SIDI-BRAHIM ― Paquebot mixte ― S.G.T.M.V., Marseille.

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
jolipapa
Messages : 1
Inscription : ven. oct. 31, 2014 1:00 am

Re: SIDI-BRAHIM ― Paquebot mixte ― S.G.T.M.V., Marseille.

Message par jolipapa » ven. oct. 31, 2014 9:30 pm

Bonsoir

Je reviens sur ce sujet , mon grand-père, engagé volontaire dans la Légion étrangère, a voyagé sur ce bateau pour rejoindre (vraisemblablement pas seul) son affectation à Saïda.
En témoigne cette carte postale postée le 9 décembre 1914 (à mi-chemin est il précisé):

Image

olivier 12
Messages : 3334
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: SIDI-BRAHIM ― Paquebot mixte ― S.G.T.M.V., Marseille.

Message par olivier 12 » dim. déc. 03, 2017 11:37 am

Bonjour à tous,

Quelques CP du SIDI BRAHIM

Image

Image

Image

Image
(Carte postale envoyée d'Itea, Grèce)

Image

Image

Rencontre avec un sous-marin le 27 Août 1916

Rapport du capitaine

Le 27 Août 1916, étant par 37°50 N et 02°10 E, ayant à bord 631 passagers presque tous militaires, 75 hommes d’équipage, 200 ânes pour la guerre et 450 tonnes de marchandises, il a été vu à 08h35 un sous-marin en surface presque par le travers tribord.
J’ai aussitôt donné l’alarme de combat et j’ai pris une direction qui m’en écartait franchement. Tout le monde a couru à son poste avec le plus grand empressement. La machine recevait l’ordre d’accélérer la vitesse au maximum e, conformément aux consignes données tous les voyages, l’officier nommé commandant d’armes à bord, les officiers et les sous-officiers ont fait immédiatement descendre tous les passagers dans leurs cabines et dans leurs compartiments respectifs afin de les préserver au mieux des éclats des obus qui auraient pu tomber à bord.

A 09h00, un premier obus tiré d’une distance approximative de 6000 m est tombé à 15 m par le travers de la passerelle à tribord. J’ai immédiatement ordonné le tir des deux canons de 57 mm, hissé les couleurs et commandé barre à bâbord afin de détruire le pointage de l’ennemi. Une minute après, un 2e obus passant à quelques mètres au dessus de la passerelle en sifflant fortement est tombé à 50 m sur l’avant. J’ai continué l’abattée sur bâbord et à 09h05 un 3e obus est tombé à 20 m sur bâbord. Le réglage du tir de l’ennemi était d’une précision surprenante. Voyant cela, j’ai fait tribord toute, puis au fur et à mesure que les obus tombaient ou encadraient le navire, je prononçais davantage les zigzags et j’ai la certitude que c’est grâce à ces mouvements qu’aucun obus n’est tombé à bord et qu’il n’y a pas eu de victimes parmi les 706 passagers et équipage.

Le combat a pris fin vers 09h20. Le sous-marin a tiré une vingtaine d’obus et moi treize. Ensuite, pendant 25 minutes, j’ai très bien distingué le sous-marin en surface. Sa silhouette a fini par se fondre à l’horizon. J’ai estimé sa longueur à 70 m avec un gros kiosque central, un capot à l’avant et un autre à l’arrière, sans mâture, mais certainement avec deux canons à longue portée. Voici sa silhouette :

Image

Le TSF du bord a envoyé les signaux conventionnels, puis j’ai averti Alger des phases du combat. A 09h45, j’ai aperçu un chalutier par bâbord, puis un autre à 10h10 avec lequel j’ai communiqué par des signaux à bras. A 10h45 j’ai échangé des signaux avec trois autres chalutiers qui allaient aussi vers le Sud.

J’ai à vous signaler la bonne discipline qui a régné pendant toute l’alerte. Il n’y a pas eu de panique parmi les passagers. Tout est à l’honneur du bon esprit français.

Rapport d’enquête

Il reprend toutes les indications du rapport du capitaine et précise :

Paquebot de 2427 tonnes, de la SGTM, parti d’Oran le 26 Août à 19h00 à destination de Marseille. Affecté au transport de troupes entre Marseille et Oran et vice-versa. 631 passagers dont 570 militaires.
Equipage de 75 hommes dont 2 Italiens et 1 Espagnol.
Très beau temps. Mer plate. Bonne visibilité.

