KAOLACK De Chanaud et Cie

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
olivier 12
Messages : 3181
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

KAOLACK De Chanaud et Cie

Message par olivier 12 » jeu. mars 15, 2018 10:30 am

Bonjour à tous,

KAOLACK

Cargo frigorifique de 1772 t construit aux chantiers de la Loire à Saint Nazaire
Longueur 81 m Largeur 10,90 m. 2 hélices
Entré en service en Mai 1917 pour De Chanaud et Cie . Le Havre
1921 Cie Française du Froid Sec
1924 Union Cold Storage Ltd. Londres
1935 Crete Sg Co Ltd. Londres
1938 Angel, Son & Co Ltd. Londres
1939 Zubi Sg Co Ltd. Londres
1946 ARTICO Empresa Nacional Elcano de la Marina Mercante. Cadix
1950 ARTICO Industrias Pesqueras Africanas SA. Cadix
1954 ARTICO Empresa Nacional Elcano SA. Cadix
Démoli à Cadix en 1959

Attaque par deux sous-marins le 7 Septembre 1918

Navire réquisitionné mais géré par l’armateur Société Coloniale d’alimentation frigorifique
Traversée Milford Haven – Dakar en convoi.
Chargement 1244 tonnes de briquettes de charbon
Navire armé de deux canons de 90 mm modèle 1877
Capitaine MERY RIBOULET Jean Bordeaux 712
42 hommes d’équipage dont 22 Sénégalais et 1 passager
Position de l’attaque 46°45 N 10°30 W à 19h40

Image

Rapport du capitaine

Le 7 Septembre 1918 vers 16h00, faisant route en convoi escorté, avons croisé un convoi allant au Nord. Nos convoyeurs nous ont quittés pour se joindre à lui et nous avons continué avec le seul ACTON qui zigzaguait à 1 mille sur l’avant. Dans la matinée, nous avions été alerté par un objet suspect aperçu sur l’avant du convoi par un des patrouilleurs. Les vapeurs des colonnes extrêmes bâbord et tribord faisaient des zigzags sur l’avant, l’arrière et sur les côtés du convoi.
A 18h00, le commodore avait signalé un changement de route pour 20h15 et avait rappelé à l’ordre le vapeur JOHANE JUSTESEN qui était en arrière de son poste en queue de colonne bâbord. La composition du convoi était la suivante :

Image

A 18h45, la nuit commençant à se faire, j’ai entendu un coup de canon sourd sur bâbord arrière, puis un 2e très distinct dans la même direction. En même temps, un incendie s’est déclaré sur un vapeur qui était soit RUYSDAEL, soit CHINA. Sa dunette et son canon arrière se détachaient très distinctement sur la lueur qui venait de son côté bâbord. Flammes et fumée ont été vues pendant 1 minute, jusqu’à leur disparition, ce qui m’a empêché de reconnaître le vapeur incendié qui a paru conserver vitesse et assiette.

Au premier coup de canon, AGUILA qui zigzaguait à bâbord du convoi a viré de bord et s’est porté vers JOHANE JUSTESEN qui faisait route à l’Ouest et a traversé le convoi à toute vitesse pour se porter sur le navire en feu. TRENEGLOS a hissé « B » et ACTON a lancé une fusée indiquant qu’il laissait tomber une grenade à la mer. Le commodore et les chefs de file à bâbord de la nôtre sont venus de 3 quarts sur tribord. J’ai imité leur manœuvre, mon chef de file continuant l’ancienne route loin sur l’avant du convoi. J’ai entendu de nouveaux coups de canon et j’ai vu tomber des obus à 2 milles dans le SSW. Les deux vapeurs qui étaient dans cette direction sont venus à l’Ouest.

