GAULOIS ― Dundee ― Armement Le Goaster Frères & Paranthoën.

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
Rutilius
Messages : 13097
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: GAULOIS ― Dundee ― Armement Le Goaster Frères & Paranthoën.

Message par Rutilius » lun. août 30, 2010 2:19 am


Bonjour à tous,


Gaulois ― Dundee de 75,66 tx jb appartenant à l’armement Le Goaster Frères & Parenthoën.

Coulé au canon le 22 janvier 1917 à 52 milles dans le Sud du cap Lizard [J.-P. C. : Liste chronologique des pertes de la Marine marchande (1914-1918)] par l’ UC-17 (Kapitänleutnant Ralph Wenninger) – par 49° 5’ N. et 5° 14’ W. – (uboat.net).

Ce même sous-marin coulera le lendemain l’Ophélia, trois-mâts goélette de 159 tx appartenant à l’armement L. Coste et Cie, à 50 milles au Sud des îles Scilly [J.-P. C. : Liste chronologique des pertes de la Marine marchande (1914-1918)], ou à environ 80 milles à l’Ouest de l’île d’Ouessant (uboat.net).


Le Morbihannais, n° 64, Vendredi 2 février 1917, p. 2, en rubrique « Ça et là » :

« LES PIRATES DES CÔTES

« [...] sept voiliers, naviguant dans la Manche et escortés par des torpilleurs, ont été attaqués par des sous-marins. Deux furent coulés, dont le Gaulois, de la maison Joubert, d’Hennebont, capitaine Pantonne. L’équipage a été sauvé par un torpilleur qui l’a débarqué à Pleuhiden (Côtes-du-Nord). On est sans nouvelles du second jusqu’à présent. »

Alors, armement Le Goaster Frères & Parenthoën, ou armement Joubert ?
_____________________________

Bien amicalement à vous,
Daniel.

Avatar de l’utilisateur
Terraillon Marc
Messages : 3983
Inscription : mer. oct. 20, 2004 2:00 am

Re: GAULOIS ― Dundee ― Armement Le Goaster Frères & Paranthoën.

Message par Terraillon Marc » mar. déc. 21, 2010 6:14 pm

Bonjour

Le navire a l'indice (4) dans la base de données

A bientot
Cordialement
Marc TERRAILLON

A la recherche du 17e RIT, des 166/366e RI et du 12e Hussards.

Avatar de l’utilisateur
Yves D
Messages : 2044
Inscription : ven. mai 18, 2007 2:00 am
Localisation : Toulon
Contact :

Re: GAULOIS ― Dundee ― Armement Le Goaster Frères & Paranthoën.

Message par Yves D » mar. déc. 21, 2010 7:58 pm

Bonsoir Daniel et à tous
Pas de réponse quant à l'armateur cependant le port de débarquement doit être plutôt Pleudihen (iso Pleuhiden). Etonnant quand même qu'un torpilleur soit remonté aussi profondément dans la Rance...
Amts
Yves
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
et autres thèmes d'histoire maritime.

Rutilius
Messages : 13097
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: GAULOIS ― Dundee ― Armement Le Goaster Frères & Paranthoën.

Message par Rutilius » mer. janv. 05, 2011 1:02 pm


Bonjour Yves,
Bonjour à tous,

Le Gauloissans doute une goélette – faisait partie d’un convoi de voiliers faisant route vers Land’s End et convoyé par les patrouilleurs Étoile-de-l’Est et Panthère, qui appartenaient à la Division des patrouilles de l’océan. Coulé le 22 janvier 1917 à 9 h 30, son équipage fut en réalité recueilli par la Panthère et non point par un torpilleur.

SOURCE

● Contre-torpilleur Gabion – alors commandé par le lieutenant de vaisseau Camille Robert Winter –, Registre historique de la correspondance intéressant le personnel et le matériel du bâtiment – 1er janv. 1916 / 15 août 1917 : S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote SS Y 236, p. num. 849 et 850).

« Mouvements du bâtiment du Jeudi 18 au Jeudi 25 janvier 1917.

