Cryptologie

Avatar de l’utilisateur
FAB1
Messages : 1838
Inscription : lun. déc. 07, 2009 1:00 am

Re: Cryptologie

Message par FAB1 » mer. juil. 08, 2015 1:55 pm

Bonjour à tous
En dehors de Georges Painvin le casseur des codes allemands, connaissez vous les noms des spécialistes du Chiffre attachés aux différentes armées;
Cordialement
FABRICE

Avatar de l’utilisateur
Francine Laude
Messages : 1634
Inscription : sam. nov. 17, 2007 1:00 am
Localisation : Colomars (06)

Re: Cryptologie

Message par Francine Laude » jeu. juil. 09, 2015 2:36 pm

Bonjour Fabrice,
bonjour à toutes et tous,

connaissez vous les noms des spécialistes du Chiffre attachés aux différentes armées
cela ne répond pas exactement, mais en attendant, en voici deux qui ont participé au conflit
BAZERIES Étienne et GIVIERGE Marcel
(Wikipédia)
Le commandant Étienne Bazeries (né le 21 août 1846 à Port-Vendres - mort le 7 novembre 1931)
est un cryptanalyste militaire français actif entre 1890 et la Première Guerre mondiale.

Il est plus connu pour avoir développé le cylindre de Bazeries, une version améliorée du cylindre de Jefferson.
L'appareil de chiffrement M-94 (en) de l'US Army en bénéficia plus tard.
L'historien David Kahn le décrit comme « le pragmatiste de la cryptologie ».
Pour lui, ses contributions sur la théorie sont insignifiantes, mais il est l'un des meilleurs cryptanalystes naturels que la science a connu

Fils d'un policier monté, il s'engage en 1863 dans l'armée et combat contre la Prusse.
Là il est fait prisonnier de guerre mais parvient à s'échapper plus tard, déguisé en maçon.
En 1874, il est promu au grade de lieutenant et envoyé en Algérie en 1875.
Il retourne en France l'année suivante et épouse Marie-Louise-Élodie Berthon, avec qui il a trois filles : Césarine, Fernande et Paule.

Il s'intéresse à la cryptographie à travers les jeux de cryptogrammes trouvés dans la presse et utilise rapidement ses talents dans un contexte militaire.
En 1880, il décrypte des messages chiffrés avec le système militaire français officiel de transposition, aboutissant à l'adoption d'une nouvelle méthode par le ministère de la Guerre.
En 1891, des nouvelles de ses compétences s'étaient répandues et il commence à travailler pour le Bureau du Chiffre du Ministère des Affaires étrangères, par exemple le télégramme de Panizzardi.
Dans les années 1890, il casse le fameux « Grand Chiffre », système de chiffrement par substitution créé par les Rossignol (famille qui a servi la couronne pendant plusieurs générations) au XVIIe siècle notamment pour Louis XIV.
L'un des messages chiffrés faisait référence à l'Homme au masque de fer et proposait une solution possible à ce mystère.

Bazeries continue son travail de cryptanalyste, même après sa retraite de l'armée en 1899,
prêtant son assistance pour casser les communications de l'ambassade japonaise à Paris pendant la guerre russo-japonaise,
puis les codes allemands pendant la Première Guerre mondiale.

Il met un terme à sa carrière en 1924, âgé alors de 78 ans.
On lui doit le livre Les Chiffres secrets dévoilés considéré, soit comme un repère de la littérature cryptographique,
soit comme assez anecdotique (David Kahn, préface de La cryptographie dans l’armée française 1881-1914 par Alexandre Ollier).

Travaux
Chiffre Bazeries: Table chiffrante et déchiffrante, 1893.
Les "Chiffres" de Napoléon pendant la campagne de 1813, épisodes du siège de Hambourg, documents inédits trouvés à Aix-la-Chapelle, tirés des Archives nationales et du Dépôt de la guerre, 1896.
Les Chiffres secrets dévoilés. Etude historique sur les chiffres..., 1901.

Avatar de l’utilisateur
Francine Laude
Messages : 1634
Inscription : sam. nov. 17, 2007 1:00 am
Localisation : Colomars (06)

Re: Cryptologie

Message par Francine Laude » jeu. juil. 09, 2015 2:38 pm

(Bibliothèque centrale - Ecole Polytechnique
http://bibli.polytechnique.fr/F/?func=f ... base=BCXC2)

Notice
Givierge, Marcel (X 1892 ; 1871-1931).

