Re: Danse

Avatar de l’utilisateur
IM Louis Jean
Messages : 2780
Inscription : dim. mars 22, 2009 12:00 am

Re: Danse

Message par IM Louis Jean » mar. déc. 02, 2014 7:31 am

Bonjour à toutes et à tous,
Légende trad.:C'est nous les joyeux scieurs de bois (scieurs de long)
L'uniforme me paraît plus allemand qu'autrichien.

Il existe en Bavière une danse des bûcherons :

Image
source bayern-kapelle

Image

Et en vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=2yy8sf1oxgE

Cordialement
Étienne
<< On peut critiquer les parlements comme les rois, parce que tout ce qui est humain est plein de fautes.
Nous épuiserions notre vie à faire le procès des choses. >> Clemenceau

Avatar de l’utilisateur
Inouk44
Messages : 275
Inscription : jeu. nov. 20, 2014 12:00 am

Re: Danse

Message par Inouk44 » mar. déc. 02, 2014 12:59 pm

Voilà qui est intéressant et qui relance le débat: allemand? autrichien?
Si un spécialiste des costumes (militaires ou pas) peut nous donner son avis sur la question... :whistle:
(Cela concerne uniquement la carte postale, car pour la photo près du wagon je pense qu'il n'y a pas de doute, ce sont des autrichiens.)
Cordialement
Daniel
C'est agréable d'être important. C'est important d'être agréable.

Avatar de l’utilisateur
Inouk44
Messages : 275
Inscription : jeu. nov. 20, 2014 12:00 am

Re: Danse

Message par Inouk44 » mer. déc. 03, 2014 12:29 am

Volet II
o Danses traditionnelles


• Danse(s) serbe(s)

• Kolo
(en serbe cyrillique коло, en serbe romain, croate et bosnien kolo) désigne une famille de danses en rond de la Serbie, de la Bosnie-Herzégovine et de la Croatie. Le kolo s'apparente à la hora roumaine, à la kolomeika ukrainienne, à la kalameika slovaque et au horo bulgare. Source Wikipédia

C'est l'une des danses pour laquelle un grand nombre de documents a été trouvé. En voici quelques uns.
Image
Légende : Colonie serbe - Danse serbe. (Date?/Lieu?)
Crédit photo: www.delcampe.net


• Un campement près de Salonique - 1916

Photo 1
Image
Légende : Dancing the Kolo round a cairn of stones each one bearing the name of a battle in which the 1st Cavalry Regiment has fought 29th June 1916.
trad.: [Soldats] dansant le Kolo autour d'un monticule de pierre, chacune portant le nom d'une bataille à laquelle à participé le 1er régiment de cavalerie. 29 juin 1916.

Photo 2
Image
Légende : Troupes serbes dansant un traditionnel Kolo dans leur campement près de Salonique en juin 1916


• Une série de photos représentant des officiers britanniques dansant avec des officiers serbes et de simples soldats : ces clichés ont une valeur hautement symbolique.
Photo 3
Image

Photo 4
Image

Photo 5
Image

Photo 6
Image
Légende photos 3 à 6 : An officer of the 8th Royal Scots Fusiliers with Serbian Officers and Dr Catherine Mac Phail of Scottish Womens Hospital dancing the Kolo at a Slava Salonika 1916.
trad.: Un officier du 8ème régiment Royal de Fusiliers écossais accompagné d'officiers serbes et du Dr Catherine Mac Phail de l'Hopital féminin d'Ecosse, danse un Kolo lors d'une "Slava" à Salonique - 1916

Photo 7
Image
Légende trad. : Un officier écossais danse avec plaisir un Kolo avec les soldats serbes.

Photo 8
Image
Légende trad: Un Colonel serbe dansant le Kolo à Salonique - 1916

Sources photos 1 à 8 : Imperial War Museums - http://www.iwm.org.uk/collections/
tags: salonika, kolo

Mon commentaire: Toutes ces photos (1 à 8) semblent avoir été prises le même jour, lors d'une seule et même manifestation. Elles ont peut-être été utilisées par la presse, pour donner une image positive de l'alliance anglaise et serbe. (mélange officiers/hommes de troupe, anglais et serbes, présence du personnel soignant féminin).


Photo 10
Image
Légende: Petalino - Dans la boucle de la Cernamars - 1917 - Camp de cavalerie serbe - Danse de soldats.


• Un film muet serbe intitulé "Srpska vojska u Prvom svetskom ratu" (L'armée serbe dans la première guerre mondiale) - Durée 13'45" - 1918
Pour voir le film ici => http://www.europeana1914-1918.eu/fr/eur ... tyPhoto/0/
Danse des soldats serbes à 13'00"
Source: EFG - The European Film Gateway
:hello:
Danse à identifier: kolo?
:hello:

• Un cliché paru dans le magazine publié en Suisse, "La Guerre mondiale : bulletin quotidien illustré" n°403 du 18 décembre 1915.
la guerre mondiale n°403.JPG
la guerre mondiale n°403.JPG (87.08 Kio) Consulté 9 fois
Légende : "Une récréation derrière le front dans la vallée du Vardar : Soldats serbes exécutant leur danse nationale. (The Sphere.)"
Source : BNF/Gallica

Cliquez ici pour revenir au sommaire.
Dernière modification par Inouk44 le dim. janv. 14, 2018 6:42 pm, modifié 1 fois.
C'est agréable d'être important. C'est important d'être agréable.

Avatar de l’utilisateur
Inouk44
Messages : 275
Inscription : jeu. nov. 20, 2014 12:00 am

Re: Danse

Message par Inouk44 » mer. déc. 03, 2014 8:38 pm

Volet II
o Danses traditionnelles


• Danse(s) russe(s)

Le Kazatchok
Le kazatchok ou kozachok (en ukrainien : Козачок, en russe : Казачок) est une danse traditionnelle originaire d'Ukraine pratiquée jadis par les Cosaques.
Ce n'est donc pas une danse russe. Pourtant, on la trouve très souvent représentée par des soldats russes. La figure acrobatique et caractéristique de cette danse, consiste à pratiquer un jeté de jambe en position accroupie.


• Une carte postale de propagande montre l'ennemi qui danse le Kasatchok au son de la musique d'un soldat russe.
Image






• Une photo d'un soldat russe qui danse devant une assemblée de soldats.
Image
Légende : Soldat russe de la garde qui danse
:hello: lieu? / date? /nom de la danse? :hello:

  • Dans un camp d'entraînement.
• Camp de Mailly-le-camp (10)- Aube
Le vaste camp militaire de Mailly a été créé en 1902, sur une superficie de 11 170 hectares (superficie légèrement supérieure à celle de Paris intra muros). Les bases de l'organisation du baraquement des troupes ont été données par la dépêche ministérielle du 27 décembre 1900. Les effectifs à loger correspondaient alors à environ 350 officiers, 10 700 hommes et 690 chevaux. Source Wikipédia.
Image
Légende:"2) La danse nationale est le grand divertissement."
Source: Gallica-BNF : Extrait de "Lectures pour tous" du 01 avril 1916.

