Le mutisme des anciens "poilus" après guerre

Avatar de l’utilisateur
Laurent59
Messages : 4043
Inscription : dim. oct. 17, 2004 2:00 am

Re: Le mutisme des anciens "poilus" après guerre

Message par Laurent59 » ven. oct. 26, 2012 3:15 pm

Intéressante reflexion Stef (les autres également...bien sur :)) ; je poursuis la réflexion plus loin...ne serions nous pas en train d'exorciser par notre travail ce mutisme près d'1 siècle plus tard ?

Laurent :hello:
Histoire du soldat François Louchart 72ème RI .
Site du 72e et 272e RI Régiments Picards dans la grande guerre.
------------------------------------

Avatar de l’utilisateur
Alain Dubois-Choulik
Messages : 8344
Inscription : lun. oct. 18, 2004 2:00 am

Re: Le mutisme des anciens "poilus" après guerre

Message par Alain Dubois-Choulik » ven. oct. 26, 2012 3:26 pm

Bonjour,
Pour avoir connu de "ceux de 14", de 39-40, d'engagés de 44 ( c'est même tout récent), de prisonniers et déportés rentrés des camps, d'Algérie, pour ne citer que les classiques, j'en suis arrivé à une conclusion qui est ma définition de la guerre : "Ça ne se raconte pas", ça se garde, ça s'enferme, ça se camoufle, profondément. Hormis ce qui relève de l'anecdote, belle ou laide mais ponctuelle, et qui permet de contenter les questionneurs impénitents "Alors, raconte ...", tout ce qui influe sur la personnalité, qui ne pourrait être révélé que dans les larmes et l'impudeur - du point de vue du narrateur- influe et pour longtemps sur le reste de la vie. Quelques-uns, doués pour la communication écrite, ont tenté de faire passer une partie du message, la plupart du temps, si c'était héroïquement beau on leur a demandé s'ils y étaient, quand les détails devenaient réalistes, on les accusait de romancer, mais ils avaient probablement par là rempli une partie de leur devoir de mémoire, et tenté une auto-analyse (il n'y a qu'à constater le nombre de livres qui sortent maintenant sur les détentions contemporaines et qu'on ne peut pas toujours accuser de tenter d'"en profiter").
Non, il ne disent rien qu'on ne veuille entendre, de peur inconsciente peut-être d'orienter l'auditeur à "refuser son devoir" si jamais ......
Un peu comme les condamnés à mort (je pense aux civils de 14-18 pour espionnage, moins aux droits communs) ils passent du déni à l'acceptation définitive de ce qui leur est arrivé......
Cordialement
Alain
Les civils en zone occupée
Ma famille dans la grande guerre
Les Canadiens à Valenciennes
     "Si on vous demande pourquoi nous sommes morts, répondez : parce que nos pères ont menti." R. Kipling

Avatar de l’utilisateur
stefbreizh56
Messages : 486
Inscription : ven. juil. 13, 2007 2:00 am

Re: Le mutisme des anciens "poilus" après guerre

Message par stefbreizh56 » ven. oct. 26, 2012 3:30 pm

Bonjour Laurent,

Je suis tout à fait d'accord avec vous.

Nous sommes les héritiers de ces évènements. Une telle catastrophe ne peut pas s'effacer d'un coup et nous vivons encore actuellement les traumatismes de cette guerre. Les vestiges des champs de batailles, les pièces de terrain retrouvées, les lettres de soldats, les photos, les médailles, les citations, les défilés...ne sont qu'une partie concrètement palpable de l'héritage de ce conflit. On nous a aussi transmis des traumatismes psychologiques extrêmement tenaces et vicieux car extrêmement violents et longtemps restés tabous.

Cdt, Stef
"En essayant continuellement,on finit par réussir.
Donc: plus ça rate,plus on a de chance que ça marche" (Les Shadocks)

Avatar de l’utilisateur
Achache
Messages : 8685
Inscription : sam. sept. 13, 2008 2:00 am
Contact :

Re: Le mutisme des anciens "poilus" après guerre

Message par Achache » ven. oct. 26, 2012 3:48 pm

re...

