Sections d'artillerie lourde

Aéronautique, unités, avions & aviateurs
Avatar de l’utilisateur
fredo64
Messages : 909
Inscription : jeu. avr. 07, 2011 2:00 am

Re: Sections d'artillerie lourde

Message par fredo64 » mar. déc. 25, 2018 3:18 pm

re-

si tous les CCC sont aussi bien tenus, on devrait pouvoir y retrouver vos petits :)

il semble que les premières SAL voient le jour dès le troisième trimestre 1915 :

- d'après les CCC de la MF 22, au 10.10.1915, prise en subsistance de deux SAL :
- SAL "à la MF 22" (Watteau, Chabrol et Brun, tous de la C 56) ;
- SAL "détachement C 56" (Helfenheim, Roussin et Lehmann, de la C 56).
le 29 du même mois, le détachement de la C 56 retourne à son unité.

- d'après les CCC de la C 56 (1er trim. 1916) : liste des personnel détachés à la section d'artillerie lourde "C 222" (Watteau, qui en prend le commandement, Roussin, Helfenheim, Brun, Bart, de Sérancourt (obs) + personnel technique).


cdlt,
Fred
"Si Dieu voulait interdire de boire, aurait-il fait vin si bon?" (Richelieu).

Avatar de l’utilisateur
fredo64
Messages : 909
Inscription : jeu. avr. 07, 2011 2:00 am

Re: Sections d'artillerie lourde

Message par fredo64 » mar. déc. 25, 2018 4:18 pm

re-


je reprends, car j'ai loupé une ligne.
- 10.10.1915, Watteau, Brun et Chabrol sont affectés à la MF 22, où ils forment une SAL ; dans le même temps, des personnels de la C 56 arrivent en subsistance à la MF 22, pour la même raison.
- 29.10.1915, le personnel de la C 56 rejoint son unité.
- 31.10.1915, Watteau , Brun et Chabrol sont transférés à la C 56.
- à/c du 10.01.1916, du personnel est affecté à la MF 22 pour former la SAL 201 (Cne Routy).
- dans le même temps, la SAL 202 est formée à la C 56 (Cne Watteau).
- 01.03.1916, le SAL 201 cesse sa subsistance auprès de la MF 22.
- 16.03.1916, la SAL 203 passe en subsistance à la MF 22.

concernant la prise de rang en tant qu'escadrilles, on retrouve la mention dans quelques uns des CCC datés du 3e trim. 1916 :
- pour la 201 : au 25.09.1916 (note de service n°24.772 / GQG du 31.08.1916).
- pour la 203 : à date inconnue (décision n°1.559 / GQG du 02.09.1916).
- pour la 204 : au 11.09.1916 (lettre n°1.559 / GQG du 02.09.1916).
- pour la 206 : au 05.09.1916.
- pour la 211 : au 20.10.1916 (décision n°8.429 / GQG du 10.10.1916).
- pour la 228 : au 01.10.1916 (décision n°17.693 / GQG du 20.09.1916).

donc, contrairement à ce que je pensais au début, rien n'est vraiment chronologique.

cdlt,
Fred
"Si Dieu voulait interdire de boire, aurait-il fait vin si bon?" (Richelieu).

Avatar de l’utilisateur
Lucien Morareau
Messages : 1230
Inscription : mer. oct. 10, 2007 2:00 am

Re: Sections d'artillerie lourde

Message par Lucien Morareau » mar. déc. 25, 2018 6:47 pm

Bonsoir,

Je suis arrivé, à des chouïas près, aux mêmes conclusions que vous. Je vais maintenant affiner avec les affectations individuelles des pilotes en prenant en compte les dates de leur mutations des escadrilles "mères" vers les 2XX.

Merci en tout cas de votre implication à m'aider à mettre de l'ordre dans ce capharnaüm...

LM

Avatar de l’utilisateur
Lucien Morareau
Messages : 1230
Inscription : mer. oct. 10, 2007 2:00 am

Re: Sections d'artillerie lourde

Message par Lucien Morareau » mer. déc. 26, 2018 3:18 pm

Ben, il ne me reste plus qu'à me mettre au boulot !

Merci encore à tous.

