L'Artillerie de tranchée.

Avatar de l’utilisateur
Jean RIOTTE
Messages : 6038
Inscription : sam. nov. 05, 2005 1:00 am

Re: L'Artillerie de tranchée.

Message par Jean RIOTTE » mer. févr. 13, 2008 12:32 pm

Bonjour à toutes et à tous,
Bonjour Bernard et Florian,
Ma contribution à cette nouvelle rubrique, d'après de la doc. perso. ... bien que je ne sois pas "Artilleur".
Peut-être permettra-t-elle d'aider au lancement de cette nouvelle rubrique....

" La guerre de stabilisation s'étant généralisée dès la fin de 1914, il apparut très rapidement nécessaire de créer des matériels nouveaux mieux adaptés aux tirs de destruction des abris contre lesquels le canon de 75 à trajectoire trop tendue était inadapté. Les Allemands possédaient déjà des sortes de lance-bombes, les "minenwerfers" qui provoquaient de lourdes pertes dans no tranchées. Pour s'y opposer, on utilise tout ce que l'on pouvait, et en particulier, on récupéra dans les arsenaux des mortiers anciens de divers calibres dont le 150 qui datait du règne de Louis-Philippe. On improvisa beaucoup et finalement dès 1915, des matériels mieux étudiés commencent à sortir des usines, ce furent les divers types de 58, plus tard, en 1916, le 150 et enfin, le 240. L'Artillerie de Tranchée naquit donc presque spontanément et prit une importance toujours croissante, très appréciée des fantassins, car les artilleurs étaient parmi eux et partageaient leurs risques et leurs souffrances; elle supplée souvent l'artillerie lourde encore insuffisante, d'ailleurs son appellation officielle était: Artillerie légère puissante. Mais tout le monde appelait du même nom l'arme et son servant, le "crapouillot". Ce nom avait été donné, en premier lieu, au vieux mortier Louis-Philippard en raison de sa ressemlance avec un crapaud."
(à suivre)
Sources: L'Artillerie française et ses insiges, par le CHef d'Escadron d'Artillerie Charles Letrait (e.r).
Cordialement.
Jean RIOTTE.

Avatar de l’utilisateur
TURPINITE
Messages : 4307
Inscription : dim. mars 04, 2007 1:00 am

Re: L'Artillerie de tranchée.

Message par TURPINITE » mer. févr. 13, 2008 12:38 pm

Bonjour à tous, bonjour Jean,
je confirme ce que tu nous dis, et plus particulièrement l'appellation de "crapouillot" qui désignait les mortiers lisses de 15 ou 22 qui au sol ressemblait à des crapauds. Ce nom fut récupéré ensuite par l'artillerie de tranchée et surtout sur le matériel de 58bis.
Amicalement
Florian
S'ensevelir sous les ruines du fort, plutôt que de se rendre !
La munition, n'a ni amis, ni ennemis, elle ne connait que des victimes !
Si j'avance, suivez moi! Si je recule, tuez moi! si je meurs, vengez moi !

Avatar de l’utilisateur
Jean RIOTTE
Messages : 6038
Inscription : sam. nov. 05, 2005 1:00 am

Re: L'Artillerie de tranchée.

Message par Jean RIOTTE » mer. févr. 13, 2008 6:58 pm

Bonjour à toutes et à tous,

L'Artillerie de Tranchée (suite).

" Les premières batteries de tranchée furent formées dans les dépôts d'artllerie de campagne, ou sur place, au front même, avec des volontaires venant des régiments d'artillerie, mais souvent aussi des autres Armes, de la Cavalerie en particulier. Ces batteries portaient le n° 101 et suivants pous le calibre 58, 121 et suivants pour le 150 modèle 1916 et 151 et suivants pour le 240.
Chaque batterie comprenait 12 mortiers (sauf pour le 150 et le 240 où il n'y en avait que 6). En 1917, au momment où l'artillerie de tranchée atteint son apogée (3000 mortiers, 300 batteries, 50000 canonniers) elle est réorganisée en groupes spécialisés toujours rattachés à des RA puis, en mars 1918, c'est la création des régiments: 175, 176, 177, 178èmes Régiments d'Artillerie de Tranchée. Chaque régiment est à 10 Groupes de 4 Batteries: 1 ou 2 de 58, 2 ou 1 de 150, 1 de 240. En outre un 179ème RAT regroupait les batteries de tranchée de l'Armée d'Orient."
(à suivre)

Cordialement.
Jean RIOTTE.

Avatar de l’utilisateur
Jean RIOTTE
Messages : 6038
Inscription : sam. nov. 05, 2005 1:00 am

Re: L'Artillerie de tranchée.

Message par Jean RIOTTE » jeu. févr. 14, 2008 5:48 pm

Bonjour à toutes et à tous,

L'Artillerie de Tranchée (suite et fin).

