Il y a 100 ans : la 4e Journée du Poilu

Avatar de l’utilisateur
pierret
Messages : 403
Inscription : jeu. févr. 03, 2005 1:00 am
Localisation : BOURG-EN-BRESSE

Re: Il y a 100 ans : la 4e Journée du Poilu

Message par pierret » sam. déc. 26, 2015 2:56 pm



Bonjour

Source : http://www.bvoltaire.fr/henrisaintamand ... ilu,227927

Les 25 et 26 décembre 1915, le Parlement français (Chambre des députés et Sénat) organise la quatrième Journée du Poilu.

Henri Saint-Amand
Consultant

Les 25 et 26 décembre 1915, alors que l’on a déjà dépassé les 500 jours de guerre et qu’on ne savait pas qu’il en restait encore plus de 1.000 à tenir, le Parlement français (Chambre des députés et Sénat) organise la quatrième Journée du Poilu. Ce n’est pas la première fois que les parlementaires se mobilisent pour les soldats français qui combattent dans les tranchées et ceux en appui à l’arrière. La première opération s’était tenue le 1er novembre 1914, la deuxième à Noël 1914. Ces deux dates sont d’ailleurs symboliques : la Toussaint (suivie du jour des Morts) et Noël. Une troisième édition a été organisée les 31 octobre et 1er novembre précédents (1915).

En matière de solidarité, les députés et sénateurs qui n’ont envoyé que peu de leurs représentants au front ne veulent pas rester en retrait. Ils inspirent même d’autres acteurs de la société, notamment des mouvements associatifs. C’est ainsi qu’est organisée une Journée française du « Secours national » (23-24 mai 1915), une Journée des orphelins de guerre (20 juin 1915) ou encore une Journée des éprouvés de la guerre (26 septembre 1915). Ce type d’action se poursuit et se décline pour les troupes elles-mêmes comme la Journée de l’armée d’Afrique et des troupes coloniales (9-10 juin 1917), la Journée serbe (25 juin 1916), la Journée canon de 75 (7 février 1915), mais aussi dans les départements : Journée du poilu dans le Finistère (10 octobre 1915), dans l’Orne (17 octobre 1915), en Vendée (5 mars 1916), dans le Var (4 février 1917), à Paris (14 juillet 1917) etc. Ces actions s’effectuent au profit des œuvres de guerre des comités départementaux et de secours pour les combattants de chaque département, blessés et prisonniers de guerre inclus. L’objectif de ces différentes journées est de sensibiliser les civils aux problèmes rencontrés sur le front et de récolter les fonds indispensables pour poursuivre les combats.

En contrepartie d’espèces sonnantes et trébuchantes, il est donné à chaque participant une médaille (généralement en carton), parfois en métal. Tout est fonction de la grandeur du don effectué. Chaque médaille, d’ailleurs appelée « journée », représente généralement à son recto des images de poilus au combat en action et, à son verso, le nom de l’organisateur de la journée et les dates de la manifestation, parfois le nom de grandes batailles (Marne 1914, Verdun 1916). Les retombées économiques sont indéniables et ces journées permettent de fédérer la population et de soutenir moralement les troupes en première ligne.

Ces quêtes départementales et nationales survivent à la guerre et permettent, notamment, de financer une partie de la reconstruction. C’est ainsi qu’une Journée des régions libérées est instituée le 14 juillet 1919 et que la Journée des mères de familles nombreuses voit le jour le 9 mai 1920, préfigurant la fête des Mères que l’on connaît encore.


Bien cordialement
133° RI "Les Lions du Bugey"
"Pas s'en faire, pas s'en fichtre .... Le Lion atteint toujours sa proie"

Répondre

Revenir à « Sujets généraux »