Commentaire: Hélas, la légende ne cite pas le nom de cette "danse nationale" russe. Par ailleurs, les danseurs posent sans bouger, pour la photo.



Image
Soldats russes à Mailly-le-camp (10)- Aube





• Soldats russes en 1915 - lieu non précisé.
Image
Photo trouvée sur un site polonais consacré à la 1ère guerre mondiale: www.wielkawojnaaz.pl

  • Dans un camp de prisonniers.
• Dessin extrait de "Entendre la guerre : Silence, musiques et sons en 14-18."
Image
Légende :"Malgré leurs vagues airs de chauffeurs de taxi en détresse, ce sont de pauvres Russes dans un camps de prisonniers qui tuent leur "cafard". Pour mon oncle Emile R<illisible>. Bien affectueusement. A. Warnoo - 1915"

Source : Entendre la guerre : Silence, musiques et sons en 14-18
Ouvrage collectif d'Annette Becker, Gaëtan Bruel, Esteban Buch, Myriam Chimènes, Didier Francfort, Philippe Gumplowicz, Sophie-Anne Leterrier, Patrice Marcilloux, Jean Neveu, Martin Pénet, Cécile Quesney, Charlotte Second-Genovesi et de Laurent Véray. Édition publiée sous la direction de Florence Gétreau
Coédition Gallimard / Historial de la Grande Guerre
Albums Beaux Livres, Gallimard
Parution : 20-03-2014



• Une photo d'un prisonnier russe qui danse, accompagné par un joueur d'accordéon.
Image
Au verso : les noms et prénoms des deux soldats - "krigsfänger" (prisonnier de guerre en danois)
Source: Archives danoises



• Prisonniers russes dans un camp autrichien (Feldbach) - Extrait d'un film de propagande intitulé "Kriegsgefangenenlager und Betriebe der Bauleitung Feldbach" (trad. Camp de prisonniers de guerre et entreprises de la direction des travaux Feldbach ) - Film muet - Sous titres en allemand - année 1915 - durée:30'24"
Image
A voir ici : =>http://www.europeana1914-1918.eu/fr/eur ... Cw0w1.dpuf
Le passage montrant les soldats ukrainiens (c'est précisé dans le film) qui dansent se situe à 13' 10" du film.
Source : Film Archiv Austria

Mon commentaire: Ce film de propagande autrichien cherche à montrer que les prisonniers de guerre sont bien traités et bien soignés.

- On retrouve une partie de ce film dans un film italien intitulé " Prigionieri della Guerra" durée 1h01'03" . Ces danseur apparaissent à 46'20" dans le film - la séquence ne dure qu'une dizaine de secondes. A voir ici => https://www.youtube.com/watch?v=mWLf7_YxfQQ



• Deux photos de prisonniers russes avec des instruments de musique.
Image
Au verso : les noms des soldats - la première est datée 8 avril 1917
Source: Archives danoises



• Scènes de fraternisation et de danses sur le front russe.
Image
Source: Imperial War Museums - http://www.iwm.org.uk/collections/
(Légende trad: Soldats allemands et bolcheviques dansant ensemble aux environs du fleuve Yaselda au moment des négociations du traité de paix de Brest-Litovsk en février 1918)





Cliquez ici pour revenir au sommaire.
C'est agréable d'être important. C'est important d'être agréable.

Avatar de l’utilisateur
Inouk44
Messages : 275
Inscription : jeu. nov. 20, 2014 12:00 am

Re: Danse

Message par Inouk44 » sam. déc. 06, 2014 9:35 pm

Volet II
o Danses traditionnelles


• Danse(s) écossaises(s)



Highland Fling : une danse de victoire dans la bataille. Traditionnellement, les guerriers exécutaient cette danse sur le petit bouclier rond qu'ils portaient lors des batailles. C'est donc une danse de précision. Aujourd'hui, il s'agit de rester sur place !
Dessin paru dans la revue "The war illustrated" du 25 août 1916, montrant un soldat écossais dansant le "Highland Fling" sous la mitraille du feu ennemi.
Image
Source: BNF/gallica




Sword dance La danse de l'épée : Ghillie Callum, prince celtique, a "inventé" cette danse après un combat mortel contre un des chefs de MacBeth à la bataille de Dunsinane en 1504. On dit qu'il a pris l'épée du chef, l'a croisée au-dessus de la sienne et a commencé à danser au-dessus.
Image
Légende: Danse des Highlands effectuée par les hommes du 810è Bataillon des "Gordon's Highlanders" aux pieds de la cathédrale d'Arras le 24 janvier 1918.

- Illustration intitulée "Ghillie Callum - Sword dance"
Image
Source: Delcampe.net

- Une photo prise au camp de prisonniers de Munster, montrant un soldat écossais exécutant cette danse sous le regard de prisonniers français.
Image


=> Voir le post consacré à la Danse des sabres en général.


- Carte postale intitulée "La guerre européenne de 1914"
Image
Légende de la carte en français: "201 - Écossais blessé(?), et toujours joyeux gaillard, esquissant le premier pas de la danse du sabre. A jolly good fellow!"
Source: www.delcampe.net


Le seann triubhas : ses origines sont obscures. Elle représente une personne qui a perdu son pantalon ! À une certaine époque, les Écossais n'avaient pas le droit de porter le kilt, seulement les pantalons. La loi britannique de 1747 a été finalement abrogée l'ancienne loi, restituant ainsi le droit aux Écossais de porter leurs tartans et le kilt à nouveau. La danse imite un écossais essayant de mettre le pantalons (pendant la première de la danse) puis dans la dernière partie (plus rapide) son droit de porter le kilt et de retrouver ses coutumes.


Il existe d'autres danses, connues sous le nom de danses nationales écossaises. Elles sont d'origine plus moderne, ressemblent plus au ballet et ne se dansent pas en kilt :


La jig irlandaise : c'est en fait une parodie des danses irlandaises. Une ménagère, fâchée que son mari ait pris l'argent pour aller prendre un verre, l'attend de pied ferme à son retour ! Contrairement aux jigs irlandaises, les Écossais y ont ajouté les jeux de bras, propres à leurs styles de danses.
Image

Le sailor hornpipe : c'est une danse de caractère, tout comme la jig irlandaise. Cette danse est commune à beaucoup de parties des îles britanniques. Son nom est dérivé du fait qu'habituellement l'accompagnement musical est joué au hornpipe plutôt qu'à la cornemuse. Elle est maintenant associée aux marins.