Lundi 22 janvier. ― Appareillé à 9 heures pour prendre croisière à 10 milles de terre entre le méridien de l’île Vierge, avec ordre de nous porter au point où un sous-marin serait signalé sur la côte Nord de Bretagne ou au large d’Ouessant.
Passé par le chenal de la Helle, puis route au N. 30 O., 160 tours.
Légère brise de N. N.-E., mer presque calme.
10 h 55. ― Étoile-de-l’Est à tous
: " Sous-marin en vue par (latitude brouillée) et 5° 11’. "
11 h. ― Ouessant : " Allo – 49° 20’ et 5° 11’."
11 h 05. ― Route au N. 15 O., 180 tours.
11 h 35. ― Étoile-de-l’Est à Brest
: " Voilier Gaulois coulé ; équipage recueilli. Croisant (Croisons ?) autour goélettes. Sous-marin canonné a plongé."
Midi 40. ― Le convoi en vue droit devant à une dizaine de milles. Porté la vitesse à 200 tours en faisant le moins de fumée possible ; rappelé au branlebas de combat.
L’horizon étant sombre dans le N.-O et dans le Sud et le S.-E., nous venons sur la gauche jusqu’au N. 60 O. de manière à contourner le convoi à 6 ou 8 milles avec l’intention d’aller nous présenter dans le N.-O. ou le N. N.-O. à lui et de le rallier alors avec le maximum de chances de surprendre le sous-marin.
13 h 10. ― Étoile-de-l’Est à tous
: " Sous-marin en vue 49° 25’ – 5° 11’ – 13 h 10." La position actuelle du convoi étant 49° 10’ et 5° 15’, il nous paraît logique d’admettre qu’indépendamment d’une erreur d’une dizaine de minutes de latitude dans la position estimée, il aperçoit le sous-marin dans le N. ou le N.-E., à la limite de visibilité, soit trois ou quatre milles. Nous continuons donc notre manœuvre enveloppante en venant peu à peu sur la droite jusqu’au N.60 E. ; la route suivie a d’ailleurs l’avantage de nous faire passer dans le voisi-nage de deux vapeurs et d’un voilier faisant route au Sud.
A 13 h 45, nous venons au S. 60 E., à 13 h 55 au S. 30 E., le cap sur le convoi ; celui-ci est bien groupé ; les deux chalutiers
(1) croisent dans son voisinage immédiat ; ils ont en tête de mât Pavillon B. – Boule.
A 14 h 05, nous recevons de C.D.P.O.
(2) : " Portez-vous immédiatement 58 milles Nord Ouessant où sous-marin attaque convoi Étoile-de-l’Est."
De 14 h 10 à 14 h 20, nous ramenons la vitesse de 200 à 100 tours pour interpréter le signal à bras suivant de la Panthère : " Treize heures, lancé une mine sur sillage bien caractérisé de sous-marin dont le périscope venait d’être vu par les voiliers ; avons équipage voilier Gaulois coulé à 9 h 30."
14 h 20. ― Nous augmentons progressivement de vitesse en nous éloignant du convoi, cap au Sud vers la partie éclairée de l’horizon.
14 h 21. ― Nous apercevons le sous-marin droit devant nous à 5 milles ; la coque n’est pas visible ; le kiosque se présente aux jumelles sous la forme d’un petit rectangle vertical noir (ou paraissant noir sur le ciel rosé), dont la hauteur est à peu près égale à trois fois la largeur (le sous-marin ayant probablement le cap sur nous). Nous portons la vitesse à 200 tours.
14 h 23. ― Nous venons sur la droite et nous ouvrons le feu : salve de deux coups (65 et 47 AV) ; dix secondes environ après la salve, le sous-marin disparaît ; la distance est alors de 7 à 8.000 mètres.
Nous remettons aussitôt le cap dans sa direction, puis nous croisons à grande vitesse dans le voisinage du point où il a disparu.
15 h. ― Fait rompre des postes de combat. Rallié le convoi, puis couru au Sud, à l’Est et à l’Ouest sans revoir de trace de sous-marin.
Télégramme envoyé à 15 h 30 (n’a pu être transmis qu’à 16 h 50) : Gabion à P.M. C.D.P.O. et Glaive
: " Rallié convoi 14 h par 49° 10’ et 5° 15’ ; aperçu 14 h 20 sous-marin 5 milles Sud ; couru sur sous-marin qui a plongé 7.000 mètres à l’ouverture du feu ; 2 coups tirés ; croisé sur les lieux, puis rallié convoi."
A 17 h 30, nous revenons vers le convoi et nous communiquons à la voix avec l’Étoile-de-l’Est. Pendant que le sous-marin restera peut-être à portée pour tenter au jour de surprendre les voiliers qui se laisseraient sous-venter, nous croisons pendant la nuit à quelques milles dans le Sud du convoi, qui ne gagne que très lentement vers le Nord, la brise étant faible.