Navire armé de 2 canons de 65 mm matricule 1902 sur la dunette arrière et de 2 canons de 47 mm matricule 1895 placés, l’un à l’arrière dans l’axe sur le roof de la dunette et l’autre à tribord devant sur le gaillard.
Armement :
- SALAUN Louis 10015 Brest Maitre fusilier Chef de section
Canon 65 mm tribord arrière
- BARRAULT Pierre Fusilier 16072 Nantes
- BLANCHET Arthur Fusilier auxiliaire 119 Belle Ile
Canon 65 mm bâbord arrière
- LOREC Jean Fusilier 4230 Auray
- GUILLIN Adolphe Fusilier auxiliaire 1892 Groix
Canon 47 mm avant
- BOURGET François Canonnier 93860.2
- EVENO Laurent Fusilier auxiliaire 1943 Groix
Canon 47 mm arrière
- CERVERO Irénée Canonnier 58288.5
- BOZEC Alexandre Fusilier auxiliaire 2737 Auray
SIDI BRAHIM a tiré 13 coups de canon. 2 premiers coups avec hausse de 4000 m courts. 6 coups suivants avec hausse de 6000 m ont paru encadrer le sous-marin. Hausse à bloc pour les derniers coups, la distance augmentant en raison de la vitesse de 17 nœuds du SIDI BRAHIM. Les évolutions du navire n’ont pas permis une plus grande vitesse de tir. Le sous-marin n’a pas été touché.

Un cargo boat sans pavillon faisait route au Nord et était en vue à 5 milles à 4 quarts bâbord. Ce vapeur a fait des signaux à un patrouilleur qui se dirigeait vers le Sud, qui s’est alors rapproché de lui et a paru le convoyer.
SIDI BRAHIM n’a reçu aucune réponse à ses signaux TSF, mais ceux-ci ont été répétés par les postes de Fort de l’Eau et d’Ain el Turck .

Conclusions de l’officier enquêteur


Le capitaine de SIDI BRAHIM s’est parfaitement conformé aux instructions qu’il avait reçues. L’ordre le plus parfait n’a cessé de régner à bord pendant le combat grâce à la précaution prise par le capitaine de remettre, à chacun de ses voyages, au commandant des troupes passagères des instructions très claires et très nettes, rédigées une fois pour toutes, qui précisent le rôle que chacun doit remplir en cas d’alerte. L’officier enquêteur signale volontiers à l’Autorité Supérieure le soin avec lequel ces instructions ont été étudiées et rédigées.
Les instructions données à son bord par le capitaine Hermieu, leur application méthodique au combat, son sang froid et son habileté manœuvrière ont assuré le salut du bâtiment qu’il commandait et de ses nombreux passagers.
Le séjour du SIDI BRAHIM à Marseille est trop court pour établir des propositions de récompenses. L’état sera adressé au prochain retour du navire.

Lettre des passagers communiquée par le Chef d’Etat Major de la Division d’Oran le 31 Août 1916 (Général de Division AUBIER)

Nous soussignés, passagers à bord du SIDI BRAHIM, adressons au Commandant HERMIEU l’hommage de notre sincère admiration pour le sang froid et la maîtrise avec lesquels il a repoussé l’attaque violente dont nous avons été l’objet de la part d’un sous-marin ennemi le 27 Août 1916 à neuf heures du matin. Nous le prions d’agréer l’hommage de notre profonde reconnaissance pour son habile manœuvre, merveilleusement exécutée par les officiers et marins sous ses ordres, qui nous a permis d’échapper au grand danger qui nous menaçait.

Suivent 150 signatures de passagers, dont de nombreux officiers.
Communiqué par le Chef d’Etat Major de la Division d’Oran le 31 Août 1916

Lettre des mécaniciens à l’Administrateur de l’Inscription Maritime de Marseille. 6 septembre 1918

Nous soussignés, chauffeurs et soutiers du SIDI BRAHIM, avons l’honneur de nous adresser à votre bienveillance afin de vous exposer ce qui suit :
A l’occasion de l’attaque de notre vapeur par un sous-marin ennemi, tout le monde est resté à sa place, et surtout le premier chauffeur PETTRE, qui par son sang froid a fait les trois quarts de la manœuvre de la machine avant que les officiers descendent. Ila contribué beaucoup pour augmenter la vitesse du navire en exécutant les ordres du signal d’attaque. Son graisseur de quart lui aussi, lui a prêté efficacement la main. Tous les chauffeurs de quart et les soutiers ont donné la pression voulue pour la marche du navire, et chacun est resté à sa place malgré le danger. Personne ne l’a quittée, que lorsque le navire était hors de danger.

