Une adaptation du St Chamond

Avatar de l’utilisateur
gerard mathern
Messages : 124
Inscription : mar. nov. 08, 2005 1:00 am

Une adaptation du St Chamond

Message par gerard mathern » lun. janv. 15, 2018 5:25 pm

engin de franchissement.jpg
engin de franchissement.jpg (88.64 Kio) Consulté 591 fois
Voici un cliché pris probablement à St Chamond, montrant, à côté d'une char St Chamond, une adaptation vraisemblablement à destination du génie. Il est étiqueté "engin de franchissement". Quelqu'un connaît-il cet appareil ?
Cordailement.

Avatar de l’utilisateur
Tanker
Messages : 2506
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am

Re: Une adaptation du St Chamond

Message par Tanker » lun. janv. 15, 2018 7:22 pm

Bonjour Gérard,

Ce projet s'inscrit dans les études d'emploi des chars lourds FCM 2c et Liberty, sensés entrer en service pour les opérations du printemps 1919 . . . . .
Dans l'Est et en Belgique, la multiplication des coupures (Moselle, Escaut, Rhin . . . .) était autant d'obstacles potentiels à une progression sans rupture pour les chars.
A titre d'exemple, le 1° Novembre 1918, la progression des 7° et 8° BCL du 503° RAS, dans le secteur de Nazareth, est stoppée devant l'Escaut, et l'infanterie franchira la coupure et progressera ensuite sans appui des chars.

Ce système aurait permis de disposer de supports de piles de pont à placer en fond de coupure et pouvant supporter des travures de pont.
Ce chassis caisson de Saint Chamond modifié, était alimenté électriquement par un autre Saint chamond placé sur la rive.
Ce procédé d'accouplement de chars Saint Chamond était régulièrement utilisé par l'AS pour tracter des chars en panne de motorisation thermique et dont les deux moteurs électriques étaient en bon état de fonctionnement. Le remorquage d'un char, par simple cable de remorquage étant souvent insuffisante.

La récupération, en Octobre 1917, d'un des Saint Chamond de l'AS 31, abandonné le 5 Mai 1917 sur la tranchée de la Rade en est un très bon exemple. (St Chamond M1 AsCo2 n°62466 du Lt Breull).

Ces essais sont faits, en Septembre 1918, par la DIEET (Direction des Inventions, des Etudes et des Expériences Techniques).
Ce sont les sociétés Niclausses et Crochat, qui seront chargés de la modification du char caisson.
Leur mission était, entre autre, de totalement étanchéfier la motorisation électrique, d'installer un caisson support de travure, et de modifier le train de roulement.
Voir, aux Archives Nationale de Pierrefitte-sur-Seine, le fonds d'archives Jules Louis Breton (carton 398 AP 14 et carton 398 AP 48).

Il n'est donc pas du tout évident que la FAMH est eu son mot à dire à Saint Chamond. Pour ces essais, la DIEET demanda à disposer de deux chars Saint Chamond.
A cette date, la totalité des St Chamond était livrée et stockée à Cercottes, pour ceux, pas encore affecté en unités. Les autres étaient au Camp de Martigny-les-Bains, ou sur leurs théâtres d'opération.

Le char énergie, affecté à ces essais est un char de la série n°62669 à 62800. Il est curieusement équipé d'un canon de 75 mm modèle Saint Chamond, et non d'un 75 mm modèle 1897, comme l'était tous les chars de ce type depuis le n°62616 . . . .

Concernant le châssis caisson, le train de roulement a été modifié. Il ne comporte plus de chariots pour les rouleaux porteurs. Ce chassis caisson possède 9 galets (pour 8 sur le char de combat).
Tous les rouleaux porteurs, comme les galets de roulements, sont montés sur une cornière fixe et il n'y a plus de ressorts de suspension.

