Marsouins à La Chipotte

Récits de combattants
Yves Thoer
Messages : 289
Inscription : sam. oct. 01, 2005 2:00 am

Re: Marsouins à La Chipotte

Message par Yves Thoer » sam. oct. 14, 2006 11:51 pm

Bonsoir.

Un amis m'a prêté le carnet de guerre de son grand-père, brigadier au 59° RAC.
Il relate une ancedote sur les combat de La Chipotte, je vous la livre :

" 29 Août.Nous reculons jusqu’au col de la Chipotte, là après un dur combat, nous arrivons au village dit de St Benoît, les boches se rendent maîtres du village qui est ensuite repris par les marsouins, dans une auberge 80 allemands sont retranchés, les coloniaux entourent la maison, les boches ne voulant pas se rendre les coloniaux mettent le feu et à mesure qu’un boche sort pour se rendre il est fusillé."

Cette anecdote est-elle connue et vérifiée.

Cordialement.

Yves Thoër

Avatar de l’utilisateur
Stephan @gosto
Messages : 5740
Inscription : dim. oct. 17, 2004 2:00 am
Localisation : Paris | Chartres | Rouen
Contact :

Re: Marsouins à La Chipotte

Message par Stephan @gosto » dim. oct. 15, 2006 12:09 am

Bonsoir,

Nulle doute que ce témoignage va en intéresser certains !! ;)
Il faudrait chercher du côté de la 2e brigade coloniale (5e et 6e R.I.C.) qui fut engagée dans ces combats...

Amicalement,

Stéphan

Avatar de l’utilisateur
Jean-Claude Poncet
Messages : 1344
Inscription : lun. oct. 18, 2004 2:00 am

Re: Marsouins à La Chipotte

Message par Jean-Claude Poncet » dim. oct. 15, 2006 1:03 am

Bonsoir,
Oui, certainement très intéressant d'autant plus que cette brigade coloniale au recrutement très "Sud-Est" intéresse les Savoyards (entre autres).
Mais le fait cité dépasse le clivage régional et ne m'étonne pas même s'il me fait de la peine.
Voici le monument que j'avais photographié en 1973 afin de l'envoyer à un père (vieux colonial à moustaches, sec comme un coup de trique) habitant le village d'Autoreille, canton de Gy qui avait combattu là.
Image

Cordialement.
JCP.

Avatar de l’utilisateur
Eric Mansuy
Messages : 4658
Inscription : mer. oct. 27, 2004 2:00 am

Re: Marsouins à La Chipotte

Message par Eric Mansuy » dim. oct. 15, 2006 11:08 am

Bonjour à tous,
Tu as raison, Stéphan, un témoignage inédit (même très succinct) sur la Chipotte est toujours bien intéressant...

Une première source : "Les Allemands venus par Sainte-Barbe s'étaient emparés des premières maisons de Saint-Benoît. Heureusement qu'une division coloniale débarquée en arrière de nous était venue délivrer la 13e division qui, sans cela, aurait risqué de tomber prisonnière. La lutte avait été jusqu'au corps à corps. Des militaires, installés dans la première maison sur la route de la Chipotte, ne voulurent pas se rendre. Les coloniaux mirent le feu à la maison : c'est cet incendie qu'on voyait ; leurs chargeurs et leurs cartouchières éclataient : c'est le bruit des détonations qu'on entendait." Jean Julien WEBER (21e R.I.), Sur les Pentes du Golgotha, page 62.

Une seconde source : "Nous allons dans un bois, prenons un chemin boueux, et après une multitude d’arrêts, revenons sur nos pas, traversons Saint-Benoît où nous sommes en vue d’une maison que les marsouins ont brûlée avec les Allemands qui étaient dedans et qui ne voulaient pas se rendre, et nous installons à la lisière d’un bois." Carnet de route de Charles MAGNIEN (21e R.I.)

Bien cordialement,
Eric Mansuy

PS Un point essentiel dans l'extrait qu'Yves Thoër a eu l'amabilité de nous communiquer (merci) : les détonations mentionnées par Weber n'auraient donc pas été des éclatements de munitions mais une fusillade. A confirmer, mais voilà une piste intéressante !
"Un pauvre diable a toujours eu pitié de son semblable, et rien ne ressemble plus à un soldat allemand dans sa tranchée que le soldat français dans la sienne. Ce sont deux pauvres bougres, voilà tout." Capitaine Paul Rimbault.