Comme nous avons fait tout notre devoir, nous croyons, Monsieur l’Administrateur, mériter au moins un témoignage de satisfaction et nous nous permettons de soumettre notre demande à votre appréciation. Nous avons l’honneur d’être, Monsieur l’Administrateur, vos très dévoués subordonnés.

Rapport du Général AUBIER

Le capitaine HERMIEU, breveté Capitaine au Long Cours le 17 Juin 1993, réunit 45 mois de services à l’Etat et 310 mois de service au Commerce, soit environ 30 années de navigation.
Commandant sur les paquebots de la Société Générale des Transports Maritimes depuis 16 ans, le capitaine Hermieu a, depuis le début de la guerre, assuré les services suivants :

- Août 14 à Août 15, voyages Sénégal – Brésil – Plata, période pendant laquelle les croiseurs allemands faisaient la chasse sur les côtes d’Amérique du Sud.
- Depuis 28 Septembre 1915, commande le SIDI BRAHIM, courrier postal Marseille-Oran, désigné et armé spécialement pour le transport de troupes. Au cours de cette année de guerre, il a transporté 60 000 militaires et quantité de chevaux et de matériel de guerre. Tous ces voyages se sont accomplis avec une régularité parfaire et sans incident.

Les services ainsi rendus au pays justifieraient à eux seuls une récompense. Sa valeur professionnelle et son sang froid viennent en outre d’assurer le salut du navire qui lui était confié et de ses 631 passagers.
J’estime que tant pour ses services passés que pour sa conduite au cours du combat du 27 Août courant où, attaqué par un sous-marin, en usant à propos de son armement et de sa vitesse il s’est débarrassé sans dommages de son redoutable ennemi, le capitaine HERMIEU mérite de recevoir la Croix de Guerre et la Croix de Chevalier de la Légion d’Honneur.

Lettre du préfet d’Oran, Monsieur LACOMBE, au Gouverneur Général de l’Algérie

Le Conseil Supérieur, certain de traduire le sentiment des assemblées et des populations algériennes adresse aux états-majors et aux équipages de la Marine Marchande de la France et de ses alliés l’hommage de sa sympathie et de son admiration.

AU cas où, vous inspirant de cette notion et voulant donner à la Marine Marchande un témoignage tangible de satisfaction et de reconnaissance, vous croiriez devoir adresser au Gouvernement des propositions de distinctions honorifiques en faveur des plus méritants parmi ces officiers, j’appellerai tout particulièrement votre attention sur Monsieur HERMIEU Eugène Jean Baptiste, Capitaine au Long Cours, commandant le SIDI BRAHIM de la Compagnie des Transports Maritimes.

Le courrier postal SIDI BRAHIM, désigné et armé spécialement pour le transport des troupes et du matériel de guerre entre Oran et Marseille, a effectué depuis près de deux ans, sous l’habile commandement du capitaine Hermieu de nombreuses traversées au cours desquelles une importante cavalerie, des quantités considérables de munitions et près de 50 000 militaires ont été transportés de France en Algérie et d’Algérie en France en dépit de la surveillance des sous-marins ennemis. En apportant une si utile et heureuse collaboration à l’œuvre de la Défense Nationale, le capitaine Hermieu confirme sa réputation d’excellent marin et ajoute un lustre nouveau à ses beaux états de service.
Sincèrement attaché à nos institutions et respectueux des pouvoirs publics, il est un de ceux qui permettrait à la Marine Marchande, en cet instant glorieux de notre histoire où les actes de courage et de dévouement sont trop nombreux pour être tous récompensés, de se sentir honorée toute entière par l’attribution d’une distinction honorifique qui ne pourrait être que la Croix de Chevalier de la Légion d’Honneur.

Lettre du Ministre de la Marine, Amiral LACAZE, au CA Commandant la Marine en Algérie. 3 Octobre 1916

Suite à votre lettre du 19 Septembre, je vous prie de faire connaître à Monsieur le Gouverneur Général de l’Algérie que les croix civiles ne peuvent être accordées, pendant la durée des hostilités, que pour des faits d’ordre militaire, relevant de l’appréciation de chefs militaires. Je ne saurais faire régulièrement état de la proposition pour Chevalier de la Légion d’Honneur formulée par Monsieur le préfet d’Oran pour le commandant du SIDI BRAHIM.

