BISKRA - Compagnie Générale Transatlantique

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6402
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: BISKRA - Compagnie Générale Transatlantique

Message par Ar Brav » jeu. mai 21, 2009 7:08 pm

Bonjour à tous,

BISKRA Paquebot de la Compagnie Générale Transatlantique (1916 - 1933)

La fiche Miramar du paquebot :

IDNo: 5603688
Year: 1915
Name: ASIA
Launch Date: 21.09.1914
Date of completion: 08.1915
Type: Passenger/cargo
Flag: GRC
Tons: 2143
Yard No: 206
Country of build: GB
Builder: Harkess
Location of yard: Middlesbrough
LPP: 79.2
Beam: 12.3
Number of
screws/Mchy/
Speed(kn): 1T-14
Owner as Completed: National S.N.Co Ltd of Greece, Andros
End: 1933

1916 : BISKRA

Disposal Data:

BU France 3q. 1933

Cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

Avatar de l’utilisateur
Terraillon Marc
Messages : 3983
Inscription : mer. oct. 20, 2004 2:00 am

Re: BISKRA - Compagnie Générale Transatlantique

Message par Terraillon Marc » jeu. mai 21, 2009 7:15 pm

Bonjour

Un lien sur le navire

http://www.frenchlines.com/ship_fr_54.php

A bientot
Cordialement
Marc TERRAILLON

A la recherche du 17e RIT, des 166/366e RI et du 12e Hussards.

Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6402
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: BISKRA - Compagnie Générale Transatlantique

Message par Ar Brav » jeu. mai 21, 2009 7:16 pm

Re,

Construit pour le compte d'un armement grec, sous le nom d'ASIA.
Mis en service en janvier 1915.
Acheté par la Transat en 1916.
Rebaptisé BISKRA et mis en service sur une ligne reliant Marseille aux Antilles et à la Guyane.
A partir de 1922, est utilisé comme stationnaire aux Antilles.
Démoli en 1933.

Voir également ici :
http://www.frenchlines.com/ship_fr_54.php

Cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

Avatar de l’utilisateur
Terraillon Marc
Messages : 3983
Inscription : mer. oct. 20, 2004 2:00 am

Re: BISKRA - Compagnie Générale Transatlantique

Message par Terraillon Marc » jeu. mai 21, 2009 7:17 pm

Cordialement
Marc TERRAILLON

A la recherche du 17e RIT, des 166/366e RI et du 12e Hussards.

Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6402
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: BISKRA - Compagnie Générale Transatlantique

Message par Ar Brav » jeu. mai 21, 2009 7:18 pm

Bonjour Marc,

Le temps de faire un café, tu as déjà dégainé :)

Amicalement :hello:
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

Rutilius
Messages : 12292
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

BISKRA — Compagnie générale transatlantique.

Message par Rutilius » mar. juil. 16, 2013 2:27 am

Bonjour à tous,

En Décembre 1917, le paquebot Biskra semble avoir échappé à l’attaque d’un sous-marin. C’est ce que révèle incidemment une note établie le 3 juillet 1929 par le Ministre des travaux publics à l’appui d’un projet de décret nommant au grade de chevalier dans l'Ordre de la Légion d’honneur Paul Théophile Émile MARINETTI, chef mécanicien de ce bâtiment lors de l’engagement.

MARINETTI (P.-T.-E.) - x - .jpg
MARINETTI (P.-T.-E.) - x - .jpg (48.18 Kio) Consulté 74 fois

— MARINETTI Paul Théophile Émile, né le 4 décembre 1874 à Marseille (Bouches-du-Rhône) et décédé le ... à ... (...).

• Fils naturel de Philomène Éléonore ROUX, couturière, née à Barrême (Basses-Alpes – aujourd’hui Alpes-de-Haute-Provence –) ; légitimé par le mariage de sa mère avec Vincent MARINETTI, union célébrée à Marseille, le 16 août 1877. Officier mécanicien de 1re classe de la Marine marchande, inscrit au quartier maritime de Marseille, n° 309.

En 1929, domicilié à Marseille, au 68, rue de la Joliette.

Chevalier de la Légion d’honneur au titre du Ministère des Travaux publics (Marine marchande) (D. 6 juill. 1929).

(Base Léonore, Dossier 19800035/1475/70959).


A noter que, du 14 novembre 1917 au 8 mars 1918, le Biskra fut commandé par Joseph Marie MARINETTI — sans doute parent avec le chef mécanicien —, capitaine au long-cours et lieutenant de vaisseau auxiliaire, qui s’était déjà illustré les 24 juin et 27 juillet 1917, lors de l’attaque par des sous-marins du paquebot Ville-de-Tunis, dont il exerçait alors le commandement.
Dernière modification par Rutilius le dim. juin 10, 2018 11:00 am, modifié 1 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

olivier 12
Messages : 3269
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: BISKRA - Compagnie Générale Transatlantique

Message par olivier 12 » mar. oct. 04, 2016 10:28 am

Bonjour à tous,

BISKRA

Rencontre avec un sous-marin. 2 Décembre 1916.

Rapport d’enquête

Paquebot postal de Marseille. 2144 tx JB. Compagnie Générale Transatlantique. Parti de Bizerte le 1er Décembre 1916 à 11h40 pour Marseille.
Capitaine SALETTI Léon CLC Bastia 199
Equipage 72 hommes dont 8 Anglais et 1 Suisses.
Passagers : 500 militaires et 81 civils dont 10 étrangers, Belges, Anglais et Italiens. Attitude satisfaisante.

