Assainissement du Champ de bataille

Avatar de l’utilisateur
alain chaupin
Messages : 1032
Inscription : lun. oct. 18, 2004 2:00 am

Re: Assainissement du Champ de bataille

Message par alain chaupin » jeu. déc. 13, 2007 4:17 pm

Bonjour,
Voici un extrait d'une instruction datée du 29 mars 1915, concernant l'Assainissement du champ de Bataille
L'intégralité du texte se trouve sur:

http://lorette.canalblog.com/archives/infos/index.html

Bien cordialement
Alain

Désinfection de la fosse.
– Les tombes sont individuelles ou collectives. Il est nécessaire de prévoir dans certains cas une désinfection préalable avant l’exhumation. La fosse est souvent remplie d’eau, les cadavres y baignent. Parfois on doit opérer une saignée sur la partie déclive du terrain pour évacuer cette eau, chargée de principes malodorants et non sans danger. Il convient alors de désinfecter l’eau qui s’écoulera de la fosse pour empêcher les contaminations de voisinage, sol et eaux, en y ajoutant du crésyl de manière à faire une solution à 4% qui séjournera deux heures au moins.
Lorsque le corps a été exhumé, identifié si possible, et mis en bière il est procédé immédiatement à la désinfection des abords et du lieu où il reposait en les recouvrant d’une couche de chaux vive d’environ 0,10 m d’épaisseur.
La fosse est ensuite remblayée par couches successives de terre et de chaux vive, enfin la partie supérieure du tumulus et ses abords sont encore recouverts d’une nouvelle couche de chaux vive.
Il faut 100 à 120 kilog. de chaux vive pour désinfecter une fosse d’environ un mètre de profondeur et n’ayant contenu qu’un seul corps.
Si l’odeur est très incommodante, on peut, préalablement à l’emploi de la chaux et dès qu’on a ouvert la fosse, arroser celle-ci et ses abords avec une solution concentrée de crésyl, (8 à 10 %).

Amélioration et surélévation des tumuli, sans exhumation.
Si les corps insuffisamment enterrés, sont trop nombreux et accumulés dans des tranchées ou fosses en masse telle qu’il serait impossible de procéder aux opérations indiquées précédemment, - ou bien s’il s’agit de soldats pour lesquels l’identification n’a pas eu lieu,- on peut avoir seulement à modifier sur place les conditions défectueuses d’inhumation.
Dans ce cas enlever la terre jusqu’aux cadavres, recouvrir ceux-ci de chaux vive, puis d’une couche de terre plus épaisse, de manière à exhausser les tumuli.
La chaux vive détruit les corps en contact avec elle, aussi ne doit-on pas en saupoudrer les cadavres des soldats pour lesquels il peut se produire des recherches et tentatives d’identification de la part des familles.
Lorsqu’il s’agit d’une tombe insuffisamment profonde et qu’on ne doit pas déplacer, ou d’un corps à identifier ultérieurement, surélever le tumulus d’un mètre au minimum en ajoutant simplement de la terre, sans découvrir ni mettre de chaux vive sur le cadavre, contrairement à l’opération précédente.
Il convient dans certains cas de creuser autour des tumuli un fossé de manière à assurer l’évacuation des eaux pluviales.

Cimetière spécial. – Lorsqu’il sera nécessaire de centraliser les cadavres isolés et disséminés dans les champs il peut arriver que le cimetière communal soit de dimension insuffisante pour recevoir ces corps ou mal approprié en raison de la proximité des habitations, de la nature du terrain, du danger pour les eaux potables. La création d’un cimetière spécial s’imposera donc. Il convient alors d’en déterminer l’emplacement d’après l’examen du géologue, l’étude des couches du sol et leur qualité oxydante, la circulation de l’eau, la profondeur et les oscillations de la nappe souterraine.
Le terrain doit être autant que possible sec, poreux perméable. S’il est compact argileux, humide, la décomposition de la matière organique s’opère mal et insuffisamment. L’eau empêche la destruction des cadavres.
Il est donc indiqué d’aménager le cimetière de façon à assurer l’aération des tombes en vue de produire la combustion rapide et naturelle des corps en organisant des drains destinés à évacuer les eaux, à dessécher et aérer le sous-sol. Ces drains seront établis à l’aide de tranchées recouvertes de cailloux, mâchefer, etc… et avec un écoulement indiqué suivant les conditions locales.

Corps de chevaux, bovins, et débris d’animaux. – Il s’agit d’en précipiter la destruction rapide : les corps seront mis à découvert et traités par la chaux vive. Celle-ci favorise la destruction des tissus et laisse les ossements.
Lorsque le cadavre d’animal est dégagé, creuser sur le côté de celui-ci, dans le sens de la longueur et un peu au-dessous une excavation d’environ un mètre de profondeur dans laquelle il est projeté de la chaux vive sur toute la surface du fond et de 0,15 centimètres d’épaisseur. On fait alors basculer l’animal sur ce lit de chaux vive et on le recouvre d’au moins 250 kilog. de chaux vive, enfin le tumulus et les abords sont recouverts d’une nouvelle couche de chaux.
Il faut en moyenne 1000 kil. de chaux vive pour chaque cadavre d’animal.

