CECILE - Patrouilleur

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
olivier 12
Messages : 3247
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: CECILE - Patrouilleur

Message par olivier 12 » sam. sept. 23, 2017 5:11 pm

Bonjour à tous,

Le 5 Septembre 1917 le patrouilleur CECILE aura croisé, sans le savoir, la route du sous-marin UC 50 du Kptlt Rudolf SEUFFER.

En effet, ce jour-là UC 50 va couler 4 voiliers caboteurs anglais au large des Sept Iles : THEODOR, EMMA, FLORENCE MUSPRATT, et FRANCES.

Lors de l'attaque de THEODOR, le commandant Seuffer fera monter le capitaine anglais à son bord et lui demandera tout d'abord son lieu de naissance, puis de lui remettre les papiers du bord, ce que ce dernier ne fera pas. Il confiera au capitaine de THEODOR qu'il était en plongée au large des Sept Iles depuis le matin et qu'il était au courant d'une forte concentration de voiliers à Perros Guirrec. Au cours de la matinée il avait déjà vu passer 5 voiliers ainsi que le patrouilleur CECILE (qu'il n'avait pas attaqué).
Il annoncera aussi à l'Anglais la chute de Riga...

THEODOR faisait route de Saint-Malo vers l'Angleterre, hors convoi et non armé, malgré les recommandations des autorités et les indications justement données par le patrouilleur CECILE qui lui avait enjoint de rejoindre la rade de concentration de Perros. Encalminé et sans défense, THEODOR avait toutes les chances d'être attaqué. Le voilier avait été escorté jusqu'à proximité de CECILE par des patrouilleurs de Lézardrieux.

A 16h00, après l'attaque de THEODOR à laquelle il n'avait pas assisté et estimant les voiliers sur rade en sécurité, CECILE avait repris sa patrouille vers l'Est. Les voiliers anglais avaient alors pris le large et aussitôt été coulés par UC 50 qui, effectivement, les observait de loin.

Les naufragés de THEODOR seront récupérés le lendemain matin par le patrouilleur HAUBAN.

Cdlt
olivier

abhe
Messages : 16
Inscription : lun. août 03, 2015 2:00 am

Re: CECILE - Patrouilleur

Message par abhe » mer. juil. 18, 2018 8:42 pm

Goélette mixte.
Stationnée à Brest, utilisé dans le port de commerce comme vivier à homards.
Réquisitionnée sur cale, le 01 février 1917, à son propriétaire qui était alors M. Bonnes, propriétaire d'un chantier naval à Paimpol (22).
Vendu à M. Castaing, armateur à La Rochelle, sans que ce dernier soit averti qu'il achetait un navire déjà réquisitionné.
Caractéristiques :
150 tonneaux de jauge brute, 72 tonneaux de jauge nette.
Construite en bois doublée de cuivre. La cale est aménagée en vivier à crustacés.
Année de construction : 1912.
Dimensions : L : 33 m, l : 7 m, tirant d'eau : 3,60 m.
Motorisation : un moteur Bollinder de 80 à 100 cv.
Armement :
Installé à Brest en février 1917.
A l'avant, 1 x 47 mm Mle 1902 en provenance de Brest.
A l'arrière, un lance bombe en provenance de Cherbourg.
La caractéristique de la cale a permis d'envisager l'installation éventuelle, dans celle-ci de tubes lance-torpilles sous-marins.
Conformément au télégramme ministériel 34 039 du 20 octobre 1917, la "Cécile" doit recevoir un canon de 75 mm à la place de son lance bombes. L'installation sera effectuée fin décembre 1917.
Radio : SFR 500 watts-portée 15 nautiques.
Equipage : 15.
1 maître pilote, patron; 1 second maître; 2 quartiers maîtres, manœuvriers; 1 quartier-maître, fusilier; 1 matelot fusilier; 2 matelots gabiers; 1 matelot timonier; 2 matelots de pont; 1 cuisinier; 1 charpentier; 1 quartier maître mécanicien; 1 matelot mécanicien armement, préposé à l'entretien du canon de 47 mm Mle 1902.
Dernière mission le 07 décembre 1918, transport à Brest de 25 tonnes de matériels divers de l'antenne A.M.B.C. du port de Paimpol. Le déchargement terminé, la "Cécile" est désarmée et placée en attente de réintégration à son propriétaire.
A.M.B.C : Armement Militaire des Bâtiments de Commerce.

Répondre

Revenir à « MARINE »