Page 1 sur 2

Re: Armistice - Le périple du 8 Novembre du Cne von Helldorf

Publié : lun. déc. 15, 2008 12:41 am
par Tanker
Bonsoir,

Pour terminer le sujet sur le passage des plénipotentiaires allemands dans les lignes, lors de la signature de l'Armistice du 11 Novembre, voici la suite du périple du Cne Von Helldorf pour repasser, le 8 Novembre 1918, dans les lignes allemandes avec le texte de la convention d'Armistice qu'il devait rapporter à Spa.

Les montages d'itinéraires sur photo Sat. permettent de mieux mesurer les difficultés qu'ont représenté ce passage.

Ce récit est celui de l'historique de 19° BCP.

8 Novembre à 16 heures, nouvelle suspension d'armes pour permettre le passage d'un plénipotentiaire portant au G.Q.G. allemand nos conditions d'Armistice.

Première tentative :

A 19 h30, le commandant de Bourbon-Busset (chef du 2° Bureau de la 1° Armée - Responsable du Renseignement, il parlait probablement bien l'allemand), accompagnant en auto le capitaine Von Helldorf, se présente au PC Ducornez. Le lieutenant de Kérarmel et le Clairon Roux partent avec eux. Les voitures avancent phares allumés (deux allemandes et une française).
Au passage de la côte 232 Lhuillier prévient que malgré la suspension d'armes, une mitrailleuse boche tire toujours vers Haudroy.
Le clairon sonne, la voiture avance lentement, le clairon sonne toujours, mais toujours aussi la mitrailleuse tire.
A Haudroy un grand entonnoir barre la route, et des chasseurs préviennent de prendre garde au carrefour de Clairefontaine, battu par la mitrailleuse.
(L'entonnoir était avant Haudroy, et le carrefour de Clairefontaine est à l'entrée sud d'Haudroy)
Le commandant de Bourbon parait furieux, et Von Helldorf assez mal à l'aise.
De Bourbon, de Kérarmel et Von Helldorf, à pied devant les autos qui les ont rejoint, et éclairés par les phares, atteignent le carrefour où une rafale les salue. De Bourbon et de Kararmel passe, Von Helldorf s'arrête à l'abri d'une maison.
De Kérarmel retourne en arrière, prend le drapeau blanc parlementaire, et accompagné du clairon sonnant sans interruption, lui-même agitant son drapeau, se reporte en avant, suivi de Von Helldorf.
Au carrefour, nouvelle rafale, deux balles dans le drapeau. Et toujours le clairon qui sonne, et toujours la mitrailleuse tire.
Voici nos avant-postes, le lieutenant Chambon se présente pour guider le groupe jusqu'au Poste ennemi le plus proche, dont l'emplacement a été reconnu en fin de journée.

Du 8 Novembre à 6 heures au 8 Novembre à 18 heures la 166° DI avait repris son avance. Haudroy avait été occupé et les premiers postes allemands étaient à la sortie Nord du village. C'était le point ou les Allemands auraient du accueillir leur plénipotentiaire.
A Haudroy ce 8 Novembre, le 19° BCP a eu ses derniers tués (un lieutenant et cinq chasseurs)


C'est sur la route de Rocquigny, il n'y a plus de poste ! Une maison ! A l'appel, les habitants effrayés sortent de leur cave où les boches les ont fait descendre deux heures auparavant. Ils ne savant rien. La mitrailleuse tire toujours et se déplace.
Von Helldorff crie en Allemand : "Y a-t-il un soldat allemand ici ? Je suis un officier de la délégation d'armistice. Je demande une réponse."
Il renouvelle plusieurs fois son appel, seule la mitrailleuse répond.

Au carrefour de Bas-Bugny, de Kérarmel frappe à une porte, aussitôt une vingtaine de personnes, hommes, femmes et enfants, sortent. Explosion d'enthousiasme, cris : "Les français, voilà les Français, vive la France ! Embrassements.
Le commandant de Bourbon, qui s'impatiente veut prendre congé: " Au revoir, nous reviendrons"; les mains se tendent, et dans son désarroi Von Helldorf lui aussi serre les mains, répétant machinalement :" Oui ! au revoir ! Oui ! Je... je.... reviendrai."
Le clairon sonne, la mitrailleuse tire, partout de formidables explosions, le rouge des incendies ensanglante la nuit.
Tout à coup, à quelques centaines de mètres en avant du groupe, un obus, puis deux, puis trois; bientôt il n'y a plus de doute c'est sur la route un barrage en avant des autos phares allumés.
Les boches ne veulent donc plus de leur parlementaire, le commandant de Bourbon décide de rentrer dans nos lignes, il repasse La Cappelle à 22 h30.
1° Tentative (01)-min.jpg
1° Tentative (01)-min.jpg (252.3 Kio) Consulté 728 fois
Deuxième tentative :