Mardi 23 janvier. ― Jolie brise d’Est avant le jour, ce qui permet au convoi de gagner rapidement vers le Nord.
A 7 h 45, fait route sur deux feux aperçus dans l’Ouest ; perdu de vue le convoi ; grains de pluie.
A 8 heures, nous arrivons à portée des deux feux, qui appartiennent au vapeur hollandais Zeta
(3) à demi immergé et à un chalutier anglais, le Dynavor Castle. D’après les renseignements fournis à la voix, le vapeur hollandais aurait été torpillé ou aurait heurté une mine la veille au soir. Le chalutier a recueilli l’équipage et vient de prendre les remorques du Zeta.
A 8 h 15, nous remettons en route et nous télégraphions par l’intermédiaire de Land’s End, Brest ne nous ayant pas répondu, à P.M. C.D.P.O. et Glaive
: " Rencontré 8 heures, 30 milles S. 30 E. Wolf Rock, vapeur hollandais Zeta torpillé ou ayant rencontré mine hier soir, remorqué par chalutier anglais Dynavor Castle. "
A 9 h 30, le convoi est en vue, route à l’O. N.-O. vers Land’s End ; à 10 heures, nous communiquons avec Étoile-de-l’Est et avec deux vedettes anglaises se dirigeant de Lizard vers Land’s End ; nous faisons à celles-ci la demande A.F.R. : celles-ci nous répondent par leurs numéros ; à 10 h 30, nous quittons le convoi, le cap au S. 20 E.
[...]

Bord, Brest, le 27 janvier 1917,
Le Lieutenant de vaisseau Commandant,


Signé : Camille Robert WINTER. »
______________________________________________________________________________________________________

(1) Le convoi de voiliers, qui faisait route vers Land’s End, était escorté par les patrouilleurs Étoile-de-l’Est et Panthère, de la Division des patrouilles de l’océan.

(2) C.D.P.O. : « Commandant de la Division des patrouilles de l’océan. »

(3) Zeta – Cargo de 3.053 t (dimensions, 100,9 x 14,6 x 6,74 m ; puissance nominale, 290 h.p. ; vitesse, 11 nœuds) construit en 1913 par le chantier Irvine Shipbuilding & Drydock Co. Ltd., de West Hartlepool (Sunderland, Royaume-Uni) pour le compte de la Vrachtvaart Maatschappij Bothnia N.V. (B. J. van Hengel), établie à Amsterdam (Pays-Bas) (The Wreksite). Torpillé le 22 janvier 1917 par l’U-53 (Kapitänleutnant Hans Rose) lors d’un voyage de New-York à Amsterdam avec un chargement de blé (uboat.net).
_______________________

Bien amicalement à vous,
Daniel.

olivier 12
Messages : 3593
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: GAULOIS ― Dundee ― Armement Le Goaster Frères & Paranthoën.

Message par olivier 12 » jeu. nov. 28, 2013 1:18 pm

Bonjour à tous,

Un complément sur GAULOIS

Dundee de 78 tx
Armateur LE GOASTER de Tréguier
Capitaine PARENTHOËN (ayant des parts dans l’affaire)
5 hommes d’équipage, tous Français
Chargement de poteaux de mines.
Traversée Camaret – Angleterre

Le 22 Janvier 1917, le dundee se trouve par 49°05 N 05°14 W, en panne, attendant le reste du convoi qui est en retard.
Beau temps. Vent faible d’ENE. Mer belle.

Nota : le journaliste du Morbihannais qui parle d’un armateur nommé Joubert et d’un capitaine nommé Pantonne (post de Daniel du 30/08/2010) avait du lire en diagonale les informations sur ce voilier. Toujours la rigueur journalistique...

Rapport du Premier maître pilote LE GUEN, commandant le groupe PANTHERE-ETOILE DE L’EST, au CF Commandant la 1ère escadrille des Patrouilles de l’Océan

Sortie en Iroise pour escorte de :

- INSKI Dundee à moteur
- WALKYRIE Goélette
- CARNOT Goélette
- CURIEUSE Goélette
- GAULOIS Dundee
- GUILLAUME TELL Brick goélette
- SAINTE CROIX Goélette
- SAINT CHARLES Goélette
- MADELEINE Goélette
- GWENOLE Goélette
- ADELE Goélette
- ANGEVINE Goélette

Voyant le groupe se disperser, ETOILE DE L’EST le prévient de rester groupé pour permettre une surveillance efficace. Le 22 au jour, le convoi est dispersé dans la position du croquis ci-joint.