Il ne semble pas que cette expérimentation ait eu des suites.
Les documents du fonds Breton ne donnent aucun résultat d'essais.
A cette date, ce type d'expérimentation étant normalement suivi par la ST AS de Chalais-Meudon, cette photo a plus vraisemblablement été faite en région parisienne. . . . . .

A suivre - Michel

Avatar de l’utilisateur
Ben El Mehli
Messages : 462
Inscription : lun. nov. 25, 2013 1:00 am

Re: Une adaptation du St Chamond

Message par Ben El Mehli » mar. janv. 16, 2018 10:26 am

Bonjour.
Il y a près d'une quarantaine d'années, Pierre Touzin faisait figurer cette photo dans un de ses ouvrages.
Selon la légende l'accompagnant elle aurait été prise le 14 novembre 1918 à Givors ( Cité industrielle du département du Rhône traversée par le Gier dont les eaux ont été utilisées par les Romains pour subvenir aux besoins de Lugdunum et pour lequel novembre est un mois d'assez fortes eaux )
Au revoir.
Ben El Mehli

Avatar de l’utilisateur
gerard mathern
Messages : 124
Inscription : mar. nov. 08, 2005 1:00 am

Re: Une adaptation du St Chamond

Message par gerard mathern » mar. janv. 16, 2018 5:24 pm

Merci Michel, toujours plus affuté que jamais !!
Pour Givors, cité industrielle de la vallée du Gier en effet, elle se situe à 20 km de St Chamond et les liens ont toujours été étroits entre grandes firmes des deux villes. Mais je ne vois pas ce qu'un char St Chamond pouvait y faire, sinon des essais de franchissements du fleuve Rhône, ce qui me paraît présomptueux ...

Avatar de l’utilisateur
Tanker
Messages : 2506
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am

Re: Une adaptation du St Chamond

Message par Tanker » mar. janv. 16, 2018 7:23 pm

Bonjour Gérard,

La structure derrière le char est une rampe de livraison qui se termine par une grue, et donne sur la rivière.
Sur la gauche de la photo, se trouve une très grosse carrière à ciel ouvert (pierre, minerais . . . .?).
La rampe passe sur la partie creusée de la carrière.
La rivière est trop petite pour que ce soit le Rhône, si ces essais ont été fait dans la région de St Chamond,
il s'agirait plutôt de la vallée du Gier.

Les livres de Pierre Touzin, ont été édités chez EPA :
"Les Engins Blindés français 1920 - 1945", publié en 1976
"Les véhicules Blindés français 1945 - 1977", publié en 1978
"Les véhicules Blindés français 1900 - 1944", publié en 1979

Bonne soirée - Michel

Avatar de l’utilisateur
Tanker
Messages : 2506
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am

Re: Une adaptation du St Chamond

Message par Tanker » mar. janv. 16, 2018 10:11 pm

Les deux sociétés, directement concernées, par ce programme, la Société Crochat et la Société J.& A. Niclausse, ont leurs usines dans le 19e Arrondissement de Paris et à Suresnes.
Il semble donc assez logique que les essais aient été réalisés en région parisienne, plutôt que dans la vallée
du Gier.

A suivre - Michel

Avatar de l’utilisateur
Ben El Mehli
Messages : 462
Inscription : lun. nov. 25, 2013 1:00 am