A minuit, coup de téléphone, il faut faire une nouvelle tentative.
A 00 h30 le commandant de Bourbon et Von Helldorf arrive au P.C. et de Kérarmel et le clairon Roux repartent avec eux.
A partir du point où ils s'étaient arrêtés la première fois (Bas-Bugny), le commandant de Bourbon, de Kérarmel et le clairon Roux descendent de voiture et continuent à pied. Toujours de fortes explosions, (il s'agit sans doute des ponts que les Allemands font sauter plus au Nord) mais plus de mitrailleuse ni d'artillerie. Le clairon sonne.
A Rocquigny, au premier coup de clairon tous les habitants sont sur la place et la scène émouvante de Bas-Bugny se renouvelle. Indfférent dans sa voiture Von Helldorf reçoit les injures de la foule.
Depuis une heure tous les ponts sont sautés, il faut encore faire demi-tour. Retour à La Capelle à 3 heures.
2° Tentative (01)-min.jpg
2° Tentative (01)-min.jpg (244.31 Kio) Consulté 728 fois

Re: Armistice - Le périple du 8 Novembre du Cne von Helldorf

Publié : lun. déc. 15, 2008 12:43 am
par Tanker
Troisième tentative :

A 4 heures, nouveau coup de téléphone, ordre de passer Von Helldorf coûte que coûte. Le commandant de Bourbon repasse (au PC du Cdt Ducornez) et repart, cette fois, par le Gravier de Chimay et Wignehies.
A Wignehies, renouvellement des scènes de Rocquigny et aussi même résultat. Tous les ponts sont coupés, le groupe du commandant de Bourbon fait demi-tour une troisième fois.
Mais la suspension d'armes prenait fin à 4 heures.

Le 9 Novembre à 6 heures du matin, la Division reprend sa marche.
Le Bataillon (19° BCP) pénètre à Wignehies, puis entre à Fourmies. Il est impossible de décrire l'accueil chaleureux, l'enthousiasme délirant des populations. Jamais nos chasseurs n'ont été autant embrassés.
Fourmies est pavoisée. La municipalité est sur le place de l'hotel de ville. Toute la ville est autour d'elle.
Chailliot (Capitaine du 19° BCP commandant un Groupement de 4 compagnies du 19.) est le premier officier français qui se présente, est acclamé et couvert de fleurs.

A l'issue de cette tentative, le commandant de Bourbon s'en retourne avec la Capitaine Von Helldorf, probablement comme pour les autres tentatives, à Homblières (PC du Général Debeney) ou à Buironfosse (PC de la 166° Division).
3° Tentative (01)-min.jpg
3° Tentative (01)-min.jpg (240.78 Kio) Consulté 728 fois
Quatrième tentative :

Il est 11 heures, le commandant Ducornez quitte Wignehies où il vient de faire un arrêt assez long, le colonel Garçon arrive, suivi de Von Helldorf.
Le Colonel Garçon a remplacé le Commandant de Bourbon pour raccompagner Von Helldorf à Fourmies pour la quatrième tentative. C'est le Capitaine Le Lay de l'Etat-Major de la 166° DI qui accompagnera Von Helldorf pour la dernière tentative.
Aucune indication sur le rôle du Lt de Kérarmel et du clairon Roux sur cet essai. Ils étaient aussi probablement aussi là.


Il faut faire passer Von Helldorf à tout prix. Si les avant-postes allemands refusent encore de les recevoir, un avion est prêt, et il partira par la voie des airs.
(à Tergnier, un Breguet XIV était prêt. Il servira le 11 Novembre pour accompagner à Spa le Capitaine Geyer, porteur de la convention d'Armistice signée )
Les pionniers du 19° s'attellent aux autos et les roulent à travers les prés. L'itinéraire de Von Elldorf est par Glageon et Trélon, mais c'est le front d'une autre Division, on ne sait si elle est prévenue. D'ailleurs on apprendra bientôt que la route de Fourmies/Glageon à ses ponts coupés. Le commandant Ducornez prescrit donc à Von Helldorf de suivre la route d'Ohain que déjà sa pointe de cavalerie vient d'atteindre et de dépasser.

Quelques heures plus tard, l'officier français de la 166° Division, qui a cette fois accompagné Von Helldorf, rentrera dans nos lignes et nous apprendra que Von Elldorf a enfin été reçu avec les honneurs militaires par une compagnie allemande au Sud de Wallers-Trélon.
4° Tentative (01)-min.jpg
4° Tentative (01)-min.jpg (224.74 Kio) Consulté 728 fois
Au soir du 9 Novembre, nous atteignons la frontière belge et nous prenons les avant-postes à l'Est de Pont-Baudet . . . ./ . . . .