Le commodore et les chefs de file sont revenus à l’ancienne toute S31W et je les ai imité. Le lieutenant qui était à son poste de combat au canon avant m’a alors signalé un 2e sous-marin qu’il apercevait très distinctement en surface à 2 milles droit devant. Il a tiré dans cette direction un coup un peu court. Je suis alors revenu à l’Ouest pendant que le commodore et les vapeurs de bâbord continuaient leur abattée sur bâbord et venaient au SE. La pièce arrière a alors tiré un coup sur les points de chute des obus tirés par les autres navires, et un second coup dans la même direction, mais plus court.

Dans mon groupe faisant route à l’Ouest il y avait :

- EDEN HALL
- CANASTOTA
- PAVIA
- ROYAL TRANSPORT
- SIF (Norvégien)
- TRENEGLOS
- LUMINA
- Un vapeur portugais
Et plus au Nord SIAM (Danois) et JOHANE JUSTESEN

Parmi ces navires, deux, très probablement SIF et le Portugais, ont montré un gros feu blanc sous la passerelle à bâbord, c’est-à-dire visible du sous-marin attaquant à l’avant. Celui du Portugais était le plus brillant et avait l’intensité d’un feu de mouillage ordinaire. Ceci m’a paru si suspect que je suis venu au NW pour me séparer de ce groupe. Comme ils paraissaient vouloir s’appuyer sur moi, j’ai gouverné au N15W après être passé sur l’arrière de TRENEGLOS et lui ai signalé à la voix l’éclairage des deux vapeurs qu’il ne pouvait pas voir étant sur leur tribord arrière. Mais il a continué avec eux, n’ayant pas entendu ou pas compris.

Il ne saurait être question d’illusion d’optique provoquée par la double attaque des sous-marins car les deux feux blancs ont été vus par tout mon équipage au poste de combat. Si aucun des vapeurs de leur groupe n’a été attaqué pendant la nuit, on peut admettre que ces feux n’étaient pas montrés intentionnellement, mais ils sont une négligence regrettable. Toutefois, si un seul des navires faisant route à l’Ouest a été attaqué par la suite, on peut affirmer que c’est grâce à cet éclairage que le sous-marin a pu discerner la direction prise per les dits vapeurs.

Notre TSF est resté à l’écoute jusqu’à 02h00 et a perçu les signaux suivants :

- 22h45 ACTON appelle à 5 reprises Commodore qui ne répond pas. Puis appelle GLD (Laids Ends) qui ne répond pas.
- 22h50 ACTON appelle GCK et lui signale 000
- Commodore appelle PW et signale 5 groupes de 5 chiffres
- 00h20 Allo de CRP puis avis de guerre habituels

Le personnel, tant militaire que civil a été parfait de calme. Postes de combat occupés très rapidement sans énervement pendant plus de deux heures. Je souligne qu’à l’arrivée, un seul marin sénégalais a demandé son débarquement.

Interrogatoire du capitaine

Le convoi a bien été attaqué par deux sous-marins, un à l’arrière du convoi et l’autre droit devant.
Le SIF doit être un bâtiment norvégien. J’ignore le nom du vapeur portugais qui a rallié le convoi 3 ou 4 heures avant le départ de Milford Haven. Je crois avoir reconnu le SIF parce qu’il était le plus bas sur l’eau et n’était pas armé. Le Portugais était un ancien navire allemand reconnaissable à la forme particulière de sa mâture.

Interrogatoire du 2e capitaine

Je n’ai pas vu les sous-marins. Au moment de l’attaque du 2e sous-marin j’étais à mon poste de combat à la pièce arrière. J’ai aperçu distinctement le feu blanc sous la passerelle du Portugais. Un 2e feu était moins visible et placé au milieu du vapeur. Ces deux feux, à bâbord de la ligne du convoi devaient être très visibles du 2e sous-marin.
Je crois avoir vu, lors de l’attaque du 1er sous-marin, sauter l’arrière d’un bâtiment qui était parmi les derniers du convoi.

