"suppléant militaire"

ouamry
Messages : 7
Inscription : lun. oct. 27, 2014 1:00 am

"suppléant militaire"

Message par ouamry » mer. août 15, 2018 1:28 pm

Bonjour.
Sur un "Extrait des services", fourni par le CAPM de Pau, à propos d'un soldat "indigène" d'Algérie, NM 2278, "présumé né en 1896", "classé dans la liste en 1916", je trouve, au chapitre "Détail des services et mutations diverses", la phrase : "Engagé pour 4 ans, le 14 novembre 1920 devant le suppléant militaire de Maison-Carrée (Algérie)..". Comment interpréter le terme de suppléant ? Ce soldat (1920-1924, dont 16 mois "Armée du Rhin") vient -il "remplacer" un conscrit ? "Suppléant" a-t'il un autre sens à l'époque ? Ou est-ce celui suggéré par le dictionnaire ?
Merci d'avance, ayant par le passé, beaucoup apprécié la pertinence des réponses apportées à mes questions.

Ouamry.
JiPé

Avatar de l’utilisateur
yvo35
Messages : 1299
Inscription : mar. mai 22, 2012 2:00 am

Re: "suppléant militaire"

Message par yvo35 » mer. août 15, 2018 5:04 pm

Bonjour Ouamry,
ouamry a écrit :
mer. août 15, 2018 1:28 pm
la phrase : "Engagé pour 4 ans, le 14 novembre 1920 devant le suppléant militaire de Maison-Carrée (Algérie)..". Comment interpréter le terme de suppléant ?
Serait-il possible de voir le document où cette phase est écrite? Vu sa tournure, le mot "suppléant" (en supposant que c'est bien ce mot qui est écrit) ne s'applique pas au soldat en question mais à la personne devant laquelle il a contracté son engagement.
Cordialement
Yvonnick

Avatar de l’utilisateur
air339
Messages : 2497
Inscription : mer. janv. 21, 2009 1:00 am

Re: "suppléant militaire"

Message par air339 » ven. août 17, 2018 8:58 am

Bonjour,


Comme l'écrit Yvonnick, le mot "suppléant" concerne celui auprès duquel est pris l'engagement. Il s'agit d'un "officier suppléant" au commissaire des troupes coloniales,tel que prévu par le BO du ministère de la Guerre sur le recrutement (art. 57).


Cordialement,


Régis

ouamry
Messages : 7
Inscription : lun. oct. 27, 2014 1:00 am

Re: "suppléant militaire"

Message par ouamry » mer. août 29, 2018 4:54 pm

Bonjour.
Le second commentaire me paraît être le reflet de la réalité : .."devant le suppléant militaire..". Donc je le comprends comme signifiant le représentant militaire français qui a accueilli ce sujet "indigène" (nous sommes en Algérie en 1920) souhaitant s'engager pour 4 ans.
Je veux joindre la copie de l'acte transmis par le CAPM de Pau ; mais le document se révèle trop gros ; je vais tenter d'en extraire le passage pour un envoi ultérieur, désolé.
Merci pour vos commentaires et éclairages, toujours pertinents.
Ouamry
JiPé

ouamry
Messages : 7
Inscription : lun. oct. 27, 2014 1:00 am

Re: "suppléant militaire"

Message par ouamry » mer. août 29, 2018 5:11 pm

L'essai promis, avec un extrait (le texte évoqué) échoue pour la même raison : "fichier trop gros". Conséquence de ma mauvaise maîtrise de l'outil informatique et/ou limite de ce moyen d'échanges ??
Ouamry
JiPé

Avatar de l’utilisateur
b sonneck
Messages : 2154
Inscription : mar. juin 04, 2013 2:00 am
Localisation : 53- Saint-Berthevin

Re: "suppléant militaire"

Message par b sonneck » mer. août 29, 2018 9:07 pm

Bonjour,
Le second commentaire me paraît être le reflet de la réalité : .."devant le suppléant militaire..". Donc je le comprends comme signifiant le représentant militaire français qui a accueilli ce sujet "indigène" (nous sommes en Algérie en 1920) souhaitant s'engager pour 4 ans.
Le fait que celui qui s'engage soit indigène et que cela se passe en Algérie en 1920 ne joue pas de rôle particulier dans cette affaire. Il en était de même pour tout citoyen français désirant s'engager ou se rengager. Les actes d'engagement ou de rengagement devait être validés par l'intendance militaire, qui avait en charge le paiement des dépenses relatives au fonctionnement de l'armée de terre (soldes, alimentation, habillement, etc.). Ils étaient donc établis soit dans un bureau de l'intendance, soit devant l'officier officiellement désigné, dans les garnisons où il n'y en avait pas, pour remplir la fonction de "suppléant de l'intendance".
Les maires des chefs-lieux de département ont eu un temps et ès-qualité cette fonction (limitée à la réception des actes d'engagement) jusqu'à une date que je situerais, sans certitude, avant la Grande Guerre.

Cordialement
Bernard

Répondre

Revenir à « Sujets généraux »