Armement : 2 canons de 65 mm modèle 1902, n° 59 et 60. Hausse prolongée à 8000 m. Installés à l’arrière de chaque bord.

Le 2 Décembre à 15h33, à 3 milles dans l’E de Bastia, le capitaine, présent sur la passerelle, et les hommes de quart aperçoivent un objet flottant suspect à 25° travers tribord à 1 mille de distance. Forme allongée et couleur sombre. BISKRA faisait route au Nord à 5 nœuds. Monté à vitesse maximum 13,5 nœuds et mis aux postes de combat. Venu à gauche toute pour présenter l’arrière.

Temps couvert et orageux, petite brise d’Est, petite houle, horizon clair.

VILLE D’ORAN, à 1 mille dans le SW et FELIX TOUACHE à 1,5 mille dans le SSW font tous deux une route au Nord. FELIX TOUACHE ouvre le feu à 15h28, passe à droite et prend la tête de la ligne. Il tire 3 coups de canon. BISKRA ouvre le feu à 15h33, hausse à 2800 m et tire 2 coups à 3 minutes d’intervalle. Gerbe d’eau noire au 2e coup qui paraît au but. VILLE D’ORAN ouvre le feu à 15h35 et tire 5 coups de canon.

Déposition du capitaine de Frégate WOLF, passager sur BISKRA

(Nota : nous avons déjà rencontré ce capitaine de Frégate, affecté à Bizerte, à propos de plusieurs navires, et notamment du SAINT SIMON)

Le paquebot postal BISKRA, allant de Bizerte à Marseille, remontait la côte Est de Corse le Samedi matin 2 Décembre à 10h30 par le travers d’Aléria. Il a reçu du chalutier ALGOL l’ordre suivant : « Ne pas dépasser le parallèle de Bastia avant la nuit. Faites transmettre l’ordre à tous les bâtiments venant du Sud. »
BISKRA a diminué de vitesse et arrêté FELIX TOUACHE et VILLE D’ORAN. Le groupe des 3 bâtiments marchait à petite vitesse en face de Bastia Lorsque VILLE D’ORAN a ouvert le feu. Regardant dans la direction où tombaient ses projectiles, on a vu quelque chose à la surface de l’eau à environ 2500 m et les 3 bâtiments se sont mis à tirer.

Très rapidement, il m’a été possible de m’assurer à la jumelle que ce quelque chose n’avait aucun rapport avec un sous-marin. J’ai assez vu de kiosques de sous-marins en temps de paix pour ne pas prendre une épave pour un kiosque. La caractéristique d’un sous-marin qui émerge est de donner l’aspect d’un brisant. Or là, rien de semblable. On ne voyait qu’une masse noire de très peu de hauteur au dessus de l’eau, et qui disparaissait à chaque lame. Cette masse noire était très allongée et il n’y avait aucun sillage, ni d’un côté, ni de l’autre. Enfin, pas la moindre apparence de périscope. Cette masse noire est restée visible très longtemps, même après que les canons aient cessé de tirer.

En un mot, j’affirme de la façon a plus absolue que ce que nous avons canonné n’était qu’une épave. Cela ne fait aucun doute pour moi.

D’après ce que m’a dit le commandant de BISKRA, celui de VILLE D’ORAN a envoyé le signal d’alerte. Il est donc intéressant de mettre les choses au point.

Conclusions de l’officier enquêteur

Des termes formels de la déposition du CF Wolf et de l’impression laissée par l’interrogatoire du capitaine de VILLE D’ORAN, il ressort nettement que l’objet flottant suspect sur lequel il a tiré à l’imitation de FELIX TOUACHE et de BISKRA devait être soit une épave, soit un souffleur mort allant à la dérive.

Cette fausse alerte ne saurait être reprochée au capitaine de BISKRA. Mieux vaut cent fois une fausse alerte qu’une veille inattentive, surtout de la part d’un bâtiment prévenu d’avoir à se tenir sur ses gardes.
Le capitaine a d’ailleurs eu le bon sens, tant dans son rapport que dans l’interrogatoire, de déclarer qu’il n’était pas certain de la nature de l’objet flottant suspect.

Par contre, l’officier enquêteur a cru devoir faire remarquer au capitaine de BISKRA qu’en réduisant la vitesse de son bâtiment à 5 nœuds à partir de 10h30 du matin, il a commis une erreur de principe.
L’ordre de ne pas franchir le parallèle de Bastia avant la nuit faite lui a été donné alors qu’il se trouvait à hauteur d’Aléria, à trois heures de Bastia. Pour attendre la nuit, il avait trois heures de route à perdre. Elles auraient dues être perdues par de fausses routes, sans diminution de vitesse ;

Cdlt
olivier

olivier 12
Messages : 3269
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: BISKRA - Compagnie Générale Transatlantique

Message par olivier 12 » dim. juin 10, 2018 8:23 am

Bonjour à tous,

Rencontre avec une mine. 5 Février 1919

Rapport du capitaine GELLETTI

Le 3 Février 1919 par 42°57 N et 05°23 E, exactement à 17 milles dans le S23E du Planier, nous avons aperçu à la surface une mine en dérive à 300 m environ par tribord. Nous avons manœuvré pour la contourner à 300 m et après avoir tiré au fusil 80 cartouches, la mine a été atteinte et a coulé sans exploser.

Temps couvert. Petite brise d’ENE. Mer belle.

Avions quitté Bizerte le 3 Février à 12h25 avec à bord 714 passagers et 711 tonnes de diverses marchandises.

Voici trois vues du BISKRA

Image

Image

Image

Cdlt
olivier

Répondre

Revenir à « MARINE »