Compagnie Orano-Marocaine Michel Mazzella & Cie, Oran.

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
Rutilius
Messages : 13212
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: Compagnie Orano-Marocaine Michel Mazzella & Cie, Oran.

Message par Rutilius » lun. oct. 08, 2012 12:08 am


Bonsoir à tous,


La Compagnie Orano-Marocaine Michel Mazzella & Cie fut fondée en 1904 à Tanger (Maroc) par MM. Michel Mazzella et Gaëtan Ortéga (L’Afrique du Nord illustrée, n° 56, 22 mai 1922, p. 8 ) ; son siège social fut ultérieurement transféré à Oran. Son adhésion au Comité central des armateurs de France (16, rue Chauveau-Lagarde, Paris VIIIe) fut enregistrée par le conseil de direction de cet organisme le 15 octobre 1909 (Navigazette, n° 1.069, Jeudi 21 oct. 1909, p. 8). Son premier navire fut le Notre-Dame-de-Lourdes.


Image

Michel MAZZELLA

(L’Afrique du Nord illustrée, n° 83, 1er janvier 1921, p. 8 )


A la suite des événements de Casablanca, en 1907, la compagnie, fut retenue par l’Intendance militaire pour assurer le transport des nombreuses fournitures nécessaires au corps de débarquement : vivres, fourrages, munitions et matériels divers. Se qualifiant alors d’ « entreprise des transports de la guerre », elle dépêcha dans cette ville Nicolas Mazzella, frère aîné du fondateur, afin de l’y représenter (L’Afrique du Nord illustrée, n° 56, 22 mai 1922, p. 8 ).

La flotte de la compagnie, qui arborait un pavillon rouge frappé d’une étoile noire et d’une ancre blanche, compta notamment à cette époque les navires suivants – ordre alphabétique – (ibid. ; et sources diverses, dont Le Sémaphore Algérien) :

Artois ;
Faraman (350 t de portée, acquis en 1913) ;
France ;
Hispania ;
L’Oranais (voilier) ;
Louis-C. (en 1912) ;
Michel-Scotto (bâtiment espagnol acquis en 1912) ;
Notre-Dame-des-Victoires ;
Tunisie ;
Ramirez ;
Renée-Achaque ;
Riff ;
Saint-Pierre-et-Miquelon (500 t de portée ; 40 passagers en 1re classe, 20 en 2e ; acquis en 1913 de MM. Arditi et Bigard) ;
Stella-Maris.

Durant la guerre, une partie de la flotte de la compagnie continua à assurer les relations par mer entre l’Algérie et le Maroc, notamment avec la Tunisie ; l'autre partie transporta en France les produits des hauts-fourneaux de Malaga (L’Afrique du Nord illustrée, n° 56, 22 mai 1922, p. 9).

A la mort de Michel Mazzella, survenue en 1917 à l’âge de 39 ans, la compagnie fut reprise par son associé, Gaétan Ortéga, ainsi que par son frère, Nicolas Mazzella, et ses deux beaux-frères, Scotto et Cacciuttolo ; elle poursuivit son activité d’armement sous la raison sociale MM. Mazzella et Cie. En 1921, elle fit l’aquisition d’un navire de 250 t de portée, auquel elle donna le nom de son fondateur, Michel-Mazzella ; ce bâtiment fut affecté à un service postal régulier entre Oran et Casablanca. Elle acheta ensuite une autre unité, le Port-de-Dieppe, tous deux pouvant entrer à Kenitra et Rabat (op. cit., p. 9).


Image


En 1923, la compagnie MM. Mazzella et Cie, toujours dénommée par commodité Compagnie Orano-Marocaine, et Édouard Graffigna, armateur à Oran, formèrent une société en nom collectif sous la raison sociale Sauveur Scotto, Graffigna & Cie (Le Sémaphore Algérien, n° 1.379, Mercredi 7 et Vendredi 9 mars 1923, p. 1, en rubrique « Informations maritimes »). Dotée d’un capital social de 300.000 F., celle-ci avait notamment pour objet, d’une part, « toutes les entreprises quelconques d’acconage et d’agence d’assurances maritimes et toutes affaires commerciales et industrielles, tant en France qu’en Algérie, en Tunisie, au Maroc et à l’étranger, sans exception », et, d’autre part, « toutes les opérations d’aconage des lignes " MM. Mazzella et Cie " » (ibid.).

Pour une raison indéterminée, la Compagnie Orano-Marocaine fut mise en liquidation en Avril 1924, le liquidateur étant M. Pierre Valette, d’Oran (Le Sémaphore Algérien, n° 1.431, Samedi 14 avril 1924, p. 1, en rubrique « Faillites et liquidations judiciaires »).

________________________

Bien amicalement à vous,
Daniel.

castanie
Messages : 6
Inscription : mar. sept. 29, 2009 2:00 am

Re: Compagnie Orano-Marocaine Michel Mazzella & Cie, Oran.