=> Voir le post consacré aux danses de marins.



:hello:
J'aurais besoin de vos lumières:

Parmi les photos ci-dessous pouvez-vous identifier quelles sont les danses pratiquées?
:hello:


• 1) Carte postale colorisée
Image



• 2) Fête à l'hôpital de l’Écosse rue de La Chaise le 10 juillet 1916 - Photographie parue dans le journal "Excelsior" du mardi 11 juillet 1916.
Image
Danse exécutée par les Écossais.
Crédit: Parisienne de photographie - Agence ROL



• 3) Highlands Games.
Film muet, non daté, en noir et blanc, durée 1'45" tourné en Ecosse(?).
Réf film id:1944-13 Copyright British Pathé Films
Image



• 4) Photo d'un article de presse : Danse écossaise militaire en kilt - ANGICOURT (Oise - 60) - 18 juillet 1918
Image
Source: www.delcampe.net



• 5) Un court-métrage de 0'30" de British Pathé intitulé "Scotties in Paris. France." montrant les écossais à Paris (1914?)
En début de film on assiste à une démonstration de danses.
Source : British Pathé ref:2348.02



• 6) La Danse écossaise : Tableau humoristique à animer à l'aide des doigts. - 1915
Image
Page extraite des "Éditions de la Guerre de l'Imagerie d'Épinal" -Imp./Ed.PELLERIN &amp; Cie / MOYENNES CONSTRUCTIONS - IMAGERIE D'EPINAL / SERIE DE GUERRE - N°5
Source : © musée de l'Image, Epinal, © Service des Musées de France, 2015


Cliquez ici pour revenir au sommaire.
C'est agréable d'être important. C'est important d'être agréable.

Avatar de l’utilisateur
Inouk44
Messages : 275
Inscription : jeu. nov. 20, 2014 12:00 am

Re: Danse

Message par Inouk44 » sam. déc. 06, 2014 10:03 pm

Volet II
o Danses traditionnelles


• Danses Allemandes et Austro-hongroises.

Schuhplattler
Le schuhplattler est une danse folklorique principalement pratiquée en Haute-Bavière et en Autriche.
C'est une danse de couple. Cependant sa forme est libre et sans règles. Dans une mesure à trois temps d'un Land, le danseur fait une série de sauts et de sautillements au rythme de la musique. Ensuite il se frappe ("plattelte") sur les jambes, les genoux et les pieds puis gifle ("paschte") dans ses mains et tape des pieds. Il finit par une danse en rond. Cette forme est celle pratiquée au Tyrol du Sud. À Luson, on pratique une danse à quatre figures sur huit temps appelée "danse allemande".
La première méthode est écrite en 1824 par la famille Rainer qui fait des exhibitions s'inspirant de cette danse. Les clubs de danse folklorique se créent en Bavière dans les années 1880.
Des danses comparables avec des frappes de la main sur les cuisses, les chaussures et avec des figures acrobatiques existent dans d'autres pays comme la Hongrie, la Norvège, la Suisse...
Source: Wikipédia



Danse des bûcherons
  • Carte postale allemande: Danse des joyeux bûcherons.
Image
Légende: "Wir sind die lustigen Holzhackerbaum"
Légende trad:"Nous sommes les joyeux bûcherons."

  • Extrait du magazine allemand "Berliner Illustrierte Zeitung" n°21 ( date non précisée) dans un article intitulé "In forglossen Stunden" ("Aux heure perdues"), racontant les passe-temps des soldats sur le front.
Image

- La photo du haut montre un petit orchestre jouant au milieu d'un bois tandis qu'un téléphoniste tend son combiné pour diffuser cette musique à son correspondant sur la ligne.

- la photo du bas, montre un groupe de soldats exécutant une "Schuhplattler-Tanz" sur une estrade devant d'autres soldats. Il est précisé dans l'article, que la femme que l'on voit danser avec eux, est, en fait , un homme déguisé.

- Il est étonnant de constater à quel point la carte postale et la photo sont similaires ( même mise en scène).


- Cette danse appartient au répertoire allemand (Bavière)...
Une démonstration contemporaine ici.

...mais aussi au répertoire autrichien (Tyrol).
Une démonstration contemporaine ici.
Groupes de danseurs de la région de Traün (Autriche)


On retrouve d'ailleurs des danses de bûcherons dans toute la région transalpine ainsi que dans les Vosges et le Jura.
Les danses ne connaissent pas de frontières... :)



**************




Quelques rares clichés où l'on voit des allemands qui dansent
-Danse en couple (polka/valse/scottisch) - non datée
Image
Légende: La guerre 14-18 - A l'arrière du front Image 217

Source : Flickr.com - Collection de Michael Studt
Der Weltkrieg 1914-1918 Hinter der Front Bild 217
Der Weltkrieg 1914 -1918
Zigaretten-Bilder Sammelalbum
> Marke ECKSTEIN
Herausgeber: Cigaretten-Bilderdienst Dresden A.1
(Dresden / Deutschland; 1936)
ex libris MTP


- Photographie de soldats allemands qui dansent. (lieu? / date?)
Image
Commentaire: Attention - Il n'est pas sûr que ces soldats dansent avec des femmes! Il s'agit peut-être d'une mise en scène!



- Danse de Carnaval - 1916
Image
Légende: Les joyeux soldats Allemands à l'arrière du front - 1916
Source : Flickr.com


- Danse de Carnaval (?)
Image
Source : Flickr.com

:hello: Commentaire: Cette photo ressemble plutôt à celle de prisonniers allemands. Ils ne portent pas d'arme- Pas d'uniforme non plus. Est-ce que quelqu'un peut apporter des renseignements à ce sujet?
Connaissez-vous le terme "Tanz-Kränzler" écrit sur le banc? Schwabisch?


- Foyer du soldat
Image
7ème batterie du 5ème Régiment d'artillerie de campagne ( si je ne me trompe pas dans la traduction)


**************

  • Photographie des troupes autrichiennes.
Image
Des soldats autrichiens accompagnés d'un joueur d'accordéon, improvisent une danse près d'un wagon de transport de troupes.
Source non-identifiée.