Re: Une adaptation du St Chamond

Message par Ben El Mehli » jeu. janv. 18, 2018 10:23 am

Bonjour .
Sur la partie supérieure de l'hydrochenille ( c'est ainsi que P.Touzin la nomme ), sur le coté le plus long, une main a tracé en écriture cursive:
" Vive la France. Vive la Paix "
Au revoir.
Ben El Mehli
PS: j'ai effectué de nombreux franchissement en submersion à bord d'engins blindés équipés de tour de plongée ou de schnorkel sur divers cours d'eau ( Seine, Marne, Meuse, Aisne ) et en lac (
Haspelschiedt ), de jour comme de nuit. Vers la fin des années 70 j'ai été choisi pour effectuer une traversée du Rhône (à hauteur de La Valbonne , en amont de Lyon) lors d'une manifestation de relations publiques organisée par l'EPAT, cette traversée a été annulée en raison de la vitesse du courant et de la nature des fonds et a été remplacée par un barbotage dans une cale du Rhône et des passages pépères en bassin. Je ne connais pas les caractéristiques du Rhône à Givors mais je doute un peu de ce qu'une expérimentation de cet engin sur ce fleuve ( dont le débit est élevé en novembre ) ait pu donner des résultats probants; mais l'essai a peut être été tenté sur une lône ou le courant est moins fort que sur le lit principal.

Avatar de l’utilisateur
Tanker
Messages : 2506
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am

Re: Une adaptation du St Chamond

Message par Tanker » sam. janv. 20, 2018 2:06 pm

Bonjour,

Lors de ces essais le Saint Chamond et le chassis caison étaient surmontés de drapeaux (français, américains . . .) et avec l'inscription sur le caisson,
il est possible que ces photos aient été faites le 11 Novembre 1918, ou un peu après.

Les deux photos qui suivent de ces mêmes essais montrent effectivement un ruisseau (ou un canal . . .),
qui n'est probablement pas le Rhône.

St Chamond amphibie - 398AP48 (09a2).jpg
St Chamond amphibie - 398AP48 (09a2).jpg (229.03 Kio) Consulté 351 fois
St Chamond amphibie - 398AP48 (10a2).jpg
St Chamond amphibie - 398AP48 (10a2).jpg (243.27 Kio) Consulté 351 fois

Par ailleurs ce site correspond plus probablement plus à un site de la vallée du Gier qu'à la région parisienne.

Ces vues du quai d'embarquement et du pont en arche aideront peut-être mieux à identifier le site.

Bon Week-End - Michel

ALVF
Messages : 5665
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am

Re: Une adaptation du St Chamond

Message par ALVF » sam. janv. 20, 2018 5:05 pm

Bonsoir,

Nous sommes bien à Givors (Rhône), plus précisément dans l'enceinte des Établissements Prénat dont on distingue une partie des hauts-fourneaux et le monte-charge de l'usine sur un petit bras du Rhône.
La présence à Givors du char Saint-Chamond s'explique par la proximité des Établissements Prénat et des Forges et Aciéries de la Marine et d'Homécourt (Saint-Chamond), ce dernier établissement possédant une forte partie du capital des Établissements Prénat. D'ailleurs Théodore Laurent présidera le conseil d'administration de ces deux sociétés.
Voici une carte postale qui montre le monte-charge de l'usine Prénat:
Givors.jpg
Usine Prénat à Givors (Rhône).
Givors.jpg (78.33 Kio) Consulté 331 fois
Cordialement,
Guy François.

Avatar de l’utilisateur
Tanker
Messages : 2506
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am

Re: Une adaptation du St Chamond

Message par Tanker » sam. janv. 20, 2018 6:10 pm

Bonsoir et merci Guy pour cette recherche.

Voici le site en vue aérienne sur une photo de 1942.
De nos jours, sur les vues aériennes de l'IGN, cela restait plus difficile à retrouver.
Givors - Usine Prénat (01a).jpg
Givors - Usine Prénat (01a).jpg (187.78 Kio) Consulté 324 fois
Givors - Usine Prénat (02a).jpg
Givors - Usine Prénat (02a).jpg (220.78 Kio) Consulté 324 fois
Si pour la société Crochat, sa participation était claire, puisque cette société était partie prenante,
depuis le début du projet Saint Chamond.
Il reste à définir le rôle de la société Niclausse dans ce projet, car, pour tout ce qui n'était pas électrique,
il semble évident que FAMH était, sur ce bassin industriel, parfaitement à même de répondre au besoin.

Bonne soirée - Michel

Répondre

Revenir à « Artillerie Spéciale »