Principe de fonctionnement d'un "déboucheur"

breizh820
Messages : 367
Inscription : dim. juil. 01, 2007 2:00 am

Re: Principe de fonctionnement d'un "déboucheur"

Message par breizh820 » jeu. juil. 02, 2009 8:19 pm

Bonjour à tous,
je n'ai pas trouvé, en utilisant le moteur de recherche, le principe de fonctionnement du "débouchoir" pour canon de 75.
J'avais un doute concernant ce nom mais le post de Marck (composition d'un RA, du 18/4/09) en fait bien mention (un soldat déboucheur).
J'ai pu observer cet appareil au musée des Armées mais je serai curieux de connaitre son fonctionnement: réglage par des disques, perforation par des leviers, utilisation pour deux obus à la fois?.....
J'admire le travail d'érudition que nous adresse Turpinite en tête de cette rubrique au sujet des marquages à froid et à la peinture des obus et douilles. Sachant que les cartouches étaient rangées dans le caisson de façon à ne présenter que le culot, je me permets de lui demander de quelle manière opéraient les pourvoyeurs, qui ne voyaient pas les différentes couleurs, pour approvisionner très rapidement les différents obus réclamés par l'officier de tir.
Et pardon si cette question a déjà été évoquée.
Merci pour les infos à venir.
Kénavo.
Louis

Avatar de l’utilisateur
TURPINITE
Messages : 4301
Inscription : dim. mars 04, 2007 1:00 am

Re: Principe de fonctionnement d'un "déboucheur"

Message par TURPINITE » jeu. juil. 02, 2009 9:23 pm

Bonsoir Louis, bonsoir à tous,

pour faire simple, un débouchoir, quelqu'il soit, est prévu pour déboucher des fusées à double effet.
Il existe des débouchoirs qui reçoivent l'obus comme celui que tu as vu avec boites d'ogive, d'autre se place sur un caisson et reçoivent la fusée seulement, c'est le cas pour le débouchoir du canon de 155c Schneider Mle 1917.
FlorianImage
Dans les tourelles de 155r Galopin, le débouchoir est suspendu à une potence dans la chambre inférieure.
Celles-ci sont munies de petits trous sur un tracé hélicoïdal. Chaque trou correspond à 1 seconde. Les trous intermédiaires plus petit correspondent à des demi-secondes.

Pour le 75, Lorsque les obus arrivent, il sont encartouchés et c'est au dernier moment que les fusées sont vissées dessus.

Une fois l'obus placé dans sa boîte d'ogive, le brigadier déboucheur ou artificier, reçoit l'ordre de régler le correcteur.

C'est la petite réglette qui se trouve au dessus du plateau des distances.

Le correcteur se règle à l'aide d'un curseur qui se déplace sur la réglette et qui maintenu en place par une vis.

Le correcteur est gradué en millième.

Ensuite, tu as un plateau avec des distances en mètres.

La manivelle au centre, sert à faire tourner le plateau. La manivelle entraîne également les boîtes d'ogive, qui au fur et à mesure, montées sur un pas de vis, monte au descende selon le réglage afin de placer le poinçon à la hauteur du trou que l'on doit déboucher sur la fusée.

Un curseur fixe, indique la distance à laquelle l'on veut tirer. Donc en tournant, la manivelle, le plateau verra ses graduations se déplacer vers ce curseur, il suffira de s'arrêter en face de celui-ci pour que l'obus éclate à la distance indiquée.

Suite à cette opération, le déboucheur appuiera sur les poignées placées de chaque côté du débouchoir pour percer les fusées à l'endroit voulu.

par exemple, le trou 3 percé, correspond à trois secondes, donc sur le plateau tu devras avoir la distance de 1600m indiquée.

Lors du départ du coup, la fusée s'arme et le cordon de poudre hélicoïdal commence à brûler, des fusées sont réglées pour 22, 31, 49, 51 secondes, etc.

