CONTRE AMIRAL CAUBET - Cablier

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
Avatar de l’utilisateur
Terraillon Marc
Messages : 3983
Inscription : mer. oct. 20, 2004 2:00 am

Re: CONTRE AMIRAL CAUBET - Cablier

Message par Terraillon Marc » jeu. août 27, 2009 9:59 am

Bonjour

Un navire cablier apparemment en service jusqu'en 1917, le CONTRE AMIRAL CAUBET


Single Ship Report for "2214614"
IDNo: 2214614 Year: 1875
Name: PORTENA Launch Date: 12.75
Type: Passenger/cargo Date of completion:
Flag: FRA Keel:

--------------------------------------------------------------------------------
Tons: 2321 Link: 3263
DWT: 0 Yard No: 53
Length overall: Ship Design:
LPP: 98.7 Country of build: FRA
Beam: 10.6 Builder: Mediterranee
Material of build: I Location of yard: Le Havre
Number of
screws/Mchy/
Speed(kn): 1C-

--------------------------------------------------------------------------------
Naval or paramilitary marking :
A: *
End: 1920

--------------------------------------------------------------------------------

Subsequent History:
96 CONTRE AMIRAL CAUBET - 17 VIGO - 20 KATINGO A.LEMOS

Disposal Data:
foundered 105nm from Cape Finisterre 30.9.20


Tout renseignement est le bienvenu

A bientot :hello:
Cordialement
Marc TERRAILLON

A la recherche du 17e RIT, des 166/366e RI et du 12e Hussards.

Avatar de l’utilisateur
Terraillon Marc
Messages : 3983
Inscription : mer. oct. 20, 2004 2:00 am

Re: CONTRE AMIRAL CAUBET - Cablier

Message par Terraillon Marc » sam. sept. 26, 2009 5:07 pm

Bonjour

Ce paquebot mixte se dénomma tout d'abord le PORTENA et fut construit aux forges et chantiers de Méditerranée (Le Havre Graville). Il fut lancé le 20 septembre 1875.

Il navigua sous les couleurs des Chargeurs Réunis de 1875 à Juillet 1896

Il est vendu ensuite à la Compagnie Française des Cables Télégraphiques et devient le cablier CONTRE AMIRAL CAUBET

En 1916, il passe sous pavillon américain et se dénomme VIGO

Source : Histoire Maritime des Chargeurs Réunis et de leurs filiales françaises - Beaugé & Cogan - 1984

A bientot :hello:
Cordialement
Marc TERRAILLON

A la recherche du 17e RIT, des 166/366e RI et du 12e Hussards.

Avatar de l’utilisateur
Terraillon Marc
Messages : 3983
Inscription : mer. oct. 20, 2004 2:00 am

Re: CONTRE AMIRAL CAUBET - Cablier

Message par Terraillon Marc » sam. sept. 26, 2009 5:14 pm

Bonjour

Le navire cablier est cité sur ce site

http://www.cablesm.fr/HTML/consequences.htm

et le PORTENA est evoqué sur ce site

http://genealogiespinet.chez-alice.fr/a ... &pg=12

"Le vapeur Portena: Les plans de ce paquebot ont été dessinés par l'architecte naval G. Le Manac'h et peuvent être consultés au Service Historique de la Marine à Vincennes sous référence: sous-série 8 DD1. Ce bâtiment contruit en 1875 par les Forges et Chantiers de la Méditerranée à Graville ( Le Havre), jaugeait 2.321 tonneaux et était la propriété de la Compagnie Maritime des Chargeurs Réunis basée au Havre. Il assurait la liaison transatlantique Le Havre - Buenos Aires avec des escales à Vigo (Espagne) Lisbonne (Portugal) Rio de Janeiro (Brésil) et Montévidéo (Uruguay).

Le 9 juillet 1896 il est racheté par la Compagnie Française des Câbles Téléphoniques ( CFCT) qui le transforme en navire-câblier et le rebaptise "Contre Amiral Caubet". De 1910 à fin 1913, il est maintenu à quai pour servir d'entrepôt.

