je me déséquipe, j’abandonne tout sur place avec mon fusil et je commence à revenir en arrière pour me faire soigner. La douleur est intolérable, je n’avance pas vite, mon bras gauche est quelque peu engourdi et je peux à peine m’en servir (…). »

It’s still raining on the murdered country
We reached the summit of this damned crest

Guetté par l’ennemi
Point de mire des fusils
Nouvelle boucherie
Sans espoir de survie …

Crawling like a snake in the filthy mire
Escaping the bullets but not the bleeding

A portée des balles
Cibles idéales
Erreur fatale
Mission létale

My mouth is still full of blood
I feel my forces leaving my corpse

Bientôt l’ordre de rentrer
Mais si loin de la tranchée
A quelques enjambées
De tous ces trépassés

Now, the night masks the battlefield
Not really dead, I make a last effort

C’est le cessez le feu
Un don de Dieu ?
Dernière course effrénée 
Je suis sauvé !

Back to the front for a new mission
Like many others, he was killed in action
Letting alone a wife in sorrow
With a son he’ll never know

Father !!!! Héros d’un jour, absent pour toujours
Père !!!! It’s a lie, hero can die …

Father !!!! Héros d’un jour, absent pour toujours
Père !!!! It’s a lie, hero can die …


Gang, « (Craonne) No Grave for the Brave », Piece of War, Auto-production, 2001.

La nuit calme est silencieuse a cédé sa place
Derniers instants avant un nouveau face à face
La rosée illumine le champ de bataille
Il monte à mes narines une odeur de ferraille

Serais-je de ceux qui ce soir écriront leur récit ?
Serais-je de ceux qui ce soir pourriront près d’ici ?
Pas le temps d’y penser car voici le moment de tuer
Maudit signal qui fait de nous tous des guerriers.

Another fight in hell
Face the sentinel
A new mission
full of destruction
Play officer’s games
And die in flames
Bringing the pain
with bullets as rain
like animal afraid
Landscape unread
Now turning back
Abandon the attack

Are enemies killed in Craonne ?
Are friends lost in Craonne ?
Here’s no grave for the brave …

Soldiers face sacrifice
Officers cold as ice
Piece of meat screaming death
And strategist forever deaf
They want slaves without mind
To win, masters are blind

Are enemies killed in Craonne?
Are friends lost in Craonne ?
Here’s no grave for the brave …

To fight, to kill, to die – To command, to speak, to lie
It’s time for revolution, refuse your salvation
To fight, to kill, to die – To command, to speak, to lie
It’s time for revolution, to risk execution
To fight, to kill, to die – To command, to speak, to lie
Never too humble, to serve the exemple

Craonne ! No grave for the brave...


Gang, « Le soleil se couche », Piece of War, Auto-production, 2001.

Et je vois le soleil mourrir à l'horizon
Et je gis là, sur le champ de bataille, mort
Etrange sentiment, étrange sensation
Alors que s'ouvrent toutes les plaies de mon corps

Mon sang pourtant si pur abreuve les sillons
De cette terre labourée par le obus
De cette terre où l'on sera par millions
Coupables et victimes, enterrés, vaincus


Gang, « Total War », Piece of War, Auto-production, 2001.
It’s eye for eye
And tooth for tooth
Until the end

Killing machines
are still hungry
grinding the souls

Total war !

River of blood
Mount of skull
Where is human ?

The vicious death
opens her arms
in a grey smoke

Total war !

Das Krieg ist das Krieg !
Das Krieg ist das Krieg !

Fell of the sky
Rains of bombs
Spit their fire

Kill or be killed
Win or lose
That’s the price


Gang, « Lost Voices », Piece of War, Auto-production, 2001.

Beyond the realms of death
Mother’s calling you
At the gates of hell
Father’s waiting for you
Cryin’ at heaven’s door
Sister’s praying for you
Gone in the next world
Send us a sign !

Searching
Waiting
Praying
Cryin’

Searching for your soul in the spirit of the dead
Waiting for you face your bed
Praying forces in the kingdom come
All days cryin’ in your sweet home

Voices
Images
Thunder
Demons

Lost voices rule with the wind
Past images in a whirlwind
Thunder screams the hate of sons
Survivors dance with demons

Lost Voices.


Gang, « Rest in Peace », Piece of War, Auto-production, 2001.