Le fait de percer l'un des trous, permet de créer une lumière vers le tube central de la fusée qui ensuite fera exploser l'obus.
Lorsque l'on perce la fusée, on perce non seulement le trou de la coiffe en laiton, mais également le barillet intérieur sur lequel est placé le cordon de poudre.

Plus le perçage se rapprochera de 0, plus vite l'obus explosera.

Le correcteur comme son nom l'indique servant à corriger ou modifier légèrement un tir.

Pour le 75, il y a trois types de débouchoirs, le simple Mle 1897, pour fusées DE de 22/31 et le modèle mixte qui est nommé Mle 1897 modifié pour les fusées de 24/31, le troisième étant prévu pour les fusées 1889T, canon de 75 anti aérien.

On trouve le texte explicatif du fonctionnement et du nettoyage du débouchoir dans les manuels à l'usage de l'artillerie légère, des caporaux et sous-officiers,etc....

Sur l'image ci-dessous, tu as le débouchoir simple Mle 1897 à droite, et au centre, le débouchoir de siège pour obus de 120 et 155, qui lui se dépose sur l'obus, le réglage se faisant directement sur la fusée qui est déjà en place sur l'obus.

Image

Pour ce qui est de la reconnaissance des obus sur le 75, il n'y a que deux types d'obus par caisson, à savoir obus à balles, obus explosif.
L'obus à balles encartouché n'a pas de marquages au culot.
L'obus explosif, lui les marquages relatifs à son chargement.

Pour les obus en caisse, les caisses portent dans chaque angle, les mêmes couleurs que la munition.

Je ferai un post à ce sujet qui sera ajouté aux autres.

Voilà, ce n'est pas très claire, je sais, rien ne vaut la pratique crois moi, la manipulation pendant des années de ces engins, fait que lorsque l'on est devant tout va bien pour expliquer, c'est du visuel, mais comme ça, c'est pas facile.



Amicalement
Image
Image
S'ensevelir sous les ruines du fort, plutôt que de se rendre !
La munition, n'a ni amis, ni ennemis, elle ne connait que des victimes !
Si j'avance, suivez moi! Si je recule, tuez moi! si je meurs, vengez moi !

ALVF
Messages : 5982
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am

Re: Principe de fonctionnement d'un "déboucheur"

Message par ALVF » jeu. juil. 02, 2009 11:57 pm

Bonsoir,

Pour illustrer les explications de Florian, je joins trois schémas qui permettent de mieux comprendre comment fonctionne le débouchoir.

Image

Image

Image

Pour la petite histoire, le Capitaine Demangel a revendiqué dans une petite brochure éditée à Besançon en 1914 être l'inventeur principal du débouchoir à cadran pour fusées à double effet.Le général Négrier a donné son appui total à cette revendication mais le Cne Demangel a fait l'objet de multiples pressions de la hiérarchie et du ministre de la guerre pour cesser cette revendication et ne pas publier sa brochure.
Le Cne Demangel a donc fait paraître à compte d'auteur une brochure explicative des études sur le débouchoir entreprises depuis 1891 et a envoyé à des amis officiers cette brochure qui est d'une grande rareté et témoigne des "souffrances de l'inventeur" dans l'armée française.
Une phrase du Général commandant le 7ème Corps d'Armée résume bien le problème: "Evidemment, si vous aviez travaillé pour l'industrie, çà vous aurait au moins rapporté de l'argent!"
Cette histoire est une illustration du drame des techniciens de premier ordre de l'artillerie française condamnés à "végéter" dans des grades subalternes ou à partir dans l'industrie, c'est ainsi que les plus célèbres officiers inventeurs, Deport, Rimailho, Filloux, Tournier ont tous quitté l'armée pour les grandes sociétés d'armement avant 1914.
Cordialement, Guy.

Avatar de l’utilisateur
TURPINITE
Messages : 4301
Inscription : dim. mars 04, 2007 1:00 am

Re: Principe de fonctionnement d'un "déboucheur"

Message par TURPINITE » ven. juil. 03, 2009 1:10 pm

Bonjour à tous,

merci Guy pour ce complément d'infos !