NB: Le Contre Amiral Caubet est né le 1 février 1828 à Perpignan et est décédé en 1912
."

Une photographie du navire à cette adresse :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Am ... t-1905.jpg

A bientot :hello:
Cordialement
Marc TERRAILLON

A la recherche du 17e RIT, des 166/366e RI et du 12e Hussards.

Rutilius
Messages : 12356
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: CONTRE AMIRAL CAUBET - Cablier

Message par Rutilius » sam. févr. 27, 2010 12:15 pm


Bonjour à tous,


Contre-Amiral Caubet ― Navire-câblier (1875-1920), ex-Portena ― Compagnie des câbles télégraphiques, société dont le siège social était établi à Paris, au 38, avenue de l’Opéra (IIe Arr.).


Observations :


20 septembre 1875 : Lancement à Graville, par l’établissement du Havre de la Société des forges et chantiers de la Méditerranée, pour le compte de la Compagnie des chargeurs réunis, d’un paquebot mixte de 2.321 t dénommé Portena, construit selon les plans de l’architecte naval G. Le Manac'h.

Le Portena assurera la liaison Le Havre – Buenos-Aires, avec escale à Vigo (Espagne), Lisbonne (Portugal), Rio-de-Janeiro (Brésil) et Montévidéo (Uruguay).

9 juillet 1896 : Cession du Portena par cette compagnie à la Compagnie française des câbles télégraphiques, qui le renomme Contre-Amiral Caubet, du nom du contre-amiral Jules Caubet, son président en exercice.

La Compagnie française des câbles télégraphiques disposait déjà d’un navire-câblier, le Pouyer-Quertier, entré dans son patrimoine le 1er janvier 1895, par suite de l’absorption par elle faite de la Compagnie française du télégraphe de Paris à New-York (Paris-Capital, n° 1, Mercredi 9 janv. 1895, p. 3).

1896-1897 : Reconversion du Contre-Amiral Caubet en navire-câblier par un chantier de Glasgow.

Jusqu’à sa nouvelle cession, qui interviendra en 1915, il aura pour port d’attache Le Havre, le Pouyer-Quertier étant quant à lui basé à Fort-de-France.

● Le Journal des Transports, n° 16, 17 avril 1897, p. 212. (*)

« Un navire de câbles sous-marins. ― C’est dans le port du Havre que la Compagnie française des câbles télégraphiques vient de terminer l’armement de son nouveau navire de câbles, le Contre-Amiral Caubet, qu’elle a fait spécialement aménager à Glasgow, en vue des travaux de réparations et d’entretien de ses lignes télégraphiques sous-marines de l’Atlantique-Nord.
Le journal l’
Electrical Rewiew publie, dans son dernier numéro, sur le cableship français, toute une série de renseignements qui permettent de conclure que la Compagnie française est en possession d’un instrument de premier ordre.
Le vapeur Contre-Amiral Caubet est un navire à hélice de 102 m 47 de long, sur 11 m 50 de large environ ; sa jauge brute est de 2.355 tonnes.
L’outillage spécial pour le relèvement et la pose des câbles comporte les perfectionnements les plus récents.
Le principal organe est une puissante machine de câble, du dernier modèle, installée sur le pont et actionnée par deux moteurs à vapeur. Sa force a été calculée de façon à lui permettre de relever des câbles jusqu’à des profondeurs de 3.500 brasses ; sa vitesse peut être réglée à volonté.
Ses quatre cuves peuvent contenir ensemble 1.300 tonnes, soit environ 6 à 700 milles (12 à 1.300 kilomètres) de câbles de différents types.
Le navire est muni de deux machines pour faire les sondages, l’une à vapeur, l’autre à la main, et possède un approvisionnement complet de filins de dragues, grappins perfectionnés pour saisir le câble au fond de la mer, bouées de toutes dimensions, etc., etc.
Les laboratoires, où sont faits les essais électriques sur les câbles relevés ou en cours de pose, a été pourvu des instruments de précision réunissant les derniers perfectionnements réalisés à ce jour.
Enfin, le navire est entièrement éclairé à l’électricité.
Le Contre-Amiral Caubet a quitté Le Havre le 2 avril pour se rendre à la Guayra, où il va rejoindre le Pouyer-Quertier, navire appartenant également à la Compagnie française, et avec lequel il coopérera à la pose des câbles côtiers du Venezuela, dont la Compagnie est concessionnaire.
»
___________________________________________________________________________