Vous voudrez bien ajouter que tout rapport de mer mentionnant une attaque de navire de commerce par un sous-marin fait l’objet d’une enquête très minutieusement réglementée qu donne suite à des récompenses ou des sanctions s’il y a lieu.

Celle concernant le SIDI BRAHIM a mis en relief la belle attitude du Capitaine au Long Cours HERMIEU. Je l’ai récompensé par l’attribution de la Croix de Guerre avec étoile de Vermeil.

Ordre de Service du 29 Août 1916 de l’Administrateur-Directeur de la SGTM, Monsieur GIRAUD


Le Comité de Direction est heureux de féliciter le capitaine HERMIEU, l’Etat-major et l’Equipage du paquebot SIDI BRAHIM, qui viennent d’affirmer une fois de plus les qualités de sang froid et de courage qui se sont révélées déjà dans plusieurs occasions chez nos collaborateurs maritimes.
Grâce à son habile manœuvre, le capitaine Hermieu a pu, pendant 25 minutes, soutenir l’attaque d’un sous-marin ennemi sans que son navire et ceux dont la vie lui était confiée aient reçu la moindre égratignure. Usant à propos de son armement et de sa vitesse, il s’est débarrassé sans dommage de son redoutable ennemi.

Le Comité de Direction adresse ses félicitations les plus chaleureuses au capitaine HERMIEU, à ses officiers pont et machine et à tout son équipage.

Récompenses

Citation à l’Ordre du Corps d’Armée

HERMIEU Eugène Jean-Baptiste CLC Capitaine

A fait preuve de belles qualités de commandement lors du combat de son navire contre un sous-marin. A réussi à maintenir le calme à son bord et a réussi à obliger son adversaire à renoncer au combat.

Citation à l’Ordre de la Division

FRANCESCHI Alexandre Noël CLC 2e capitaine Marseille 790
WOOG Joseph Constant OM1 Chef Mécanicien Marseille 2053
SALAÜN Louis Marie 1er maître fusilier Brest 10015
BARRAULT Pierre Constant Matelot fusilier pointeur du canon de 65 mm. Nantes 16072

Citation à l’Ordre de la Brigade

GOURIOU Emile Jean-Marie LLC Lieutenant Rouen 3169
GALICE Jean Pierre Noël OM1 Second mécanicien Marseille 3493
GINLY Paul Maître d’équipage Bastia 4888

Pour le calme, l’énergie et le sang froid dont ils ont fait preuve lors de l’attaque du SIDI BRAHIM par un sous-marin.

Le sous-marin attaquant

C’était l’U 38 du Kptlt Max VALENTINER, effectivement un redoutable adversaire…
Correction : U 34 Klaus RÜCKER

Cdlt
olivier

capu rossu
Messages : 87
Inscription : mer. juil. 19, 2017 2:00 am

Re: SIDI-BRAHIM ― Paquebot mixte ― S.G.T.M.V., Marseille.

Message par capu rossu » dim. déc. 03, 2017 1:51 pm

Bonjour,

Trois commentaires sur les différentes CP publiées dans ce post.

Lors du message d'Olivier "Posté le 03-12-2017 à 10:37:39", la troisième photo marquée '36 - Oran - Le Sidi Brahim dans le port", vous pouvez voir sur le toit du roof de la dunette, les radeaux de sauvetage installés durant la Grande Guerre. Ces radeaux sont inspirés des pédalos : deux flotteurs cylindriques et un plancher en bois.

Sur la photo prise après la WW II lors d'un appareillage de la Joliette, ces radeaux sont toujours présents mais en plus, à mi-hauteur de la cheminée, on distingue la silhouette blanche d'un avion commémorant la victoire du 01/02/1944.

La maquette (carte postale en couleur) est expose dans la galerie-musée de la Chambre de Commerce de Marseille (au bas de la Canebière).

@+
Alain

Avatar de l’utilisateur
Gastolli
Messages : 264
Inscription : lun. juin 29, 2009 2:00 am

Re: SIDI-BRAHIM ― Paquebot mixte ― S.G.T.M.V., Marseille.

Message par Gastolli » mar. déc. 05, 2017 10:44 pm

...
C’était l’U 38 du Kptlt Max VALENTINER, effectivement un redoutable adversaire…
The attacker was U 34, Kptlt. Rücker ...

Oliver

Répondre

Revenir à « MARINE »