Et moi, je ne suis pas d'accord du tout... ;)
14/18 est, globalement, clos depuis longtemps.
Nous sommes ici un infime groupuscule à nous y intéresser, et cela fausse peut être la vue de certains qui en sont...
14/18 est désormais sans enjeu, sans impact -c'est pourquoi je m'étonne de tant de réactions passionnées, encore, parfois, sur ce Forum...(mais elles relèvent tout simplement de la susceptibilité personnelle, de cet hyper-ego que chacun cultive conformément à l'air du temps...).

L'histoire présente, notre histoire en train de se faire, est tout à fait ailleurs.
14/18, ce sont des histoires que nous nous racontons.
14/18 est si loin que, je le sens bien, et souvent, les jeunes générations sont tout à fait incapables de se le représenter tel qu'il fut vécu par les acteurs, et les victimes; justement, comme j'ai dit plus haut, à cause de cette hyper-sensiblerie contemporaine tout à fait anachronique, qui tient presque lieu de tout raisonnement, de toute analyse et à cause du "tout-victimaire" de l'approche majoritaire de ce lointain conflit.

Bien à vous,

[:achache:1]
Image
Émouvante forêt, qu'avons-nous fait de toi ?
Un funèbre charnier, hanté par des fantômes.
M. BOIGEY/LAMBERT, La Forêt d'Argonne, 1915

garigliano1
Messages : 663
Inscription : dim. nov. 18, 2007 1:00 am

Re: Le mutisme des anciens "poilus" après guerre

Message par garigliano1 » ven. oct. 26, 2012 3:57 pm

Bonjour

Les AC que j'ai rencontré m'ont tous raconté leur passé militaire sans problème. Un de mes oncles qui avait fait la campagne de Tunisie avant de débarquer en Provence à Cavalaire sans parler de la suite jusqu'en Autriche m'a demandé de faire sa biographie , ce que j'ai fait en "mixant" ses mémoires et le JMO de son unité. Il me décrivait les prisonniers allemands qui défilaient avec le regard droit et toujours fier dans le secteur du cap Bon.
Un autre oncle m'a parlé de ses 28 mois en Algérie, de ses copains retrouvés atrocement torturés, de sa vie là-bas.

Les anciens d'Italie dont certains ont rencontré Juin et plus tard De Lattre m'ont fait part de leurs histoires, des récits incroyables mais pas tirés de papiers de "journaleux" mais de leurs bouches. L'un deux se prénomme andré, bachelier en 1937, mobilisé , maintenu vu la tournure des évènements, la drôle de guerre, la guerre, l'armistice, prisonnier, il s'évade traverse la France avec...un cheval, puis la méditerranée. Il reprend du service, la campagne de TUNISIE, la campagnie d'Italie, le débarquement en Provence, alsace, allemagne, autriche....c'est son parcours sans les anecdotes incroyables, ses rencontres avec Juin....



cordialement
yves

Avatar de l’utilisateur
Laurent59
Messages : 4043
Inscription : dim. oct. 17, 2004 2:00 am

Re: Le mutisme des anciens "poilus" après guerre

Message par Laurent59 » ven. oct. 26, 2012 3:58 pm

Achache N'oublies pas qu'il y a beaucoup de personnes qui ne franchissent pas le cap d'accéder à un forum de discussion sur ce sujet ! je pense réellement que l'iceberg sous nos pieds est plus grand que l'on ne pense...

je fais le rapprochement avec le centenaire, les demandes d'informations afflues de plus en plus (effet de mode ou réel interet ?), des générations entières n'ayant pas eu accés aux informations ou n'ayant pas "écouté" ces cris d'alarmes sans bruit mais terrifiant de solitude de nos anciens poilus veulent maintenant "savoir et comprendre".