LM

pf mary
Messages : 185
Inscription : lun. nov. 21, 2011 1:00 am

Re: Sections d'artillerie lourde

Message par pf mary » mer. déc. 26, 2018 3:48 pm

Bonjour,
Avez-vous une source précise qui évoque cette subdivision en « section »? Il me semblait que celles ci avant la guerre rassemblaint les troupes d’un même centre militaire, fournissant les effectifs des escadrilles « pour la manœuvre ».
Cordialement.
PF Mary

Avatar de l’utilisateur
fredo64
Messages : 909
Inscription : jeu. avr. 07, 2011 2:00 am

Re: Sections d'artillerie lourde

Message par fredo64 » mer. déc. 26, 2018 8:44 pm

bonsoir M. Mary.


les sections dont nous parlons ici sont des "sections de combat". elles n'ont pas d'existence officielle, puisqu'elles ne sont considérées que sur le plan tactique. autrement dit, il s'agit d'affecter à une mission donnée le nombre d'avions nécessaire à son exécution. dans certains cas, notamment dans la chasse, on les retrouve nommées "patrouilles".
si, dans le cas présent, on parle de SAL, on sait qu'il y eut des sections d'avions de chasse qui devinrent, elles aussi, escadrilles après avoir vécu un temps en subsistance auprès d'escadrilles dument formées.

en revanche, les sections que vous évoquez étaient des entités administratives, détachées des compagnies qui entraient dans la composition des groupes d'aviation (1er, 2e et 3e GA). en gros, les groupes servaient (entre autres) de dépôt. selon leur spécialité, les personnels étaient affectés à des compagnies (de mémoire, 7 en 1912, puis 18 ou 19 en 1918), dont des sections étaient affectées aux centres d'aviation ou aux écoles.

espérant avoir été suffisamment clair,

cdlt,
Fred
"Si Dieu voulait interdire de boire, aurait-il fait vin si bon?" (Richelieu).

pf mary
Messages : 185
Inscription : lun. nov. 21, 2011 1:00 am

Re: Sections d'artillerie lourde

Message par pf mary » ven. déc. 28, 2018 10:04 am

Bonjour Frédéric,
Merci pour ces précisions. AVANT 1914, il semble que les textes ne prévoient pas INITIALEMENT d'existence permanente aux escadrilles, celles-ci devant être armé (au sens maritime) au coup par coup pour la manœuvre ou les opérations à partir des effectifs des sections, numérotées dans la trentaine; les pilotes sont-ils affectés à ces sections ? Une fois la guerre commencée, les escadrilles acquièrent une existence permanente; ces sections administratives continuent-elles à votre avis d'exister ?
Meilleurs Vœux.
PFM

Avatar de l’utilisateur
fredo64
Messages : 909
Inscription : jeu. avr. 07, 2011 2:00 am

Re: Sections d'artillerie lourde

Message par fredo64 » ven. déc. 28, 2018 6:05 pm

bonsoir à tous.


le problème provient du fait que ce genre d'unités était considéré comme auxiliaires. du coup, les sources sont rares, et pas toujours chronologiques. de plus, il existe plusieurs types de liens hiérarchiques : le lien organique, le lien tactique, et le lien logistique. et pour certains aspects de la vie d'une escadrille ces liens peuvent être inter-dépendants, donc difficiles à démêler. ceci tout en considérant que les choses évoluent dans le temps, parfois de façon assez subtile, ce qui peut amener à des anachronismes.

sur la plan de l'emploi (tactique), dans un premier temps, les escadrilles dépendent des commandants des centres de rattachement ; plus tard, en 1914, elles dépendent des corps d'armées (temps de paix), puis de diverses entités, selon la mission : régiment d'artillerie, corps d'armée (infanterie ou cavalerie), EM divers, etc. (temps de guerre).
sur le plan administratif (organique), elles dépendent d'abord de sections, puisqu'elles sont affectées à un centre. plus tard, après qu'elles soient devenues nomades et, à mon sens, par soucis de simplification, ne sera plus mentionné que le rattachement au groupe d'aviation : 1er groupe (intérieur), 2e groupe (front de l'est), ou 3e groupe (terrains opérationnels extérieurs). mais, dans les faits, le personnel est géré :
- lorsque l'unité est attachée à un centre, par une section. là, l'origine du personnel, et sa formation, évolueront dans le temps d'abord section d'aviation, elle finira section d'ouvriers de l'aviation.
- lorsque l'unité est attachée à un théâtre d'opération, par une compagnie (en fait, s'il existe du personnel administratif au sein de chaque unité d'aviation, escadrille, parc, etc., celui-ci n'est pas toujours présent en nombre suffisant pour constituer une section complète ; d'où ce rattachement à une compagnie. nota : la compagnie évoluera en groupes d'ouvriers de l'aviation.

enfin, pour répondre à votre dernière question : oui, les sections survivent à la guerre. pour preuve, le tampon de la 32e section d'aviation de Pau est toujours utilisé en 1919-1920.

dernier point : la spécialisation des compagnies est assez difficile à cerner. néanmoins, lorsque l'on consulte les fiches MdH, on peut constater que le personnel technique est très souvent attaché aux 14e, 15e, 17e et 18e compagnies ... mais tout ceci reste à confirmer :)


cdlt,
Fred
"Si Dieu voulait interdire de boire, aurait-il fait vin si bon?" (Richelieu).

Répondre

Revenir à « AVIATION »