(*) Même article dans La Science française – Journal populaire de vulgarisation scientifique – 1er sem. 1897, p. 203.
___________________________________________________________________________


2 avril 1897 : Appareillage du Havre.

Le Contre-Amiral Caubet était alors commandé par un irlandais, le capitaine John Brown, qui décédera d’une pneumonie, le 23 mai 1897, à Saint-Pierre-et-Miquelon (« History of the Atlantic Cable & Undersea Communications from the first submarine cable of 1850 to the worldwide network. » : atlantic-cable.com).

28 mars 1901 : Convention entre l’État et la Compagnie française des câbles télégraphiques sur l’établissement, l’entretien et l’exploitation de câbles télégraphiques sous-marins, approuvée par la loi du 31 juillet 1901 (J.O. du 1er août 1901 ; Bull. des Lois 1902, n° 2.307, p. 92, Texte n° 40.692).

Lors de la signature de cette convention, l’État était représenté par MM. Alexandre Millerand, Ministre de l’Industrie, des Postes et Télégraphes, et Joseph Caillaux, Ministre des Finances ; la compagnie l’était par le contre-amiral Jules Caubet, alors président en exercice de son conseil d’administration, et par M. J. Depelley, administrateur-directeur.

1905 : Importantes réparations faites au bâtiment au Havre, leur coût atteignant en effet la somme de 66.263,50 F., alors que sa valeur, matériel et agencements compris, était inscrite à l’actif pour la somme de 700.000 F (Rapport du Conseil d’administration sur l’exercice 1905, présenté à l’Assemblée générale ordinaire du 17 juill. 1906 par M. Edouard Jéremec, président : Les Assemblées générales, Recueil bi-mensuel, Fasc. n° 14, 25 juill. 1906, p. 981 et s.).

1911 : Désaffectation du Contre-Amiral Caubet en tant que navire-câblier par suite d’avaries graves subies en Février 1911, alors qu’il procédait à la réparation du câble reliant Saint-Pierre-et-Miquelon au Cap Cod.


Rapport du Conseil d’administration sur l’exercice 1911, présenté à l’Assemblée générale ordinaire du 16 juill. 1912 par M. Edouard Jéremec, président (Les Assemblées générales, Recueil bi-mensuel, Fasc. n° 27, 4 juill. 1912, p. 1693 et s.).

Commentaire sur l'évolution de l’actif de la société :

« ACTIF. ― [...]

3° – Navire câblier à vapeur Contre-Amiral Caubet avec son matériel et son agencement ................... 100.000 Fr.

Sur l’avis unanime d’Ingénieurs qualifiés à cet effet, et en particulier d’un Ingénieur Principal du Génie Maritime délégué pour examiner le navire à la demande du Sous-Secrétaire d’État des Postes et Télégraphes, nous avons été obligés de prendre la décision de ne plus utiliser le Contre-Amiral Caubet pour les travaux de réfection du réseau, autrement dit de le condamner en tant que navire câblier.
»

Commentaire de la seconde partie du rapport :

