Artillerie Spéciale - AS 39, le parcours médical du Lt Alexis Bourbon

Avatar de l’utilisateur
Tanker
Messages : 2627
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am
Localisation : Oise

Re: Artillerie Spéciale - AS 39, le parcours médical du Lt Alexis Bourbon

Message par Tanker » lun. avr. 04, 2011 6:26 pm

Bonjour,

Voici le cursus médical d'un officier du Groupe AS 39, qui est sans doute assez représentatif de ce que pouvait être le parcours d'un homme évacué blessé du champ de bataille.
Il s'agit du Lieutenant Alexis Jean Bourbon, chef d'un char St Chamond de la 1° Batterie du Groupe AS 39.

Dans sa carrière militaire avant celle dans les chars, Lt Bourbon avait déjà été blessé deux fois.
- Le 3 Octobre 1914, dans le secteur de Lassigny. L'Adjudant Bourbon était alors à la 4° Compagnie du 105° RI
- Le 14 Septembre 1916, au bois Madame. Le Sous-Lieutenan Bourbon était alors à la Compagnie Hors Rang du 174° RI.

A la date du 18 Juillet 1918, le JMO du Grpt d'AS n° XII précise que :
"le char 613 (le St Chamond M3 n° 62613) du Lieutenant Bourbon avait été démoli par un obus vers le point 47-11."
Le rédacteur rajoute :
" Le chef de char et la plus grande partie de l'équipage tués et blessés."

Le texte du JMO du Grpt n° XII est la reprise exacte du rapport rédigé le 26 Juillet 1918 par le Cdt Azaïs sur les opérations du 14 au 23 Juillet du Groupement XII.
Il n'existe pas de JMO du Groupe AS 39 susceptible de donner d'autres informations sur l'histoire de cet équipage de char.
En l'absence de liste d'équipage, il est impossible de savoir qui a été tué ou blessé dans ce char le 18 Juillet 1918 à Missy-au-Bois.

Le rapport du Commandant de Groupement et le JMO de Groupement ne donnent finalement qu'un bilan global des pertes des Groupes d'AS 37, 38 et 39, et pour
donner une bonne idée du manque de sérieux de ces documents, la mort du Lt Fernand Le Bailly (commandant de la 1° Batterie) n'est même pas mentionnée, et c'est
finalement sa fiche MdH qui prouve qu'il a bien été tué ce jour là.

Concernant le Lt Alexis Jean Bourbon, le seul élément probant reste qu'il n'existe pas de fiche Mémoire des Hommes pour cet officier.
Il n'a donc pas été tué à Missy-au-Bois et fait donc bien partie des blessés de son équipage de char.
Il reste, heureusement, son dossier militaire qui donne quelques informations intéressantes sur son parcours médical après le 18 Juillet 18.

18 Juillet 1918
- Blessé vers 8 heures du matin, le Lt Bourbon est évacué dans des conditions inconnues.
Son parcours médical du 18 au 21 Juillet n'est pas connu.
Il a probablement été évacué par le service de santé de l'AS (ou de la 1° DI américaine qu'appuyait le Groupement XII).
Son évacuation vers la zone de l'intérieur s'est probablement faite à partir de Villers-Cotterets.

Les rapports médicaux font état de :
"plaies multiples par éclat d'obus dans la région du cou, du mamelon droit de la cuisse et de l'avant bras gauche et de la main droite."

Si le Lt Bourbon était au poste de pilotage du char, on peut en déduire que le char a, au moins, été touché à l'avant gauche.
A ce stade du combat et si le char était à l'arrêt, le Lt Bourbon peut aussi avoir été touché par des éclats d'obus à l'extérieur du char.

L'ensemble de l'équipage ayant été tué ou blessé, c'est plus vraisemblablement un impact important sur le char qui est la cause de ses blessures.
Il est aussi très probable que le Lt Fernand Le Bailly (commandant de la 1° Batterie de l'AS 39) ait été tué au même moment par cet obus.
Le char du Lt Bourbon était le premier de la Batterie Le Bailly, et le commandant de Batterie était, assez souvent, avec le premier char de sa Batterie.

21 ou 22 Juillet 1918
- Evacuation vers un hopital de l'intérieur.

23 Juillet 1918
- Le Lieutenant Bourbon est l'hopital 26 Bis à Angers (Clinique Esvières).

01 Août 1918
- Le Lieutenant Bourbon est affecté à la 82° Batterie d'AS du 500° RAS de Cercottes. Cette compagnie gère le dépôt de l'Artillerie Spéciale.