Sacrified … generation
Mutilated … for nation
Full fractures … no future

Je me souviens de ces temps anciens
De mes vingt ans à travers champs
Le soleil brillait aux éclats
Vaillamment nous partions au combat

Puis plus tard terrés dans nos trous
Ou encore plantés dans la boue
La règle est tuer ou être tué
Cauchemars qui reviennent nous hanter

Partout fleurissent des monuments de Pierre
De la terre ont jailli les cimetières
Des fils, des frères, des père, vos noms s'entassent
Comme pour laisser de vous une dernière trace
Dans l'euphorie d'une paix retrouvée
Un instant, l'hécatombe est oubliée
Quatre années d'une folie meurtrière
Dont l'homme ne pourra jamais être fier

Can you forget all the victims
Yesteray singing battle hymns
Millions deads without enemy
Where for peace is a new trial

Enfin rentré dans mon foyer
Mon esprit reste dans la tranchée
Dans cette campagne sans paysage
Donnant à chaque mort un visage

Rest in Peace !

Gang, « Let Them a Future », Piece of War, Auto-production, 2001.

(Instrumental)
« Wo rohe Kräfte sinnlos walten
Da kann sich kein Gebild gestalen »

Et enfin pour les bourrins qui préfèrent du son encore plus gras et violent il y a Azziard (Black/Death metal) qui a réalisé deux albums sur la Première Guerre mondiale :
C'est l'unique chanson disponible en version studio https://www.youtube.com/watch?v=_DSDTVopkjU

Azziard, 1916, Obscur Noise Prod, 2009.
« Hiver 1916 » 
« Verdun »
« Regression »
« Défiguré »
« Effondrement »
« Tranche »
« Rebellion »
« Dernière Volonté »

Azziard, Vézanie, Mortis Humanae Productions, 2014.
« Allégorie »
« Disjonction »
« De Lumière, d'Obscurité »
« Sur la Toile »
« Dialyse »
« Ekphrasys »
« Dans Ma Chair »
« Digression »

Et Régiment (Black/Death metal) qui a sorti son premier album l'année dernière :
https://www.youtube.com/watch?v=_oqVkXzobdE
Régiment, On les Aura, Antiq Records, 2015.
« L'Ogre l'Emporte Encore à l'Est »
« Sauvagerie Prussienne »
« La Sape »
« La Mort du Nègre »
« … En Dépit des Assauts Furieux du Kronprinz... »
« En Avant ! »
« Des Capotes à la Popote »
« Credo »

Avatar de l’utilisateur
geryonesime
Messages : 297
Inscription : sam. août 13, 2016 2:00 am

Re: Inventaire des chansons françaises sur la Première Guerre mondiale

Message par geryonesime » lun. août 15, 2016 2:16 am

Bonjour,

Sanseverino - « Le dormeur du val vivant » sur l'album « Les sénégalaises » (2004)

https://www.youtube.com/watch?v=XZxND4zsv1M

À bientôt
Jean-Marc

michelt46
Messages : 1
Inscription : mar. août 30, 2016 2:00 am

Re: Inventaire des chansons françaises sur la Première Guerre mondiale

Message par michelt46 » mer. août 31, 2016 7:07 pm

Bonjour,
Je m'adresse spécialement à zoé22 et à suzon31. Merci à toutes deux de m'avoir rafraîchi la mémoire sur cette chanson de comique troupier que me chantait ma grand-mère dans les années 1950. A mon tour de vous apporter quelques éléments.
1) Le premier couplet commence bien par En revenant du régiment.
2) Dans le deuxième couplet, nos deux gaillards, qui, sans doute, ne savent pas très bien lire, déchiffrent bien Chatelet (sans accent circonflexe, bien sûr) de nécessité à la place de chalet de nécessité.
3) Il vous manque le dernier couplet. Je vous le donne.
Voyant qu'on s'était moqué d'nous,
Nous redemandons nos six sous.
La buraliste en se fâchant
Fit de suit' venir un agent.
Comme nous réclamions les artistes,
L'agent nous traite de fumistes.
Bref, il nous fallut tous les deux
Débarrasser les lieux.
Je vous assure que, même de nos jours, chantée à la fin d'un repas de famille, cette chanson déclenche toujours le rire !
Je suis heureux de voir que son souvenir se perpétue...
MichelT46



Répondre

Revenir à « Musique & chansons »