Interrogatoire du Lieutenant au Long Cours MORELLEC (Pièce avant)

Arrivant à mon poste, j’ai vu deux bâtiments venir sur la droite en tirant au canon, et un sous-marin dans la direction de leur tir. A la jumelle j’ai distingué 2 petits mâts ou périscopes et le capot, mais ni canon ni coque. Il devait être en demi-plongée. J’ai donné hausse 2000 m, pas de dérive et tiré un obus d’exercice. Point de chute très court. Avant que la pièce ait été rechargée, le but n’était plus dans notre champ de tir.
Par tribord, un navire avait un feu blanc très visible, fixe, un peu au dessous de la passerelle.

Interrogatoire du 3e mécanicien DESMARS (ex-fusilier, Médaille Militaire, Croix de Guerre avec 2 citations)

A l’appel au poste de combat je suis monté à mon poste à la pièce arrière comme assistant de tir. J’ai vu un navire en feu sur l’arrière. Mais il n’a pas sauté. La pièce arrière a tiré deux coups sans incident. J’ai vu très nettement deux feux blancs à bord d’un navire du convoi et j’en ai averti Monsieur Besnard.

Interrogatoire du maître d’équipage LE GALLO

A l’appel au poste de combat je suis allé à la pièce avant et j’ai nettement vu le sous-marin à 2000 m. J’ai vu le kiosque et le périscope. Notre pièce a tiré un coup à 2000 m. Pas vu le point de chute. J’ai bien vu un feu sur un des navires du convoi, sur son bâbord, donc bien visible du sous-marin.

Interrogatoire du Sd maître fusilier CHAUSSIER, chef de section pièce AR.

Je n’ai vu aucun sous-marin. Tiré après les autres navires du convoi en direction des points de chute. Première hausse 500 m, 2e hausse 400 m.
J’ai vu un gros feu blanc et un petit feu blanc sur un navire à tribord de nous.

Interrogatoire du fusilier breveté GUENIN

J’ai vu le capot et la silhouette d’un sous-marin en demi-plongée. J’ai tiré un obus d’exercice avec hausse à 2000 m sur ordre du lieutenant Morellec. J’ai bien vu un feu assez brillant par tribord avant sur un cargo

Rapport de la commission d’enquête

Cette commission d’enquête de Dakar se compose de :

- CF TALON Président
- Sous-intendant militaire BUCHALET
- CLC AUTRAN (Capitaine de CORDILLERE des Messageries Maritimes)

Ce long rapport reprend tout le déroulement des faits. Il précise qu’ACTON et la plupart des navires du convoi ne sont pas passés à Dakar et il n’a pas été possible d’obtenir plus de renseignements.
Les feux fixes signalés dans le rapport du capitaine sont seulement des feux de cabines et non des feux allumés pour signaler la présence du convoi. L’un des deux navires serait allié et l’autre neutre.

Le capitaine et l’équipage de KAOLACK ont fait leur devoir. Le capitaine a fait preuve de sang froid et d’intelligence dans l’observation des différentes phases du combat et tout le nécessaire pour assurer la protection de son bâtiment et du convoi lui-même. L’initiative de l’ouverture du feu et du choix des distances a été laissée aux chefs de section ce qui explique que le capitaine n’a vu aucun sous-marin.

Récompenses

Témoignage Officiel de Satisfaction du Ministre

MERY RIBOULET Capitaine

Pour les qualités de sang froid et la capacité déployées pour échapper aux atteintes de l’ennemi.

Les sous-marins attaquants

Le sous-marin qui a attaqué l’arrière du convoi était l’U 105 du Kptlt Friedrich STRACKERJAN. Il a coulé le vapeur anglais de 3478 tonnes RUYSDAEL.

Le 2e sous-marin n’est pas identifié, mais on pourrait penser à l’U 46 du Kptlt Leo HILLEBRAND, sans certitude toutefois. Il semble qu’il ait opéré dans cette région au cours des semaines suivantes.