« Désaffectation du Contre-Amiral Caubet. ― Nous n’avons pas eu de dépenses de grosses réparations de navires, mais nous avons dû, et c’est ce qui a entraîné des dépenses élevées en location de navires étrangers, mettre le Contre-Amiral Caubet en réforme définitive. Ce navire, qui a 37 ans d’existence, a été reconnu hors d’état d’être utilisé pour les travaux spéciaux de notre industrie.
Envoyé en Février 1911 sur le câble Saint-Pierre – Cap Cod pour réparer une rupture, il a été éprouvé par le mauvais temps et surtout par les glaces au point qu’il n’a pu rentrer que très difficilement à son port d’attache. Des travaux de réfection excessivement dispendieux étaient indispensables pour lui permettre de reprendre la mer et d’effectuer les travaux si pénibles de réparation des câbles.
Nous avons alors demandé des avis techniques, aussi bien au Bureau Veritas qu’au Ministère des Postes et Télégraphes, qui, devant une situation particulièrement grave, tant au point de vue de la vie des équipages qu’au point de vue de l’utilisation possible du navire, a demandé au Ministère de la Marine de déléguer, aux fins d’examen du navire, un ingénieur principal du Génie maritime.
La concordance des opinions recueillies par nous, conformes d’ailleurs, à celles de nos ingénieurs, nous a conduits à cette conclusion : qu’au lieu d’engager la Compagnie dans des dépenses considérables, il était préférable de mettre le navire en réforme et de prerendre nos dispositions pour l’achat d’un nouveau câblier.
»


1916 : Cession du Vice-Amiral Caubet à une société américaine qui le renomme Vigo.

1920 : Cession à une société non déterminée qui le renomme Katingo A. Lemos.

30 septembre 1920 : Sombre à 105 milles du Cap Finisterre.


■ L’origine du nom du navire-câblier.

Le navire-câblier de la Compagnie française des câbles télégraphiques tenait son nom de Jules CAUBET, alors président en exercice du conseil d’administration de cette société. Né le 1er février 1828 à Perpignan (Pyrénées-Orientales), fils de Bernard Cyprien, géomètre de 1re classe du cadastre, et de Sophie Barbe FAVRE, et décédé à Paris le 30 janvier 1912, au 23, rue de Bruxelles (IXe Arr.) (Base Léonore), Jules Caubet fit toute sa carrière au sein de la Marine. Entré à l’École navale le 4 octobre 1844, aspirant le 1er août 1846, enseigne de vaisseau le 2 avril 1851, lieutenant de vaisseau le 27 novembre 1869, capitaine de frégate le 1er juin 1870, il la termina avec le grade de contre-amiral, qui lui fut conféré pour valoir du 1er octobre 1886, date à laquelle il fut nommé major-général à Rochefort. Le 1er octobre 1888, il revint à Paris, où il fut membre du Conseil des travaux du ministère de la Marine jusqu’à son passage à la réserve, en 1890 (« Dictionnaire national des contemporains », sous la direction de C.-E. CURINIER, Office général d’édition, de librairie et d’imprimerie, Paris, 1899, T. II, p. 266). Il avait été promu chevalier de la Légion d’honneur le 15 septembre 1854, officier le 21 août 1874 et commandeur le 5 juillet 1888 (Base Léonore).

Jules Caubet était le père du contre-amiral Louis Alfred Marie CAUBET, né à Brest le 19 février 1865 et décédé à Paris, le 21 janvier 1945 (Etienne TAILLEMITE, « Dictionnaire des marins français », éd. Tallandier, 2e éd., 2002, p. 90 ; V. également le sujet : « Vice-amiraux et contre amiraux en activité en 1914-1918 », p. 2).
_____________________________

Bien amicalement à vous,
Daniel.

Avatar de l’utilisateur
Terraillon Marc
Messages : 3983
Inscription : mer. oct. 20, 2004 2:00 am

Re: CONTRE AMIRAL CAUBET - Cablier

Message par Terraillon Marc » dim. juin 20, 2010 8:30 am

Bonjour

Voici la fiche du cablier CONTRE AMIRAL CAUBET

Navire Activité Longueur (m) Largeur (m) Tirant d'eau (m) Puissance (Ch) Charge (T)
CA Caubet 1905-1915 72,60 10,61 7,99 2078

tiré du site http://fr.academic.ru/dic.nsf/frwiki/1062705

A bientot :hello:
Cordialement
Marc TERRAILLON

A la recherche du 17e RIT, des 166/366e RI et du 12e Hussards.

Répondre

Revenir à « MARINE »