Louis, voici des planches que j'ai faites pour mon livre représentant les caisses de 75, leurs marquages et couleurs.

Image
Image

Amicalement
Florian
S'ensevelir sous les ruines du fort, plutôt que de se rendre !
La munition, n'a ni amis, ni ennemis, elle ne connait que des victimes !
Si j'avance, suivez moi! Si je recule, tuez moi! si je meurs, vengez moi !

breizh820
Messages : 367
Inscription : dim. juil. 01, 2007 2:00 am

Re: Principe de fonctionnement d'un "déboucheur"

Message par breizh820 » ven. juil. 03, 2009 1:59 pm

Merci Florian, merci Guy pour votre aide.
après ces explications le fonctionnement parait simple: le réglage du temps se faisant par un percement à hauteur variable de la fusée, il suffit de faire coincider la position d'un disque indiquant le temps avec un poinçon réglable en hauteur.
Le disque tournant grace à une manivelle et le poinçon étant actionné par un bras de levier.
En ce qui concerne le fonctionnement de la fusée j'avais les renseignements tirés de "Passion et Compassion".
J'ose, encore, demander deux précisions:
_ dans votre texte, Florian, et sur votre croquis, Guy, je ne trouve pas d'explication concernant la réglette de correction: je ne vois pas d'engrenage mécanique pouvant influencer un réglage quelconque, à moins que cette réglette ne porte le repère du réglage du temps!!!
_ à vous lire j'ai compris, Florian, que la cartouche de 75 est complète mais que la fusée est montée avant le tir. Sur la caisse que vous présentez en deuxième message il y a une indication du type de fusée. Ceci signifie-t-il que les fusée sont stockées, à part, dans la même caisse?
J'imagine que le montage ne devait pas être évident lorsqu'il était nécessaire de tirer rapidement, ou sous la pluie ou la nuit.
De plus, lors d'un départ rapide (batterie repérée et contre-battue) les fusées, équipant les obus prévus pour être tirés, devaient-elles être démontées ou les cartouches pouvaient-elle être stockées dans le caisson avec cette fusée en place?
Je suis content de savoir que vous envisagez de continuer les messages de vulgarisation figurant en tête de la rubrique "Artillerie".
J'attends avec impatience d'y voir figurer la manière dont étaient réglées les fusées type 80 . Peut-être grâce à un appareil identique à celui utilisé pour les obus de 120 figurant dans votre message?
Merci encore .
Kénavo.
Louis









J'ose, encore, demander

Avatar de l’utilisateur
TURPINITE
Messages : 4301
Inscription : dim. mars 04, 2007 1:00 am

Re: Principe de fonctionnement d'un "déboucheur"

Message par TURPINITE » ven. juil. 03, 2009 2:20 pm

Bonjour à tous,

oui le correcteur influence le réglage au niveau du temps de trajectoire, mais ce sont des réglages en millièmes, donc très précis, qui permettront de solutionner les problèmes liés au tir lors d'intempéries, etc...
En artillerie, on tient compte de plusieurs paramètres, notamment le vent qui peut influencer les tirs.
Le correcteur peut avoir comme vocation, de raccourcir ou rallonger de quelques mètres les tirs.

Pour les caisses, oui les cartouches sont munies de leur fusée.

Les munitions comme le 75, lorsqu'elle se trouve en caisson, ou autre véhicule, ne sont complétées que lors de la mise en batterie. Elles possèdent un bouchon de transport qui ferme la gaine relais. lors des préparations de mise en batterie, les munitions sont préparées, on retire le bouchon et l'on visse la fusée correspondante.
Les pourvoyeurs d'une pièce servent à cela, c'est le brigadier déboucheur ou artificier qui se charge de surveiller les manipulations.

