TRAFARIA Vapeur portugais

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
olivier 12
Messages : 3521
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

TRAFARIA Vapeur portugais

Message par olivier 12 » jeu. mars 07, 2019 8:44 am

Bonjour à tous,

TRAFARIA

Vapeur portugais construit en 1904 au chantier Bremer Vulcan de Vegesack sous le nom de MAZAGAN.
1744 t. Longueur 75,5 m Largeur 10,9 M 1 hélice. 9 nœuds

1904 MAZAGAN Oldenburg-Portugiesische Dampfs. Rhederei AG Oldenburg
1916 TRAFARIA Gouvernement portugais

Le torpillage de TRAFARIA

Rapport du capitaine fait devant le vice-consul portugais du Ferrol

Quitté Leixoes le 29 Septembre à 22h30 pour Bordeaux par des conditions météo favorables. Fait route au Nord en suivant les instructions données par l’Amirauté via le consul britannique à Porto.
J’étais par 45°40 N et 11°30 W le 2 Octobre quand une violente explosion s’est produite au niveau de la salle des machines. Nous avions été torpillés. En plus des dommages dans la machine, le canot de sauvetage bâbord avait été détruit. J’ai donné l’ordre de mettre à l’eau le canot tribord, ainsi qu’un tout petit youyou que nous possédions à bord. Faisant l’appel de l’équipage, j’ai constaté qu’il manquait 4 hommes, tués instantanément par l’explosion. J’ai ordonné aux canots de s’éloigner et j’ai vu un énorme trou dans la coque par lequel l’eau s’engouffrait rapidement.

N’apercevant aucun signe du sous-marin, j’ai ordonné aux canots de se rapprocher du navire afin de savoir si les dommages avaient été causés par une mine ou une torpille. Mais comme j’approchais, un homme de l’autre canot a crié que le sous-marin était en vue. C’était 15 minutes après la mise à l’eau des embarcations.

J’ai fait route vers le sous-marin dont le commandant m’a ordonné devenir à son bord. Il m’a demandé les papiers du navire et je lui ai dit qu’ils étaient restés sur le navire. Comme le canot de sauvetage faisait de l’eau et que l’autre embarcation n’était pas prévue pour faire un long voyage, je lui ai demandé de me remorquer vers la terre. Il a refusé. J’ai alors demandé de pouvoir retourner sur mon navire pour réparer le canot et prendre de la nourriture. Il a accepté et m’a donné une heure pour cela. Il a envoyé un marin allemand afin que je lui remette les papiers à cette occasion. Nous sommes retournés sur le navire et avons hissé le canot pour le réparer. J’ai donné les papiers au marin allemand. Il s’agissait des passeports, du rôle d’équipage et des manifestes de chargement. Puis le sous-marin a sifflé pour que nous revenions. C’est ce que nous avons fait, non sans que le marin allemand s’approprie un imperméable, mon pardessus, un baromètre et une chemise d’officier.

Revenu sur le sous-marin, j’ai à nouveau demandé à être remorqué car nous n’avions pas eu le temps de réparer l’embarcation et de l’approvisionner correctement, et la terre la plus proche était à 200 milles. Le commandant a refusé et a préparé son canon pour achever le navire. Nous nous sommes éloignés et 35 coups de canon ont été tirés par le sous-marin sur l’arrière du vapeur. Il a commencé à couler par l’arrière puis s’est soudain enfoncé à la verticale.

J’ai fait route au SE et j’ai passé une remorque au petit canot, car nous n’avions qu’un seul compas. Nous avons fait route tantôt à la voile, tantôt à l’aviron. J’avais passé une voile sous l’embarcation pour limiter l’envahissement par l’eau, mais trois hommes ont dû écoper en permanence. Vers 18h00, nous avons aperçu un navire et avons nagé vers lui en faisant des signaux. Mais nous nous sommes aperçus qu’il s’agissait d’un sous-marin et nous avons immédiatement modifié notre route.

Le 4 Octobre à 06h00 nous avons aperçu la terre. A 21h00, aucune lumière n’étant visible et vu la houle et le temps dégradé qui régnait, nous sommes restés au large. Le 5 Octobre à 08h30 nous avons accosté au port de Garino où nous avons reçu la meilleure hospitalité.

Le sous-marin attaquant

C’était l’U 89 du Kptlt August MILDENBERGER.

Pour le site uboat.net signalons qu’il y eut donc 4 victimes. D’autre part, c’est à 200 milles du cap Ortegal, et non à 20 milles, que TRAFARIA a été coulé.

Cdlt
olivier

Répondre

Revenir à « MARINE »