Image

ETOILE DE L’EST reconnaît la tête du convoi, puis vient vers nous et signale qu’il va chercher GUILLAUME TELL resté en arrière. Je fais route vers la tête du convoi pour faire rallier ces voiliers vers le groupe de queue. J’attends d’être à portée de GAULOIS et SAINTE CROIX, qui sont en tête, pour hisser le signal de rallier et leur faire faire demi-tour. En approchant, je remarque qu’ils ont tous le hunier contre-brassé.

O9h25
Comme j’allais hissé le signal, je vois la goélette de tête virer de bord, cap au sud, et je pense qu’elle a compris qu’il fallait rallier.

09h27
Je vois, sur la droite de GAULOIS un sous-marin en surface présentant son travers bâbord. Fait le branle-bas de combat et donné l’ordre d’ouvrir le feu à 4000 m avec dérive de 50 millièmes. Mis en avant toute, cap sur le sous-marin.

09h28
Le sous-marin tire trois coups successifs sur tribord de GAULOIS que son embarcation vient de quitter. Il fait ensuite arrière, car il a du me reconnaître comme un patrouilleur. Il passe sur l’arrière du dundee et tire un 4e coup sur son bâbord.

09h29
PANTHERE tire un coup de canon qui tombe 100 m trop long (d’après l’équipage de GAULOIS). Le sous-marin tire un 5e coup sur PANTHERE qui tombe à 400 m sur l’arrière, puis plonge rapidement en tournant sur la droite.

09h30
PANTHERE tire un 2e coup de 90 qui semble tomber sur le kiosque au moment où il disparaît. Il éclate en laissant apparaître un fort panache de fumée. Le sous-marin a sans doute été touché, selon l’équipage de GAULOIS.

09h32
GAULOIS chavire et flotte entre deux eaux par 49°05 N et 05°14 W.

09h44
Arrivé à l’endroit où le sous-marin a plongé. Croisé jusqu’à 10h08, puis recueilli l’équipage de GAULOIS et retourné auprès des voiliers qui étaient alors seuls à 3 milles dans le sud.

Image

10h21
Recueilli équipage de GAULOIS

10h44
De retour près des voiliers où arrive GUILLAUME TELL remorqué par ETOILE DE L’EST. Repris la route vers le nord à vitesse très faible. Demandé à tous de régler la vitesse sur GUILLAUME TELL qui a la plus faible et le plus de dérive.

13h00
Arrivé sur le lieu de naufrage de GAULOIS. Deux voiliers signalent un périscope droit devant. Fait route sur ce point et vu une large nappe d’huile et un sillage huileux bien défini.

13h08
Lancé une grenade Guiraud qui explose à une longueur sur notre arrière et à 17 m de profondeur. Rien vu par la suite, mais ETOILE DE L’EST ressent un violent choc sur l’arrière tribord de sa misaine. Evoluant autour du point où il a ressenti le choc, il voit apparaître une large nappe d’huile ce qui lui fait penser qu’il a talonné sur la coque du sous-marin. Mais rien d’autre n’apparaît.

A la nuit, fait allumer le feu de poupe du GUILLAUME TELL qui sert de guide aux autres voiliers qui ne gardent que leurs feux de côté.
Reste du voyage d’escorte sans incident.

Selon le GAULOIS, il y avait un 2e sous-marin dans l’ouest. Le 1er sous-marin avait tiré un petit coup de semonce, sans doute au fusil. Il a ouvert le feu à 100m une fois que l’embarcation eut quitté le bord. Les Allemands n’ont posé aucune question.

Je signale le quartier maître canonnier Antoine MARTIN, matricule 1597 Pauillac, qui malgré une très forte fièvre paludéenne, et pas encore rétabli, n’a pas hésité à se rendre à sa pièce et a réalisé un tir très précis.

Description du sous-marin

Ce sous-marin, très bien vu par nous et par équipage de GAULOIS pourrait être du type UB 18-47.
Longueur environ 40 m
Canon sur l’avant du kiosque (47 mm dit l’équipage de GAULOIS … !!!)
Deux tubes lance-torpilles sur l’avant
Peinture grise bleutée
Kiosque noir, sans numéro
Trois hommes sur le pont, armant la pièce
Pas de pavillon.