  • Carte postale de la Croix Rouge où l'on évoque les danses de Hongrie.
Image
Légende (trad.): Carte officielle pour la Croix rouge - Bureau de l'Aide et des dommages de guerre.
Carte Images de guerre n°35
Combat dans les Carpates : les soldats de l"Honved" (Honvéd: littéralement « défenseur de la patrie") victorieux dansent un Czardas hongrois, après l'expulsion des Russes du camp (de l'entrepôt). Publication du bureau auxiliaire de la Guerre du Ministère de l'intérieur.
Source: www.europeana1914-1918.eu



  • Danses hongroises dans la cour des baraquements militaires de l'hôpital "Zita", rue Gyáli à Budapest. L'hôpital porte le nom de Zita en hommage à la femme de l'empereur Charles 1er d'Autriche.
Film hongrois intitulé "ÉLET AZ EGYKORI ZITA TELEPEN" (la vie sur le site de l'hôpital militaire "Zita") de 1915, N&amp;B, muet de 4'34", produit par "Manda".
Le film montre les distractions organisées pour les soldats et la vie du centre. A 1mn du début, des danseurs dansent en couple, avec le personnel féminin de l'hôpital.
Image
Le film est à voir ici => http://www.europeana1914-1918.eu/fr/eur ... tyPhoto/0/
Source : MaNDA - Hungarian National Digital Archive and Film Institute sur la ressource Europeana 1914-1918.




Cliquez ici pour revenir au sommaire.
C'est agréable d'être important. C'est important d'être agréable.

Avatar de l’utilisateur
Inouk44
Messages : 275
Inscription : jeu. nov. 20, 2014 12:00 am

Re: Danse

Message par Inouk44 » sam. déc. 06, 2014 11:01 pm

Pour faire des recherches sur internet, il y a un certain nombre de choses à savoir:

1) Le caractère "-" signifie que vous voulez exclure ce résultat.
Exemple: bal -balle renverra toutes les pages qui contiennent "bal" (la danse) en excluant toutes celles qui contiennent "balle" (de fusil)

2) Le caractère "+" signifie que la page devra contenir tous les mots qui suivent.
Exemple: si vous tapez +grande +guerre, toutes les pages qui reviendront, contiendront à la fois le mot grande et le mot guerre, mais les 2 termes ne seront pas forcément collés.

3) Lorsque vous mettez une chaîne de caractère entre guillemets, cela signifie que les mots doivent être associés sur la page.
Exemple: si vous recherchez grande guerre, le moteur de recherche à renverra à la fois toutes les pages contenant le mot "grande" et toutes les pages contenant le mot "guerre".
Cela risque de faire beaucoup de page qui ne vous intéresseront pas.
Alors qu'en tapant "grande guerre" entre guillemets, seules les pages contenant le terme "grande guerre" seront renvoyées.

Petite aide pour vos recherches:

Vous pouvez utiliser votre moteur de recherche préféré. Je ne ferai pas de pub. :)
Je me contenterai de vous fournir un certain nombre de "tags" qui permettent de trouver des résultats.

- en Français, bien sûr:
danse, bal -balle, "guerre de 14-18", "grande guerre", poilus, réjouissances, repos,...

-en Anglais
dance, dancing, wwi, trenchee, wardance,...

-en Allemand
Tanz, "erste weltkrieg", totentanz,...

-en Italien
danza, trincee, "grande guerra",...

- dans toutes les langues
1914, 1915, 1916, 1917, 1918


4) Les fonds de recherche et bibliothèques numériques.

Il existe un grand nombre de fonds de recherche ainsi que des bibliothèques numériques dans pratiquement toutes les langues.

- En français
Bien sûr le site de la Bibliothèque Nationale Française (BNF), relayée par le programme "Gallica" qui permet de l'exploiter.
A cette adresse: http://gallica.bnf.fr/

Le programme "Persée" qui permet d'accéder à de nombreux livres et parutions.
A cette adresse : http://www.persee.fr/



- En anglais
Le site https://archive.org/ très facile d'accès.


-En américain
Site de la bibliothèque numérique américaine An American Ball Room Companion, contient de nombreux articles en français ainsi que des vidéos de danses anciennes que je vous recommande.


-En allemand
Pour les recherches de termes allemands, il existe un outil très pratique qui permet de trouver un mot en allemand dans un fond de données bibliographiques très important. Comme je suis partageur je vous donne la référence de l'outil : http://www.dwds.de/.
Bien sûr, c'est préférable de parler l'allemand (ça aide), mais il existe aussi une fonction fournie avec Mozilla Firefox ( si vous utilisez ce navigateur) qui permet de traduire une page web: cet outil se nomme Imtranslator.
La traduction fournie n'est pas toujours top, il vaut mieux la croiser avec d'autres outils comme Reverso pour pouvoir avoir quelque chose d'à peu près français et intelligible au final.

Ainsi que le site Digi20




- Le site européen dans toutes les langues , Europeana 1914-1918, consacré au patrimoine international relatif à ce conflit.
http://www.europeana1914-1918.fr/fr




Bien sûr, si vous connaissez d'autres langues, n'hésitez pas à me faire part de vos résultats.
Pensez à noter:
- les sources, les auteurs, l'année, les liens où trouver les documents et éventuellement à traduire les légendes, s'il y en a.


- Recherche de fonds sonores sur cylindres
Un site particulièrement riche en la matière : http://www.phonobase.org/wliste_thematique.php




Merci encore pour votre participation.
Amicalement.
Daniel

Cliquez ici pour revenir au sommaire.
C'est agréable d'être important. C'est important d'être agréable.

Avatar de l’utilisateur
Inouk44
Messages : 275
Inscription : jeu. nov. 20, 2014 12:00 am

Re: Danse

Message par Inouk44 » dim. déc. 07, 2014 7:37 pm

Volet II
o Danses traditionnelles


• Danses belges

• Carte postale belge intitulée : "Type Bruxellois"
Image
Légende:"Avec toutes ces nouvelles danses saveï, j'aime encore mieux notre danse nationale (trappe)
Signature: J Te<illisible> ou Fre<illisible> - Datée de 1915


Il s'agit probablement d'une référence à la partie d'une revue belge intitulée "viens profiteï avec" qui semble avoir eu un grand succès en France .
Les représentation se sont déroulées à la Scala à Paris entre le 31 mai et le 17 juillet 1914.

Image
Source: La Presse du 31 mai 1914 sur Gallica/bnf

<< on rit de la si fantaisiste "danse de la Trappe" dans laquelle Fernande Dumont et Du Prez sont bissés chaque soir >>
Image
Source: Le Figaro du 17 juin 1914 sur Gallica/Bnf

Commentaire: Merci à Etienne alias IM Louis Jean qui a élucidé cette énigme.



En 1915, date de parution de la carte, le contexte a changé. La Belgique, de force, est entrée dans la "danse". L'humour belge n'a, pour autant, pas disparu...


Cliquez ici pour revenir au sommaire.
C'est agréable d'être important. C'est important d'être agréable.

