Chalutiers et trémailleurs français en 1914 – 1918

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
Répondre
l'amiral
Messages : 220
Inscription : jeu. déc. 25, 2008 1:00 am

Re: Chalutiers et trémailleurs français en 1914 – 1918

Message par l'amiral » sam. déc. 17, 2011 1:40 pm

Bonjour à tous,

Quelqu’un pourrait-il m’informer du nombre de bateaux de pêche FRANCAIS qui furent perdus par faits de guerre, entre 1914 et 1918 ?

Un grand merci anticipé.
L’amiral.

Memgam
Messages : 3682
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: Chalutiers et trémailleurs français en 1914 – 1918

Message par Memgam » sam. déc. 17, 2011 4:40 pm

En réponse partielle, concernant les ports bretons, 252 navires pour 173 960 tonneaux, ont été répertoriés comme ayant été détruits par faits de guerre, 218 d'entre-eux étant des voiliers et 34 des vapeurs, sans qu'il y ait de distinction entre les voiliers marchands, les voiliers caboteurs, les voiliers de pêche armés au cabotage, les voiliers en pêche, ni même entre les chalutiers à vapeur et les cargos. Pour mémoire, le bilan des pertes de navires marchands pour la France a été de 711 navires (280 vapeurs et 431 voiliers) pour un tonnage de 925 970 tx.
Pour le pôle Saint-Malo-Saint-Servan-Cancale, 147 voiliers ont armé pour la morue à Terre-Neuve en 1914. Au cours de la guerre, 48 d'entre-eux ont été coulés.

Source : René Richard et Jacques Roignant, Les navires des ports de la Bretagne provinciale coulés par faits de guerre 1914-1918, Association Bretagne 14-18, 2010.

Les statistiques des pêches maritimes font état, en 1914, de 347 vapeurs, 375 bateaux à propulsion mécanique et 25 946 voiliers, le tout armé par 100 881 hommes. En 1918, il y en avait respectivement 94, 423, 15 066.

Source : Histoire des pêches maritimes en France, Privat, 1987
Memgam

Rutilius
Messages : 13478
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: Chalutiers et trémailleurs français en 1914 – 1918

Message par Rutilius » sam. déc. 17, 2011 8:59 pm


Bonsoir l'Amiral,
Bonsoir à tous,

Autre réponse partielle : les dundees de l’Île de Groix perdus par faits de guerre ou supposés tels (D’après Michel Perrin : « Les mille et vingt armateurs de l'Île de Groix », Les Cahiers de l'Île de Groix, n° 5/2006, Déc. 2006, Association « La Mouette » — Liste ne prétendant aucunement à l'exhaustivité !).


Amiral-Serre, construit en 1909 et immatriculé G. 994.

Démocratie, construit en 1906 et immatriculé G. 843 (supposé coulé par un sous-marin le 11 septembre 1916).

Deux-Jeanne, construit à Paimpol en 1914 et immatriculé G. 1174 ; environ ; 50 tx ; armé à la pêche au thon.

Dupleix, construit à Paimpol en 1914 et immatriculé ; 44 tx ; armé à la pêche au thon.

Étoile-Polaire, construit aux Sables-d’Olonne en 1911 et immatriculé G. 1072 ; 51 tx ; armé à la pêche au thon.

Gloire, construit en 1910 à Belle-Île par le chantier de Jean-Marie Guillaume du Palais et immatriculé G. 1038 ; 55 tx ; armé à la pêche au thon.

Hortense-Fanny, construit en 1896 et immatriculé G. 598 (cause de sa perte indéterminée ; mais dommages de guerre alloués à l’armateur en 1924).

Jeune-Mathilde, construit en 1910 à Belle-Île, vraisemblablement par le chantier de Jean-Marie Guillaume du Palais, et immatriculé G. 1.187 ; 58 tx ; armé à la pêche au thon.

