Coût de la vie en zone occupée

noemie
Messages : 6
Inscription : mar. janv. 20, 2015 12:00 am

Re: Coût de la vie en zone occupée

Message par noemie » jeu. mai 28, 2015 3:17 pm

Bonjour à tous,

Dans le cadre d'un mémoire sur la célébration de Noël en présence de l'ennemi (front et zone occupée), je suis tombée sur quelques témoignages en rapport avec le coût de la vie sous l'occupation allemande, et j'ai du mal à définir clairement un ordre de grandeur afin de commenter de manière efficace ces passages :

- « On me dit que Mr le curé de Marfontaine, étant venu sans passeport, officier à Chevennes [...] a été condamné à 200 marks d'amende. » (carnet du curé de Montcornet). Peut-on considérer que les 200 marks sont chers vis-à-vis du niveau de vie moyen d'un curé de village pendant la Grande Guerre ? Connaissez-vous le prix "officiel" d'une amende de ce type ?

- « 25 [décembre 1916]. Triste jour de Noël, on ne peut même pas donner une coquille aux petits car elle vaut 10* le kilo sans raisins », (E. Ferré, Croquis et notes d'occupation, vie intime et anecdotique de Lille de 1914 à 1918, Paris-Lille, Librairie J Tallandier, « Noël 1915. ALSACE ! », pp. 132-137.)
La coquille est une viennoiserie traditionnellement consommée durant les périodes de la Saint-Nicolas et de Noël (notamment dans le Nord de la France). Il s'agit d'un pain brioché, auquel on ajoute des raisons secs ou des pépites de chocolat et dont la forme rappelle celle de l'Enfant emmailloté.
Connaîtriez-vous le prix moyen de la farine, du lait, du beurre et du sucre (nécessaires à sa fabrication), ou toute autre information qui pourrait me permettre de donner un ordre de grandeur ?

Je suis bien consciente qu'il s'agit là de questions assez techniques, et je vous remercie par avance pour votre aide.

Bien cordialement,

Noémie

Avatar de l’utilisateur
machault
Messages : 296
Inscription : jeu. sept. 28, 2006 12:00 am

Re: Coût de la vie en zone occupée

Message par machault » jeu. mai 28, 2015 4:34 pm

Bonjour Noémie,

Je dispose de quelques éléments sur la quotité mark-franc.
Donnez moi votre adresse mail en message privé et je vous routerai ce dont je dispose.

Cordialement.

JL Arnould

Avatar de l’utilisateur
air339
Messages : 2304
Inscription : mer. janv. 21, 2009 12:00 am

Re: Coût de la vie en zone occupée

Message par air339 » dim. mai 31, 2015 4:59 pm

Bonjour Noémie,


Je n’ai pas trouvé d’ouvrage de référence sur le sujet des prix et salaires, mais je vous livre quelques informations glanées dans différents ouvrages, concernant la France non occupée.

De manière globale, tant pour les prix que pour les salaires, il convient de garder à l’esprit qu’il existe de fortes disparités selon les régions avant 1914 et pendant la durée du conflit : les chiffres sont donc à manier avec prudence.



Pour les salaires
, je relève ces évolutions entre 1914 et 1918 :
  • un ouvrier (selon son emploi) de 5F à 20F/jour
Quelques autres salaires d’avant-guerre :
  • un carrier en ardoise, 1,50F/jour (moins de 500 F/an)
Les femmes gagnent (beaucoup) moins, de mémoire moins d’un franc par jour pour une employée de ferme.



Les prix
au détail vont en moyenne doubler pendant la guerre. Aux disparités régionales évoquées s’ajoute les pénuries (charbon et acier des régions envahies), les achats de l’armée (textile, chimie), qui peuvent faire quadrupler les prix. Je relève les évolutions suivantes :
  • les 100 kg d’engrais au phosphate, de 7F à 25F
Les outils agricole doublent de prix, les haricots secs quadruplent…

Seul le prix du pain, encadré par la loi, reste relativement stable, le kilo passant de 0,42F à 0,53F. Le pain n’est pas seulement une base de l’alimentation en 1914, c’est aussi, dans la mémoire des politiques, le déclencheur de Révolutions…


Voilà un rapide panorama, j’insiste à nouveau sur les grandes disparités de prix d’une région à l’autre.


L’amende de 200 marks est très lourde pour un curé, l’occupant ayant souvent une idée fantasmatique de la richesse des églises et des capacités de don des paroissiens.

Bien cordialement,

Régis

Avatar de l’utilisateur
Alain Dubois-Choulik
Messages : 8485
Inscription : lun. oct. 18, 2004 12:00 am

Re: Coût de la vie en zone occupée

Message par Alain Dubois-Choulik » dim. mai 31, 2015 5:40 pm

Bonjour,
J'avais transcrit ici : http://civils19141918.canalblog.com/arc ... 64222.html quelques éléments sur le coût de la vie décrit par des civils évacués via la Suisse à leur arrivée en zone libre (dont le prix du billet pour partir, bien sur !!!)
En 1915, Le Temps publiait un témoignage transcrit sur cet autre page : http://civils19141918.canalblog.com/arc ... 64222.html
Cordialement
Alain
PS : le taux de change était fixé par l'occupant : 1 Mk = 1,25 Fr, il finira à 1,50 Fr.
Les civils en zone occupée
Ma famille dans la grande guerre
Les Canadiens à Valenciennes
     "Si on vous demande pourquoi nous sommes morts, répondez : parce que nos pères ont menti." R. Kipling

marpie
Messages : 1887
Inscription : lun. mars 22, 2010 12:00 am

Re: Coût de la vie en zone occupée

Message par marpie » dim. mai 31, 2015 8:12 pm

Bonsoir à tous ,

Une autre équivalence :
En gros :

35 mark = 7 jours de détention
50 mark = 10 jours
75 mark = 15 jours
100 mark = 20 jours
150 mark = 30 jours
300 mark = 30 jours
3000 mark = 300 jours

Image
(Bulletin de Lille du jeudi 5 septembre 1918)
L'Autorité Allemande , dans sa bonté, laissait le choix .....
Bien amicalement
Marpie

Avatar de l’utilisateur
air339
Messages : 2304
Inscription : mer. janv. 21, 2009 12:00 am

Re: Coût de la vie en zone occupée

Message par air339 » dim. mai 31, 2015 10:00 pm

Bonsoir,

Je pense que Noémie pourra calculer son prix à partir d'un des documents du site d'Alain :
Sucre : 1,60F / kilo
Beurre : 7 F / kilo
1 oeuf : 0,50F
Pain : 1,20F / kilo
Pomme de terre : 0,40F / kilo
Etc...

Merci Alain pour ce site , et Marpie pour la conversion mark/prison !

Cordialement

Régis

noemie
Messages : 6
Inscription : mar. janv. 20, 2015 12:00 am

Re: Coût de la vie en zone occupée

Message par noemie » lun. juin 01, 2015 8:49 pm

Bonsoir à tous,

Avec toutes mes excuses pour la réponse tardive (d'habitude le forum m'informe par e-mails la présence de nouveau posts), je vous remercie beaucoup pour votre sollicitude et pour toutes les réponses que vous avez pu me donner sur cette question assez délicate. Je vais ainsi pouvoir croiser les différentes informations que vous m'avez apportées (avec toutes les précautions que vous n'avez pas manqué de relever, à raison!) et proposer un éclairage intéressant à ces deux témoignages.

Je vous souhaite à tous une bonne soirée


Bien cordialement,


Noémie

Répondre

Revenir à « Civils - récits »