Avatar de l’utilisateur
Inouk44
Messages : 275
Inscription : jeu. nov. 20, 2014 12:00 am

Re: Danse

Message par Inouk44 » dim. déc. 07, 2014 8:57 pm

Autres représentations de la danse.

L'ennemi qui danse.


Cette représentation de l"Ennemi qui danse" est toujours caricaturale. Elle vise à dénigrer, ridiculiser, diaboliser l'ennemi en présentant ses danses sous un aspect négatif. Cette pratique sert principalement à la propagande. Elle a cours dans tous les pays belligérants.
Un des premier aspect que nous avons déjà rencontré, est celui des danses macabres.

• Dans cette image, la Mort joue la musique et le Kaiser ne peut s'empêcher de danser.
Mythe que l'on peut rapprocher de celui de la "Danse des damnés" où c'est le Diable qui joue.
Image
Légende: Le Kaiser: "Arrête! Arrête! Je n'en peux plus!"
La Mort : "C'est toi qui a demandé cette danse, c'est moi qui décide quand j'arrête de jouer."
Source : Extrait du journal satirique "Punch".

Pour voir le post consacré aux danses macabres => http://pages14-18.mesdiscussions.net/pa ... .htm#t2115 ).




Ailleurs encore, on oblige l'ennemi à danser. Notez qu'une fois de plus, à travers sa danse, l'ennemi est ridiculisé.
• Carte postale canadienne
Image
Légende trad.:" En France, nous le ferons danser.".




• Le dernier tango.
Sur cette carte, les ennemis autrichiens et allemands, transformés en cochons, sont ridiculisés à travers la danse à la mode: Le tango.
Image
Source: www.delcampe.net
Voir le post consacré à cette danse:=> http://pages14-18.mesdiscussions.net/pa ... htm#t2195




• Le cake-walk, comme de nombreuses danses de l'époque, a été utilisé pour caricaturer l'ennemi qui danse.
Pour voir le post consacré au cake-walk, c'est par ici :=> http://pages14-18.mesdiscussions.net/pa ... .htm#t2178
-Carte postale intitulée: "La guerre: N°24 - Le nouveau cake-walk"
Image
Légende:Guillaume II dit à l'empereur François-Joseph: "Donnons-nous des grâces, Jojo, l'Europe nous regarde!"
Source: www.delcampe.net

Commentaire: Le n° 24 de cette carte postale, laisse à penser qu'elle appartient à une série importante consacrée à ce sujet.
Si vous en voyez passer, pensez à me les signaler!



• Carte postale intitulée: "Danse prussienne - Musique des Aviateurs Français" - Auteur A. de Rammeri ou Rammert?
Image
Source: www.delcampe.net

Commentaire: cette danse est à rapprocher des danses parodiques dont le post qui y est consacré, se trouve ici :=> http://pages14-18.mesdiscussions.net/pa ... .htm#t2125




• Carte postale intitulée "valse lente". Comme souvent, l'ennemi "subit" la danse, plus qu'il ne la souhaite. (voir le double sens donné à ce mot ici :=> http://pages14-18.mesdiscussions.net/pa ... .htm#t2124). Sur cette carte postale, les alliés dansent sur le Rhin (rein) de l'ennemi.
Image
Source:www.delcampe.net



• Une carte postale russe montre l'ennemi qui danse le Kasatchok au son de la musique d'un soldat russe.
Image



• Dessin humoristique paru dans le quotidien français "La presse" du 23 janvier 1917
Image
Le texte d'accompagnement dit ceci:
LA DANSE DU VENTRE

Le Boche, serrant sa ceinture:

"Si on n'a plus d'pommes de terre,
C'est la faute à l'Angleterre
S'il n'y a plus d' macaroni,
C'est la faute à l'Italie.
Si on manque de graisse aussi,
C'est la faute à la Russie
Enfin, si on s' serr' la panse
Ça, c'est la faute à la France"
Vous aurez reconnu bien sûr la chanson de Gavroche dans "Les Misérables" de Victor Hugo: "Si je suis tombé par terre, c'est la faute à Voltaire; le nez dans le ruisseau, c'est la faute à Rousseau..."
Ce dessin aurait pu aussi être publié dans les danses parodiques à voir ici => http://pages14-18.mesdiscussions.net/pa ... .htm#t2125 mais je n'ai plus de place pour y insérer ce document.

Merci à IM Louis Jean qui a découvert ce dessin.


La suite de l'article ici.


Cliquez ici pour revenir au sommaire.
C'est agréable d'être important. C'est important d'être agréable.

Avatar de l’utilisateur
Inouk44
Messages : 275
Inscription : jeu. nov. 20, 2014 12:00 am

Re: Danse

Message par Inouk44 » lun. déc. 08, 2014 7:23 pm

Interdiction de danser?


La rareté des documents concernant la danse, tout du moins en France, amène à se demander s'il était interdit de danser durant cette période?
A cette question on peut répondre oui...et non.

• En octobre 1913, toutes les collectivités reçoivent des instructions concernant les pouvoirs militaires en France en cas de guerre appelé aussi « état de siège ». Ces pouvoirs se réfèrent à la loi du 9 août 1849 et ils sont de toutes natures. La censure y est explicitement indiquée et l’autorité militaire peut « interdire les publications et réunions jugées de nature à exciter ou à entretenir le désordre (art.2 – 4°)». La mise en état de siège est déclarée le 2 août 1914.
« Art.24 : ?…? Par le terme de publication il faut entendre tous les procédés?…? tel que la presse, les livres et les brochures, les affiches et les placards, la distribution d’imprimés. L’autorité militaire a donc le droit de supprimer les journaux qui seraient dangereux pour le maintien de l’ordre et de la discipline. »
Les instructions sont aussi très claires vis à vis des spectacles :
« Art.23 : Les salles de spectacle et de débit (hôtels, auberges, cafés) resteront, en principe, ouvertes, sous la réserve qu’elles pourront être fermées par simple décision de l’autorité militaire. Aucune représentation, de quelque nature qu’elle soit, ne pourra être donnée sans que le programme ait été approuvé par l’autorité militaire. »

• Il n'y a pas eu de décret de loi interdisant la danse, les bals et les réjouissances en général, comme cela a pu être le cas durant la seconde guerre mondiale, où l'envahisseur a fait interdire cette pratique jugée dangereuse pour le maintien de l'ordre public.
Une réunion de danse est à la fois la manifestation d'une expression du caractère régional - voire national d'une population et part là, un acte de résistance à la culture de l'envahisseur.
C'est aussi un lieu où il est facile à des personnes désireuses de créer des réseaux secrets, de se rassembler et de faire passer discrètement des informations, voire des armes légères.