Autres sujets Armistice en lien direct :

http://pages14-18.mesdiscussions.net/pa ... 8186_1.htm

http://pages14-18.mesdiscussions.net/pa ... 8129_1.htm

http://pages14-18.mesdiscussions.net/pa ... 8188_1.htm

Re: Armistice - Le périple du 8 Novembre du Cne von Helldorf

Publié : lun. déc. 15, 2008 5:17 pm
par mireille salvini
bonjour à tous,bonjour Michel,


merci pour cet excellent sujet à la présentation passionnante et soignée :love: :love: :love:

c'est mieux qu'un film,la réalité dépassant la fiction....
c'était quand même un sacré périple,rendu d'autant plus palpitant que c'était un cessez-le-feu définitif qui était en jeu...
que se serait-il passé si le Capitaine Von Helldorff avait été tué/blessé d'une balle perdue? ou l'un des officiers français ?
il y a des moments comme ça dans l'Histoire où la bascule du destin est très palpable,même des décennies plus tard.

:jap: merci encore pour cette "petite" histoire de l'Histoire :jap:
(je n'ose pas dire encore! mais je le pense très fort...)



amicalement,
Mireille

Re: Armistice - Le périple du 8 Novembre du Cne von Helldorf

Publié : lun. déc. 15, 2008 10:52 pm
par tad-kozh
Bonsoir à toutes & tous
Bonsoir Michel

Merci pour ce récit, fort bien documenté, et qui évoque avec moult détails le périlleux parcours des
Plénipotentiaires pour franchir les lignes de front. :jap:

Cordialement
Jean-louis

Re: Armistice - Le périple du 8 Novembre du Cne von Helldorf

Publié : lun. déc. 15, 2008 11:17 pm
par Alain Dubois-Choulik
Bonjour
Le croiriez-vous, je n'avais pas encore réalisé que "ça" se passait dans ce coin, si près .... En plus même en débarquant sur le sujet, c'est un vrai plaisir !!! Merci.
Cordialement
Alain
PS : Pour ceux qui comme moi conservent leur écran CRT jusqu'à implosion complète, il est possible que les photos ne soient pas alignées (ce serait dommage- j'en avais déjà parlé avec Michel) : j'ai la parade : réduire la police de caractères de la page html ( Ctrl - avec Firefox, Ctrl + pour l'inverse, Ctrl 0 pour le standard)

Re: Armistice - Le périple du 8 Novembre du Cne von Helldorf

Publié : lun. déc. 15, 2008 11:36 pm
par Arnaud Carobbi
Bonsoir à tous,

A nouveau une présentation passionnante Michel. Un immense merci car en plus d'être bien documenté, c'est plaisant à lire et clair à regarder !
Un autre merci pour le truc Alain, je vois enfin les images correctement !
Cordialement,
Arnaud

Re: Armistice - Le périple du 8 Novembre du Cne von Helldorf

Publié : mar. déc. 16, 2008 11:44 am
par laurent provost
Bonjour,
Une am et une soirée sans connexion et voilà,
Tanker a encore frappé :)
Merci pour cette passionnante mise en ligne.
Ps, j'ai un vieux CRT et pas de probléme d'alignement :)

Re: Armistice - Le périple du 8 Novembre du Cne von Helldorf

Publié : mar. déc. 16, 2008 2:04 pm
par Alain Dubois-Choulik
Ps, j'ai un vieux CRT et pas de probléme d'alignement :)
Bonjour
C'est -aussi - une question de résolution ( et de zyeux), passe en 800x600 tu vas voir .... :lol:
Cordialement
Alain

Re: Armistice - Le périple du 8 Novembre du Cne von Helldorf

Publié : mar. déc. 16, 2008 6:49 pm
par monte-au-creneau
Bonsoir,

Il y a 15 ans, j'avais fait le chemin du "touriste" : La villa Pasques, la Pierre d'Haudroy, le presbytère d'Homblières, ... mais sans vraiment savoir où je me trouvais.

Bénéficiant maintenant de temps, de jambes et d'un APN (appareil photo), je vais pouvoir y retourner avec vos indications ..., dès que les jours vont rallonger.

La villa Pasques ? J'avais pu voir que cette belle maison n'avait pas été transformée avec le temps. Est-elle toujours identique ? Habitée par des privés ?

Au revoir.

Re: Armistice - Le périple du 8 Novembre du Cne von Helldorf

Publié : mar. déc. 16, 2008 7:19 pm
par Tanker
Bonsoir,
Je ne sais pas, je n'y suis jamais allé . . . . .
Michel