GRYFEVALE Vapeur anglais

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
olivier 12
Messages : 3631
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

GRYFEVALE Vapeur anglais

Message par olivier 12 » dim. mai 19, 2019 8:24 am

Bonjour à tous,

GRYFEVALE

Vapeur anglais construit en 1906 au chantier Grangemouth & Greenock DY Co de Cartsdyke
4424 t Longueur 112 m Largeur 16 m 1 hélice 11 nœuds
Armateur Gryfevale SS Co Ltd Glasgow

Voici le GRYFEVALE (1er du nom)

Image

Image

Equipé de son armement pendant la Grande Guerre

Image

Naufrage du 21 Octobre 1917

A chargé 6150 tonnes de sucre à Port Louis de l’île Maurice et fait une escale à Dakar.
Affrété par le Gouvernement britannique.
Capitaine Adam HUNTER
Equipage : 7 Malais, 18 Chinois, 16 Britanniques (Très bonne attitude exception faite des Chinois)
Possède deux canons montés sur plateformes. Chefs canonniers James H. CUMMINGS et James S. SLOANE

Récit du capitaine

Le 21 Octobre à 11h30, par 21°15 N et 17°25 W, deux obus sont tombés près de mon navire, un de chaque côté. J’ai alors aperçu un sous-marin dans le NNW et j’ai changé de route pour le garder sur l’arrière. Mauvaise visibilité et le sous-marin étant éloigné, mes canonniers n’étaient guidés que par les éclairs des coups de canon. Il était difficile de voir le sous-marin à l’œil nu. Nous avons tiré 11 coups avec la portée maximum, mais tous ont été courts. Utilisé l’appareil à fumée et plus aucun coup n’a été tiré. Le sous-marin a cessé son tir à midi 15.
Mais il nous a suivi et a tiré deux coups trop courts à 14h00. Puis il a à nouveau ouvert le feu à 15h25. Nous étions alors à 2 milles de terre et dans les eaux neutres. Pour cette raison, nous n’avons pas répliqué au tir. Le vent soufflait de tribord et la fumée ne pouvait plus être efficace. Le sous-marin a tiré 20 coups sans nous atteindre.
A 15h55 le vapeur était à 1 mille de terre quand un projectile à frappé par le travers des machines, projetant une grande quantité d’eau sur le pont et secouant fortement le navire. Convaincu que le navire était sérieusement touché, j’ai stoppé les machines, ordonné à l’équipage d’aller aux embarcations et fait cap sur la terre pour m’échouer. Dix minutes plus tard, le navire s’échouait sur la grève. Tandis que nous débarquions, deux coups ont été tirés au dessus de nous, puis 12 ou 15 un peu à l’intérieur des terres lorsque nous eûmes quitté les embarcations. Le sous-marin utilisait deux canons.
Aucun obus n’a touché le navire, mais quantité d’éclats sont tombés sur le pont, sans toutefois blesser quelqu’un.

Note de l’attaché naval italien à Madrid adressé à l’Ambassade britannique à Rome. 16 Janvier 1918

Attaque du S/S CRIFEVALO (Nota : une correction à ce nom est portée à la main sur le document)

L’attaché Naval à Madrid est en possession d’une déclaration signée par trois sujets espagnols
- Francisco ORTEGA
- Gregoria SANTANA
- Servando ORTOLLO
Ils affirment que le steamer britannique CRIFEVALO a été poursuivi et attaqué au Nord du Cap Blanc, dans les eaux territoriales espagnoles, et que ce vapeur a été canonné une fois échoué.
L’attaché naval est en possession de fragments d’obus collectés par les natifs témoins de cette action.

Extraits du rapport d’enquête

Le navire faisait route au N18E à environ 7 nœuds. Le sous-marin était stoppé à environ 12000 yards. Le vapeur n’a été touché que par des éclats, le sous-marin n’a pas été touché.
Le navire s’est échoué à 15 milles au Nord du Cap Blanc. Le capitaine avait commis une erreur en pensant qu’il était gravement touché par un obus de 6 pouces. Il l’a ensuite découvert éclaté le long de la coque et il y avait peu de dommages dans le compartiment machine. Il a abandonné le navire sous le feu de l’ennemi. Le jour suivant, il est revenu à bord avec l’équipage et y est resté jusqu’au 17 Décembre. Environ 2080 tonnes de sucre ont pu être débarquées et sauvées.

Commentaire

La position donnée par le capitaine Hunter et la route qu’il suivait au 018 permettent de conclure que ce n’est pas à 15 milles du cap Blanc qu’il a échoué son navire, mais à 15 milles au Nord du cap Dubouchage. On peut même situer le point d’échouage probablement à proximité d’un petit promontoire de la Costa de Las Focas appelé Castillete de la Mesa. C’est une région absolument désertique.

Le sous-marin attaquant

C’était l’U 151 du Kptlt Waldemar KOPHAMEL.
Le voici à Cherbourg en 1920

Image

Cdlt
olivier

Répondre

Revenir à « MARINE »