• En revanche, la bienséance et la compassion à l'égard des familles touchées par le deuil, ont imposé - de facto - une auto-censure de la population vis à vis ce ce genre de manifestations. Ainsi trouve-t-on dans la revue "Le Magasin pittoresque" d'Emile et Louis Fouquet du 01 janvier 1917, dans un article intitulé "A propos du Mardi Gras" la remarque suivante:
"Je ne sais pas si, cette année, il est venu à la pensée de personne de fêter le mardi gras. La guerre sanglante, que nous subissons depuis deux ans et demi, nous impose une discrétion pour ainsi dire obligatoire dans la manifestation de nos joies, et j'imagine que ceux mêmes qui n'ont pas été frappés directement ont eu assez le sentiment du deuil d'autrui pour s'abstenir."
Source Bnf/ Gallica

Au sein des couples, il a aussi souvent existé une loi "tacite" qui stipulait que les femmes dont le mari était parti au front, s'interdisait de danser en leur absence, l'époux faisant la même promesse de son côté.

Loi "morale" et loi "juridique" se sont agrégées. Ainsi trouve-t-on la remarque suivante du lieutenant Frederick Morse Cutler, aumônier du 55ème Régiment d’artillerie américain en poste à Aubière (63) d'avril à juin 1918 dans un livre paru aux US en 1920.
..."Pour marquer une exception à la loi en vigueur, le maire permet aux officiers et aux marraines, à la fin des cérémonies du baptême [il s'agit du baptême de canons américains] , une danse non autorisée.C’est parce que les femmes françaises refusent leur passe-temps favori comme une expression de leur patriotisme pendant les années terribles de la guerre ; et seul le départ proche de leurs amis américains a justifié une suspension de cette règle."...
Source: cghaubiere.blogspot.fr - Chapitre intitulé "« Une cérémonie franco-américaine à Aubière : le baptême des canons ». §12

Ici, le narrateur fait allusion aussi à une loi en vigueur et à la volonté des femmes de ne pas danser.

La loi dont il parle est une loi "locale", souvent instituée par un arrêté municipal ou préfectoral.

Ces règlementations ont commencé en certains endroits dès le début du conflit, en d'autres très tardivement.
Ainsi trouve-t-on par année, pour les villes de :



1914

  • Paris (75) - Seine
Avec l'instauration de l' "Etat de siège", les bals sont interdits. "On se croirait un jour de fête où tout le monde se tairait", résume un journaliste du Figaro le 02 août 1914. Propos recueillis dans :"1914: La Grande Illusion" - Jean-Yves Le Naour - 2012

Martin CAYLA, (1889-1951) musicien et éditeur de musique auvergnate précise dans ses mémoires qu'en 1914, après la déclaration de guerre :
« Paris avait tellement changé, que je ne le reconnaissais plus. Tous les bals avaient fermés leurs portes. »
puis en 1915,
« En rentrant rue de Lappe, une rue devenue silencieuse et bien triste, je regardais chez moi ma pauvre cabrette qui gisait comme morte. »(...) « J'allais de temps en temps rue de Lappe, mais qu'elle était triste, sans bals. »
Le 01 avril 1917, parait l'article suivant dans les colonnes du périodique "Fantasio", relatant une séance clandestine de danse dans un hôtel parisien :
"-Tous les journaux ont parlé d'une descente de police effectuée récemment dans un discret petit hôtel du quartier de l'Europe.
On y pénétrait nuitamment avec ce mot de passe : « Je viens chercher Borromée » et l'on s'y livrait jusqu'à l'aube aux douceurs du tango.
Lorsque la police intervint, elle trouva là nombre de jeunes officiers français, anglais, belges, voire russes ou serbes et un nombre au moins égal de jeunes femmes dont quelques-unes appartenant à des théâtres plus ou moins subventionnés.
Il y avait aussi des civils.
Et parmi ceux-ci, un conseiller municipal très très parisien, et un jeune député très très provincial.
Le conseiller est franchement réactionnaire, le député fougueusement socialiste. La passion du tango les avait rapprochés.
Et c'est peut-être à leur présence en ce temple illicite de Terpsichore que les autres délinquants durent de n'être point inquiétés."
Source : Fantasio - Magazine gai sur Bnf/Gallica
- Notez le ton ironique de l'auteur ainsi que l'expression croustillante "temple illicite de Terpsichore ", cette dernière étant la muse de la danse dans la mythologie grecque , d'autant que tout ceci se passe dans le quartier de l'"Europe" , autre princesse de la mythologie grecque.
  • Merci à Elise49 pour m'avoir signalé cet article.
  • Nantes (44) - Loire inférieure
Un arrêté municipal du 1er août 1914 ordonne la fermeture immédiate des théâtres, cafés chantants et interdit tout spectacle. La Mairie craint des troubles à l’ordre public. Cependant, constatant que la réouverture dans d’autres villes ne cause pas de problèmes, la Mairie décide d’en faire de même le 6 mars 1915, également par arrêté. Il faut faire une demande adressée à la Mairie avant la production d’un spectacle ou d’une conférence. De plus il faut verser « pour les concerts et conférences, la totalité de la recette, déduction faite des frais de salle, droit d’auteur et cachets du conférencier et des artistes. » Les films ne doivent eux, ne contenir aucune scène « de nature à choquer les sentiments patriotiques des spectateurs ou à provoquer des discussions entre eux ».

Image
Sources: Archives municipales de la ville de Nantes



  • Créteil (78) - Seine et Oise - Arrêté municipal du 02/08/1914
" Un conseil municipal fut réuni le 2 août, on y parla notamment de la réquisition des chevaux et des voitures qui devait être pris en charge par une commission siégeant à Saint-Maur.
« ...considérant que, dans les circonstances actuelle, des réjouissances publiques seraient déplacées, qu’il importe de prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer le bon ordre au milieu des opérations de la mobilisation et la tranquillité du pays pendant que les hommes valides sont sous les drapeaux. », le maire décidait la fermeture des salles de bal et de spectacles, celle à 21 heures des débits de boisson pour la durée des opérations et l’interdiction « de former des attroupements sur la voie publique, de battre le tambour, de sonner du clairon ou de la trompette et de colporter des nouvelles dont l’exactitude n’aurait pas été officiellement confirmée.»
Sources: Archives de la ville de Créteil


  • Conseil municipal de Port-Marly (78) - Seine et Oise : séance extraordinaire du 2 août 1914.
Avec une émotion partagée par tout le conseil, le maire Auger, communique l'ordre de mobilisation générale, « fléau qui vient de s'abattre sur la France et qui peut avoir des conséquences terribles », « espérons », ajoute-t-il « que la bravoure et le patriotisme de nos armées auront raison de nos perfides
et cruels ennemis ». Les réjouissances de la fête communale sont supprimées*. Tous les fonds seront affectés à la distribution
de secours aux familles des soldats appelés sous les drapeaux.
Source :Site De Port-Marly
*le 25 août, jour de La saint Louis, était traditionnellement la fête patronale de la commune.