Amicalement
Florian
S'ensevelir sous les ruines du fort, plutôt que de se rendre !
La munition, n'a ni amis, ni ennemis, elle ne connait que des victimes !
Si j'avance, suivez moi! Si je recule, tuez moi! si je meurs, vengez moi !

breizh820
Messages : 367
Inscription : dim. juil. 01, 2007 2:00 am

Re: Principe de fonctionnement d'un "déboucheur"

Message par breizh820 » ven. juil. 03, 2009 10:35 pm

Merci Florian pour ces renseignements et au plaisir de lire vos nouveaux post d'information en tête de rubrique.
Kénavo.
Louis

ALVF
Messages : 5982
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am

Re: Principe de fonctionnement d'un "déboucheur"

Message par ALVF » ven. juil. 03, 2009 11:25 pm

Bonsoir,

Un petit complément sur un accessoire associé aux cartouches de 75 mm: le "décapsuleur".
Peu avant la guerre, la protection des fusées à double effet contre l'humidité et les chocs fut améliorée au moyen de chapeaux d'étain appelés "capsules", très efficaces mais apportant une contrainte supplémentaire du fait de l'obligation d'employer un "décapsuleur".
Chaque caisson de 75 mm porte, de part et d'autre du débouchoir deux "décapsuleurs" qui permettent d'arracher la capsule après l'introduction de l'ogive de la cartouche dans l'appareil.A l'issue du décapsulage, on peut utiliser le débouchoir.Ces capsules onéreuses seront abandonnées pendant et après la guerre.
Dans les tourelles de 75 mm des ouvrages, on trouve deux décapsuleurs à l'étage intermédiaire.
Cordialement, Guy.

Avatar de l’utilisateur
TURPINITE
Messages : 4301
Inscription : dim. mars 04, 2007 1:00 am

Re: Principe de fonctionnement d'un "déboucheur"

Message par TURPINITE » sam. juil. 04, 2009 3:00 pm

Bonjour à tous, bonjour Louis, bonjour Guy,

afin d'illustrer les explications de Guy, voici ci-dessous des fusées DE munies de leur coiffe.

Image

Ici, le décapsuleur dont nous parle Guy

Image

Pour le correcteur, ne cherche pas d'engrenage, aucune relation directe avec le disque des distances.

Le correcteur se déplace devant une réglette circulaire graduée de 0 à 40 ou 60 millièmes.

Le correcteur est constitué d'un curseur (bleu) avec un repère rouge.

Le correcteur est maintenu en place par une oreille mollette de serrage (jaune).

Le correcteur est toujours réglé en premier.

Pour indiquer une correction, par exemple "16 millièmes", l'ordre sera donné "correcteur au 16". (graudation orange).

Une fois le correcteur placé correctement, il suffira de faire tourner le disque des distances et d'amener la distance voulue face au repère rouge du correcteur.

Celui-ci créant un décalage, soit vers la gauche ou la droite, cela influencera le tir.

Si l'on décide de deux tirs à la distance de 2500m avec le corecteur au 16 et l'autre au 14, les deux obus ne tomberont pas au même endroit.

Image
Image
Image
Image
Image
Image

Amicalement
Florian
S'ensevelir sous les ruines du fort, plutôt que de se rendre !
La munition, n'a ni amis, ni ennemis, elle ne connait que des victimes !
Si j'avance, suivez moi! Si je recule, tuez moi! si je meurs, vengez moi !

Avatar de l’utilisateur
Marck
Messages : 88
Inscription : lun. avr. 13, 2009 2:00 am

Re: Principe de fonctionnement d'un "déboucheur"

Message par Marck » dim. juil. 05, 2009 6:37 pm

Le millième d'artillerie est, si mes souvenirs sont exacts, l'angle correspondant à la portion d'arc de cercle sous tendu par une corde de 1 mètre à une distance de 1000 mètres.
Un cercle de 360° correspond à environ 6400 millièmes.
Désolé pour les termes mais la géométrie scolaire est bien loin.
A+
Marck

Répondre

Revenir à « Artillerie »