"L'attribut distinctif des crapouillots fut créé en 1915, c'était réglementairement un attribut de spécialité, donc défini par le bulletin officiel. Il se portait sur la manche gauche de la vareuse et représentait une bombe à ailettes découpée en drap bleu foncé.
C'est au 176ème RAT que furent rattachées les premières batteries anti-chars (à l'époque on disait anti-tanks).
En 1919, tous ces régiments sont dissous et absorbés par les nouveaux Régiments d'Artillerie à Pied (RAP) qui en 1923 prendront l'appellation de Régiments d'Artillerie de Position. Un groupe de chacun de ces régiments est armé de mortiers de 150 ou de 240 (les seuls conservés), maintient les traditions et arbore les fourragères gagnées par les batteries de tranchée. Cinq batteries ont reçu cette distinction, fourragère aux couleurs de la Croix de Guerre 1914-1918.
Ces batteries sont:
- 175ème RAT: 10ème Batterie ex-101/12ème RAC, ex-129/59ème RAC;
25ème Batterie ex-130/26ème RAC, ex-104/46ème RAC.
- 176ème RAT: 11ème Batterie ex-103/9ème RAC, ex-174/7ème RAC;
37ème Batterie ex-102/238ème RAC, ex-102/13ème RAC.
- 177ème RAT: 2ème Batterie ex-104/253ème RAC."
Cordialement.
Jean RIOTTE.

Avatar de l’utilisateur
TURPINITE
Messages : 4307
Inscription : dim. mars 04, 2007 1:00 am

Re: L'Artillerie de tranchée.

Message par TURPINITE » jeu. févr. 14, 2008 7:32 pm

Bonsoir à tous, bonsoir Jean,
merci d'avoir pris tous ce temps de recherche pour faire sortir un peu des cartons cette fameuse artillerie de tranchée.
Amicalement
Florian
S'ensevelir sous les ruines du fort, plutôt que de se rendre !
La munition, n'a ni amis, ni ennemis, elle ne connait que des victimes !
Si j'avance, suivez moi! Si je recule, tuez moi! si je meurs, vengez moi !

Jean27
Messages : 211
Inscription : sam. nov. 10, 2007 1:00 am

Re: L'Artillerie de tranchée.

Message par Jean27 » sam. févr. 16, 2008 9:37 pm

Bonsoir
Puisque vous parlez d’artillerie de tranchée, n’oublions pas l’obusier pneumatique d’Edgar Brandt !
Curieux personnage que cet Edgar Brandt qui fur tout à la fois le plus grand ferronnier français du début du XXe siècle (le bouclier du soldat inconnu sous l’arc de Triomphe, c’est Brandt, la porte du monument de la tranchée des baïonnettes, c’est Brandt, le monument des Alsaciens-lorrains à Rethondes, c’est toujours Brandt) ; c’est Brandt qui faut l’inventeur du génial mortier de 81 mm (modèle 1927-1931), l’inventeur de la grenade à fusil, il est à l’origine du Bazooka… ; le nom d’Edgar Brandt fut donné après la guerre au grand groupe électroménager ‘(actuellement absorbé par l’Espagnol Fagor).
Pour mettre au point son mortier de 81 mm, Brandt avait pris le tube du mortier anglais Stokes qui utilisait des tubes de tentes non alésés. Cet « emprunt » valut d’ailleurs à Brandt un difficile procès qu’il gagna, car il y avait autant de similitudes entre son mortier et celui de Stokes, qu’entre une 2CV et une Ferrarri. Surtout la munition, le projectile autopropulsé (on ne parle pas d’obus pour un mortier !) en forme de profil de poisson était très différent et très complexe. Aujourd’hui cette arme révolutionnaire pour l’époque est toujours utilisée, puisque les mortiers qui tirent aujourd’hui au Tchad ou en Irak sont des clones du mortier Brandt 1927-1931.
Curieusement l’obusier pneumatique (certains disent le mortier pneumatique) de 60 mm n’a pas eu de descendance, cette arme de tranchée utilisait comme force de propulsion la détente d’un gaz comprimé, soit du gaz carbonique liquéfié conservé dans des bouteilles (on ne savait pas alors liquéfier l’oxygène, donc pas d’air liquide), soit de l’air comprimé provenant d’un réservoir dans l’arme gonflé par trois pompes à pied manœuvrées par de solides gaillards. Les munitions étaient diverses : soit des projectiles explosifs, soit de fumigènes, des projectiles avec du gaz, même il existait des projectiles avec une petite cavité dans laquelle on mettait des messages. Cette arme fut adoptée curieusement par le Génie, Brandt reçut alors la commande de plusieurs millions de munitions fabriquées à Villeneuve-Saint-George.
Je cherche toujours un musée qui conserve un obusier Brandt de 60 mm complet en état de marche pour voir l’allure de l’engin ! Je ne sais pas si le musée du 6e Génie à Angers en possède un, je vais me renseigner là-dessus !
Enfin l’obusier Brandt, le mortier Brandt, comme toutes les armes comparables, forment l’artillerie de tranchée, mais cette artillerie est servie par des fantassins ! Il y a de l’artillerie de tranchée, par d’artilleurs de tranchée. Ainsi dans les années trente, quand Brandt mit au point un mortier de 120 mm (fabriqué après la IIWW) cette initiative fut très mal considérée par les artilleurs qui voyaient leur monopole disparaître !