Cdlt
olivier

Memgam
Messages : 3182
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: KAOLACK De Chanaud et Cie

Message par Memgam » jeu. mars 15, 2018 11:18 am

Bonjour,

Kaolack, construit en 1917 aux Ateliers et chantiers de la Loire à Saint-Nazaire.
1837 tjb, 1021 tjn, 2348 tpl, 81,95 x 10,92 x 5,82 m, 2 machines compound, 2 chaudières, 2 hélices, 800 cv, 10 noeuds.

En 1930, indicatif JVRH, immatriculé à Londres, Union Cold Storage Co Ltd (Blue Star Line), capitaine Philips.

Source : Registre n° 274 Bureau Veritas 1930.

En 1950, Artico ex Kaolock 1947 indicatif EAGL, immatriculé à Cadiz, Espagne, armateur Industrias Pesqueras Africanas SA

Source : Lloyd's Register 1950-1951.

Cordialement.

Rutilius
Messages : 12031
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am
Localisation : Chaville (Hauts-de-Seine).

KAOLACK ― De Chanaud et Cie.

Message par Rutilius » sam. mars 17, 2018 10:33 am

Bonjour à tous,

Kaolack ― Cargo frigorifique ― Société coloniale d’alimentation frigorifique.

Historique partiel.

— 15 juin 1916 : Lancé à Saint-Nazaire par la Société anonyme des Ateliers et chantiers de la Loire pour le compte de la société anonyme dite « Société française d’alimentation De Chanaud & Cie », personne morale formée le 28 octobre 1911 à Paris [Siège social en 1913 : 56, rue de Provence, Paris (IXe Arr.)], aux droits de laquelle vint, en 1918, la société dite « Société coloniale d’alimentation frigorifique » [Même siège social], personne morale qui fut dissoute en 1923.

L’Ouest-Éclair – éd. de Nantes –, n° 6.244, Samedi 17 juin 1916, p. 3.

KAOLACK - L.O.E. 17-VI-1916 - x - .jpg
KAOLACK - L.O.E. 17-VI-1916 - x - .jpg (60.35 Kio) Consulté 202 fois

— 18 août 1916 : Est victime d’un incendie dans le bassin du port de Saint-Nazaire.

L’Ouest-Éclair – éd. de Nantes –, n° 6.226, Samedi 19 août 1916, p. 3.

KAOLACK - L.O.E. 19-VIII-1916 - .jpg
KAOLACK - L.O.E. 19-VIII-1916 - .jpg (76.4 Kio) Consulté 202 fois

— ... août 1920 : S’échoue près de Larache (Maroc). Est remorqué jusqu’au port de Gibraltar par le remorqueur Rescue.

L’Ouest-Éclair – éd. de Nantes –, n° 7.232, Jeudi 5 août 1920, p. 4,
en rubrique « Nouvelles maritimes ».


KAOLACK - L.O.E. 5-VIII-1920 - x - .jpg
KAOLACK - L.O.E. 5-VIII-1920 - x - .jpg (26.65 Kio) Consulté 191 fois

L’Ouest-Éclair – éd. de Nantes –, n° 7.249, Dimanche 22 août 1920, p. 4,
en rubrique « Nouvelles maritimes ».


KAOLACK - L.O.E. 22-VIII-1920 - x - .jpg
KAOLACK - L.O.E. 22-VIII-1920 - x - .jpg (22.18 Kio) Consulté 191 fois
Bien amicalement à vous,
Daniel.

kgvm
Messages : 1109
Inscription : ven. janv. 18, 2008 1:00 am

Re: KAOLACK De Chanaud et Cie

Message par kgvm » sam. mars 17, 2018 4:56 pm

Un cargo frigorifique transportant des noix??

Rutilius
Messages : 12031
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am
Localisation : Chaville (Hauts-de-Seine).

KAOLACK — De Chanaud et Cie.

Message par Rutilius » sam. mars 17, 2018 9:51 pm

Bonsoir Klaus,
Bonsoir à tous,

En 1920, le cargo frigorifique Kaolack aurait été la propriété de la société en commandite Émile Frisch et Cie, dite « Société française d’armement », de Marseille, ayant été donné en gérance à la Compagnie générale transatlantique — ce qui demeure donc à confirmer. Ce bâtiment aurait alors indistinctement effectué, semble-t-il, des transports de viandes et des transports de denrées alimentaires diverses.