Le sous-marin attaquant

C’était donc l’UC 17 de l’OL Ralph WENNINGER


Cdlt
olivier

Memgam
Messages : 3682
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: GAULOIS ― Dundee ― Armement Le Goaster Frères & Paranthoën.

Message par Memgam » ven. nov. 29, 2013 9:31 am

Bonjour,

<<Gaulois, dundee, construit en 1895 à Paimpol, 58,43 tjn, 75,66 tjb, capitaine Jean Paranthoen. Appartenait à Le Goaster Frères (Tréguier) et Le Paranthoen (Pleubian).
Rapport de mer du commandant du dundee Gaulois.
Monsieur Jean Paranthoen, capitaine du dundee Gaulois de Tréguier jaugeant 58 tx net environ, monté de 5 hommes d'équipage, déclare avoir chargé à Hennebont un plein complet chargement de poteaux de mines (environ quatre-vingt tonnes) à destination de Swansea. Le dix janvier 1917, il quitta Hennebont et fit escale à Lorient. Le seize, il quitta Lorient à dix heures du matin. Le dix-neuf, un contre-torpilleur français ayant informé le capitaine de l'interdiction de passer par le chenal du Four, il vint mouiller en rade de Camaret.
Le vingt-et-un, il quitta Camaret à dix heures du matin en même temps que onze autres voiliers, convoyés par les chalutiers armés le Panthère et l'Etoile Polaire. Le vingt-deux à neuf heure trente du matin, par environ 49°05 nord et longitude 5°14 ouest, il aperçut un navire en surface. Le sous-marin tira un coup de canon à blanc, afin de déterminer l'équipage à quitter le navire ; le canot fut mis à la mer aussi rapidement que possible et s"écarta à une vingtaine de mètres du Gaulois. Alors le sous-marin tira trois coup de canon dans la coque du navire par babord avant ; au bout de deux minutes, le Gaulois commença à s'incliner sur tribord, au bout de dix minutes, il disparut.
L'embarcation du Gaulois fit route sur la goélette Sainte Croix, qui était la plus proche, capitaine Quellec. Dès que le chalutier put voir le sous-marin, il se mit à le canonner. Le premier coup fut un peu haut. Le deuxième coup atteignit le sous-marin en plein ; l'obus a du faire explosion en touchant le but.
L'embarcation du Gaulois se trouvait à une trentaine de mètres du sous-marin quand le chalutier a commencé à tirer. Le chalutier recueillit vers dix heures du matin l'équipage du Gaulois. Personne n'était blessé, mais aucun papier du bord ne put être sauvé ; aucun vêtement n'a pu non plus être sauvé. Le vingt-quatre janvier à neuf heures trente, le chalutier Panthère débarqua au Conquet l'équipage du Gaulois.
Telle est la déclaration qu'il affirme être sincère..>>

Source : René Richard et Jacques Roignant, Les navires des ports de la Bretagne provinciale coulés par faits de guerre 1914-1918, Association Bretagne 14-18, volume 1, 2010, pages 148-149.

Cordialement.
Memgam

Rutilius
Messages : 13097
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: GAULOIS ― Dundee ― Armement Le Goaster Frères & Paranthoën.

Message par Rutilius » mer. déc. 04, 2013 1:40 am


Bonjour à tous,


■ Composition de l’équipage du dundee Gaulois lors de sa perte.


— PARANTHOËN Jean, inscrit à Tréguier, n° 4, capitaine. « N’avait pas le brevet de capitaine au cabotage, mais un ordre ministériel de commander pour le cabotage international du 22 mai 1916 après passage devant une commission d’examen à Lorient. »

— MORIO François, inscrit à Vannes, n° 796, maître d’équipage.

— MAURICE Jean-Marie, inscrit à Vannes, n° 715, matelot.

— ALLANO Joseph, inscrit à Auray, n° 3.880, matelot.

— PICAUD Émile, inscrit à Vannes, n° 7.176, mousse.


(Patrouilleur auxiliaire Panthère, Journal de bord n° 1 / 1916~1917 – 15 déc. 1916 ~ 12 févr. 1917 –, Service historique de la Défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote SS Y 382, p. num. 249)

Bien amicalement à vous,
Daniel.

Répondre

Revenir à « MARINE »