Si vous voulez en savoir plus sur Brandt, allez sur ce site :
pagesperso-orange.fr/sedlouviers/index.html
Cordialement

Jean27
Messages : 211
Inscription : sam. nov. 10, 2007 1:00 am

Re: L'Artillerie de tranchée.

Message par Jean27 » sam. févr. 16, 2008 9:41 pm

voici l'allure qu'a cet obusier pneumatique, présenté par Brandt en tenue de fantassin.Image

Jean27
Messages : 211
Inscription : sam. nov. 10, 2007 1:00 am

Re: L'Artillerie de tranchée.

Message par Jean27 » dim. févr. 17, 2008 1:05 am

Rebonsoir
en relisant les jolies pages de Jean Riotte, je constate que des artilleurs avaient été dépêchés dans les tranchées pendant la GG, autant pour moi, mais durant la IIWW, ce sont bien des fantassins qui utilisaient le mortier de 81 mm. Ces deux conflits sont comparables, mais non identiques !
Cordialement

Avatar de l’utilisateur
Bernard Plumier
Messages : 1511
Inscription : ven. janv. 14, 2005 1:00 am

Re: L'Artillerie de tranchée.

Message par Bernard Plumier » lun. févr. 18, 2008 3:38 am

Bonjour,

en ce qui concerne les obusiers pneumatiques Français, je viens justement de mettre à jour sur mon site www.passioncompassion1418.com les fiches de certains mortiers de ce genre encore visibles de nos jours :

Brandt - Lhuillier de 120 mm : http://www.passioncompassion1418.com/Ca ... erBxl.html

Image

Dormoy - Chateau de 50 mm : http://www.passioncompassion1418.com/Ca ... auBxl.html

Image

Brandt mle 1915 de 60 mm : http://www.passioncompassion1418.com/Ca ... ennes.html

Image

Brandt mle 1916 de 60 mm : http://www.passioncompassion1418.com/Ca ... illes.html

Image

En espérant que cela puisse vous aider

Amicalement

Bernard
"- ... On s'amuse bien : tous les soirs nous enterrons nos copains !"
"La Peur" (en permission) - G. Chevalier


http://www.passioncompassion1418.com - http://canonspgmww1guns.canalblog.com/

Remi Hebert
Messages : 110
Inscription : lun. nov. 08, 2004 1:00 am

Re: L'Artillerie de tranchée.

Message par Remi Hebert » lun. févr. 25, 2008 11:27 pm

Bonjour à toutes et à tous,

L'Artillerie de Tranchée (suite).

" Les premières batteries de tranchée furent formées dans les dépôts d'artllerie de campagne, ou sur place, au front même, avec des volontaires venant des régiments d'artillerie, mais souvent aussi des autres Armes, de la Cavalerie en particulier. Ces batteries portaient le n° 101 et suivants pous le calibre 58, 121 et suivants pour le 150 modèle 1916 et 151 et suivants pour le 240.
Chaque batterie comprenait 12 mortiers (sauf pour le 150 et le 240 où il n'y en avait que 6). En 1917, au momment où l'artillerie de tranchée atteint son apogée (3000 mortiers, 300 batteries, 50000 canonniers) elle est réorganisée en groupes spécialisés toujours rattachés à des RA puis, en mars 1918, c'est la création des régiments: 175, 176, 177, 178èmes Régiments d'Artillerie de Tranchée. Chaque régiment est à 10 Groupes de 4 Batteries: 1 ou 2 de 58, 2 ou 1 de 150, 1 de 240. En outre un 179ème RAT regroupait les batteries de tranchée de l'Armée d'Orient."
(à suivre)

Cordialement.
Jean RIOTTE.


Bonsoir Jean, bonsoir à tous,



Merci de toutes ces informations qui apportent des réponses à des questions que je me posais souvent depuis longtemps.

Un pb résiduel cependant : je lis que les batteries portaient le n° 121 et suivants pour le 150 (et 101 et s. pour le calibre 58) . Or , le journal de tranchées "Bombardia" se présente comme étant la gazette de la 121° batterie de 58 :???: du 11° R.A.

Où est l'erreur s'il y en a une ?

Merci de bien vouloir m'éclairer


Bien cordialement :jap: :jap: :jap:


Remi Hébert




Répondre

Revenir à « Artillerie de tranchée »