Le Sémaphore algérien, n° 1.158, Mercredi 24 novembre 1920, p. 2.

KAOLACK - L.S.A. 24-XI-1920 - .jpg
KAOLACK - L.S.A. 24-XI-1920 - .jpg (98.19 Kio) Consulté 165 fois
Dernière modification par Rutilius le dim. mars 18, 2018 12:53 pm, modifié 1 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Rutilius
Messages : 12031
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am
Localisation : Chaville (Hauts-de-Seine).

KAOLACK — De Chanaud et Cie.

Message par Rutilius » sam. mars 17, 2018 11:54 pm

Bonsoir à tous,

Le commandant du cargo frigorifique Kaolac de 1917 à 1920


— MÉRY-RIBOULET Jean Pierre Eugène, né le 1er novembre 1877 à Bordeaux (Gironde) et décédé le 18 octobre 1920 à Marseille (Bouches-du-Rhône). Capitaine au long-cours, inscrit au quartier de Bordeaux, n° 712 [Brevet conféré en 1904 (J.O. 29 sept. 1904, p. 5.871) ; initialement inscrit au même quartier, f° et n° 8.442] ; classe 1897, n° 1.588 au recrutement de Bordeaux.

L’Écho d’Alger, n° 3.129, Mardi 19 octobre 1920, p. 1.

KAOLACK - L.E.A. 19-X-1920 - x - .jpg
KAOLACK - L.E.A. 19-X-1920 - x - .jpg (38.4 Kio) Consulté 156 fois

Fils de Joseph Léon MÉRY-RIBOULET, né vers 1835, employé, et d’Anne Pauline RICAUD, née vers 1846, sans profession, son épouse (Registre des actes de naissance de la ville de Bordeaux, 2e Section, Année 1877, f° 26, acte n° 1.375).

Époux de Marie LABAROS, avec laquelle il avait contracté mariage à Talence (Gironde), le 27 avril 1911 (Ibid.).
Distinctions

Par décisions du Commissaire aux transports maritimes et à la Marine en date des 8 juillet 1918 (J.O. 12 juill. 1918, p. 6.021) et 7 juillet 1919 (J.O. 11 juill. 1919, p. 7.163), successivement félicité pour la bonne tenue des postes d’équipage et le bon entretien des machines du cargo frigorifique Kaolack, dont il exerçait alors le commandement.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Memgam
Messages : 3182
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: KAOLACK De Chanaud et Cie

Message par Memgam » dim. mars 18, 2018 3:12 pm

Bonjour,

A l'attention de kgvm,

Un cargo frigorifique ne possède pas que des cales réfrigérées, il peut donc transporter des noix à température ambiante.
Il peut aussi transporter des noix dans des cales dont l'appareil frigorifique est arrêtée.
Il est préférable de transporter des noix dans des cales réfrigérées, surtout en été, car cela améliore la qualité et diminue l'apparition du goût de rance de fin de conservation.

Cordialement.

Memgam
Messages : 3182
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: KAOLACK De Chanaud et Cie

Message par Memgam » lun. mars 19, 2018 10:25 am

Bonjour,

A l'attention de kgvm,

Bien que les fruits secs à coque ne soient pas soumis à la chaîne du froid, les conditions de conservation sont :

Moins de 13°C et 65 % d'humidité pour les fruits en coque

Moins de 6°C et 65 % d'humidité pour les fruits décortiqués et à l'abri de la lumière.

Cordialement.

kgvm
Messages : 1109
Inscription : ven. janv. 18, 2008 1:00 am

Re: KAOLACK De Chanaud et Cie

Message par kgvm » lun. mars 19, 2018 1:59 pm

Noix de coco, c'est un possibilité.
J'ai présumé des arachides.
Cordialement
Klaus Günther

Répondre

Revenir à « MARINE »