Message par castanie » sam. oct. 24, 2015 1:07 am

Bonsoir,
je lit avec intérêt ce document mais celui ci me questionne sur mes aïeux castanié qui ont a un moment ou a un autres
possédés des navires de cette compagnie? et donc si vous pouvez me renseigner sur la compagnie castanié armateurs
a Oran cela m’intéresse au plus haut point.
cordialement merci
Antoine castanié ( petit fils de Maurice castanié frères de Paul castanié armateur a Oran.
antoine

Memgam
Messages : 3682
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: Compagnie Orano-Marocaine Michel Mazzella & Cie, Oran.

Message par Memgam » sam. oct. 24, 2015 10:49 am

Bonjour,

En 1912, Castanié frères, J. & P., armateurs à Oran, possédaient le navire Oranie de 1780 tjb.

Source : Registre n° 84, Bureau Veritas 1912.

En 1930, il n'y a plus d'armateur sous le nom de Castanié, ni de navire Oranie, sauf une drague affectée au port d'Oran et construite en 1923.

Source : Registre n° 274, Bureau Veritas 1930.

En 1913-1914, Castanié Frères J. et P. & Lasry, d'Oran, possédaient : Afrique, Europe, Gyptis, Rapide.

Source : Jean Randier, Histoire de la marine marchande française, des premiers vapeurs à nos jours, EMOM, 1980.

Cordialement.

N.B. Gyptis fait l'objet d'un sujet sur le forum, tapez Gyptis dans le cadre "Recherche" en haut à droite de l'écran.
Il en est de même pour l'Oranie, devenu Afrique et pour Europe (comme vous le savez par les réponses de marc Terraillon, à votre sujet mis en ligne le 06/10/2009 à 18 h 17 mn 57 s, dont l'intitulé est : "toutes infos sur cie castine/chabert à Oran").
Memgam

castanie
Messages : 6
Inscription : mar. sept. 29, 2009 2:00 am

Re: Compagnie Orano-Marocaine Michel Mazzella & Cie, Oran.

Message par castanie » sam. oct. 24, 2015 12:29 pm

Bonjour,
merci pour vos informations, Il semblerai que les castanié avaient d'autres navires ,parfois sur des courte période et qui n'apparaissent pas dans les registres. Le saint pierre et Miquelon en fait partie comme le notre dame des victoire, il et d'autant difficile de "suivre" ces navires
car ils étaient t souvent renommés puis revendu avec ou sans chargement inclues....
merci de vos informations qui me sont précieuses
Antoine.castanié@neuf.fr
antoine

castanie
Messages : 6
Inscription : mar. sept. 29, 2009 2:00 am

Re: Compagnie Orano-Marocaine Michel Mazzella & Cie, Oran.

Message par castanie » sam. oct. 24, 2015 12:32 pm

mille excuses;
mon mail [email protected] et non l'inverse...
antoine

kgvm
Messages : 1137
Inscription : ven. janv. 18, 2008 1:00 am

Re: Compagnie Orano-Marocaine Michel Mazzella & Cie, Oran.

Message par kgvm » sam. oct. 24, 2015 7:50 pm

Selon l'Annuaire de la Marine Marchande 1953 il existait une Société Anonyme Maison Castanié, 39 rue d'Orleans, Oran. Administrateur: Henri Castanié.
Seul navire un remorqueur à vapeur "Zouave" de 70 tjb, 140 ch. Pas d'informations en plus.
Et selon l'Annuaire de la Marine Marchande 1939:
S. A. Maison Castanie, 39, rue d'Orleans, Oran avec un remorqueur à vapeur "Zouave", de 27 tjb, construit en 1888, date de Francisation 17.10.1890.
10 tjn, 15,90 x 4,30 x 2,10 m, 75 ch, 8 n. Armateur jusqu'en 1937 (depuis ??) Joseph Castanie, Oran.

castanie
Messages : 6
Inscription : mar. sept. 29, 2009 2:00 am

Re: Compagnie Orano-Marocaine Michel Mazzella & Cie, Oran.

Message par castanie » sam. oct. 24, 2015 9:56 pm

merci pour les informations
Mon arrière grand père Ernest castanié était découvreur de mines de phosphate et avait créer le port de béni-saf pour exporter les nitrates vers la France. Il avait créer une compagnie maritime et
installés ses enfants joseph , Paul, Maurice armateurs a Oran.
je n’ai malheureusement pas la liste complète des bateaux qui sont passés par leurs mains.
Antoine Castanié
antoine

Memgam
Messages : 3682
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: Compagnie Orano-Marocaine Michel Mazzella & Cie, Oran.

Message par Memgam » sam. oct. 24, 2015 11:07 pm

Bonjour,

Il peut paraître nécessaire de rappeler qu'il existe quatre manières d'exploiter un navire de commerce :

1°) Son propriétaire peut s'en servir pour déplacer des marchandises qui lui appartiennent

2°) Il peut le donner en location.

3°) Il peut l'affréter, pour un temps donné ou un voyage défini.

4°) Il peut l'exploiter directement sur une ligne déterminée et à une cadence déterminée.

Il est tout à fait courant, pour un armateur, d'utiliser ses propres navires et d'en affréter d'autres.
L'affrétement ne constitue pas un acte de propriété.

Source: René Rodière, Traité général de droit maritime, Affrètements & Transports, Tome I, Introduction, Les contrats d'affrètements, page 7, Dalloz, 1967.

Cordialement.
Memgam

Répondre

Revenir à « MARINE »