Eclatement canon de 75 fin août 1917

Guitardiere
Messages : 555
Inscription : dim. août 15, 2010 2:00 am

Eclatement canon de 75 fin août 1917

Message par Guitardiere » dim. août 26, 2018 6:55 pm

Bonjour,
Je travaille sur un soldat du 226e RAC/RACP, 2e groupe, 25e batterie, maître pointeur, qui décède le 31 août 1917 à Fleury devant Douaumont, par éclatement de sa pièce, un canon de 75.
Les problèmes de munitions de mauvaise qualité n'étaient-ils toujours pas résolus à cette date ?
Ou existe-t-il d'autres causes d'éclatement de canon ?
Merci de votre aide.
Cordialement - Juliette
Guitardiere

ALVF
Messages : 6092
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am

Re: Eclatement canon de 75 fin août 1917

Message par ALVF » dim. août 26, 2018 10:30 pm

Bonsoir,

Tout d'abord, je rappelle quelques sujets anciens évoquant les causes principales des éclatements de tubes de 75:
viewtopic.php?f=32&t=51913&hilit=eclatement
viewtopic.php?f=32&t=52150&hilit=eclatement
viewtopic.php?f=32&t=11335&hilit=eclatement

En 1917, les deux "grandes" crises du 75 sont jugulées (crise des obus de mauvaise qualité de 1915 et crise des premières fusées IA (instantanées) de 1916). Toutefois, les causes d'éclatement sur le champ de bataille résumées dans le sujet "La mort des canons sur le champ de bataille" demeurent.
Il faut prendre aussi en compte l'incroyable production des obus de 75 qui sortent des ateliers de chargement à la cadence de plus de 200.000 obus par jour en 1917. Des "mauvaises séries" de production sont toujours possible dans les usines et ateliers de chargement.
Sur le champ de bataille, les deux principales causes d'éclatement sont provoquées:
-par l'introduction dans l'âme de la pièce de corps étrangers pour des raisons diverses.
-par l'incroyable cadence de tir observée lors des offensives où les pièces de 75 peuvent tirer chacune jusqu'à 600 coups par jour et ce pendant plusieurs journées.
Je possède un livret de pièce de 75 qui montre qu'un 75 a tiré 575 coups dans la seule journée du 15 août 1917 lors de la préparation de l'attaque du 20 août où les pièces ont tiré intensivement pendant 10 jours.
Il y a bien sûr des limites de sécurité imposées relatives aux cadences de tir, au nombre de coups à tirer, aux périodes de "repos" de la pièce, etc... mais les circonstances du combat font que ces limites sont parfois dépassées.
Lors des "offensives à objectifs limités" de l'été et l'automne 1917 où le général Pétain veut obtenir des résultats spectaculaires à faible coût humain relatif, le commandement ne lésine pas sur les quantités de munitions tirées. Lors de la seule bataille du 20 août 1917, les 75 tirent plus de 3.000.000 de coups en 10 jours.
Ceci signifie que sur un front de 20 km, tenu par une seule Armée, la consommation de 10 jours de préparation et de combat a représenté à peu près la même quantité de projectiles que celle consommée par toute l'Armée française d'août 1914 à fin décembre 1914 sur des fronts de centaines de kilomètres et pendant des opérations de grande importance (bataille des frontières, la Marne, l'Yser, etc...).
On comprend qu'avec de telles quantités de munitions tirées, les accidents soient inévitables même si la qualité des munitions est devenue très bonne (moins bonne qu'en temps de paix mais néanmoins de bonne qualité générale).
Cordialement,
Guy François.

Guitardiere
Messages : 555
Inscription : dim. août 15, 2010 2:00 am

Re: Eclatement canon de 75 fin août 1917

Message par Guitardiere » lun. août 27, 2018 10:41 am

Merci Guy pour ces explications très claires. Bonne journée - Juliette
Guitardiere

Répondre

Revenir à « Artillerie »