Etat civil : Naiss. : 1871le 27 07: Paris 1(Seine) ; mort en 1931 08
Boursier (08)
PERE: Louis Étienne Ambroise - lib.PROF:Rentier C.INSEE(7e)MERE Revault, Léonie Clarisse -
Adresse : 18 Rue Littré- : Paris 6 (Seine)

Desc.phys. : Cheveux blonds - Front découvert - Nez moyen - Yeux bleus - Bouche grande - Menton rond - Visage ovale - Taille 172 -
Scolarité : EXAMEN : Paris - CLASST : 050 - PASSAGE: 045e en 1893 sur 250 eleves - SORT : 077e en 1894 sur 202eleves CORPS : A.- 015eme en 1894- sur 075el.

Rens. situa.: Gal Brig. -
Dossier mili: REG.MIL. o -
(Wikipédia)

Marcel Givierge
né le 27 juillet 1871 à Paris et mort le 17 août 1931 à La Trimouille (Vienne),
est un général français spécialiste de la cryptologie.

Fils d'un mercier, il est admis à l'École polytechnique (France) en 1892 et opte pour l'arme de l'artillerie à sa sortie.
Polyglotte, il apprend l'anglais et le russe à l'École supérieure de Guerre.
Breveté de l'École supérieure de Guerre, il est affecté au Gouvernement Militaire de Paris en 1909.
Le 23 janvier 1912, il est affecté en tant que capitaine à l’état-major particulier du ministre de la Guerre, Alexandre Millerand.
Il profite de sa situation pour inciter le ministre à créer une section permanente du chiffre du ministère de la guerre.

Il fut chef de la Section du Chiffre au Grand Quartier Général de 1914 à 1917.
Il rejoint en 1917 le 55e régiment d’artillerie.
Pendant la guerre il a notamment cassé le code des sous-marins allemands.


En 1921, il est nommé chef de la Section du Chiffre de l’État-major et conserve ce poste jusqu'en 1927.
Il termine sa carrière en 1931 comme général de brigade commandant l'artillerie de la 2e division militaire.

Il écrivit aussi de nombreux ouvrages traitant de cryptographie comme "Questions de chiffres" en 1924, "Cours de Cryptographie" en 1925, et un article dans la revue Génie civil nommé "Les machines à cryptographier et leurs applications dans la télégraphie sans fil" en 1922.
Georges Clemenceau le considérait comme un très bon cryptologue.
Son traité de cryptographie, publié en 1925, servira d'ailleurs en 1929 à la formation, en secret, à l'Université de Poznań, des cryptologues polonais du bureau du chiffre du renseignement militaire polonais Biuro Szyfrów, précurseurs dans le décryptage des messages de l'armée allemande, chiffrés à l'aide de la machine Enigma, pendant la guerre 1939-1945.

Publications
Cours de cryptographie, Berger-Levrault, Paris, 1932
Écrits non publiés
"Au service du chiffre.18 ans de Souvenirs, 1907-1925"
"Étude historique sur la Section du Chiffre"
Sources
Dossier de Légion d'honneur du général Givierge.
Amicalement
Francine

Avatar de l’utilisateur
FAB1
Messages : 1838
Inscription : lun. déc. 07, 2009 1:00 am

Re: Cryptologie

Message par FAB1 » jeu. juil. 09, 2015 3:10 pm

Bonjour Francine
Merci pour votre réponse.
Effectivement je recherche ceux qui étaient sur le front, capables de décrypter sans avoir à retourner les messages à la Section du Chiffre, sans doute formés par ceux que vous avez cités.
Cordialement
FABRICE

JPL 85_08
Messages : 323
Inscription : sam. déc. 21, 2013 1:00 am

Re: Cryptologie

Message par JPL 85_08 » jeu. avr. 21, 2016 2:43 pm

Bonjour Francine, bonjour Francis,

A prioiri il y a une étude très intéressante sur la Crypto dans le fond privé du SHD de Vincennes ( consultable uniquement en salle de lecture). Ce carton est sous côte 1 K 842:

Image

Cordialement

Jean-Pierre

Avatar de l’utilisateur
FAB1
Messages : 1838
Inscription : lun. déc. 07, 2009 1:00 am

Re: Cryptologie

Message par FAB1 » jeu. avr. 21, 2016 3:36 pm

Bonjour Jean Pierre
Information utile, merci beaucoup.
Cordialement
FABRICE

painvin_c
Messages : 42
Inscription : lun. juin 13, 2016 2:00 am

Re: Cryptologie

Message par painvin_c » dim. août 04, 2019 4:42 pm

Bonjour FAB1,

Je ne prends connaissance qu'aujourd'hui de votre message.
Je me permets de vous signaler l'ouvrage suivant sur ce sujet, au cas où vous n'en auriez pas eu connaissance :
"La France gagne la guerre des codes secrets" par Sophie de Lastours - Tallandier - 1998
bonne réception
Christian

Répondre

Revenir à « Sujets généraux »