Maitre Ouvrier

alaindu512010
Messages : 3168
Inscription : dim. janv. 10, 2010 1:00 am
Localisation : vienne le chateau

Re: Maitre Ouvrier

Message par alaindu512010 » jeu. août 22, 2013 11:07 pm

Bonsoir
L'historique du 3 ème régiment du génie cite dans les morts Wavrin à la compagnie 2/3 c'est la 3 ème division (et la cie ne figure pas dans le lien ci dessous )
http://toaw.free.fr/afgg/divisions/03di/3DI-pp22-23.jpg
jmo cie 2/3 avec la 5 ème brigade 72 128 il ne figure pas de morts ni disparus ce jour du 30 malgré une grosse attaque allemande
http://www.memoiredeshommes.sga.defense ... &h=816
historique 3 ème génie cie 2/3page 104 wavrin figure
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6 ... f112.image
c'est compliqué le génie, voir en début d'historique les cie du 3 ème génie
cordialemnt
alain
alaindu 512010

Avatar de l’utilisateur
armand
Messages : 3112
Inscription : dim. déc. 24, 2006 1:00 am

Re: Maitre Ouvrier

Message par armand » ven. août 23, 2013 9:24 am

Bonjour
c'est compliqué le génie, voir en début d'historique les cie du 3 ème génie
Justement voir au début, La 2/3 est une Cie de parc de C.A (le 2eme) et non une Cie divisionnaire

http://toaw.free.fr/afgg/ca/02ca/CA-2-pp622-623.JPG

La Cie de parc fait partie des E.O.C.A (Éléments Organiques de Corps d'Armée), à l'époque des E.N.E. (Élément non endivisionné)

C'est pas si compliqué :lol:

Cdt
Armand
Sur les traces du 132ème RI " Un contre Huit " et du 294ème RI (le "29-4")

Cyril Cary
Messages : 1121
Inscription : lun. août 08, 2005 2:00 am

Re: Maitre Ouvrier

Message par Cyril Cary » lun. août 26, 2013 8:13 pm

Bonjour,

Les maitres-ouvrier ont longtemps existé dans l'Armée et le corps n'existe plus que depuis récemment.
Dans la discussion ici:
http://pages14-18.mesdiscussions.net/pa ... _100_1.htm ,il y a un amalgame entre l'Ouvrier d'Etat (recruté localement) et le Maitre Ouvrier (recruté au niveau national).
Théoriquement, à la création des corps (Napoléon 1er), le premier n'a pas de qualification particulière, le second est spécialisé dans un domaine, choisi et reconnu par ses pairs.
Les Ouvriers d'Etat étaient d'anciens militaires qui suite à des blessures n'étaient plus capable d'assurer le service armé et pour qui, il était très difficile de trouver un métier civil. Connaissant les services, le fonctionnement de la "boutique" (qui lui avait souvent apprit à lire, compter, etc...) était gardé pour assurer de l’intendance, comptabilité, cuisine, etc...
Donc il est logique, que ces deux personnes se retrouvent dans les CHR ou ENE.

Dans la note citée par Guy François sur les MO est limpide:
https://forum.pages14-18.com/mesimages/2547/img474.jpg
Elle stipule bien que se sont civils, internes à l'Armée, qui monteront en grade pendant leur durée de service de 4 ans.

Cordialement
Cyril

Avatar de l’utilisateur
le begue
Messages : 2036
Inscription : ven. juin 13, 2008 2:00 am

Re: Maitre Ouvrier

Message par le begue » sam. sept. 07, 2013 11:07 am

Bonjour à tous,
Bonjour Cyril

Désolé, mais point d'amalgame : Persiste et signe.
Dans le Génie, les maitres-ouvriers sont recrutés par le bataillon sur concours et soldés dans les conditions que j'ai cité.
Les premiers maitres ouvriers furent recrutés dès le XVI° siécle, ceux que les fantassins et artilleurs d'alors qualifiaient de "bècheurs" voire "fossoyeurs" ou encore "vermilliers".
Les premiers d'entre-eux furent recrutés sans régime de solde particulier et regroupés en compagnie en 1587.
Puis c'est principalement chez les mineurs, à solde spéciale déjà en 1678, que se recrutent les maîtres-ouvriers. Ils proviennent pour la plupart des ouvriers d'Artillerie des Fusilliers du Roi créée en 1672.