Incinération. – Il est très difficile de brûler entièrement un cadavre d’homme ou d’animal de grande taille à l’air libre, quelque soit le procédé employé.
S’il s’agit d’un certain nombre de corps, les difficultés deviennent insurmontables.
Ceux qui reviendront de cette guerre et qui auront comme moi passés par toutes les misères qu'un homme peut endurer avant de mourir, devra s'en souvenir, car chaque jour qu'il vivra sera pour lui un bonheur."
Gaston Olivier - mon Grand-Père
http://www.

BouleurGeorges
Messages : 130
Inscription : mer. nov. 01, 2006 1:00 am

Re: Assainissement du Champ de bataille

Message par BouleurGeorges » jeu. déc. 20, 2007 11:53 pm

Bonsoir à tous,

Je crois quand même qu'il faut tirer un coup de chapeau à Alain pour nous mettre sur le fil un document aussi raide, qu'il faut digérer!
On est loin du folklore autour des MPLF, et beaucoup qui se demande pourquoi on n'a pas fait l'effort de retrouver leurs chers disparus devront comprendre ce que c'était cette guerre.

Sans polémique aucune.

Très cordialement

Jean-François

Avatar de l’utilisateur
jacques didier
Messages : 383
Inscription : mar. oct. 31, 2006 1:00 am

Re: Assainissement du Champ de bataille

Message par jacques didier » dim. déc. 23, 2007 6:23 pm

Bonjour à toutes et à tous,

Maurice Barrès, dans ses Chroniques de la Grande Guerre, évoque le 20 juin 1915, la façon dont il faut honorer les morts de la bataille et s'élève contre ceux qui croient le moment propice pour introduire dans les moeurs françaises la pratique méthodique et obligatoire de l'incinération, ceci dans un but d'hygiène.
Vaste sujet qui a soulevé bien des discussions dans le monde catholique et musulman.
Voici un ordre du jour bien significatif voté par la commission d'hygiène du comité ardennais:
<<...Partout où un soldat a versé son sang, partout où il est tombé pour la terre de France, cette terre lui appartient au moins durant que, de ses cendres, il libère ses ossements.
En conséquence, nous émettons le voeu que, partout où il sera possible, les tombes actuellement existantes de nos soldats restent où les hasards de la guerre les ont creusés; que des tumulis de hauteur de protection suffisantes les recouvrent, que des clôtures les entourent, durant un temps à fixer, sous telles indemnités que de droit aux propriétaires du sol.
Puis qu'ultérieurement les ossements soient recueillis et placés en des ossuaires soit locaux, soit cantonnaux où pour les générations futures soient autant que possible inscrits les noms ou le nombre de décédés et la date et le lieu des combats.
Que cette oeuvre des tombes provisoires soit ainsi la préparation de l'oeuvre des ossuaires définitifs où reposeront ceux qui sont morts pour la Patrie.>>

C'est ce qui lui semble répondre aux véritables préoccupations des familles françaises suite à l'abondant courrier qu'il reçoit.

Il souligne que chez les Allemands, aux environs de Metz, tout laboureur qui écornait un tumulus (français ou allemand) était condamné à une amende de cinq francs.

Cordialement et bonnes fêtes.

J.Didier

Avatar de l’utilisateur
Alain Dubois-Choulik
Messages : 8467
Inscription : lun. oct. 18, 2004 2:00 am
Localisation : Valenciennes

Re: Assainissement du Champ de bataille

Message par Alain Dubois-Choulik » lun. sept. 10, 2012 8:30 pm

Bonjour
Il est question de l'assainissement dans ce document récemment mis en ligne sur Gallica : Service de santé en campagne. Notices. Volume mis à jour au 1er septembre 1917 p123 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6240607r/f127
Cordialement
Alain
Les civils en zone occupée
Ma famille dans la grande guerre
Les Canadiens à Valenciennes
     "Si on vous demande pourquoi nous sommes morts, répondez : parce que nos pères ont menti." R. Kipling

breizh820
Messages : 363
Inscription : dim. juil. 01, 2007 2:00 am

Re: Assainissement du Champ de bataille

Message par breizh820 » lun. sept. 24, 2012 10:13 pm

Bonsoir à tous,
J'ai lu le petit fascicule "service de santé en campagne" mentionné par Alain.
C'est ce qui doit se faire idéalement lorsque l'on dispose du matériel, du temps et du terrain adapté. Le plan de la fosse commune avec le conduit d'écoulement et la cheminée pour brûler les gaz putrides est parfait.
Je n'ai pas la moindre envie de polémiquer sur" l'idéal et le réel" mais je me souviens d'avoir vu des panneaux d'information près de la chapelle de Cerny en Laonnois qui montraient des photos de groupes d'Indo-chinois affectés à déterrer et regrouper les cadavres.
Ces photos, qui datent de 7 à 10 ans, m'ont donné l'impression que ces pauvres gars n'avaient pas d'autre choix que d'effectuer la pire besogne de l'après guerre.
Avez-vous une idée concernant l'affectation des troupes ou "supplétifs" à ces corvées nécessaires mais particulièrement pénibles?
Bonne soirée.
Kénavo.
Louis




Répondre

Revenir à « Sujets généraux et MDH »