Avatar de l’utilisateur
Zoof
Messages : 96
Inscription : dim. avr. 30, 2006 2:00 am

Re: Marsouins à La Chipotte

Message par Zoof » lun. nov. 20, 2006 1:39 am

Bonjour à tous et merci pour les témoignages et informations. Juste une petite interrogation. Il me semble que l'épisode ne cadre pas très bien avec les faits du 29 août tels que consigné dans les historiques du 5e et 6e RIC, qui ne rapportent pas de combats d'ampleur le 29. Le plus développé, celui du 5e note pour le 29:
Le 29 août, le colonel Roulet, commandant le 5ème régiment et la brigade coloniale, reçoit l’ordre de reprendre le col de La Chipote, occupé la veille par l’ennemi.Laissant au repos le 6ème régiment, le colonel décide, pour s’emparer de l’objectif, d’imiter les procédés allemands. Ceux-ci consistent à envoyer en avant, fixés au sol, quelques éléments d’infanterie pour protéger l’artillerie qui exécute un tir intensif et prolongé sur la position à occuper. L’infanterie se porte alors en avant pendant que l’artillerie allonge son tir. Ces ordres s’exécutent comme à la manoeuvre. De 10 h. 30 à 12 h. 20, l’artillerie exécute un tir en profondeur sur Saint-Benoît, le chemin de Raon-l’Étape et le col de La Chipote. De 12 h. 20 à 12 h. 30, elle déclenche un tir intensif, puis s’arrête brusquement. C’est le signal convenu pendant que nos pièces allongent leur tir, nos troupes se portent en avant et nous occupons le col de La Chipote sans avoir tiré un coup de fusil, sans avoir aucune perte.
J'avancerais donc trois hypothèses
(a) c'est un épisode de la (re)prise de St Benoit par le 6e RIC le 26 août. Les faits rapportés par les témoins du 21e RI semblent se rapprocher de la description de la journée par l'historique du 6e RIC
Vers 16 heures, des troupes d’infanterie en retraite, venant de l’est, traversent Saint-Benoît. Le régiment reçoit l’ordre de s’emparer de la cote 423 (N.-E. du village) et de s’y établir; mais, au moment où ses premières unités s’engageaient dans cette direction, une vive fusillade éclate, partant des maisons à l’est du village, dont les Allemands se sont emparés par surprise. Les 1er et 3e bataillons font face aussitôt, se lancent résolument sur l’adversaire et le poursuivent à la baïonnette jusqu’à la cote 423, où ils s’établissent. Les forces allemandes, qui s’élevaient à une brigade (112° et 142e R. I.), avaient terriblement souffert. Outre de nombreux tués, presque tous à la baïonnette, une cinquantaine de prisonniers restèrent entre nos mains.
(b) l'incendie est l'effet de l'action de l'artillerie le 29 août et les morts sont du 26.
(c) c'est un épisode de la contre offensive allemande des 2 et 3 septembre - mais là, les coloniaux n'étaient pas à la fête et les faits ne collent pas trop non plus. Le seul point commun est que les allemands venaient de Ste Barbe.

Je penche donc pour le (a) et vous ?

Adrien


Yves Thoer
Messages : 289
Inscription : sam. oct. 01, 2005 2:00 am

Re: Marsouins à La Chipotte

Message par Yves Thoer » mer. nov. 22, 2006 5:45 pm

Bonjour.

Dans tout témoignages il y a du vrai et du moins vrai, celui que je fournit est écrit au jour le jour dans un carnet personnel, l'artilleur qui écrit était-il en première ligne avec les coloniaux ?
L'Historique est un document rédigé " sur commande", écrit après les faits.
Je pense que la date ne fait aucun doute, le 29, quand à l'action des coloniaux " Sans avoir à tiré un coup de fusil, sans avoir aucune perte." Ils n'auraient pas dû s'arrêter avant Berlin.

Cordialement.

Yves

Avatar de l’utilisateur
Zoof
Messages : 96
Inscription : dim. avr. 30, 2006 2:00 am

Re: Marsouins à La Chipotte

Message par Zoof » jeu. nov. 23, 2006 1:27 am

Bonsoir,

Oui vous avez raison, il y a du vrai et du moins vrai dans tout témoignage et les historiques "enjolivent" souvent. Je voudrais simplement m'assurer de la réalité de faits assez graves et cruels. J'ai le sentiment diffus qu'il s'agit d'une "légende noire" forgée après coup.

J'ai aussi trouvé un témoignage direct, d'apres le recit établi à partir du carnet de route de l'aide major Lutaud (21e RI) et de correspondances, le 26 au soir "Les troupes harrassées parviennent sans encombre à Saint Benoit où une grande batisse, à l'entrée de la commune, finit de bruler" (in La Chipotte 1914 par Jean Paul Claudel pages 50-51)

Sur la date, je pense de plus en plus que le 26 colle mieux. Les differents historiques des régiments présents (BCP, RI & RIC) sont assez cohérents pour rapporter que le 26 aout est le jour de la retraite depuis la vallée de la Meurthe (franchie par les allemands à Thiaville le matin vers 5h) en passant par Fagnoux (que les bavarois atteignent vers 13h). Les francais se replient alors vers St Benoit et Sainte Barbe (évacué suite aux bombardements allemands). On note alors une contre attaque entre 15 et 16h avec le 6e RIC dans les premieres maisons de St Benoit. On lutte alors toute la nuit sur la route vers la Chipotte.

A titre de curiosité, que dit votre artilleur sur le 26 aout ?