Kerdurand – du nom d’un hameau de l’Île-de-Groix –, construit en 1914 à Paimpol et immatriculé G. 1.176 ; 56,7 tx ; armé à la pêche au thon.

Les-Quatre-Frères, construit à Paimpol en 1908 et immatriculé G. 932 ; 53 tx ; armé à la pêche au thon.

Liberté, construit en 1908 à Belle-Île, vraisemblablement par le chantier de Jean-Marie Guillaume du Palais, et immatriculé G. 938 ; 49 tx ; armé à la pêche au thon.

Marsouin, construit en 1909 à Belle-Île, vraisemblablement par le chantier de Jean-Marie Guillaume du Palais, et immatriculé G. 992 ; 55 tx ; armé à ...

Océanien, construit en 1908 à Belle-Île, vraisemblablement par le chantier de Jean-Marie Guillaume du Palais, et immatriculé G. 953 ; 60 tx ; armé à la pêche au thon.

Peuples-Frères, construit aux Sables-d’Olonne en 1897 et immatriculé G. 612 ; 41 tx ; armé à la pêche au thon.

Union-Républicaine, construit aux Sables-d’Olonne en 1897 et immatriculé G. 650 (début 1898) ; 39 tx ; armé à la pêche au thon.

Versailles, construit à Camaret en 1910 et immatriculé G. 1063 ; 49 tx ; armé à la pêche au thon.

________________________

Bien amicalement à vous,
Daniel.

Avatar de l’utilisateur
markab
Messages : 392
Inscription : dim. déc. 19, 2010 1:00 am

Re: Chalutiers et trémailleurs français en 1914 – 1918

Message par markab » dim. déc. 18, 2011 12:50 pm

Bonjour

Pour mémoire, la liste de JP Clochon en ligne sur le forum

http://pages14-18.mesdiscussions.net/pa ... _895_1.htm

A bientot
Cordialement / Best regards
Marc.

A la recherche des navires et des marins disparus durant la Grande Guerre.

Avatar de l’utilisateur
markab
Messages : 392
Inscription : dim. déc. 19, 2010 1:00 am

Re: Chalutiers et trémailleurs français en 1914 – 1918

Message par markab » dim. déc. 18, 2011 1:01 pm

Bonjour

Les navires DEMOCRATIE (3), HORTENSE-FANNY, LES QUATRES FRERES ont été ajoutés à la base de données, les autres navires étaient déjà recensés

A bientot
Cordialement / Best regards
Marc.

A la recherche des navires et des marins disparus durant la Grande Guerre.

Avatar de l’utilisateur
markab
Messages : 392
Inscription : dim. déc. 19, 2010 1:00 am

Re: Chalutiers et trémailleurs français en 1914 – 1918

Message par markab » dim. déc. 18, 2011 1:10 pm

En réponse partielle, concernant les ports bretons, 252 navires pour 173 960 tonneaux, ont été répertoriés comme ayant été détruits par faits de guerre, 218 d'entre-eux étant des voiliers et 34 des vapeurs, sans qu'il y ait de distinction entre les voiliers marchands, les voiliers caboteurs, les voiliers de pêche armés au cabotage, les voiliers en pêche, ni même entre les chalutiers à vapeur et les cargos. Pour mémoire, le bilan des pertes de navires marchands pour la France a été de 711 navires (280 vapeurs et 431 voiliers) pour un tonnage de 925 970 tx.
Pour le pôle Saint-Malo-Saint-Servan-Cancale, 147 voiliers ont armé pour la morue à Terre-Neuve en 1914. Au cours de la guerre, 48 d'entre-eux ont été coulés.

Source : René Richard et Jacques Roignant, Les navires des ports de la Bretagne provinciale coulés par faits de guerre 1914-1918, Association Bretagne 14-18, 2010.

Les statistiques des pêches maritimes font état, en 1914, de 347 vapeurs, 375 bateaux à propulsion mécanique et 25 946 voiliers, le tout armé par 100 881 hommes. En 1918, il y en avait respectivement 94, 423, 15 066.

