ST.HELENS Vapeur américain MACAU Vapeur portugais

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
olivier 12
Messages : 3420
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

ST.HELENS Vapeur américain MACAU Vapeur portugais

Message par olivier 12 » dim. mars 03, 2019 8:17 am

Bonjour à tous,

ST. HELENS

Vapeur américain construit en 1907 au chantier Harlan & Hollingsworth de Wilmington (Delaware) pour l’armateur E.J. Dodge & Co de San Francisco.
1917 Armement Tiltro Ltd Inc. De New York

1497 t. Longueur 68,4 m Largeur 12,6 m 1 hélice.

Le torpillage de ST. HELENS

Rapport du capitaine

Le Lundi 15 Octobre 1917 vers midi, sans aucun avertissement, une torpille a frappé le navire et a provoqué son naufrage immédiat. La position était alors 45°57 N et 11°19 W, à environ 180/200 milles du cap Villano. Nous n’avons bien sûr pas eu le temps de mettre à la mer les embarcations et tout l’équipage a été perdu à l’exception de moi-même et d’un chauffeur. Nous avons été assez heureux pour nous hisser sur une épave flottante.

J’ai pu observer le sous-marin allemand qui était long d’au moins 300 pieds et n’avait ni nom ni aucune marque. Il avait deux canons sur le pont : un gros sur l’avant du kiosque et un plus petit sur l’arrière. Pas de coupe filet.

Après avoir passé 3 jours sur cette épave flottante, nous avons été recueillis le Jeudi 18 Octobre vers midi par le vapeur brésilien MACAU. Toutefois, nous n’avons pu rester à bord que quatre heures car vers 16h00 il a été frappé par une torpille à hauteur de la cale 3. Il n’a pas coulé tout de suite et nous avons pu évacuer dans les embarcations. Ce deuxième sous-marin, s’il n’était pas celui qui a coulé mon navire, lui ressemblait toutefois beaucoup à ce que je peux en juger. Le MACAU n’ayant pas coulé immédiatement, le sous-marin l’a canonné, mais il était encore à flots quand nous l’avons perdu de vue.

Nous sommes restés dans les embarcations du Jeudi 18 au Lundi 22 Octobre. C’est alors que vers 11h00 nous avons été recueillis par un torpilleur espagnol qui nous a déposés au Ferrol.

Note manuscrite de l’officier enquêteur

Le cas du ST.HELENS est une vilaine affaire. Le sous-marin, qui n’était pas en danger d’être attaqué, n’a donné aucune assistance à l’équipage du vapeur qui a été abandonné sans embarcations à 200 milles de la terre.

Le sous-marin attaquant

C’était l’U 105 du Kptlt Friedrich STRACKERJAN. Le lendemain 16 Octobre il coulera la goélette morutière française SAINT PAUL dont il abandonnera également l’équipage, mais dans un canot.

MACAU

Le torpillage du MACAU

Rapport du 1er officier fait à Vigo le 29 Octobre

Nous avons quitté Rio de Janeiro le 18 Septembre 1917 avec un chargement de café et de cacao pour Le Havre. Le 18 Octobre vers midi, nous nous sommes approchés de deux naufragés accrochés à une planche qui se sont révélés être des survivants du vapeur américain ST.HELENS.
Nous avons continué notre route à environ 8 nœuds quand, vers 15h30, par 46°30 N et 10°30 W, nous avons ressenti l’explosion d’une torpille sur bâbord, sur l’arrière des machines. Le navire a immédiatement pris de la gite et l’équipage l’a abandonné en cinq minutes, dans les trois embarcations. Mais le vapeur a continué sa route avec la machine en avant toute.
Le sous-marin est venu en surface quand les canots ont été à 200 m du vapeur. C’était un grand sous-marin avec un canon sur l’avant et un canon sur l’arrière. 18 hommes ont été vus sur le pont. Il ne portait pas de numéro, seulement la croix allemande sur le côté.

Notre capitaine a été appelé sur le pont et, par erreur, un « taifeiro » l’a accompagné (Nota : probablement un marin militaire). Le sous-marin a alors fait route vers le vapeur qu’après 30 minutes on ne voyait plus. Nous avons entendu 6 coups de canon et avons pensé que c’était pour le couler. Il n’avait pas été coulé par la torpille. Nous nous sommes aperçus qu’un chauffeur était manquant. Sans doute a-t-il été brûlé dans la soute à charbon au moment de l’explosion.

Les sous-mariniers parlaient allemand et nous ne les avons pas compris. Ils ont aussi parlé un peu anglais quand le capitaine a été appelé à bord. Ils nous ont demandé notre nationalité, mais n’ont pas voulu croire que nous étions Brésiliens.

Le sous-marin attaquant

C’était l’U 93 du Kptlt Helmut GERLACH.

On ne peut que souligner la malchance incroyable, mais aussi la chance insolente qu’eurent les deux marins survivants du ST.HELENS. Leur aventure est probablement unique dans l’histoire maritime de la Grande Guerre.

Cdlt
olivier

Memgam
Messages : 3488
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: ST.HELENS Vapeur américain MACAU Vapeur portugais

Message par Memgam » dim. mars 03, 2019 3:01 pm

Bonjour,

Pendant la grande guerre, il n'est pas rare que des marins aient été coulés plusieurs fois.

Un exemple :

La goélette Croisine (364 tx) de retour de campagne de pêche à la morue, est abordée et coulée le 1er octobre 1918. L'abordeur, le vapeur Otranto, recueille l'équipage. Le 6 octobre, l'Otranto est abordé par le vapeur Kashmir et c'est à son tout de couler.6 marins de la Croisine disparaissent lors du second abordage, dont le capitaine Jules Le Hoerff.

Cordialement.
Memgam

olivier 12
Messages : 3420
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: ST.HELENS Vapeur américain MACAU Vapeur portugais

Message par olivier 12 » dim. mars 03, 2019 5:35 pm

Bonjour à tous,

Il est arrivé à plusieurs reprises que des navires ayant recueilli des naufragés soient à leur tour torpillés. Mais dans un délai aussi court après leur sauvetage, cela demeure relativement rare. Cela pouvait toutefois survenir quand le même sous-marin coulait deux bâtiments à la suite l'un de l'autre. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle certains navires en convoi ne stoppaient pas pour porter secours à des collègues en difficulté, estimant qu'il y avait trop de risques pour eux même.

Cdlt
olivier

Répondre

Revenir à « MARINE »