  • Dunkerque (59) - Nord
De 1914 à 1918, Dunkerque se trouve à proximité du front. Transformée en camp retranché, la cité sert de base logistique aux troupes alliées qui combattent en Flandre.
Un arrêté municipal d’août 1914 a fait fermer les théâtres, les cinémas et les bals.
Sources: Archives de la ville de Dunkerque



  • Tours (37) - Indre et Loire
L’état de siège induit le contrôle de la circulation des hommes et de l’information (notamment les voies de communication et les gares), la fermeture des théâtres, des cinémas et salles de spectacle, la fermeture des débits de boisson à 23h00, l’interdiction de l’absinthe.
Source: Archives départementales d'Indre et Loire


  • Le Petit-Quevilly (76) - Seine maritime
Dès le 2 août 1914, le maire de petit-quevilly ordonne la fermeture immédiate des théâtres, cafés chantants et bals considérant que toute forme de réjouissances publiques est déplacée dans ce contexte. Le 11 août, la mesure est un peu adoucie avec la réouverture des débits de boissons, autorisée de six heures à vingt heures.
Source: Exposition 14-18 à la médiathèque du Petit-Quévilly.



1915
  • Orléans (45) - Loiret
Maintenir les fêtes publiques ?
Ouvrir l'exposition?

La municipalité est elle-même à l’origine de plusieurs manifestations publiques. Or, la question du maintien des réjouissances est épineuse durant la guerre. En effet, les fêtes sont un dérivatif pour les Orléanais, les réfugiés et les soldats convalescents. Néanmoins, afin de ne pas choquer la population, et en particulier les familles endeuillées, les manifestations ne doivent pas être trop démonstratives voire exprimer une certaine retenue. Pour les autorités, il s’agit aussi de faire passer des messages de patriotisme, de soutien aux combattants et de recueillement pour les morts.
Ainsi, entre 1915 et 1918, les fêtes de Jeanne d’Arc sont très réduites. Le 8 mai, la statue de la Libératrice d’Orléans, située place du Martroi, est fleurie par un cortège restreint qui se dirige ensuite vers le cimetière pour rendre hommage aux morts de la guerre. On est loin des fêtes d’avant-guerre, notamment de celles de l’année 1912, célébrant avec le faste le 500e anniversaire de la Pucelle.
Le 14 juillet, quant à lui, prend une dimension uniquement patriotique. Les bals, banquets et feux d’artifices sont interdits. En revanche, les quêtes sont autorisées.
Sources: - Archives municipale de la ville d'Orléans


  • Lorient (56) - Morbihan
- 14 juillet : le Préfet demande que la fête nationale ait un caractère exclusivement patriotique et commémoratif. Les réjouissances publiques et les illuminations sont proscrites.
Source : Archives de la ville de Lorient


  • Haute Savoie (74) - Arrêté préfectoral du 04.07.1915 envoyé par télégramme à toutes les mairies du département.
"4.07.1915, 8h20
Préfet à Maires département.

Conformément à instructions ministre de l’Intérieur, la Fête Nationale du 14 Juillet devra avoir cette année un caractère exclusivement patriotique et commémoratif.
Les monuments publics seront en conséquence pavoisés comme d’usage et les distributions de bienfaisance qui sont de tradition dans les communes seront maintenus.
Par contre, devront être supprimés toutes manifestations présentant un caractère de réjouissances publiques : banquets, bals, illuminations, feux d’artifice.
Les sommes votées à cet effet devront être versées à des œuvre de guerre.
Sources: Archives de la ville de Naves Parmelan (74)





1916
  • Vaucluse (84)
ART. 33. — Frais d'illumination et de décoration des édifices départementaux les jours de fêtes publiques.

La suppression des réjouissances publiques et des illuminations nous ont permis, l'année dernière, de réaliser un boni assez sérieux sur cet article du budget. Il est probable qu'il en sera de même sur l'exercice courant. Mais il faut espérer que l'année prochaine nous aurons à pavoiser et à illuminer tous nos édifices, nous solliciterons en conséquence le maintien du crédit ordinaire, qui est de 1.000 francs.
Extrait de "Rapport du Préfet de la Commission Départementale et Procès-verbaux des séances du Conseil Général du Vaucluse - 2e Session Ordinaire de 1917"
Source : BNF/gallica


  • Châtellerault (86) - Vienne - 11 juillet 1916
"Le général de division de Tours a pris un arrêté imposant la fermeture des «cabarets, cafés, estaminets» à 21 heures et demi.
La législation concernant les bals se durcit mais on sent bien que la vie publique et les réjouissances sont en train de renaître. Les lecteurs de l’Echo nous renseignent à ce propos. Une lettre au directeur du journal signée «Jele-Pense» rapporte qu’un concert au profit des blessés organisé par le personnel de la Manufacture a été interdit au dernier moment.
«Surprise pour tous! On prétexta parait-il qu’un ordre arrivé à la dernière heure, ne permettrait pas de réjouissances en ce moment. Mais beaucoup pense (sic) qu’un concert de bienfaisance est moins une fête de plaisir qu’un bal, par exemple, comme il en a été autorisé plusieurs depuis le commencement de la guerre. Et, je doute fort que les recettes de ces réunions aient été destinées à l’œuvre des blessés.»
Extrait de "l’Echo de Châtellerault" n° 3294, 23 janvier 1915 disponible à l’imprimerie Deshouillères, rue Poulain - Chatellerault (86)

Finalement, «les réjouissances publiques et bals sont supprimés pendant la durée des hostilités» par arrêté municipal du 11 juillet 1916 (AMC, 2D n°8)
Sources: Archives de la ville de Châtellerault





1917
  • Haute-Vienne (87) - Limousin
Le 28 avril 1917 le préfet de la Haute-Vienne (Limousin) prend un arrêté qui est affiché à la porte de toutes les mairies, les bals publics et tous les divertissements bruyants sont interdits.