Source : Histoire des pêches maritimes en France, Privat, 1987
Bonjour à tous

Je viens de découvrir les chiffres de Memgam et j'ai compris que le chemin serait long pour recenser tous les navires de pêche ..... :D

A bientot :hello:
Cordialement / Best regards
Marc.

A la recherche des navires et des marins disparus durant la Grande Guerre.

Rutilius
Messages : 13478
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: Chalutiers et trémailleurs français en 1914 – 1918

Message par Rutilius » dim. déc. 18, 2011 1:15 pm


Bonjour Marc,

Le sujet concernant le dundee Les-Quatre-Frères se trouve ici —> http://pages14-18.mesdiscussions.net/pa ... 1462_1.htm

Mais j'ai un doute sérieux sur cette dénomination, qui pourrait bien être beaucoup plus simplement Quatre-Frères.

Bien amicalement à vous,
Daniel.

l'amiral
Messages : 220
Inscription : jeu. déc. 25, 2008 1:00 am

Re: Chalutiers et trémailleurs français en 1914 – 1918

Message par l'amiral » dim. déc. 18, 2011 4:12 pm

Bonjour à tous,

Il me semble avoir lancé un « post » au demeurant, assez complexe; car effectivement comme dit Markab, « … le chemin sera long pour recenser tous les (seules) navires de pêche ... ».

De façon générale, peut-on poser pour réaliste (et publiable) que, sur base des « … statistiques des pêches maritimes qui font état, en 1914, de 347 vapeurs, 375 bateaux à propulsion mécanique et 25 946 voiliers, le tout armé par 100 881 hommes. En 1918, il y en avait respectivement 94, 423, 15 066 »,… les pertes générale de la pêche française s’élevèrent à :
- 347 vapeurs - 94 = soit une perte de 253 unités/vapeur
- 375 prop. méc. - 423 = un gain de 48 unités/ propulsion mécanique.
Quant aux 25.946 voiliers – 15.066, soit une perte de 10.880 unités, il n’est pas possible à ce stade, de distinguer ceux qui étaient alloués à la pêche ou au transport.

Merci pour cette première approche.
L’amiral.

Memgam
Messages : 3682
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: Chalutiers et trémailleurs français en 1914 – 1918

Message par Memgam » dim. déc. 18, 2011 5:56 pm

Les statistiques de pêche de 1914 et de 1919, comme toutes statistiques de ce genre sont des "états des lieux". A ce titre, toute comparaison entre deux états doit se faire avec les précautions d'usage. Il ne s'agit pas d'un bilan comptable. Ainsi, pour 347 vapeurs en 1914 et 94 en 1919 ne veut pas dire que 253 ont été perdus par faits de guerre. Dans toute flotte, il y a perpétuellement des entrées et des sorties. Dans le cas des 253 vapeurs de différences, il y a des navires réquisitionnés, des navires vendus, des navires perdus par événements de mer et aussi des navires perdus par faits de guerre et des navires désarmés ou bien encore démolis.
On notera ainsi que dans la catégorie des patrouilleurs qui recense des chalutiers, des remorqueurs, des dragueurs etc, 82 victimes ont été recensées pour avoir été perdues sous le pavillon de la Marine de guerre. (Jean Labayle Couhat, French Warships of World War I, Ian Allan, 1974).
En ce qui concerne les voiliers, leur diminution drastique est directement liée au nombre de pêcheurs tués au combat, en mer ou à terre.
Memgam

l'amiral
Messages : 220
Inscription : jeu. déc. 25, 2008 1:00 am

Re: Chalutiers et trémailleurs français en 1914 – 1918

Message par l'amiral » lun. déc. 19, 2011 6:15 pm

Merci à tous pour ces précisions.

L'amiral.

Répondre

Revenir à « MARINE »