Essayer ce comprendre le mutisme, le silence d'une génération sacrifiée 1 siècle plus tard n'est il pas révélateur d'une société qui cherche des repères ?

laurent :hello:

Histoire du soldat François Louchart 72ème RI .
Site du 72e et 272e RI Régiments Picards dans la grande guerre.
------------------------------------

berry
Messages : 108
Inscription : dim. oct. 17, 2010 2:00 am

Re: Le mutisme des anciens "poilus" après guerre

Message par berry » ven. oct. 26, 2012 4:20 pm

Mutisme ? pas tant que ça ! l'exemple de mon grand- père et j'en connais d'autres... ne serait ce pas "ce qu'il faut dire" ? compte tenu du discours dominant du moment ?
berry

p Lamy
Messages : 950
Inscription : ven. juin 01, 2007 2:00 am

Re: Le mutisme des anciens "poilus" après guerre

Message par p Lamy » ven. oct. 26, 2012 4:26 pm

Bonjour,
par contre ce que je ne l'ai pas précisé, l'essentiel de mes rencontres, dans mon département, s'est fait avec des malgré-nous ou des incorporés de force. C'est peut-être aussi là une des raisons de ce mutisme.
Mais je reste persuadé que beaucoup ne voulaient pas effrayer leur proches avec des récits racontant les horreurs qu'ils avaient vécues.

Cordialement.
P. Lamy
"C'est le Vin qui a fait gagner la Guerre"
Jean-Louis Billet, agent de liaison au 70e BACP

Piou-Piou
Messages : 2319
Inscription : ven. août 18, 2006 2:00 am

Re: Le mutisme des anciens "poilus" après guerre

Message par Piou-Piou » ven. oct. 26, 2012 8:59 pm

Bonsoir à toutes et tous,

Guerre ?, comment raconter le vécu, 1914-1920, 1938-1945.
La guerre, rien de propre, rien de beau, tout les combattants n'étaient pas illettrés et ce n'est pas une question de mutisme.

Aujourd'hui encore une génération connais sa guerre ou l'à connus il y à peu, j'en convient rien à comparer avec celle de 14 mais il y à des horreurs.

Certain Forumeurs ici présent ont connus leur guerre, ils se reconnaitront, difficile d'en parler ou de raconter ce n'est pas du mutisme mais content de rentrer à la maison.
Dans nos réunions d'anciens, nous évoquons la mémoire des compagnons disparus, parfois une mission ou actions mais sans plus, ce n'est point du mutisme.

Je peux vous dire qu'à l'instant même j'en ai les larmes qui me coulent le long du visage, j'ai pourtant fait des études mais impossible d'exprimer.
Le 11 novembre je serais encore au monument, le clairon va sonner et je vais encore pleurer, certain me diront encore pourquoi est tu triste et je répondrais encore, ce n'est rien.

Cordialement.
Phil.
Phil.

Valerie Q
Messages : 577
Inscription : dim. avr. 19, 2009 2:00 am

Re: Le mutisme des anciens "poilus" après guerre

Message par Valerie Q » ven. oct. 26, 2012 9:41 pm

Bonsoir à tous

Le mutisme et l'impact sur les proches.
La maman de mon époux m'a raconté que petite elle se trouvait face une contradiction : à l'école on lui apprenait l'héroïsme des poilus. Chez elle son grand-père, un spahi, qui ne parlait jamais de la guerre.
Elle m'a dit que parfois un doute, non sur ce qui lui était enseigné, mais sur son grand-père, l'avait effleuré (un héros ne peut que parler de ses actes de bravoure). Le pauvre en plus de la souffrance de son expérience personnelle, vivait celle du départ de son fils à la guerre (c'était en 1939-1940), puis son décès dans un camp de prisonnier.
Ce n'est que plus tard qu'elle comprit que cet homme ne pouvait lui parler. Elle s'en voulut, et peut-être encore de ne pas l'avoir compris, même si elle n'était pas en âge de le comprendre

Cordialement
Valérie

Répondre

Revenir à « Sujets généraux »