Quant à la responsabilité, elle n'est pas évidente non plus. Je note dans les carnets du Commandant Perrin (57e BCP sur www.abri-memoire.eu), en page 4 "Les secteurs Saint-Benoît – col de Barémont – le Haut du Bois furent le théâtre de durs corps à corps de courte durée, mitoyens avec l’infanterie de marine. Les Boches parvinrent à incendier quelques maisons à Saint-Benoît (un P.C., vu les corps calcinés)." Ce serait donc un acte des allemands. Et l''historique du 57e BCP indique bien que le bataillon était le 27 à St Benoit.

Bref, toutes sortes d'histoire sur l'auberge de Saint Benoit, mais on ne sait pas précisement qui l'a brulé.

Adrien




Avatar de l’utilisateur
Eric Mansuy
Messages : 4658
Inscription : mer. oct. 27, 2004 2:00 am

Re: Marsouins à La Chipotte

Message par Eric Mansuy » jeu. nov. 23, 2006 7:17 pm

Bonsoir Adrien,
Comme, une fois encore, monsieur Claudel ne cite pas ses sources par une note en bas de page... Le témoignage de l'aide-major Lutaud a été publié dans le tome 1 de l'Histoire de la guerre par les combattants, de Ginisty et Gagneur, aux pages 86 à 94. On le trouve mentionné dans les "sources et références" de Claudel, sans plus.

Amicalement,
Eric
"Un pauvre diable a toujours eu pitié de son semblable, et rien ne ressemble plus à un soldat allemand dans sa tranchée que le soldat français dans la sienne. Ce sont deux pauvres bougres, voilà tout." Capitaine Paul Rimbault.

Yves Thoer
Messages : 289
Inscription : sam. oct. 01, 2005 2:00 am

Re: Marsouins à La Chipotte

Message par Yves Thoer » ven. nov. 24, 2006 11:29 pm

Bonsoir.

Je vous livre un résumé des jours précédents du carnet du 59° RAC.
Deux noms cité pour décès, fiche sur MDH, et les unités d'infanterie peuvent aidés aux recoupements.

22/08/1914 : Combat d'Abreschwiller, canon HS.
Début de la retraite, passe à l'échelon.

23 : Retraite par Badonviller.

24 : Combat vers Bertrichamps, décès du Capitaine Gény Joseph.
Echelon à Raon l'étape.

25/26/27 : Reste à L'échelon à Raon. Les combats ont lieu sur la Meurthe.

28 : Batterie en position en arrière du105 RI. Le 10 BCP sauve la batterie. Les Allemands traverse la Meurthe à Thiaville. Décès de Lallevé Alexandre.

29 : Episode La Chipote-Saint Benoit.

Il faut vérifier les dates et les lieux, l'Historique du 10 BCP indique des combats à Sainte Barbe le 25.

Cordialement.

Yves



Avatar de l’utilisateur
Zoof
Messages : 96
Inscription : dim. avr. 30, 2006 2:00 am

Re: Marsouins à La Chipotte

Message par Zoof » sam. nov. 25, 2006 12:32 am

Bonsoir

Merci, c'est plus clair tout en l'étant moins en fait.

Pour moi il y a un décalage dans la chronologie, de deux jours au moins à partir du 25. Il a du avoir l'impression que la journée du 25 durait trois jours !

24 : Combat vers Bertrichamps, décès du Capitaine Gény Joseph.

C'est cohérent, le capitaine Joseph Gény est indiqué comme mort à Neufmaison le 24 sur MDH
http://www.memoiredeshommes.sga.defense ... =795443603
Bertrichamps se situe sur la Meurthe mais quelques kilometes au sud ouest de Neufmaisons

25/26/27 : Reste à L'échelon à Raon. Les combats ont lieu sur la Meurthe.

Le 25 c'est indéniable, mais pour moi les combats ont progressé de la vallée de la Meurthe vers les hauteurs (Col de la Chipotte) à partir du 25 à 14/15 heures.

28 : Batterie en position en arrière du105 RI.

Le 25, le 105 est au nord de Rambervillers, à Domptail, donc éloigné de quelques dizaines de kilometres de Raon et de la Meurthe
cf http://cecile_meunier.club.fr/historiques/historiques/RI-105.pdf

Le 10 BCP sauve la batterie.
C'est le 25 que le 109e sauve une batterie à Fagnoux, pres de Raon,
cf page 7 de l'historique http://cecile_meunier.club.fr/historiques/historiques/RI-109.pdf
Pas de mention d'un tel fait d'arme au 10e BCP

Les Allemands traverse la Meurthe à Thiaville.
ca c'est le 25 au matin
cf Historique du 21e BCP cf page 3 http://cecile_meunier.club.fr/historiques/historiques/BCAP-021.pdf
cf historique du 109e précité, page 7 toujours

Le décès de Lalevé Alexandre
C'est le 26 et non le 28, à Doncières, c'est à dire au nord de Rambervillers, ce qui est cohérent avec la localisation de
cf http://193.108.167.105/SrvImg/SrvImg.ph ... 1467054456

29 : Episode La Chipotte-Saint Benoit.
Le passage serait donc du 27...

Bref, c'est un peu curieux

Non ?

Adrien

Répondre

Revenir à « Récits »