20 Août 1918
- Le lieutenant Bourbon quitte l'hopital Ble 26 Bis d' Angers pour être évacué vers un autre hopital

21 Août 1918
- Le lieutenant Bourbon arrive à l'hopital auxiliaire de Dax

9 0ctobre 1918
- Le lieutenant Bourbon quitte l'hopital auxiliaire de Dax et se rend à Bayonne au Centre Spécial de Réforme
Le Centre Spécial de Réforme de Bayonne accorde au Lieutenant Bourbon un congé d'un mois.
Le constat médical est le suivant :
1° - Désarticulation des annulaires de la main droite suite d'arrachement par éclat d'obus.
Raideur phalange phalanginienne du médius, suite de plaie ouverte de l'articulation et raideur métacarpo-phalangienne de l'auriculaire
2° - Plaies multiples superficielles sous mamelonnaires droites, cervicales et frontales.


8 Novembre 1918
- Le lieutenant Bourbon rentre à l'hopital n° 11 de Clermont-Ferrand. Habitant à Chamalière, il est hospitalisé non loin de chez lui.

11 Novembre 1918
- Sortie du lieutenant Bourbon de l'hopital n° 11 de Clermont-Ferrand avec une prolongation de 20 jours de son congé.

Début Décembre 1918, à la fin de sa prolongation de convalesence, le Lt Bourbon a du rejoindre le dépôt d'AS de Cercottes, auquel il a été affecté le 1 Août 1918.

11 Janvier 1919
- Le lieutenant Bourbon rentre à l'hopital complémentaire n° 49 d'Orléans. Hopital situé au Quartier Louis Rossat.
Il y est opéré de nouveau pour :
Extraction d'éclat d'obus dans la paroie postérieure latérale de la trachée.
Evacuation d'une collection purulente en lobe droit du pharynx
Amputation de l'annulaire droit.

13 Janvier 1919
- Une radioscopie détecte un éclat allongé d'environ un centimètre situé dans la trégion thyroïdienne droite, contre la trachée.

21 Janvier 1919
- Le Lieutenant Bourbon est de nouveau opéré pour :
Extraction d'un éclat d'obus région latérale droit de la trachée.
Evacuation d'une collection purulente dans côté latérale corps thyroïde


18 Août 1919
- Le lieutenant Bourbon rentre à l'hopital n° 11 de Clermont-Ferrand au premier anniversaire de sa blessure à Missy-au-Bois.

30 Août 1919
- Sortie du lieutenant Bourbon de l'hopital n° 11 de Clermont-Ferrand qui est classé "inapte temporaire" et placé en congé illimité.
Cette date est aussi celle de la démobilisation du Lieutenant Alexis Jean Bourbon qui peut alors retourner à son métier d'horticulteur.

14 Octobre 1920
- Le Lt Bourbon est affecté, comme réserviste, au 506° RCC.

1 Mai 1923
- Le Lt Bourbon est affecté, comme réserviste, au 551° RCC de Bourges.

1 Juin 1931
- Le Lt Bourbon est affecté, comme réserviste, au CM 504.
Il effectue une période de réserve au camp de La Valbonne du 18 Août au 11 Septembre 1932.
Cette période est la seule activité reserve effective qu'il effectuera.

11 Avril 1938
- Le Lt Bourbon est définitivement rayé des cadres.

Des opinions de chefs . . .

Le 18 Octobre 1917 le capitaine commandant le centre d'instruction de Marly le Roi note ainsi le Lt Bourdon :
"Officier d'Intelligence moyenne - Fait consciencieusement son service. Assez bonne aptitude au commandement"

Ce qui est bien loin de la perception qu'avait son commandant de Groupement le Cdt Azaïs qui, le 20 Mai 1918 le note de la manière suivante.
" Arrivé avec le 39° Groupe d'AS le 12 Janvier 1918, dans la zone des Armées, comme chef de char.
Très bon officier, sérieux consciencieux et dévoué, sur lequel on peut absolument compter.
Très bon chef de char, capable de commander ultérieurement une Batterie."


Cette opinion du Cdt de Groupement était sans aucun doute possible celles de son commandant de Groupe (le Capitaine Coppinger)
et de son Commandant de Batterie (le Lt Fernand Le Bailly), qui était tous deux les premiers noteurs du Lt Bourbon.
Comme quoi il est important d'avoir plusieurs son de cloches avant de juger . . . . Ce n'est pas toujours le cas dans la documentation parvenue jusqu'à nous.

Alexis Jean Bourbon est décédé le 24 Août 1960 à l'âge de 79 ans.
Le jour de sa mort, l'annonce de sa nomination au grade d'officier de la Légion d'honneur arrivait à la mairie de Chamalière.

Bonne fin d'après-mdi et à plus - Michel

Répondre

Revenir à « Artillerie Spéciale »