KROSFOND Vapeur norvégien

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
olivier 12
Messages : 4098
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

KROSFOND Vapeur norvégien

Message par olivier 12 » mar. févr. 09, 2021 1:34 pm

Bonjour à tous,

KROSFOND

Vapeur norvégien construit en 1904 au chantier Wood Skinner de Bill Quay (Newcastle) sous le nom de CARMELINA.

1694 tx JB 1075 tx JN 2260 tpl Longueur 79 m Largeur 11,2 m 1 machine 3 cylindres à triple expansion. 2 chaudières 1 hélice 12 nœuds
Indicatif MPBS Cote 1A1 du Véritas

1904 CARMELINA A/S Carmelina Oslo
1912 CARMELINA Grefstad & Herlofsen D/S A/S Arendal
1915 KROSFOND Svithun Linjen A/S Sigval Bergesen Stavanger

Voici ce navire sous le nom de CARMELINA

Image

La perte de KROSFOND le 22 Novembre 1917

Le navire effectue une traversée Newport – Rouen via Falmouth avec un chargement de 2100 t de charbon. Il a quitté Newport le 21 Novembre à 21h30.

Capitaine Simon SVENSEN de Stavanger
Equipage de 20 hommes : 1 Suédois, 2 Danois, 2 Chilien, 1 Mexicain, 1 Espagnol, 1 Portugais, le reste Norvégiens.
Pas de passagers

Rapport du capitaine

Le journal de bord et tous les papiers ont été perdus en raison de la rapidité du naufrage. Le capitaine écrit le rapport suivant :

A 17h00 le 22 Novembre le navire a ralenti en raison du brouillard. A 20h15 passé le feu du cap Lizard à 1,5 milles et fait route sur la bouée de Manacle. Un veilleur sur le gaillard. Feux de côté allumés. A 21h20 mis la machine sur « Attention ». Le 2e lieutenant descend de la passerelle pour voir si tout est en ordre et préparer le mouillage. Le 1er lieutenant et ceux qui ne sont pas de quart sont couchés. A 21h30, à 1,5 mille par le travers de la bouée de Manacle, une violente explosion se produit à tribord entre les écoutilles 3 et 4 projetant en l’air du charbon et le matériel de pont, broyant le canot tribord et détruisant le transmetteur d’ordres. Il est impossible de demander l’arrêt de la machine. Je me précipite au pont des canots pour donner les ordres nécessaires à l’équipage présent. L’arrière du pont est sous l’eau et une partie de l’équipage est dans le canot tandis que le reste se laisse glisser par les palans.
Je saute à l’eau et nage vers un objet, avec prudence car je crains que ce ne soit le sous-marin. Mais c’est notre propre yole, quille en l’air. Je m’accroche à elle et j’entends des appels à l’aide. Je conseille à celui qui criait de nager contre le vent et la mer. Il vient alors vers moi et je reconnais le 2e lieutenant. Nous essayons de monter sur la quille mais n’y réussissons pas. Finalement nous nous asseyons chacun à une extrémité de l’embarcation. Vers 03h00 ddu matin, le 2e lieutenant meurt de froid.
Vers 05h30, je suis recueilli par le vapeur BORGNY, de Christiania, capitaine HANSEN, après être resté huit heures dans l’eau. Je suis débarqué à Falmouth le 23 à 09h00 du matin. Je rencontre alors les quatre hommes sauvés de l’équipage qui me déclarent qu’ils sont tout ce qui reste de l’équipage. Ils étaient sur les radeaux et ont été recueillis à 03h00 par un patrouilleur.

L’explosion ayant eu lieu tout à l’arrière, je pense qu’elle est due à une torpille. Quand j’ai vu le canot bâbord pour la dernière fois il y avait la moitié de l’équipage dedans. Il a sans doute été entraîné par le navire quand celui-ci s’est englouti.

Dépositions des autres survivants

Herbert HEDQUIST 25 ans de Brastad Matelot

Déclare qu’il se trouvait à la barre au moment de l’explosion. Il a soudain entendu une explosion sur tribord arrière et a vu le mât arrière s’abattre en avant. Il a couru sur le pont supérieur avec une hache pour couper les cordages. Le 2e lieutenant est arrivé et ils ont amené le canot bâbord. Il y avait 8 ou 9 hommes dans le canot quand le maître d’hôtel a coupé le palan arrière. Une fois à la mer, le canot s’est incliné sur le côté tribord et s’est rempli d’eau. Le navire avançait toujours. Le témoin a alors sauté hors du canot et s’est retrouvé sous la cheminée. Il a pu se dégager et a trouvé un radeau sur lequel il a pu prendre place avec le mousse. Un 2e radeau avec 3 hommes flottait de conserve. Ils furent recueillis vers 03h00 par un bateau patrouilleur.

Peder PEDERSEN 22 ans de Sandevaag Matelot

Etait couché quand l’évènement a eu lieu. Il ne fut pas réveillé par l’explosion, mais entendit les cris qu’il fallait monter. Il est monté immédiatement sur le pont et s’est assis sur un radeau qui était sur le panneau 1. Quand le navire s’est couché sur bâbord, le radeau a glissé contre la souillarde et a écrasé un chauffeur espagnol dont il ignore le nom (Nota : José DIAZ). Le témoin est tombé à la mer, mais il avait revêtu son gilet de sauvetage et a pu se diriger vers un autre radeau qui flottait près de lui.

Carl JACOBSEN 25 ans de Bergen Cuisinier

Le cuisinier Jacobsen venait de se coucher quand l’accident a eu lieu. Il est sorti et a mis son gilet de sauvetage. Il a fait faire de même au mousse. Il s’esr rendu au canot bâbord et a essayé de couper le palan avant, mais le canot s’est rempli d’eau et il est tombé à l’eau. Plus tard, il a pu monter sur un radeau.

Jacob JACOBSEN 16 ans de Hitteroy Mousse

Le cuisinier lui a mis une ceinture de sauvetage. Il est en parfait accord avec les témoins précédents. Ils n’ont aucune remarque à faire sur le rapport du capitaine.

Liste d’équipage complète

Image


Le sous-marin attaquant


C’était l’UB 57 du Kptlt Otto STEINBRINCK

Cdlt
olivier

olivier 12
Messages : 4098
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: KROSFOND Vapeur norvégien

Message par olivier 12 » dim. févr. 14, 2021 2:46 pm

Bonjour à tous,

Le navire sauveteur

BORGNY était un vapeur norvégien de 1149 tx JB construit à Oslo en 1909. Il sautera sur une mine le 26 Février 1918 à 3 milles nautiques au Sud des Needles alors qu’il allait de Newport à Rouen avec une cargaison de charbon, tout comme le KROSFOND. Il n’y aura pas de victimes.

Voici ce navire (Source wrecksite)

Image

Cdlt
olivier

Répondre

Revenir à « MARINE »