Une escouade est alors formée de 4 maîtres et 4 compagnons répartis comme suit :
- 1 menuisier,
- 1 charpentier,
- 1 charron,
- 1 chaudronnier
et
- 1 garçon menuisier,
- 1 garçon forgeur,
- 2 garçons chaudronniers.

Par la suite, les compagnies dites "des galiottes", créées en 1675, auront également des escouades du même type dans leur effectif.

Pour mémoire, l'Ordonnance du 27 février 1760 intègre les Sapeurs dans les brigades d'Artillerie et donne l'autonomie aux compagnies d'ouvriers. Signalons au passage l'amalgame des ouvriers d'artillerie et ouvriers bateliers. Cette compagnie comprend :
- 5 officiers,
- 3 sergents maîtres-ouvriers,
- 1 sergent maître-batelier,
- 56 hommes dont 15% sont des ouvriers issus des métiers de la batelerie.

Depuis le projet d'Ordonnance de 1765 (mort-née) à l'Ordonnance de 1774 et son règlement du 8 octobre 1774, les mineurs sont groupés en 7 compagnies de 5 officiers et 46 hommes.

Vous en retrouverez facilement la trace puisque ces compagnies sont en garnison en Verdun et y resteront jusqu'en 1914.

En 1789, l'Assemblée Nationale conserve 10 compagnies d'Ouvriers d'Artillerie.
Le règlement sur le service de l'Artillerie en Campagne du 1er Avril 1791 stipule, entre-autre :
- Les mineurs participent, sans supplément de solde, à l'ouverture des chemins praticables par l'Artillerie,
- Les mineurs reçoivent le même supplément de solde que les ouvriers lorsqu'ils construisent des ponts,
- Les mineurs employés comme piqueurs reçoivent un quart de paye de plus que les travailleurs d'ateliers dont ils ont la conduite.

Concernant le Génie, et après la réorganisation des Armées Françaises par Gouvion-Saint-Cyr en 1819, les régiments du génie comprennent :
- 3 bataillons,
- 1 école,
Le chef de Corps est responsable du recrutement des professeurs qu'il rémunère sur la masse (les fonds) du régiment. Les maîtres-ouvriers sont toujours recrutés parmi les ouvriers, sur concours et après présentation d'une œuvre.

Je ne mélange pas les mineurs et les ouvriers, mais il est vrai que leur sort est étroitement (pour ce qui relève du Génie) pendant deux siècles.

Certes, le règlement de 1836 modifiera un peu tout cela.

Pour sourire un peu, et bien que hors période, j'attire votre attention sur la présence à Versailles, jusqu'en 1940, d'une compagnie d'Ouvriers qui dépendait pour administration, du 1er R.G puis du 3ème RG et pour emploi, de l'Établissement Central du Matériel du Génie. Elle était répartie sur les annexes, d'Auneau, Mignières-Gondreville et Cergy la Tour.


Sources :
Général Terrienne, Notes sur l'organisation des troupes constituant le Génie, Paris, Direction Centrale du Génie, 1963, deux tomes, illustrés.



Cordialement,
Louis.

Avatar de l’utilisateur
Charraud Jerome
Messages : 8408
Inscription : dim. oct. 17, 2004 2:00 am
Localisation : Entre Berry et Sologne
Contact :

Re: Maitre Ouvrier

Message par Charraud Jerome » sam. mai 03, 2014 11:28 pm

Bonsoir
Maitre ouvrier est une distinction, comme le 1ère classe, puisque le grade officiel est sapeur.
Cependant, le 1ère classe a le droit au port d'un signe distinctif: ses galons.
Quel est le signe distinctif d'un Maitre ouvrier, concernant son uniforme? Si il y en a un.

Cordialement
Jérôme Charraud

Les 68, 90, 268 et 290e RI dans la GG
Les soldats de l'Indre tombés pendant la GG
"" Avançons, gais lurons, garnements, de notre vieux régiment."
Image

Avatar de l’utilisateur
Yannickckck
Messages : 368
Inscription : sam. mai 14, 2011 2:00 am

Re: Maitre Ouvrier

Message par Yannickckck » lun. avr. 27, 2020 10:52 pm

Bonsoir Jérôme,

Quelques années après la réponse fini par tomber sur ce même forum avec photos et illustrations à l'appui, donc double chevrons au bas de la seule manche gauche , voir :
viewtopic.php?f=18&t=73086

Cordialement,
Yannick LG
https://gvc-14-18.pagesperso-orange.fr
17/04/2020 dernière publication sur le site

Répondre

Revenir à « Génie »