PAQUERETTE Goélette de Binic

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
olivier 12
Messages : 3593
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: PAQUERETTE Goélette de Binic

Message par olivier 12 » sam. déc. 29, 2012 6:22 pm

Bonjour à tous,

PAQUERETTE

Goélette à huniers construite au chantier Perrot de Paimpol en 1903.
Armateur : Georges Ferry-Carfontan, de Paimpol
250 tx

Se rend du Verdon à Swansea avec un chargement de poteaux de mines.
Equipage : 8 hommes en tout, dont 2 mousses de 15 et 17 ans
Capitaine : Albert GUILLEMOT, né le 12 Avril 1883 à Gommenech (Côtes du Nord)

La perte de PAQUERETTE

Le 10 Février 1917 à 09h30, à 40 milles environ au N45W d’Ouessant, on aperçoit un navire qui approche très vite à 900 m sur bâbord avant. On pense tout d’abord à un contre-torpilleur, mais c’est un sous-marin qui avance à 5 nœuds, coupe la route de la goélette et vient stopper à 30 m du voilier. Avec des pavillons accrochés sur un bâton, il fait signe que quelqu’un de la goélette vienne à son bord.

Le canot est affalé et le second et deux matelots vont accoster le sous-marin. Le second et un matelot montent à bord, tandis que deux marins allemands prennent leurs places et vont poser trois bombes sur la goélette.
Pendant ce temps, le second parle avec le commandant allemand qui s’exprime bien en français et le comprend. Il demande si l’on a rencontré des bâtiments de guerre. Réponse négative. Puis il demande provenance, destination et chargement et annonce que le voilier va être coulé. « C’est terrible de couler un beau bateau comme celui-ci », lui dit alors le second. « Que voulez-vous, c’est la guerre ! » répond le commandant. Il a une quarantaine d’années, mesure environ 1,65 m et est bien rasé. Sur le sous-marin, il y a huit hommes en chemises de laine blanches. Le sous-marin évolue rapidement pour aller lire le nom de la goélette. Le commandant demande au second « Où se trouve Binic ? » port d’attache du navire. Puis il conseille au Français de gagner les îles Scilly, distantes selon lui de 30 milles. Celui-ci lui demande de les remorquer, mais il refuse disant que les patrouilles deviennent trop gênantes.

Les bombes posées, l’équipage évacue et rejoint le sous-marin avec les deux Allemands. Ceux-ci n’ont rien pris sur le voilier, mais avant de le quitter ont jeté dans le canot deux pains et une caisse de biscuits. Les naufragés ont ainsi des vivres en quantité suffisante. Revenus sur le sous-marin les Allemands rembarquent tandis que le second et le matelot sont remis dans le canot. La goélette coule peu de temps après et le sous-marin plonge.

Les naufragés font route à l’aviron sur Ouessant. 36 heures plus tard, dans la nuit du 11 au 12 Février, ils aperçoivent enfin le feu de Créach, ainsi qu’un chalutier qui passe à 200 m sans les voir bien qu’ils aient agité un fanal blanc lenticulaire. Ils atterrissent à Ouessant le 12 Février à 07h30. Ils sont épuisés, mais très bien reçus par la population.

Description du sous-marin

Longueur 50 m. Blockhaus haut de 2 m. Un canon d’environ 75 mm sur l’avant du kiosque. Antenne TSF en forme de filière. Périscope. Pas de mât. Peint de frais en gris fumé.

Conclusion de l’officier enquêteur

La perte de la goélette est due à un cas de force majeure et la responsabilité du capitaine est totalement dégagée. La faculté de commander lui est maintenue.

Le sous-marin attaquant

C’était l’U 83 du Kapitänleutnant Bruno HOPPE. PAQUERETTE fut sa dernière victime, car le sous-marin fut coulé sept jours plus tard au large de l’Irlande par le Q-ship FARNBOROUGH, par 51°34 N et 11°23 W. Il n’y eut qu’un seul survivant sur les 36 hommes de son équipage.

On peut voir la silhouette de ce sous-marin, et lire le récit de son naufrage, sous les liens suivants (ANNA MARIA et COQUETTE) :

http://pages14-18.mesdiscussions.net/pa ... _1.htm#bas

http://pages14-18.mesdiscussions.net/pa ... _1.htm#bas

Cdlt
olivier

Memgam
Messages : 3682
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: PAQUERETTE Goélette de Binic

Message par Memgam » sam. déc. 29, 2012 8:16 pm

Bonjour,

Pâquerette, 127,49 tjn, 165,02tjb, appartenait à Georges Verry-Carfantan de Binic.

Rapport de mer

L'an mil neuf cent dix sept le quatorze février devant nous Corre juge a personnellement comparu :
"...Monsieur Guillemot du navire Paquerette de Binic, jaugeant 127tx,49..."
"...déclare être parti du Verdon (Gironde) le huit février 1917 à dix heures du matin, à l'aide d'un pilote qui m'a conduit au dehors des dangers. J'ai fait gouverner au nord-ouest quart nord du compas, en passant le long de la côte. J'ai vu le feu de l'île d'Yeu, de Belle Ile et, le neuf février à deux heures du soir, j'ai aperçu le phare d'Armen, distance de dix à douze milles, puis j'ai fait gouverner au nord-est quart est, toutes voiles hautes.
Le dix février à dix heures du matin étant environ à quarante milles dans le nord-ouest de Ouessant, on me signale par mon équipage un sous-marin par le lof de bâbord qui vint stopper par tribord de nous à environ trente mètres. Puis hissa un pavillon blanc et noir, et en dessous un pavillon carré rouge pour me signaler de stopper, chose que j'ai faite en masquant le navire. J'ai fait débarquer le canot, le seul que j'avais, qui est parti à bord du sous-marin et est revenu de suite avec deux marins qui placèrent une bombe dans ma chambre, une dans le grand panneau et une autre dans le lof tribord du navire. Aussitôt les Allemands nous firent quitter le navire sans nous donner le temps de ne rien emporter, instruments, cartes, jumelles, effets, tous sont restés à bord du navire. Le navire sombra en quelques minutes seulement puis j'ai fait route pour Ouessant à l'aviron, port le plus proche où je suis arrivé le douze février à sept heures trente du matin, port où j'ai laissé mon embarcation. Le treize février, nous avons été ramenés à Brest par le Mistral où nous sommes arrivés à quatre heures du soir..."
signatures du capitaine et des matelots Guillemot Albert, Hébert Pierre, Bachelot Charles.

Source : René Richard et Jacques Roignant, Les navires des ports de la Bretagne provinciale coulés par faits de guerre 1914-1918, Association Bretagne 14-18, 2010
AD du Finistère, Tribunal de commerce de Brest, 63U/22/7.

Cordialement.

Image
Memgam

Rutilius
Messages : 13094
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

PÂQUERETTE — Goélette de Binic.

Message par Rutilius » mar. sept. 03, 2019 12:23 am

Bonjour à tous,

La Pâquerette, goélette binicaise BI 9,
au large de la côte Sud de l’Islande en 1909


PÂQUERETTE - Goélette de Binic BI 9 -.jpg
PÂQUERETTE - Goélette de Binic BI 9 -.jpg (121.2 Kio) Consulté 159 fois

Patrice ROTURIER : « Islandais. Mémoire de la Grande pêche »,
éd. Apogée, Rennes, 1999, p. 25 — Cliché stéréoscopique.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Répondre

Revenir à « MARINE »