  • Château d'Olonne (85) - Vendée
Un article paraît dans le journal "La Vendée Républicaine" n°291 (18 octobre 1917?)
Image
Source: Archives départementales de Vendée





1918
Ceux qui enfreignent cette loi courent de gros risques, comme ce sergent qui passe en conseil de guerre pour avoir bravé les autorités. Encart paru dans " L'Ouest Eclair " edition de Nantes du 28 août 1918.
Image
AU CONSEIL DE GUERRE
Loin et près du bal - Danser au son d'un piano mécanique, quel rêve pour un poilu en détente! Mais la loi le défend et le conseil de guerre vient de le rappeler au sergent Ambourieu (du 3ème bataillon d'infanterie coloniale au Maroc). hier, il comparaissait pour avoir présenté avec quelque rudesse aux agents de l'autorité la requête d'un groupe de jeunes filles de Luçon* aimant le bal au point de risquer la fâcheuse contravention. précisément Ambourieu prétendit obtenir une dérogation à cette loi empêcheuse de danser. Il ne réussit qu'à se faire dresser procès-verbal après avoir copieusement injurié les agents restés sourds à ses prières menaçantes.
Ambourieu, très loin du bal maintenant, s'est entendu condamner à 100 francs d'amende avec un indulgent sursis.
*Luçon est une ville de Vendée située entre La Roche sur Yon et la Rochelle.

Notez le ton ironique du journaliste qui joue sur le double sens du mot "bal" (voir le vocabulaire)

  • Merci à Elisabeth alias Elise49 pour cette contribution. :hello:





En résumé:
  • Ceci n'explique pourtant pas pourquoi ne trouve-t-on pas de photos de femmes dansant entres-elles, alors qu'existent de nombreuses photos de soldats dansant entre-eux?
  • En ce qui concerne les soldats sur le front, il ne semble pas qu'il y ait eut d'interdictions de danser. Du moins à l'heure actuelle, je n'ai pas vu passer de document en ce sens.

Charleville Mézières - Sedan - (08) Territoires occupés par les allemands .
Un article intitulé "Vie quotidienne en 1914-1918 : Humiliation et misère noire." extrait de Carolo'mag n°177 de février 2014 (Magazine communal de la ville de Charleville Mézières) indique:
"La situation est moins austère à Charleville qu’à Sedan. En 1915, à Charleville, les cafés sont ouverts aux civils, mais fermés à Sedan."
Cependant un couvre-feu est instauré et
"Dès septembre 1914, il est interdit de circuler après 7 heures et demie du soir. L’extinction des feux doit être observée à 9 heures du soir (pour éviter les signaux lumineux à destination de l’aviation alliée). Dès décembre 1914, les habitants de Montcy-Saint-Pierre doivent demander un Ausweis pour entrer dans Charleville."
Sources : Carolo'mag n°177 de février 2014 - La gazette des Ardennes



• Pour ce qui est de la situation des bals en Allemagne, les choses sont plus catégoriques:

D'après cet article du "Figaro", la restriction des divertissements en Allemagne débute en septembre 1916 :
"La Grande Guerre dure bien plus longtemps que prévu, désormais tous les esprits doivent être tournés vers l'effort de guerre.
«Il fut un temps où, sur l'ordre de Guillaume II, toute l'Allemagne, à propos de tout et de rien, se mettait à chômer, pavoiser, illuminer, festoyer, godailler, chanter et danser. C'était l'époque où François-Joseph se plaisait à annoncer victoire sur victoire, Sieg auf Sieg, à son impérial complice.
Ce temps n'est plus. On ne danse plus en Allemagne.
La preuve, c'est que les propriétaires de salles publiques de Dresde viennent d'assigner le gouvernement saxon en paiement de deux millions de marks de dommages-intérêts, sous prétexte que les autorités ont interdit les bals populaires et autres réjouissances publiques et ont frustré ainsi lesdits propriétaires des recettes auxquelles leurs bals leur donnaient droit.»
Source : Le Figaro du 9 septembre 1916.

Mon commentaire: Je n'ai pas pu recouper la véracité de cette information (décret / coupure de presse). Info ou intox?

• En Autriche, les bals nocturnes sont interdits, comme le relate cet article extrait du journal "La Guerre mondiale : bulletin quotidien illustré" en date du 11 décembre 1914:
La fin du noctambulisme à Vienne
La police viennoise a interdit aux établissements publics de rester ouverts après une heure du matin, et a interdit aux orchestres de jouer après minuit. A la suite de cette mesure, la vie nocturne à Vienne est presque complètement supprimée. Dans le communiqué de la police, il est dit que cette mesure a été prise parce qu'il paraissait inconvenant a l'autorité que l'on joue et que l'on danse de nuit à Vienne pendant que la fleur de la jeunesse verse son sang sur les champs de bataille.
En effet, tous les jours arrivent à Vienne de nombreux trains de blessés. Dans les cliniques où doivent être soignés les plus gravement atteints, il n'y a plus un seul lit libre.
Source : Gallica/Bnf


...et ailleurs
• En Suisse
En Suisse, qui est pourtant neutre, le 8 octobre, toutes les bals public sont interdits en Appenzell et à St-Gall pour la durée de la guerre. Une interdiction également imposée à Zurich mais levée en décembre 1914.


• 25 août 1914
Le gouvernement bernois autorise les communes à avancer l'heure de fermeture aussi longtemps que l'armée sera sur pied de guerre et interdit danses et réjouissances publiques BGCB 28.9.1914/91
Source : Site "chronologie-jurassienne.ch"


- Andermatt
Extrait de "Lectures pour tous" n°15, du 01 octobre 1915, page 14- Article intitulé:"Évasion de Gilbert racontée par un témoin."
L'article raconte comment "Gilbert", un aviateur français détenu en Suisse, réussit à s'échapper à l'aide d'un complice:
Gilbert, qui avait dissimulé sous son uniforme les vêtements que je lui avais apportés, reprit le chemin de son hôtel, et moi celui d'Andermatt, où je rentrai, histoire de tuer le temps, dans un café de seconde importance. La salle était bondée de soldats. Je choisissais bien! Mon entrée fut cependant à peine remarquée, car l'attention générale était portée sur le pianiste - soldat lui-même- qui, avec une virtuosité remarquable, jouait les airs les plus variés. A écouter la musique, le temps passe vite. Quand je sortis du café, encore bercé par le rythme d'une jolie valse, je m'aperçus que j'y avais passé deux heures.

:hello:
- Si vous avez des preuves tangibles prouvant le contraire, n'hésitez pas à m'en faire part.
- Par ailleurs, je recherche des informations concernant des établissements qui auraient enfreint ces arrêtés (procès verbal, amende,mise en demeure, lettre de dénonciation,...) durant cette période.
:hello:


Cliquez ici pour revenir au sommaire.
Dernière modification par Inouk44 le dim. janv. 14, 2018 5:21 pm, modifié 2 fois.
C'est agréable d'être important. C'est important d'être agréable.

Répondre

Revenir à « autre »